Confiance en Dieu


“Moïse dit (aux fils d’Israël) : … Recueillez-en, chacun en proportion de ce qu’il peut manger… Et ils en recueillaient chaque matin, chacun en proportion de ce qu’il mangeait”. Exode 16. 16, 21

« Recommande ton sort à l’Eternel, mets ta confiance en Lui, et Il agira » La Bible, Psaumes 37:5

Dans ce texte, Dieu répond au besoin de nourriture de son peuple. Mais il veut qu’il continue à s’attendre à Lui chaque jour. C’est pour cela qu’il lui interdit de stocker de la nourriture. Certains ont désobéi, et cela n’a pas été profitable (Exode 16. 20).

Il en est de même pour nous. Naturellement, nous n’aimons pas dépendre de Dieu. Nous pensons que c’est imprudent et qu’il est plus sage de stocker… Ah ! Qu’il nous est difficile de compter sur Dieu jour après jour ! Dieu aurait pu donner la manne pour un mois. La recevoir chaque jour était vraiment « l’apprentissage de la dépendance ». Oui, la confiance s’apprend ; elle est étroitement liée à la connaissance de Dieu.

Dieu révélera bien plus tard la grande raison pour laquelle il avait sauvé son peuple et l’avait conduit dans le désert : “Je me fis connaître à eux dans le pays d’Égypte… Je m’étais fait connaître à eux en les faisant sortir du pays d’Égypte… Je les fis sortir du pays d’Égypte et les amenai au désert… afin qu’ils connaissent que je suis l’Éternel” (Ezéchiel 20. 5, 9, 11, 12 ; voir aussi v. 20 et 26). Manifestement, Dieu voulait être connu d’eux : cette ration de manne était, jour après jour, un apprentissage de la confiance en un Dieu Sauveur puissant et fidèle, dans une proximité toujours plus grande avec Lui.

Comme le désert pour Israël, notre environnement est hostile : absence d’éléments pour soutenir notre foi, tentations pour la chair, ruses du diable, raisonnements incré­dules, fragilité de notre condition humaine…

C’est précisément dans ce contexte difficile que la vie de la foi prend tout son sens. Foi en un Dieu qui nous a manifesté tout son amour en nous sauvant par l’oeuvre de Jésus.

Dieu a dit cette terrible parole à propos d’Israël dans le désert : “Ils ne crurent pas Dieu, et ne se fièrent pas en son salut” (Psaume 78. 22). Dieu leur a donné la manne et même de la viande : “avec tout cela ils péchèrent encore, et ne crurent point à ses oeuvres mer­veilleuses” (v. 32).

Ils ont échoué lamentablement dans l’apprentissage d’une dépendance confiante. Qu’en est-il de nous ?

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Toujours joyeux…


“Soyez toujours dans la joie. Priez sans cesse. Remerciez Dieu en toute circonstance: telle est pour vous la volonté que Dieu a exprimée en Jésus‑ Christ” 1 Thessaloniciens 5.16-18

« Quand mon cœur est agité par une foule de pensées, Tes consolations me rendent la joie. » La Bible, Psaume 94:19

Être toujours dans la joie, est-ce vraiment possible ?

Récemment la nouvelle est tombée que les Jeux Universitaires d’Hiver 2021 qui auraient dû avoir lieu mi-décembre en Suisse ont été annulés à cause de la situation sanitaire.

Quelle triste nouvelle pour tous ces jeunes athlètes du monde entier qui se sont préparés et se réjouissaient de cette échéance depuis plusieurs mois (voire années) ! Quelle colère sans doute pour bon nombre de l’équipe d’organisation de ces Jeux qui y ont mis tellement d’heures de travail, d’argent et de cœur à l’ouvrage.

Certainement que tu as aussi vécu des annulations de compétition durant ces deux dernières années ou durant ta carrière et ce genre d’expériences sont sans doute loin de te remplir de joie. Mais alors comment être toujours dans la joie comme le verset biblique d’aujourd’hui nous l’ordonne ?

Ce verset est magnifique, car il donne deux clés incroyables pour vivre cette réalité : celle de développer une vie de prière et une attitude de reconnaissance.

  • Développer une vie de prière : Lorsque l’on prie, on parle à Dieu. Nous sommes en connexion avec Lui et nos regards sont dirigés vers Lui. Quelle espérance, de savoir que nous ne sommes pas obligés de garder nos regards et pensées fixés sur ce que nous vivons de difficile ou de mauvais. Au contraire, lâchons nos regards de notre réalité et posons-les sur Dieu qui est toujours présent et qui peut nous ramener dans un lieu de paix et nous montrer de nouvelles perspectives dans ce que nous vivons.
  •  Développer une attitude de reconnaissance : Ce concept biblique est repris depuis quelques années en psychologie, car des études ont démontré les bienfaits de la gratitude. En effet, lorsque nous sommes reconnaissants, le taux de cortisol diminue dans notre corps. Cette hormone fait partie des 5 hormones du stress et lorsque notre corps en sécrète trop et/ou trop longtemps, cela peut avoir des effets néfastes sur notre santé physique et mentale. Il a donc été prouvé que vivre dans la gratitude diminue le stress et augmente le bien-être physique et mental. Incroyable n’est-ce pas ?

Difficile pourtant de mettre cette parole biblique en pratique, ce d’autant plus que la Bible nous invite à être reconnaissant en TOUTE circonstance. Cela ne dit pas que nous n’avons plus le droit d’être triste ou en colère, d’ailleurs Jésus a été triste à la mort de Lazare (ref. Jean 11.35) par exemple et il a été en colère lorsqu’il était dans la cour du temple de Jérusalem (ref. Luc 19.45-46).

Serait-il donc possible d’être triste à cause de circonstances difficiles tout en restant dans la joie ?

Et si “être toujours dans la joie” était finalement possible en utilisant ces deux clés face à toutes les portes fermées ou qui se claquent dans ta vie ?

Comme tu entraînes régulièrement ton corps et tes muscles pour effectuer les mouvements dont tu as besoin pour ton activité sportive, il en est de même pour tes pensées. Tu peux entraîner ton esprit à diriger ses pensées sur Dieu et sur tout ce pour quoi tu peux être reconnaissant dans ta vie indépendamment de tes circonstances.

Tout comme le sport, cet exercice sera sans doute très difficile au début, mais à force de le faire, cela deviendra toujours plus facile de trouver des sujets de reconnaissance. Tout comme en sport, commence petit et avance pas à pas…

Voici un défi pour toi : prends chaque jour un moment pour écrire ou exprimer à Dieu 3 choses pour lesquelles tu es reconnaissant aujourd’hui. Dès que tu seras à l’aise avec l’exercice, recherches-en 4, puis 5, … continue jusqu’à ce que tu sois toujours dans la joie.

Sandrine Ray
Aumônière Sportive

Si tu veux avoir une attitude reconnaissante, clique sur l’enveloppe !Contact

Publié dans Méditations sportives | Tagué , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Déliés au milieu de la fournaise


“Alors le roi Nebucadnetsar, consterné, se leva précipitamment et prit la parole et dit à ses conseillers : N’avons-nous pas jeté au milieu du feu trois hommes liés ? Ils répondirent et dirent au roi : Certainement, ô roi ! Il répondit et dit : Voici, je vois quatre hommes déliés, se promenant au milieu du feu, et ils n’ont aucun mal ; et l’aspect du quatrième est semblable à un fils de Dieu”. Daniel 3. 24, 25

« De même, la langue est un petit membre et elle peut se vanter de grandes choses. Voyez comme un petit feu peut embraser une grande forêt ! » La Bible, Jacques 3:5

C’est le récit des trois jeunes Hébreux jetés au milieu d’un brasier à cause de leur fidélité à Dieu. Qu’ils en sortent indemnes peut nous étonner. Mais nous l’acceptons par la foi, car nous y voyons la puissance de Dieu : il prend soin de ceux qui se confient en Lui et Il n’est pas assujetti aux lois de la nature. Cherchons à en tirer des enseignements pour nous. Comme Shadrac, Méshac et Abed-Nego, nous sommes parfois « liés » et sans défense dans le feu de l’épreuve. Quelqu’un vient alors nous accompagner dans notre situation difficile : c’est Jésus, Fils de Dieu et aussi Fils de l’homme. Pour le croyant éprouvé, quel calme, quelle paix, quelle sérénité il apporte !

Avant d’être dans la fournaise, les trois Hébreux n’étaient pas des hommes libres : Nebucadnetsar en avait fait ses serviteurs. Rempli de fureur face à leur refus courageux de ne pas se prosterner devant sa statue, il les avait fait ligoter et jeter au milieu du feu. Mais quand les flammes consument leurs liens, ils retrouvent une pleine liberté. Le tyran ne peut pas les atteindre dans la fournaise et ils ont le privilège de se « promener » avec le Fils de Dieu qui traverse l’épreuve avec eux.

Nebucadnetsar est contraint de confesser devant tous “qu’il n’y a pas d’autre Dieu qui puisse sauver ainsi”. Il donne l’ordre aux trois Hébreux de sortir de la fournaise et les honore (v. 26-30). Ainsi le Seigneur, aux yeux de tous, justifie leur confiance en Lui et leur fidélité à son nom.

Tout croyant est soumis à l’épreuve de la foi. Il arrive que, dans certaines situations, elle ressemble à une véritable fournaise sur le plan spirituel. Prenons courage, ayons confiance, car Jésus marche avec nous pour nous délivrer ! Ne nous promet-il pas : “Je ne te laisserai pas et je ne t’abandonnerai pas” ? Aussi nous disons : “Le Seigneur est mon aide ; je ne craindrai pas : que me fera l’homme ?” (Hébreux 13. 5, 6).

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ce qui peut être réalisé par la foi


« Moi, j’ai confiance en ta bonté, j’ai de la joie dans le cœur à cause de ton salut. Je veux chanter en l’honneur de l’Eternel, car Il m’a fait du bien. » La Bible, Psaumes 13:6

Voici un message donné aux athlètes d’hiver du monde entier au travers de cette courte vidéo du CIO intitulée “Nous savons ce qui peut être réalisé dans la confiance (par la foi)” (sous-titres en français disponibles sur l’Olympic Channel > olympics.com)

“La confiance, elle nous manque parfois. Mais nous savons son importance. Avoir confiance en quelqu’un, un membre de notre famille, un ami, un inconnu. C’est puissant. Croire avec toute la passion d’un parent quand ils en ont le plus besoin peut tout changer. A tous les athlètes d’hiver, à toutes les personnes qui nous regardent, je veux dire, je crois en vous ! Nous croyons tous en vous.”

Le message de cette vidéo m’a interpellée et à vrai dire, je ne suis pas d’accord avec ce qui est exprimé.

Est-ce suffisant que quelqu’un ait foi en moi pour réaliser des exploits ?

Connaissant les faiblesses et imperfections de chaque être humain, pouvons-nous réellement dire à quelqu’un “je crois en toi” ?

Ce message semble beau et encourageant, mais pour moi, ce qui est exprimé n’est pas suffisant. Recevoir la confiance de quelqu’un est certes aidant, mais la confiance des humains ne suffit pas pour donner le meilleur de soi dans son sport et dans la vie ou pour persévérer dans l’adversité. Et croire en les capacités de quelqu’un est souvent un encouragement, mais cette confiance peut aussi tout autant apporter son lot de désillusions et de blessures, lorsque les résultats escomptés ne sont par exemple pas au rendez-vous.

Alors, avec le même titre, voici ce que serait mon message d’encouragement aux athlètes :
La confiance nous manque souvent, mais elle est essentielle. La confiance de ou en quelqu’un est encourageante, mais c’est uniquement la confiance en Dieu qui change tout ! (Psaume 37.5). La foi en Dieu est puissante, elle permet de déplacer des montagnes ! (Marc 11.22-23).  L’unique personne en qui je t’encourage à croire, c’est en Jésus car c’est Lui qui te fortifie pour tout accomplir. (Philippiens 4.13). À tous les athlètes d’hiver et à toutes les personnes qui lisent ce texte, je veux dire : En Christ, tu as tout. (Colossiens 2.9‑10). Qu’Il vous fortifie pour votre saison, pour votre vie, pour aller jusqu’au bout avec joie. (Colossiens 1.11) Crois en Jésus !

Références bibliques :

  • Psaume 37.5 : “C’est à l’Eternel qu’il te faut remettre ta vie tout entière. Aie confiance en Lui et Il agira. 
  • Marc 11.22-23 : “Jésus a dit : Ayez foi en Dieu. Vraiment je vous l’assure, si quelqu’un dit à cette colline : “Soulève-toi de là et jette-toi dans la mer”, sans douter dans son coeur, mais en croyant que ce qu’il dit va se réaliser, la chose s’accomplira pour lui. 
  • Philippiens 4.13 : “Je peux tout, grâce à Jésus Christ qui me fortifie. 
  • Colossiens 2.9-10 : “Car c’est en Christ, c’est dans son corps, qu’habite toute la plénitude de ce qui est en Dieu. Et par votre union avec Lui, vous êtes pleinement comblés, car Il est le chef de toute Autorité et de toute Puissance.
  • Colossiens 1.11 : Dieu vous fortifiera pleinement à la mesure de sa puissance glorieuse, pour que vous puissiez tout supporter et persévérer jusqu’au bout – et cela avec joie.

Sandrine Ray
Aumônière Sportive

Si tu veux renouveler ta confiance en Dieu, clique sur l’enveloppe !Contact

Publié dans Méditations sportives | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

S’édifier mutuellement


“Jésus s’en alla. En passant, il vit un homme installé au poste de péage. Son nom était Matthieu. Il lui dit : Suis-moi ! Matthieu se leva et le suivit. Un jour, Jésus était à table chez Matthieu. Or, beaucoup de collecteurs d’impôts et de pécheurs notoires étaient venus et avaient pris place à table avec lui et ses disciples. En voyant cela, les pharisiens interpellèrent ses disciples : Comment votre maître peut-il manger de la sorte avec des collecteurs d’impôts et des pécheurs notoires ? Mais Jésus, qui les avait entendus, leur dit : Les bien-portants n’ont pas besoin de médecin ; ce sont les malades qui en ont besoin. Allez donc apprendre quel est le sens de cette parole : Ce que je veux, c’est la compassion bien plus que les sacrifices. Car je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs.” Matthieu 9.9-13

« Je te loue de ce que je suis une créature si merveilleuse. Tes œuvres sont admirables, et je le reconnais bien. » La Bible, Psaumes 139:14

Aujourd’hui pour le dernier volet de cette série, je te propose de regarder cette vidéo sur la paralympienne Scout Bassett (en anglais)

Née en Chine, Scout a perdu sa jambe droite toute petite dans un incendie. Ensuite adoptée par un couple américain à l’âge de 7 ans, elle dit ne s’être jamais sentie “faire partie” que ce soit à l’école ou en sport. Mais c’est lorsqu’elle a pu courir pour la première fois sur une piste d’athlétisme avec sa prothèse, qu’elle s’est enfin sentie libre et sans limites.

Ce qui me touche le plus dans l’histoire de Scout, c’est qu’elle y raconte avoir entendu à plusieurs reprises qu’elle n’y arrivera pas. Beaucoup de personnes l’incitaient à ne pas avoir de grandes attentes dans la vie à cause de son handicap. A côté de ces discours, il y a aussi eu une personne, un coach, qui a vu son potentiel et non pas son handicap, qui a cru en elle et qui l’a traitée comme n’importe quelle personne valide.

Ce coach a vu plus loin que le handicap, mais surtout il “a pris le temps de l’aimer” et cela a fait toute la différence pour elle et pour lui permettre de devenir une paralympienne !

Aujourd’hui, elle transmet elle aussi de l’amour et des encouragements à des enfants handicapés.

Oui, il suffit d’une personne qui aime et qui voit le potentiel de quelqu’un pour que sa vie soit transformée.

C’est également la manière dont Jésus a transformé de nombreuses vies. Lorsqu’il rencontrait des personnes, ils ne voyaient pas l’état dans lequel ils étaient, il ne les condamnait pas à cause de leurs péchés, ne les limitait pas à leurs maladies ou leurs infirmités. Jésus regardait à leurs cœurs, il voyait le potentiel de chacun et les bénissait.

Ainsi, il mangea avec Matthieu, collecteur d’impôt, méprisé de tous et l’invita à le suivre. La vie de Matthieu a été transformé, il a suivi Jésus et est devenu l’auteur d’un des évangiles qui raconte la vie de Jésus. Ses écrits ont permis durant des siècles, et aujourd’hui encore, à des milliards de personnes de savoir qui est Jésus et de le rencontrer.

Dieu est celui qui nous aime et qui voit le potentiel en nous, Il est celui qui transforme nos vies pour nous sanctifier. Imitons-le !

Comme l’apôtre Paul l’a dit aux Thessaloniciens, je t’invite aussi aujourd’hui avec cette parole à édifier les personnes autour de toi : “Encouragez-vous les uns les autres et édifiez-vous mutuellement, comme vous le faites déjà.” (1 Thessaloniciens 5.11).

Sandrine Ray
Aumônière Sportive

Si tu veux refléter l’amour de Dieu autour de toi, clique sur l’enveloppe !Contact

Publié dans Ta grandeur définie par ton amour | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Une attitude de champion


“Vous n’avez pas encore résisté jusqu’à la mort dans votre lutte contre le péché, et vous avez oublié cette parole d’encouragement que Dieu vous adresse comme à des fils : “Mon fils, ne prends pas à la légère la correction du Seigneur et ne te décourage pas lorsqu’il te reprend. Car le Seigneur corrige celui qu’il aime : il châtie tous ceux qu’il reconnaît pour ses fils.” Supportez vos souffrances : elles servent à vous corriger. C’est en fils que Dieu vous traite. Quel est le fils que son père ne corrige pas ? Si vous êtes dispensés de la correction qui est le lot de tous les fils, alors vous êtes des enfants illégitimes, et non des fils. (…) Notre père nous corrigeait pour un temps limité, selon ses idées, mais Dieu, c’est pour notre bien qu’il nous corrige, afin de nous faire participer à sa sainteté. Certes, sur le moment, une correction ne semble pas être un sujet de joie mais plutôt une cause de tristesse. Mais par la suite, elle a pour fruit, chez ceux qui ont été ainsi formés, une vie juste, vécue dans la paix.” Hébreux 12.5b-8 + 10-11

‘Que votre attitude soit identique à celle de Jésus-Christ’ La Bible, Philippiens 2:5

Voici un texte compliqué, qui peut paraître sévère et qui a malheureusement parfois été utilisé par des personnes malveillantes pour justifier des maltraitances envers les enfants. 

Pourtant Dieu est bon et dans ce texte, ce qui pour moi ressort le plus, c’est le fait que les corrections de Dieu amènent de bons fruits, notamment une vie juste et dans la paix. 

Regarde cette vidéo (en anglais, mais qui se comprend sans parole) qui pour moi, illustre magnifiquement cette vérité biblique.

Oui, les corrections sont sources de tristesse sur le moment, mais elles permettent de développer une meilleure attitude.

Beaucoup de sportifs ont des talents pour réaliser de belles performances, mais le talent ne suffit pas. Le travail, bien sûr, compte beaucoup, mais au-dessus de tout, ce qui permet à un athlète d’être “un vrai champion”, c’est son attitude !

Personnellement, mon attitude, alors que j’étais sportive de haut niveau, n’était souvent pas bonne et j’ai dû demander plusieurs fois pardon à mon équipe ou à mes coéquipières pour mes erreurs. Mes coachs m’ont parfois corrigée, mais je me souviens surtout des corrections de Dieu dans ma vie. Ferme envers moi et en même temps rempli d’amour, lorsque Dieu m’a corrigée, cela m’a à chaque fois remise à ma place. Ses corrections ont amené un profond changement dans mon cœur. Le résultat a toujours été bénéfique pour moi et ceux qui m’entourent et a effectivement ramené de la paix.

Et toi alors ? Tes résultats indiquent peut-être que tu es fort(e), un(e) des meilleurs de ta discipline, mais est-ce que tu es aussi un champion par ton attitude sur, et en-dehors du terrain ?

Comment reçois-tu les corrections de ceux qui t’aiment (y compris Dieu) ?

Fais-en une prière, que tu sois un “vrai champion” par ton attitude inspirée par l’amour et que Dieu te corrige avec toute sa bienveillance tout au long de ce chemin vers sa sainteté.

Sandrine Ray
Aumônière Sportive

Si tu veux placer ton attitude devant Dieu, clique sur l’enveloppe !Contact

Publié dans Ta grandeur définie par ton amour | Tagué , , , , , , , | 1 commentaire

Utiliser nos adversités pour le bien


“Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père qui est plein de bonté, le Dieu qui réconforte dans toutes les situations. Il nous réconforte dans toutes nos détresses, afin qu’à notre tour nous soyons capables de réconforter ceux qui passent par toutes sortes de détresses, en leur apportant le réconfort que Dieu nous a apporté.” 2 Corinthiens 1.3-4

Au-travers de cette vidéo (en anglais), tu découvriras Allyson Felix, la sprinteuse américaine la plus titrée des Jeux Olympiques raconter qu’elle est à la base de nature plutôt réservée. Selon elle, le fait qu’elle soit dotée de talents indéniables pour la course à pied l’a amenée à croire que son rôle sur terre était de performer sur une piste d’athlétisme.

Pourtant cette chrétienne qui témoigne souvent de sa vie en Christ, dévoile dans cette vidéo, qu’aujourd’hui elle s’engage pour une cause peu connue, celle du grand taux de mortalité des femmes noires en couche. En effet, les femmes de couleur ont 4 fois plus de risques de complications en couche, qui parfois mènent à la mort de la maman, que les autres femmes. Elle-même a subi des complications lorsqu’elle a donné naissance à sa fille et a subi une césarienne en urgence. Elle s’en est bien sortie et aujourd’hui, elle utilise cette expérience traumatique et douloureuse, ainsi que son statut reconnu de championne, pour que les risques des femmes noires enceintes diminuent. Elle se lève pour que toutes ces femmes noires en Amérique et dans le monde, soient mieux protégées en donnant la vie et pour que leurs enfants puissent grandir auprès de leur maman.

Ce témoignage est magnifique, car il démontre que Dieu peut transformer toutes nos adversités pour le meilleur.

Cela rejoint aussi cette parole de Paul dans sa lettre aux Corinthiens qui dit que Dieu nous a réconforté dans nos détresses, afin que nous puissions réconforter ceux qui passent aussi par toutes sortes de détresses.

Allyson en témoigne, elle est de nature plutôt réservée, pourtant, elle a choisi de se lever pour cette cause. Permettre Dieu d’utiliser nos adversités pour les transformer en bien demande souvent du courage. Le courage d’oser témoigner de vécus douloureux pour encourager ceux qui passent par des difficultés, le courage aussi de se battre pour que des situations injustes changent.

Allyson a remporté de nombreuses médailles olympiques, mais son chemin est aussi et encore parsemé d’épreuves et de difficultés. Son rôle ne s’arrête pas à celui de championne sportive.

Et toi ? Souhaites-tu aussi laisser Dieu utiliser tes adversités pour faire le bien ? Fais-en une prière.

Que Dieu te guide et te donne force et courage pour te lever et réconforter ceux qui passent par toutes sortes de détresses !

Sandrine Ray
Aumônière Sportive

Si tu veux te laisser guider par Dieu dans la vie, clique sur l’enveloppe !Contact

Publié dans Ta grandeur définie par ton amour | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Faire le bien


“Voici ce que vous devriez dire : “Si le Seigneur le veut, nous vivrons et nous ferons ceci ou cela !” Mais en réalité, vous mettez votre orgueil dans vos projets présomptueux. Tout orgueil de ce genre est mauvais. Or, qui sait faire le bien et ne le fait pas se rend coupable d’un péché.” Jacques 4.15-17

Parfois, lorsque nous sommes concentrés sur un objectif ou une tâche à accomplir, nous ne voyons pas ce qu’il se passe à côté de nous.

Intéressant et difficile qu’est le passage d’aujourd’hui, car il dit que le péché, ne signifie pas seulement faire quelque chose de mauvais, mais “manqué la cible” selon Dieu peut aussi vouloir dire ne pas faire le bien que l’on peut faire.

Intéressant aussi de voir dans ce passage, que l’orgueil ou se croire supérieur, peut être la source pour ne pas aider autrui.

En tant que sportif, nous pouvons très vite devenir orgueilleux, lorsque nous connaissons le succès, lorsque nous sommes au top niveau.

Pourtant, même dans les plus grandes compétitions, même aux JO, même dans les moments difficiles ou dans les moments intenses, il est tout de même toujours possible de “faire le bien” autour de soi.

“Faire le bien”, qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire ?

Voir la personne à côté, faire des gestes, parfois minimes, qui aident.  Un mot, un sourire, quelque chose de tout simple parfois. Alors que je travaille en ce moment dans un centre qui propose de la physio et aumônerie pour les athlètes de haut niveau, j’ai vu de nombreux gestes bienveillants, tels que laisser sa place pour un massage à quelqu’un qui en a plus besoin, une athlète qui a offert la nourriture qui lui restait avant de partir, un autre athlète qui a stoppé son entraînement pour enlever les cônes de la piste lorsqu’un employé arrivait pour passer la tondeuse, et tant d’autres exemples de gestes qui passent souvent inaperçus. Pas de médailles, pas d’applaudissements ici-bas pour ces gestes-là, mais initiés par l’amour, ils ont une portée éternelle. Et ces attentions font certainement la différence pour la (les) personne(s) qui en bénéficie(nt)

Alors où que tu sois et quel que soit ton rôle, comme dirait Jésus :
“Va et toi, fais de même !” (Luc 10.37)

Sandrine Ray
Aumônière Sportive

Si tu veux faire le bien avec Dieu, clique sur l’enveloppe !Contact

Publié dans Ta grandeur définie par ton amour | Tagué , , , , , , , | 1 commentaire

Paroles de vie


“La mort et la vie sont au pouvoir de la langue : qui aime se répandre en parole mangera les fruits qu’elles auront produits.” Proverbes 18.21

“D’aimables paroles sont comme un rayon de miel : douces pour l’âme et bienfaisantes pour le corps.” Proverbes 16.24

“Les paroles des bavards blessent comme des coups d’épée, tandis que le langage des sages est comme un baume qui guérit.” Proverbes 12.18

“Des paroles prononcées bien à propos sont comme des pommes d’or avec des ciselures d’argent. Un avertissement donné par une personne sage et reçu d’une oreille attentive est comme un anneau d’or et une parure d’or fin.” Proverbes 25.11-12

Cette série s’intéresse à nos actes. Sont-ils inspirés par l’amour ?

Savais-tu que certains de tes actes quotidiens ont le pouvoir de faire grandir, de guérir ou de blesser et détruire : ces actes sont les paroles que tu prononces.

Lors d’une formation pour adapter des sessions de sport pour les personnes en situation de handicap, nous avons fait un exercice avec 2 équipes. Chaque équipe avait 5 minutes pour réaliser une pyramide humaine originale avec un certain nombre de règles à respecter.

Pendant ces 5 minutes, la monitrice est allée vers la première équipe et leur a dit: “Elle n’est pas très originale votre idée, par certaine que vous allez y arriver. Faites mieux que ça sinon vous allez louper ce défi”.

Ensuite elle est allée vers la deuxième équipe et leur a dit : “Bravo ! wow, quelle bonne idée vous avez eue. Je suis certaine que vous pouvez aller encore plus loin pour l’améliorer.  Continuez, vous allez y arriver !”

Devinez quelle équipe a effectué la plus belle pyramide à la fin des 5 minutes ?

La 2ème équipe bien sûr ! Et bien plus encore, chaque participant de cette équipe avait le sourire aux lèvres et beaucoup de joie à faire ce défi. Quant à la première équipe, ils ont terminé le défi avec une pyramide, mais tous en étaient insatisfaits. Ils ont changé d’idée à plusieurs reprises, ont manqué d’unité d’équipe et cet exercice était loin d’être une partie de plaisir pour eux. Le pouvoir des paroles !

La Bible est très claire à ce propos, nos paroles peuvent amener la mort ou la vie dans la vie des personnes à qui nous parlons.

Peut-être qu’en tant que sportif, tu as expérimenté la différence entre un coach qui t’encourage et celui qui te rabaisse et les effets que ces paroles ont, non seulement sur tes performances, mais surtout sur ton cœur et ton estime de toi.

Et toi ? Tes paroles sont-elles inspirées par l’amour, sont-elles porteuses de vie ?

Fais-en une prière, demande pardon pour toutes les paroles blessantes que tu as prononcées et prie que tes paroles aient un impact positif et éternel sur les autres. 

Sandrine Ray
Aumônière Sportive

Si tu veux maîtriser tes paroles avec l’aide de Dieu, clique sur l’enveloppe !Contact

Publié dans Méditations sportives, Ta grandeur définie par ton amour | Tagué , , , , , , , , , , | 1 commentaire

L’amour en action


“Que l’amour inspire toutes vos actions.” 1 Corinthiens 16.14

Pour ces prochains jours, je te propose une nouvelle série intitulée “Ta grandeur définie par ton amour”.

En tant que sportif, nous recherchons souvent les exploits, la grandeur nous souhaitons être connus et reconnus pour ce que nous avons réalisé.

Mais alors que la Bible nous encourage à ce que toutes nos actions soient inspirées par l’amour, t’es-tu déjà demandé quelles intentions se cachent derrière tes actions ?

L’apôtre Paul exprime cette vérité hyper forte : “Si même je sacrifiais tous mes biens, et jusqu’à ma vie, pour aider les autres, au point de pouvoir m’en vanter, sans l’amour, cela ne me servirait à rien.” (1 Corinthiens 13.3).

Difficile de lire que sans amour rien n’est utile. Par contre, toutes nos actions lorsqu’elles sont remplies d’amour peuvent vraiment faire la différence dans notre vie et celle des autres.

Être connu et reconnu pour avoir fait une différence dans la vie de quelqu’un, n’est-ce pas cela, “un exploit” ?

Dans ma carrière sportive, je ne me souviens pas forcément des résultats des matchs que j’ai disputés, ni de mes performances ou de mes statistiques, mais je me souviens des personnes qui m’ont aidées, des paroles d’encouragement que j’ai reçues, de ceux qui ont cru en moi, qui m’ont fait confiance, des mains tendues, des amitiés, bref, de tout ce qui a fait une différence dans ma vie et m’a aidé à continuer, à avancer.

Au cours des prochaines semaines, nous verrons différents exemples d’actes remplis d’amour et de la différence que cela peut faire dans une vie.

En attendant, je te laisse avec ces questions :

Tes actes sont-ils inspirés par l’amour ?

Sinon, comment peux-tu aimer au travers de ce que tu fais ?

Sandrine Ray
Aumônière Sportive

Si tu veux prier pour aimer plus, clique sur l’enveloppe !Contact

Publié dans Méditations sportives, Ta grandeur définie par ton amour | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ce que Jésus donne


“Sa divine puissance nous a donné tout ce qui concerne la vie et la piété, en nous faisant connaître celui qui nous a appelés par la gloire et par la vertu”. 2 Pierre 1. 3

– L’eau vive

Celui qui boira de l’eau que je lui donnerai, moi, n’aura plus soif, à jamais ; mais l’eau que je lui donnerai sera en lui une fontaine d’eau jaillissant en vie éternelle” (Jean 4. 14). La Samaritaine à qui le Seigneur s’adresse a soif de bonheur, de paix, de repos pour son âme. Jésus lui apporte tout cela. Plus encore, Jésus lui donne la vie éternelle pour elle-même et elle devient une fontaine de vie pour les autres.

– La vie éternelle

Moi, je leur donne la vie éternelle ; elles ne périront jamais, et personne ne les arra­chera de ma main” (Jean 10. 28). Je suis une brebis du bon Berger. Il m’a donné sa vie qui me permet d’entretenir avec lui une relation d’amour dans la liberté et dans la paix. Cette relation de vie donnée par Christ est indestructible, quelles que soient mes cir­constances. Seigneur, que ton don de vie est glorieux !

– Le repos

Venez à moi, vous tous qui vous fatiguez et qui êtes chargés, et moi, je vous donne­rai du repos” (Matthieu 11. 28). Beaucoup de personnes sont fatiguées et chargées de leurs péchés, de leurs erreurs, de leurs fautes envers Dieu et envers les hommes. Jésus dit à ces personnes : “Venez à moi”. Jésus est le seul à pouvoir vous décharger et vous donner du repos, le repos de la conscience, car il s’est chargé de vos iniquités pour vous en déchar­ger. Mais c’est à vous de venir à lui !

– La paix

Je vous laisse la paix ; je vous donne ma paix ; je ne vous donne pas, moi, comme le monde donne. Que votre coeur ne soit pas troublé, ni craintif ” (Jean 14. 27). Nous étions révoltés contre Dieu, la colère divine pesait sur nous. Mais, par son sacrifice, Jésus a fait la paix. Il offre sa paix, celle qu’il a faite devant Dieu pour nous rendre parfaits et nous introduire dans la faveur de Dieu. Avec sa paix, il nous donne aussi la grâce d’être enfants de Dieu, une faveur glorieuse inimaginable.

Eau vive, vie éternelle, repos, paix, Jésus en fait don à quiconque croit, en vertu de son oeuvre accomplie une fois pour toutes sur la croix où il a vaincu Satan.

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

La paix au milieu de nous


“Que la paix instaurée par Christ gouverne vos décisions. Car c’est à cette paix que Dieu vous a appelés pour former un seul corps. Soyez reconnaissants.” Colossiens 3.15

« Que l’Eternel se tourne vers toi et te donne la paix ! » La Bible, Nombres 6:26

Ce texte de Colossiens 3 parle des rapports à entretenir entre croyants et appelle à l’unité afin que nous formions un seul corps.

Toutes nos décisions dirigées par la paix ?!

Est-ce vraiment possible dans un milieu comme le sport, où la concurrence fait rage.

Et sur le terrain, lorsque ma mission est de battre l’adversaire, comment la paix peut-elle gouverner mes décisions pendant la partie ?

Comment promouvoir l’unité avec mes coéquipiers-concurrents ou adversaires croyants ?

Je suis toujours impressionnée par la culture du rugby. Durant un match de rugby, les joueurs se battent de manière acharnée sur le terrain et puis, une fois le match terminé, ils se retrouvent tous ensemble, les deux équipes, pour aller boire un verre. Étonnantes donc que ces scènes surréalistes, où des joueurs balafrés rigolent avec ceux qui les ont meurtris. Comment est-ce possible ? Sans doute parce que l’amour du jeu les rassemble. Ils reconnaissent que chacun s’est donné à fond sur le terrain pour honorer le sport qu’ils aiment tant et édifier leur équipe. Qu’il fasse partie de l’une ou l’autre équipe, le respect est donc là d’avoir mis un même cœur sur le terrain.

Entre croyants, il y a tant de sujets qui peuvent nous diviser. C’est d’ailleurs la recherche du diable et la signification de son nom “celui qui divise”. C’est pourquoi la Bible nous invite si souvent à la paix et à l’unité.

Alors malgré nos différences, nos divergences d’opinion, nos manquements et les blessures infligées réciproquement, gardons en vue ce qui nous rassemble : chacun souhaite honorer Dieu et faire de son mieux dans l’équipe du Royaume des Cieux, avec un même cœur pour Jésus. Soyons aussi reconnaissants de nos diversités qui mettent en valeur ce corps de Christ et le rendent plus fonctionnel.

Alors que nous nous apprêtons à célébrer Noël, souviens-toi de ce que la multitude d’anges de l’armée céleste ont chanté pour annoncer la venue de Jésus sur terre : “Gloire à Dieu au plus haut des cieux ! Et paix sur la terre aux hommes qu’il aime.” (Luc 2.14)

Jésus, le prince de paix, est aujourd’hui encore au milieu de nous, es-tu à son service ?

Et comment faire concrètement la promotion de la paix auprès de nos frères et sœurs en Christ ?

Sandrine Ray
Aumônière Sportive

Si tu veux promouvoir la paix autour de toi, clique sur l’enveloppe !Contact

Publié dans Méditations sportives | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

La formation du disciple


“Jésus… dit à Philippe : Où pourrons-nous acheter des pains… ? Mais Il disait cela pour le mettre à l’épreuve : Lui-même savait ce qu’Il allait faire”. Jean 6. 5, 6

La question que Jésus pose à Philippe : “Où pourrons-nous acheter des pains, afin qu’ils mangent ?” place le disciple dans une situation qui ressemble un peu à celle qu’ont connue Moïse et Élisée (Nombres 11. 13 ; 2 Rois 4. 43). Elle met en évidence l’étendue des besoins essentiels de l’homme autant que son impuissance à les satisfaire.

Les disciples devaient apprendre cette vérité avant de pouvoir exercer leur ministère après le départ du Seigneur. Jésus va donc tester leur foi pour les préparer à répondre de la bonne manière aux besoins spirituels auxquels ils seront bientôt confrontés. Par sa question, il leur montre qu’il n’écarte pas le problème en renvoyant la foule ou en l’abandonnant à ses propres ressources ; son intention est de la nourrir.

Évaluer les besoins, avant de passer à l’action, est certainement un bon premier pas. Cependant si, en estimant les ressources à disposition, on ne compte que sur les siennes propres, on arrive obligatoirement à la conclusion qu’elles sont irrémédiablement insuf­fisantes. C’est l’expérience de Moïse : “D’où aurais-je de la chair ?” (Nombres 11. 13) ou du serviteur d’Élisée : “Comment mettrai-je ceci devant cent hommes ?” (2 Rois 4. 43). Toutefois le Seigneur désire nous enseigner à ne compter que sur Lui, comme Josaphat en fait l’expérience : “Nous ne savons ce que nous devons faire, mais nos yeux sont sur toi !” (2 Chroniques 20. 12).

La raison la plus évidente de cette formation est de nous épargner les échecs et, par conséquent, le découragement, les regrets ou la crainte de continuer notre service. C’est aussi celle de nous garder d’une surestimation de nos ressources, ou de nous confier en elles, qu’elles soient matérielles, intellectuelles, physiques ou même… spirituelles ! Dieu veut nous enseigner à l’honorer d’une totale confiance dans les ressources qu’il met à notre disposition pour le service qu’Il nous confie : “notre capacité vient de Dieu” (2 Corinthiens 3. 5).

Dans ce service, il doit être évident que “l’excellence de la puissance (est) de Dieu et non pas de nous” qui ne sommes que des “vases de terre”, dépositaires cependant d’un inestimable “trésor” (2 Corinthiens 4. 7). “Lorsque je suis faible, alors je suis fort” (2 Corinthiens 12. 10) car, dans les mains du Seigneur, peu devient beaucoup.

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Courir comme un dératé


“Qui est Dieu, sinon l’Eternel ? Qui est un roc ? C’est notre Dieu ! C’est Dieu qui m’arme de vaillance, il me trace un chemin parfait. Grâce à lui, je cours comme une gazelle, il me fait prendre position sur les hauteurs.” Psaume 18.32-34

courir

« Je cours vers le but pour remporter le prix de l’appel céleste de Dieu en Jésus-Christ. » La Bible, Philippiens 3:14

“Courir comme un dératé” : Expression signifiant courir vite et longtemps.

Cette expression est née d’une croyance de l’Antiquité : on pensait que la rate était responsable des points de côté. Les athlètes qui voulaient améliorer leurs performances buvaient des préparations censées assécher cet organe. On dit même que certains recouraient à l’ablation : ils étaient littéralement “dératés”.

Il existe toutes sortes de croyances et de connaissances, qui changent avec le temps. Aujourd’hui, on trouve cette théorie folle et pourtant hier elle avait sans doute tout son sens.

Cette expression est encore utilisée aujourd’hui. Et qui sait ce qui est juste dans notre pratique sportive aujourd’hui et qui semblera fou demain.

La Parole de Dieu, elle, ne change pas contrairement à ce qui est dit et “vendu” dans ce monde.

As-tu déjà remarqué ce verset du Psaume 18, il parle de courir comme une gazelle. Dingue! Cette image a traversé les temps et wow, cela semble incroyable de pouvoir courir comme une gazelle. La gazelle est un animal qui court parfois très vite et longtemps, qui fait aussi parfois des pauses et qui se restaure.

Celui qui a créé la gazelle est le même qui t’a créé toi. Ne serait-ce pas plus fiable de rechercher Ses réponses, Son chemin, ce qui est bon et juste auprès de Lui ?

La Bible dit également : “Mets ta confiance en l’Eternel de tout ton cœur et ne te repose pas sur ta propre intelligence. Tiens compte de Lui pour tout ce que tu entreprends, et Il te conduira sur le droit chemin.” (Proverbes 3.5-6)

L’apôtre Paul a souvent utilisé la course comme image pour la vie de disciple. Une course qui peut être longue et périlleuse. Dans 2 Timothée 4.7, il dit avoir achevé sa course et avoir gardé la foi. La vitesse et la longueur de cette course sera propre à chacun.

La question est plutôt comment vas-tu courir cette course ? Comme un dératé (selon les théories du monde) ou comme une gazelle (en suivant ton Créateur) ?

Sandrine Ray
Aumônière Sportive

Si tu veux suivre ce que Dieu dit, notamment dans la Bible, clique sur l’enveloppe !Contact

Publié dans Méditations sportives | Tagué , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Son étoile


“Où est le roi des Juifs qui a été mis au monde ? Car nous avons vu son étoile en orient et nous sommes venus Lui rendre hommage”. Matthieu 2. 2
“Je regarde tes cieux… et les étoiles que Tu as disposées”. Psaume 8. 3

« … Attendant que la lumière du jour paraisse et que l’étoile du matin éclaire vos cœurs. » La Bible, 2 Pierre 1:19

Beaucoup d’astronomes, dont l’illustre Kepler, ont pris très au sérieux l’apparition de « l’étoile de Bethléem  ». Ils ont même consulté les plus anciennes archives chinoises pour essayer de dater ce phénomène unique. Leurs conclusions sont intéressantes, mais ne sont… que des hypothèses.

Les mages, eux, à l’apparition de cette étoile, ont su de quoi il s’agissait : le roi des Juifs était né. Connaissaient-ils la prophétie de Balaam relative à “l’étoile qui surgirait de Jacob” (Nombres 24. 17) ? Connaissaient-ils les indications précises de l’ange Gabriel concernant le temps de la venue du “Messie” révélées à Daniel (Daniel 9. 25) ? Estimaient-ils que, selon cette prophétie, “l’accomplissement du temps” était arrivé (Galates 4. 4) ? La Parole de Dieu ne le précise pas. Mais, à l’apparition de l’étoile, ils se sont mis en route, avec des cadeaux dignes, à leurs yeux, du roi auquel ils allaient rendre hommage.

À Jérusalem à la naissance de Jésus, à part Anne et Siméon, Elisabeth et Zacharie et “ceux qui attendaient la délivrance” (Luc 2. 38), il n’y a aucune réaction des principaux sacrificateurs, ni des scribes, ni des pharisiens ! Il faut l’arrivée des mages, un peu plus tard, pour provoquer des questions et, au lieu de se réjouir, toute la ville est troublée. On le comprend : ils apprennent que le Messie est né par des Orientaux qui arrivent, guidés par “son étoile” !

Que notre Dieu est grand et puissant ! Le peuple d’Israël, à qui ses oracles avaient été confiés (Romains 3. 2), aurait dû savoir où et quand le Christ naîtrait (Michée 5. 2). Mais, assujetti aux Romains, exploité par Hérode, égaré par les pharisiens, il avait perdu de vue la venue de son Messie. Du coup, il ignorait sa naissance. Pourtant le Fils de Dieu ne resterait pas sans l’hommage dû à sa divine royauté. Dieu, par l’apparition d’une étoile qu’il fait luire souverainement, instruit les mages de la naissance du Christ et les conduit à Bethléem.

Aujourd’hui aussi, le monde ignore Jésus. Cependant, sujet “d’une très grande joie” (Matthieu 2. 10), l’adoration du Fils par les chrétiens s’exprime désormais dans le monde entier. Dieu y veille et y veillera “jusqu’à ce qu’il vienne” (1 Corinthiens 11. 26), malgré l’indif­férence, malgré l’hostilité !

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire