Quatre repères


“Ne recule pas l’ancienne borne que tes pères ont faite”. Proverbes 22. 28

Assurément, les premiers chrétiens sont un modèle pour nous. L’Esprit de Dieu nous dit à leur sujet : “Ils persévéraient dans la doctrine et la communion des apôtres, dans la fraction du pain et les prières” (Actes 2. 42).

Ces quatre éléments caractérisaient l’Église dans ses heureux débuts. Ils sont comme quatre repères (bornes) d’un champ, deux d’un côté, deux de l’autre. Dans le verset cité les éléments vont par paires et sont liés par un « et ».

  1. Les premiers chrétiens persévéraient dans la doctrine. Les quatre évangiles et les Actes racontent les grands faits du christianisme : l’incarnation de Jésus Christ, sa crucifixion et sa résurrection, son ascension et le don de l’Esprit Saint. Les épîtres nous apportent la doctrine, c’est-à-dire les enseignements qui découlent de l’interprétation des faits. L’enseignement des apôtres, donné par l’Esprit (Jean 16. 13), est le fondement de la vie collective. Pas d’assemblée chrétienne valable sans la doctrine.
  2. Mais la doctrine seule, mal comprise ou mal appliquée, divise tôt ou tard. Il faut y ajouter la communion des apôtres. Tous ceux qui reçoivent le témoignage des apôtres sont en communion avec le Père et avec son Fils Jésus Christ, et aussi avec les apôtres et tous les autres croyants. L’apôtre Jean nous le dit : “Ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons, afin que vous aussi vous ayez communion avec nous : or notre communion est avec le Père et avec son Fils Jésus Christ” (1 Jean 1. 3). C’est le ciment qui nous unit.
  3. Les premiers chrétiens persévéraient aussi dans la fraction du pain. Les croyants participent individuellement à la Cène, mais aussi tous ensemble. Ainsi, ils proclament qu’ils ont une part commune grâce au sacrifice de Jésus Christ.
  4. La dépendance continuelle de Dieu est nécessaire pour le maintien de la vie et du témoignage d’où l’importance des prières. Par la prière, nous nous plaçons devant Dieu dans la conscience d’une relation vivante avec lui, dans un esprit d’humilité et de droiture. Nous confessons, si nécessaire, ce qui doit l’être. Nous sommes délivrés de ce qui pourrait être sans vie ou sans amour. Nous pouvons alors adorer.

Nous comprenons mieux maintenant l’importance du « et » qui unit ces éléments. Certainement chaque assemblée chrétienne devrait faire attention à ces quatre repères.

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Sans paroles


« En effet, vous connaissez la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ: pour vous Il s’est fait pauvre alors qu’Il était riche, afin que par sa pauvreté vous soyez enrichis. » La Bible, 2 Corinthiens 8:9

En turkana, langue parlée en Afrique, il n’existe aucun mot pour dire « merci ». Si l’hospitalité vous est offerte, vous ne pouvez donc pas dire « merci ». Si un Occidental désire témoigner sa reconnaissance, il devra dire quelque chose du genre : « je suis content ». Ceci n’est pas l’équivalent de notre « merci », mais s’en rapproche. La meilleure réponse, dans cette culture, est une attitude qui exprime le contentement, sans mots.

Bien des Européens, quant à eux, vivent dans la frénésie de la consommation accompagnée d’une bonne dose d’insatisfaction. Il est bien difficile d’éviter d’être entraîné dans cet engrenage soigneusement orchestré par les groupes de la grande distribution. Leur but est de nous faire progressivement confondre désirs et besoins.

La Bible nous tient un tout autre langage : « Tu ne convoiteras rien de ce qui appartient à ton prochain. » (Exode ch. 20, v. 17). Nous pouvons très bien vivre sans avoir les mêmes choses que les autres, sans avoir toujours « du neuf » et sans tout avoir. Le Seigneur n’a jamais promis de pourvoir au superflu, mais uniquement à nos besoins. Nous pourrons alors rechercher et obtenir une autre sorte de biens que Jésus a promis lorsqu’il a dit : « Heureux ceux qui sont humbles, car Dieu leur donnera la terre en héritage. Heureux ceux qui ont faim et soif de justice, car ils seront rassasiés. Heureux ceux qui témoignent de la bonté, car Dieu sera bon pour eux. » (Matthieu ch. 5, v. 5 à 7). Voilà des biens à envier en toute bonne conscience !

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Ecclésiaste chapitre 5, versets 5 à 19

Passages relatifs

  • […] contentez-vous de ce que vous avez, car Dieu a dit : Je ne te laisserai pas, je ne t’abandonnerai jamais. Hébreux 13 : 5
  • Tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain ; tu n’envieras rien de ce qui appartient à ton prochain, ni sa maison, ni son champ, ni son serviteur, ni sa servante […]. Deutéronome 5 : 21
  • […] je pourrai me dire : Mon ami, te voilà pourvu de biens […]. Mais Dieu dit : Pauvre fou que tu es ! Cette nuit-même, tu vas mourir. Et tout ce que tu as préparé pour toi, qui va en profiter ? Luc 12 : 19-20
  • Jésus ajouta : Ainsi en est-il de celui qui amasse des richesses pour lui-même, mais qui n’est pas riche aux yeux de Dieu. Psaume 119 : 36
  • Veuille incliner mon coeur vers tes enseignements plutôt que vers mes intérêts ! Luc 12 : 21
  • Le véritable attachement à Dieu, est, en effet, une grande source de richesse s’il va de pair avec le contentement d’esprit. 1 Timothée 6 : 6
  • Nous n’avons rien apporté dans ce monde, et nous ne pouvons rien en emporter. 1 Timothée 6 : 7

Si tu veux être reconnaissant/e à Dieu quelque soit ta situation, clique sur l’enveloppe !
Contact

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Le paradoxe du chrétien


“Cette grâce nous a été donnée dans le Christ Jésus avant les temps des siècles, mais elle a été manifestée maintenant par l’apparition de notre Sauveur Jésus Christ, qui a annulé la mort et a fait luire la vie et l’incorruptibilité par l’évangile”. 2 Timothée 1. 9, 10

Le livre de la Genèse rapporte la création de l’homme, couronnement de l’oeuvre de Dieu après la création de l’univers : “L’Éternel Dieu forma l’homme, poussière du sol, et souffla dans ses narines une respiration de vie, et l’homme devint une âme vivante” (Genèse 2. 7). L’homme n’est pas seulement un être physique, c’est-à-dire un corps qui le met en relation avec son milieu, ni une âme qui le met en relation avec les autres. C’est une création différente de celle des animaux. Il a un esprit insufflé directement par Dieu et, en le recevant, il devient une “âme vivante” qui lui permet d’être en relation avec Dieu.

Mais, plus que cela, l’homme est aussi une créature aimée de Dieu, un Dieu riche en bonté. Il manifeste cette bonté par les richesses qu’il met à la disposition de l’homme dans le jardin d’Eden.

C’est alors qu’intervient Satan, le tentateur, qui insinue le doute dans les pensées d’Ève. Et c’est la désobéissance, la « chute », le péché, de sorte que Dieu doit éloigner l’homme de sa présence et le chasser du jardin.

Tout sera-t-il irrémédiablement perdu pour l’homme ? Non ! Dans l’épître aux Romains, Paul explique le problème et le résout : “par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort… mais là où le péché abondait, la grâce a sura­bondé” (Romains 5. 12, 20). Ainsi le verset du jour prend toute sa signification. Il fait état de la merveilleuse délivrance qui apporte la vie. C’est celle que propose Dieu : l’oeuvre de Christ à la croix lève cet obstacle majeur, le péché.

Ces remarques expliquent le titre. La vie bien réelle qui nous anime tous n’est pas pour Dieu la vraie vie, car elle s’accompagne de la mort et de la corruption. Ce n’est pas ce que veut Dieu pour l’homme ; aussi, de bien des façons, Il lui rappelle sa condition et la délivrance qu’Il lui offre, qui seule lui donne sa vraie dimension et rétablit la communion avec son Créateur dans la liberté et l’amour.

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Bienvenue dans la famille


« Vous n’êtes plus des étrangers ou des résidents temporaires, vous êtes concitoyens des membres du peuple saint, vous faites partie de la famille de Dieu. » La Bible, Ephésiens 2:19

J’ai sous les yeux un magnifique faire-part qui annonce la naissance d’un bébé chez des amis. C’est toujours un émerveillement de voir un nouveau-né. Cette nouvelle vie est un cadeau plein de promesses pour l’avenir. Chacun d’entre nous est entré dans la famille humaine par la même filière : la naissance physique. Nous portons un nom qui nous relie à une famille précise.

De même, Jésus-Christ a dit que pour être membre de la famille de Dieu, je dois naître spirituellement. Cette naissance est un événement que je dois désirer et expérimenter. Cette naissance n’est pas possible par des moyens humains, car elle se produit par l’action de l’Esprit de Dieu qui donne la vie à mon esprit. Lorsque je reconnais mes défauts, mon égoïsme et que je demande pardon à Dieu, son Esprit vient habiter en moi et me donne un nouveau départ. Cette naissance spirituelle n’est pas réservée à quelques privilégiés de « bonnes familles ». L’Evangile est pour tous les humains, quel que soit leur passé. Nous sommes tous égaux devant Dieu. Jésus a expliqué qu’il n’est pas venu pour ceux qui se croient justes, mais pour sauver des gens perdus, conscients de leur état. Celui qui passe par cette nouvelle naissance « entre en communion vivante avec le Christ ; il devient un homme nouveau, il est recréé. L’ancien état est dépassé. Ce qu’il était autrefois a disparu. La nouvelle création a déjà commencé ; voici : tout est devenu nouveau. » (2 Corinthiens chapitre 5  v. 17). Jésus dit : « […] il faut que je loge chez toi aujourd’hui » (Luc chapitre 19 v. 5). Le voulez-vous ?

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Jean chapitre 3 : versets 1 à 16

Passages relatifs

  • Jésus répondit à Nicodème, (un enseignant de la Loi de Dieu) : Vraiment, Je te l’assure : à moins de renaître d’en haut, personne ne peut voir le royaume de Dieu. Jean 3 : 3
  • Celui qui est né de Dieu ne s’adonne pas au péché, car la vie qui vient de Dieu a été implantée en lui et demeure en lui. Il ne peut pas continuer à pécher, puisqu’il est né de Dieu. 1 Jean 3 : 9
  • […] Je vous offre le choix entre la vie et la mort, entre la bénédiction et la malédiction. Choisissez donc la vie, afin que vous viviez, vous et vos descendants. Deutéronome 30 : 19
  • (Jésus a dit) : C’est l’Esprit qui donne la vie ; l’homme n’aboutit à rien par lui-même. Les paroles que je vous ai dites sont Esprit et vie. Jean 6 : 63
  • Alors que nous étions spirituellement morts à cause de nos fautes, Il nous a fait revivre les uns et les autres avec le Christ. C’est par la grâce que vous êtes sauvés. Ephésiens 2 : 5
  • Vous êtes nés à une vie nouvelle, non d’un homme mortel, mais d’une semence immortelle : la Parole vivante et éternelle de Dieu. 1 Pierre 1 : 2
  •  Dieu nous a sauvés parce qu’Il a eu pitié de nous, en nous faisant passer par le bain purificateur de la nouvelle naissance, c’est-à-dire en nous renouvelant par le Saint-Esprit. Tite 3 : 5

Si tu veux placer ta confiance en Dieu et entrer dans Sa famille, clique sur l’enveloppe !
Contact

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

“Aie bon courage”


“La nuit suivante, le Seigneur se tint près de (Paul) et dit :
Aie bon courage ; de même que tu as rendu témoignage à Jérusalem de ce qui me concerne, il faut que tu rendes témoignage aussi à Rome. Actes 23. 11

« Fortifie-toi et prends courage? Ne t’effraie point et ne t’épouvante point, car l’Éternel, ton Dieu, est avec toi dans tout ce que tu entreprendras. » La Bible

Paul est venu à Jérusalem apporter une aide que des chrétiens d’origine non juive ont préparée pour les chrétiens de Jérusalem. Or, très peu de jours après son arrivée, le voilà attaqué par ses compatriotes. Accusé devant le tribunal juif (le sanhédrin), il saisit l’occasion pour annoncer Christ devant tous.

Imaginons les questions qui ont pu tourner dans la tête de Paul lorsqu’il est reconduit dans la cellule de sa prison : « Ai-je bien fait d’aller à Jérusalem ? Pourtant des frères, par l’Esprit, m’avaient dit de ne pas y monter ! Mon service est-il terminé ? Ai-je bien rendu témoignage à mon Sauveur ? Reverrai-je les frères et soeurs des villes où je suis passé ? » Impossible pour lui de trouver des réponses.

Dans cette nuit certainement bien sombre, le Seigneur se tient près de lui pour le réconforter par cette parole : “Aie bon courage”. Elle signifie qu’Il n’a pas abandonné son serviteur ; qu’Il ne lui reproche rien ; mieux encore, le Seigneur confirme la mission qu’Il lui a confiée : “porter son nom devant les nations, les rois et les fils d’Israël” (Actes 9. 15). Paul désirait se rendre à Rome (Romains 15. 28, 29), le Seigneur lui promet de répondre à son souhait.

La même parole – “Aie bon courage” – nous l’avons sans doute déjà entendue à un moment difficile de notre vie, par un verset de la Bible ou l’encouragement d’un frère ou d’une soeur. Dans un moment de perplexité, ou même de détresse, voilà que l’Esprit de Dieu fait briller un verset qui a la même force que “Aie bon courage”. Alors quelle paix pour notre esprit !

Le Seigneur n’a pas sorti Paul de prison et ne l’a pas épargné d’épreuves difficiles : deux ans d’emprisonnement à Césarée, un naufrage, puis la prison à Rome. Mais Paul pouvait se souvenir de cette parole : “Aie bon courage”. Dans toutes ces épreuves, il a montré qu’il n’avait pas oublié la promesse de son Seigneur. Ferme dans sa foi, il n’a pas cessé de prêcher l’Évangile.

Le Seigneur ne nous promet pas que nous n’aurons pas d’épreuves dans notre chemin. Mais il nous donne l’assurance qu’Il ne nous abandonnera jamais et qu’Il usera de grâce et de compassion envers nous, en toutes circonstances.

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Devoirs religieux


« Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, Toi, le seul vrai Dieu, et celui que Tu as envoyé, Jésus Christ. » La Bible, Jean 17:3

Lors d’un voyage en Asie, j’ai traversé le marché d’une grande ville. Au milieu des stands, il y avait un petit temple. Tout en faisant leurs courses, les gens s’arrêtaient un instant devant l’autel, joignaient les mains et lançaient une piécette dans le tronc destiné à cet usage. Puis ils continuaient leurs emplettes, satisfaits d’avoir remplis « leur devoir religieux ». Dans nos pays, bien des personnes se contentent du « juste ce qu’il faut » dans le domaine spirituel car il ne faut pas que ça prenne trop de temps ! Leurs relations avec Dieu sont occasionnelles et superficielles. Elles se préoccupent de Dieu seulement quand elles ont besoin de lui et ne manquent pas de lui faire des reproches quand tout ne va pas comme elles l’entendent. Elles sont pourtant persuadées de s’être acquittées de leurs « devoirs religieux » quand elles ont participé à une campagne d’aide au Tiers Monde et assisté à un office religieux à Noël et à Pâques.

La religion du croyant, au sens où Dieu l’entend, est tout autre chose qu’une suite de contacts épisodiques avec Dieu. La Bible parle de relation entre Dieu et l’homme, mais d’une relation authentique, réciproque et basée sur l’amour. Il ne s’agit pas d’accomplir « des devoirs religieux », mais de vivre une relation proche et constante avec Jésus-Christ. Prendre le temps d’entretenir notre relation avec Lui, voilà la vraie religion. Dieu a pris le temps de dire et de prouver qu’Il nous aime en envoyant Jésus pour nous sauver. Prendrons-nous le temps de l’écouter, de l’aimer, d’approfondir notre relation avec Lui ?

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Psaume 84

Passages relatifs

  • Tournez-vous vers l’Eternel, faites appel à sa force ! Aspirez à vivre constamment en sa présence. 1 Chroniques 16 : 11
  • O Dieu, tu es mon Dieu ! C’est Toi que je recherche. Mon âme a soif de Toi, mon corps même ne cesse de languir après Toi comme une terre aride, desséchée et sans eau. Psaume 63 : 1
  • Dès le matin, annonce-moi ta bienveillance, car c’est en Toi que j’ai mis ma confiance ! Fais-moi connaître la voie que je dois suivre, car c’est vers Toi que je me tourne ! Psaume 143 : 8
  • (Seigneur) Tu me fais savoir quel chemin mène à la vie. On trouve une joie pleine en ta présence, un plaisir éternel près de Toi. Psaume 16 : 11
  • Le Seigneur Dieu m’a enseigné ce que je dois dire, pour que je sache avec quels mots je soutiendrai celui qui faiblit. Chaque matin, Il me réveille, Il me réapprend à écouter, comme doivent écouter les disciples. Esaïe 50 : 4
  • La grâce, la bonté et la paix qui nous viennent de Dieu, le Père, et de Jésus-Christ, le Fils du Père, seront avec nous pour que nous en vivions dans la vérité et dans l’amour. 2 Jean 3
  • Je souhaite que tu prospères à tous égards et que tu sois en aussi bonne santé physique que spirituelle. 3 Jean 2

Si tu veux prendre du temps avec Dieu régulièrement, clique sur l’enveloppe !
Contact

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

365 jours d’espérance


““Le Christ Jésus notre espérance”. 1 Timothée 1. 1

“En (Dieu) nous avons mis notre espérance qu’il nous délivrera aussi encore”. 2 Corinthiens 1. 10

J’ai été frappé par le titre, magnifique, d’un livre écrit par le cardinal François-Xavier Nguyen Van Thuan : « 365 jours d’espérance ».

Certes, les jours qui composent notre vie et même une année, peuvent être bien différents.

C’est d’abord “le jour où je suis né” (Jérémie 20. 14). Je n’ai pas à le maudire, car je suis précieux pour Dieu. Ce sont ensuite “les jours de ta jeunesse” (Ecclésiaste 12. 1). Même si nous n’oublions pas que beaucoup d’enfants souffrent, ces jours sont généralement caractérisés par la gaieté et l’insouciance. C’est le bon moment pour se souvenir du Créateur.

Les jours de ton adolescence” (Ecclésiaste 11. 9) sont les jours des grandes orientations, des grands espoirs, des grands élans. Heureux sommes-nous si nous pouvons dire de cette période : “Toi tu es mon attente, Seigneur Éternel ! ma confiance dès ma jeunesse… Ô Dieu ! Tu m’as enseigné dès ma jeunesse” (Psaume 71. 5, 17).

On entre ensuite dans la vie active. Ce sont « les jours de labeur » quotidien, de fatigue, de stress (Job 7. 1). Il y a parfois “le jour du combat” (1 Samuel 13. 22), “au jour du malheur” (Psaume 27. 5 ; voir aussi le Psaume 6) : nous luttons à genoux contre les forces du mal. Il y a aussi les “jours de joie” (Nombres. 10. 10), le “jour du bonheur” (Ecclésiaste 7. 14), “le jour de ses fiançailles” (Cantique 3. 11), les “jours de fête” (Esther 8. 17) : nous rendons grâce à Dieu pour ces beaux jours.

« Les jours de deuil » peuvent venir (Genèse 27. 41 ; 35. 8). Nous pleurons des êtres chers, mais Dieu console nos coeurs meurtris. Dans “les jours d’affliction” (Job 30. 16, 27), au “jour du malheur” (Ecclésiaste 7. 14), nous faisons l’expérience des soins de Dieu. Ils peuvent devenir “des jours de salut” (Esaïe 49. 8), car nous sommes secourus. Il y a même parfois le “jour de la détresse” (Psaume 50. 15), mais nous avons l’ultime ressource d’invoquer Dieu. Ils sont nombreux “les jours où l’on a peur”, mais celui qui connaît Dieu peut ajouter : “Je me confierai en Toi” (Psaume 56. 4). Certes, “je ne connais pas le jour de ma mort” (Genèse 27. 2). Mais le tombeau, où a été mis Jésus Christ et qui est vide maintenant, indique à ma foi qu’il a vaincu et qu’il est la résurrection et la vie.

Oui, le titre est bien vrai : « 365 jours d’espérance ». Avec Dieu c’est possible, pour tous les jours qu’il nous donnera encore.

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Payer et offrir


Décembre, c’est le mois de cadeaux. « Achetez, vous payerez plus tard » lisons-nous sur les affiches de certains magasins proposant des crédits à leurs clients pour les inciter à acheter. En parlant de cadeaux, je trouve que ce mot « payer » a quelque chose d’impersonnel. Si je dis par exemple, « je lui ai payé ce vélo », cela souligne que j’ai mis la main au porte-monnaie. Par contre si je dis : « je lui ai offert ce vélo », j’exprime un autre état d’esprit. « Offrir » suggère que l’on a pensé à la personne. « Offrir » enlève la notion de prix pour souligner le plaisir de donner. Par exemple, je peux me payer un livre, mais quand j’ai entre les mains un livre qui m’a été offert par mon fils, je ressens autre chose. Ce livre est différent de celui que j’aurais pu me payer ; il a une valeur affective sans aucun rapport avec sa valeur commerciale.

Quelqu’un a dit : « Offrir, c’est le soleil du verbe payer ». Avant d’offrir un cadeau, je pense à celui qui va le recevoir, je prends le temps de choisir pour lui quelque chose qu’il va apprécier. Offrir, c’est exactement ce que Dieu a fait pour l’humanité. Dieu a pensé aux hommes et a manifesté son amour pour eux en leur offrant ce qu’Il avait de plus cher, son fils Jésus. Il a pensé à nous parce qu’Il nous aime. Nous avons de la place dans son coeur ; chacun de nous représente pour Lui quelqu’un de particulier à aimer. Noël, loin d’être une fête commerciale, est avant tout une histoire d’amour. Chaque année, c’est le rappel que Dieu s’est approché des hommes pour les sauver et que son Amour nous accompagnera toute la vie.

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : 1 Jean chapitre 4 : versets 7 à 21

Passages relatifs

  • Le Christ s’est offert Lui-même en sacrifice pour expier nos péchés, afin de nous délivrer du monde présent dominé par le mal : Il a ainsi accompli la volonté de Dieu, notre Père […]. Galates 1 : 4
  • Du haut de sa demeure sainte, l’Eternel s’est penché vers nous. Du ciel, Il regarde la terre, et Il entend les plaintes de ceux qui sont captifs, Il vient pour détacher les liens des condamnés à mort […]. Psaume 102 : 20-21
  • Le Fils de l’homme (Jésus) est venu chercher et amener au salut ce qui était perdu. Luc 19 : 10
  • Quand Dieu notre Sauveur a révélé sa bonté et son amour pour les hommes, Il nous a sauvés. Tite 3 : 4
  • Même si les montagnes se mettaient à bouger […], mon Amour envers toi ne bougera jamais; mon alliance de paix ne chancellera pas, déclare l’Eternel, rempli de tendresse pour toi. Esaïe 54 : 10
  • Fais-nous contempler, ton amour, ô Eternel ! Accorde- nous ton salut ! Psaume 85 : 8
  • (Jésus a dit) : C’est pour être la lumière que Je suis venu dans le monde, afin que tout homme qui croit en Moi ne demeure pas dans les ténèbres. Jean 12 : 46

Si tu as compris le cadeaux de Dieu pour toi, clique sur l’enveloppe !
Contact

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Répondre à Dieu


“Je me placerai en observation et je me tiendrai sur la tour, et je veillerai pour voir ce qu’Il me dira, et ce que je répliquerai quand Il contestera avec moi”. Habacuc 2. 1

“Vous savez où moi Je vais, et vous en savez le chemin. Thomas Lui dit : Seigneur, nous ne savons pas où Tu vas ; comment pouvons-nous en savoir le chemin ? Jésus lui dit : Moi, Je suis le chemin, la vérité et la vie ; personne ne vient au Père si ce n’est par Moi… Philippe lui dit : Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit”. Jean 14. 4-8

« C’est Dieu qui fera paraître le Christ au moment qu’Il a fixé. Il est la source du bonheur et le seul maître de tout, le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs. » La Bible, 1 Timothée 6:15

Nous sommes frappés par certaines attitudes des disciples face au Seigneur Jésus quand ils ne comprenaient pas ses paroles. La façon de répondre de Thomas, et plus encore celle de Philippe, nous fait penser aux paroles d’Habacuc qui se tenait prêt à répliquer à ce que l’Éternel pourrait lui dire. Comment les personnes divines ainsi interpellées réagissent‑elles ?

Nous admirons comment Dieu a agi avec Habacuc qui était bouleversé par le triomphe apparent du mal. De même, nous admirons comment Jésus a répondu à Tho­mas qui prétendait ignorer le chemin que prenait le Seigneur, et à Philippe qui n’avait pas compris qui était Jésus. Aucune condamnation, aucun reproche même, sinon une nouvelle question à Philippe : “Je suis depuis si longtemps avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe ?” (v. 9). Cela nous interpelle nous aussi. Quelle est notre façon de faire quand nos enfants nous répondent avec un peu d’impertinence ? Nous devons avouer que notre attitude ne reflète pas toujours celle du Seigneur.

Nous sommes loin de comprendre pour quelles raisons Dieu permet telle ou telle cir-constance douloureuse dans notre vie. Nous aimerions en connaître les motifs ou le but. Notre incompréhension nous conduit parfois à ne plus oser prier, par peur de nous mon­trer irrespectueux. Notre esprit bouillonne, notre coeur se remplit d’amertume. Osons interroger Dieu et Lui exposer librement, mais avec respect, ce qui remplit notre coeur, comme Anne, la mère de Samuel. Dans la grandeur de son chagrin, elle répandait son âme devant l’Éternel (1 Samuel 1. 15) et Dieu l’a exaucée.

Dieu connaît nos circonstances et particulièrement celles qui nous font gémir. Si notre esprit se révolte, comme Job, Dieu ne nous en tiendra pas rigueur. Gardons confiance en ses voies de grâce, assurés qu’Il conduit tout pour notre bien à la fin.

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Inspecter sa maison


« Christ habite dans votre cœur par la foi. Je prie que vous soyez enracinés et fondés dans l’Amour » la Bible, Ephésiens 3:17

Comme nous habitons sous les tropiques, nous inspectons la maison pour vérifier que les fourmis ou les termites ne viennent pas s’y établir. Apparemment tout semblait normal lorsqu’un jour, en rentrant de vacances, j’aperçois un début de termitière, là un couloir de fourmis. Il ne faut pas hésiter à traiter régulièrement et déloger au fur et à mesure ces hôtes indésirables sous peine d’avoir des dégâts importants : les fourmis mangent les gaines électriques par exemple, ce qui provoque des court-circuits.

S’il est important d’inspecter son habitation, il faut aussi être attentif à l’état de notre être intérieur. Notre santé spirituelle et émotionnelle est importante. Même s’ils ne se remarquent pas, les problèmes causés par la culpabilité et le remords nous rongent. S’ils ne sont pas traités, ces problèmes s’amplifient et peuvent causer des dégâts importants, jusqu’au dégoût de la vie et même parfois au suicide. Dieu nous aime et ne désire pas que nous nous enfoncions ; il nous appelle à reconnaître nos fautes afin d’en être délivrés. Aucune faute n’est impardonnable ; la Bible le dit : « Si nous reconnaissons nos péchés, Dieu est fidèle et juste et, par conséquent, Il nous pardonnera nos péchés et nous purifiera de tout le mal que nous avons commis. » (1 Jean ch. 1 v. 9). Tout , cela signifie sans exception ! Aucune faute n’est trop grave. Ce qui est impardonnable, c’est de se priver du pardon en refusant de plaider coupable. Approchons- nous de Dieu, avouons-Lui nos fautes ; Il nous libérera de la culpabilité et des remords et nous donnera sa paix.

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Psaume 51 : versets 1 à 14

Lire la suite

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Jean-Baptiste témoigne


«Voilà l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde ! » Jean 1. 29

Jésus vient d’être tenté quarante jours et quarante nuits dans le désert. Le voyant venir vers lui, Jean-Baptiste s’exclame : “Voilà l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde !” (verset du jour) Il ne proclame pas la venue d’un grand rabbin ou d’un réformateur social, il annonce que Jésus est celui qui ôte le péché du monde devant Dieu. Cela ne veut pas dire que le péché va disparaître du monde, mais que le péché, barrière entre Dieu et l’homme, sera enlevé en vertu du sacrifice de Christ, l’Agneau de Dieu. Dieu peut maintenant pardonner à tout coupable.

Deux mille ans auparavant, Abraham monte avec son fils Isaac à Morija, peut-être l’endroit où le temple de Jérusalem a été construit par la suite. Dieu lui a demandé d’of­frir son fils unique en sacrifice. Abraham estime que Dieu peut le ressusciter des morts et il obéit. En marchant, Isaac demande à son père : “Voici le feu et le bois ; mais où est l’agneau pour l’holocauste ?”… “Mon fils, répond Abraham, Dieu se pourvoira de l’agneau pour l’holocauste” (Genèse 22. 7, 8). Abraham n’a pas eu à sacrifier son fils, car Dieu avait préparé un bélier comme substitut à Isaac.

De même Jésus, que Jean-Baptiste voit venir à lui, est le substitut dont Dieu s’est pour­vu pour le salut de l’humanité. Il est l’Agneau de Dieu, un des plus précieux titres du Fils de Dieu, “sans défaut et sans tache, préconnu avant la fondation du monde, mais manifesté à la fin des temps” (1 Pierre 1. 19, 20).

Après avoir baptisé Jésus, Jean-Baptiste le contemple et s’exclame une nouvelle fois avec admiration : “Voilà l’Agneau de Dieu !” (Jean 1. 36). C’est sa dernière rencontre avec Jésus qui, lui, commence son ministère, car il va être jeté en prison et décapité.

Comme prophète de l’ancienne alliance, c’est-à-dire encore sous la Loi, Jean-Bap­tiste ne peut pas aller plus loin. Il s’arrête au bord d’une période spirituelle nouvelle. En entendant le témoignage du prophète, deux de ses disciples suivent Jésus. Eux peuvent franchir la frontière et entrer dans l’ère de la grâce. Personne ne cherche et ne suit Jésus en vain. Ce jour-là, Jésus les invite à demeurer avec Lui, et nous à leur suite (Jean 1. 39, 40).

Merveille de la foi chrétienne : nous pouvons vivre, déjà sur cette terre, dans l’inti­mité de Christ, l’Agneau de Dieu, et recevoir ses communications.

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Un, dieu, trois, quatre, cinq… !


« Tout homme est dépassé, même les plus savants. Tout orfèvre est honteux de sa sculpture sacrée, car son idole n’est que mensonge: le souffle de la vie n’habite pas dans les idoles. » La Bible, Jérémie 10:14

Au Pérou, à 3400 mètres d’altitude, Cuzco correspond à la célèbre citée des Incas qui régnaient sur un empire colossal. Ils avaient un système administratif et politique très élaboré. Un réseau complexe de routes pavées reliait toutes les régions de l’empire ! A cela s’ajoutaient des ponts de corde suspendus (certains dépassants 100 m de long), des canaux d’irrigation et des aqueducs. Que reste-t-il aujourd’hui de cette gloire passée ? Il a suffi de 180 Espagnols conduits par un conquistador pour ébranler cet empire. Pourquoi ? Parce que les Incas ont cru que le chef espagnol était un dieu dont ils attendaient le retour !

Lorsque le Dieu créateur, le Dieu Sauveur, le Dieu qui aime ses créatures est abandonné ou remplacé par d’autres dieux, le compte à rebours vers le chaos est enclenché. L’apôtre Paul a dit : « Depuis la création du monde, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité se voient […]. Les hommes n’ont donc aucune excuse, car […], ils ont refusé de lui rendre l’honneur que l’on doit à Dieu […]. Ils se sont égarés dans des raisonnements absurdes […]. Ainsi, au lieu d’adorer le Dieu immortel et glorieux, ils adorent des idoles […]. » (Romains ch. 1, v. 20 à 23). Par contre, si notre foi est basée sur la Parole de Dieu et sur le salut accompli par Jésus- Christ, nous serons « comme un arbre planté près d’un courant d’eau, qui donne son fruit en sa saison, et dont le feuillage ne se flétrit point : tout ce qu’il fait lui réussit. » (Psaume 1 : 3) Voulons-nous bâtir notre existence sur du solide ?

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Esaïe chapitre 40 : versets 12 à 31

Lire la suite

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , , , | 1 commentaire

Amour divin


« Je t’aime d’un amour éternel, c’est pourquoi je te conserve ma bonté. » Jérémie 31. 3

– “Le Père aime le Fils” (Jean 5. 20). C’est un amour qui n’a ni commencement ni fin, qui est éternel, insondable. De toute éternité, dans les cieux, le Fils faisait les délices du Père (Proverbes 8. 27-31). Descendu sur la terre, Il est l’homme parfaitement obéissant qui peut dire : “C’est mes délices, ô mon Dieu, de faire ce qui est ton bon plaisir” (Psaume 40. 8-9). S’offrant Lui-même en parfait sacrifice, Il donne à son Père un nouveau motif de l’aimer : “À cause de ceci le Père m’aime, c’est que moi Je laisse ma vie afin que Je la reprenne” (Jean 10. 17).

– “Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle” (Jean 3. 16). C’est l’amour souverain de Dieu à l’égard de l’humanité tout entière. Dieu aime les hommes, alors qu’il n’y a rien d’aimable en eux. Il donne son Fils unique et bien-aimé pour chacun de nous ; personne ne pourra dire qu’il n’a pas été aimé par Dieu, que la grâce divine n’était pas pour lui.

– “Le Fils de Dieu… m’a aimé et s’est livré Lui-même pour moi” (Galates 2. 20). C’est l’amour divin qui m’a choisi. Qui manifeste un tel amour ? Le Fils de Dieu Lui-même, celui qui est personnellement l’objet de tout l’amour de son Père. On se sent honoré quand on a l’affection d’un des grands de ce monde. Alors que dire quand on est aimé par le Fils même de Dieu !

– “Christ a aimé l’assemblée et s’est livré Lui-même pour elle” (Ephésiens 5. 25). C’est l’amour de Christ pour l’Église qui est son épouse, qui est toute à Lui. Il viendra personnellement la chercher. Il fera “paraître devant Lui cette Église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irréprochable” (Ephésiens 5. 27). C’est la bienheureuse éternité qui commence.

Comment s’est manifesté l’amour divin ?
– pour le monde : Dieu a donné son Fils unique,
– pour moi : le Fils de Dieu s’est livré Lui-même,
– pour l’Église : Christ s’est aussi livré lui-même.

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , | 2 commentaires

Le premier jour du reste de ma vie


« Restez donc vigilants, puisque vous ne savez ni le jour ni l’heure où le Fils de l’homme viendra. » La Bible, Matthieu 25:13

Avec son mari Alexandre, Sonia Poussin a traversé à pied, du sud au nord, toute l’Afrique. Ils ont ensuite poursuivi leur route jusqu’à Jérusalem. Il leur a fallu plus de trois ans pour réaliser cet exploit. Sonia cite les paroles d’un ami rencontré au cours de ce périple : « Quand je me lève le matin je me dis : aujourd’hui est le premier jour du reste de ma vie. » Pour être encore plus réaliste, il aurait pu ajouter :… et peut-être le dernier jour de ma vie ! Il y a bien longtemps, Moïse a dit au Seigneur : « Enseigne-nous à bien compter nos jours […] » (Psaume 90 v. 12).

Aujourd’hui, ce que nous pouvons faire de mieux, c’est d’accepter le salut préparé pour nous et ne pas remettre à plus tard une décision aussi importante. Dieu a envoyé son Fils Jésus-Christ pour nous sauver parce que nous sommes perdus, c’est-à-dire séparés de Dieu pour toujours, maintenant et après notre mort. Mais Dieu ne nous a pas créés pour nous abandonner, car Il nous aime. Il veut nous pardonner de ne pas l’avoir aimé, de Lui avoir été indifférents ou de l’avoir rejeté. Il veut pardonner le mal que nous avons fait, nous en délivrer et changer notre coeur. Pour cela, Il s’est abaissé jusqu’à nous en s’incarnant dans la personne de Jésus. Il a vécu parmi les hommes, leur a annoncé le salut et l’a accompli en se laissant condamner à la mort de la croix. Cette mort est un sacrifice : celui d’un innocent, le Fils de Dieu. Il accepte de subir le jugement de Dieu à ma place pour que je sois sauvé, pardonné. Ainsi, je ne suis plus séparé de Dieu et je vivrai pour toujours avec Lui après ma mort.

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Hébreux chapitre 10 : versets 1 à 18

Lire la suite

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Dieu est Vivant


Deutéronome 5.26 Quel est l’homme, en effet, qui ait jamais entendu, comme nous, la voix du Dieu vivant parlant du milieu du feu, et qui soit demeuré vivant ?

Matthieu 16.16 Simon Pierre répondit: Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.

1 Thessaloniciens 1.9 Car on raconte, à notre sujet, quel accès nous avons eu auprès de vous, et comment vous vous êtes convertis à Dieu, en abandonnant les idoles pour servir le Dieu vivant et vrai.

Si tu as des questions sur Le Dieu vivant, clique sur l’enveloppe  contact

Dans les commentaires, écris un témoignage de ce Dieu vivant qui t’a transformé la vie.

Publié dans Dieu est... | Tagué , , , , | Laisser un commentaire