Grandeur ou décadence ?


Claude Lévi-Strauss, ethnologue du vingtième siècle, a dit : « la population mondiale comptait à ma naissance un milliard et demi d’habitants… et atteindra 9 milliards dans quelques décennies. Les démographes prévoient que la population déclinera ensuite… et qu’une menace pèsera sur la survie de l’espèce… » Lévi-Strauss dit aussi : « le monde a commencé sans l’homme, il s’achèvera sans lui ». Il résume ce que bien des gens pensent, mais pas ce que Dieu dit. Dieu ne nous laisse pas sans espoir. Il est vrai que Jésus-Christ a annoncé la fin du monde et décrit les temps difficiles qui précéderont : « On verra se dresser une nation contre une nation […] ; il y aura des famines et des tremblements de terre en divers lieux. […] le mal ne cessera de croître […] » (Matthieu ch. 24 : v. 7 à 12). Mais Jésus a aussi dit : « […] je suis moi-même avec vous chaque jour, jusqu’à la fin du monde » (Matthieu ch. 28 v. 20). Après sa résurrection, Jésus est allé «nous préparer une place » dans le ciel. Il a dit : « Lorsque je vous aurai préparé une place, je reviendrai et je vous prendrai avec moi, afin que vous soyez, vous aussi, là où je suis. » (Jean ch. 14 v. 2-3). Le chrétien sait que le monde a commencé parce que Dieu l’a voulu et qu’avant la fin, Jésus reviendra pour prendre auprès de Lui les chrétiens encore présents sur terre. Ce que la Bible nous dit est donc encourageant : le monde n’a pas commencé avec l’homme, car Dieu était là avant. Et c’est Dieu qui contrôlera sa fin. Ceux qui reconnaissent Jésus-Christ comme leur Sauveur et qui l’aiment n’ont pas à avoir peur.

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : 1 Thessaloniciens ch. 4 : v. 13 à ch. 5 : v. 11

Passages relatifs

  • Jésus a dit à ses disciples) : je suis moi-même avec vous chaque jour, jusqu’à la fin du monde. Matthieu 28 : 20
  • […] C’est Lui qui est notre Dieu. Nous comptions patiemment sur Lui et Il nous a sauvés. Oui, c’est dans le Seigneur que nous avons mis notre espoir. Quelle joie, quelle allégresse de l’avoir comme Sauveur ! Esaïe 25 : 9
  • […] le Christ s’est offert une seule fois en sacrifice pour porter les péchés de beaucoup d’hommes. Et Il viendra une seconde fois […] pour sauver ceux qui attendent de Lui leur salut. Hébreux 9 : 28
  • […] Tenez-vous donc en éveil, puisque vous ignorez quel jour votre Seigneur viendra. […] tenez-vous prêts, car c’est à un moment que vous n’auriez pas imaginé que le Fils de l’homme viendra. Matthieu 24 : 42 et 44
  • Encore un peu de temps, un tout petit peu de temps, et celui qui doit venir (Jésus) viendra, Il ne tardera pas. Hébreux 10 : 37
  • Le Seigneur n’est pas en retard dans l’accomplissement de sa promesse (de revenir) […] Il fait simplement preuve de patience […], car […] Il voudrait […] que tous parviennent à se convertir. 2 Pierre 3 : 9
  • […] tenez votre esprit en éveil et ne vous laissez pas distraire ; mettez toute votre espérance dans la grâce qui vous sera accordée le jour où Jésus-Christ apparaîtra. 1 Pierre 1 : 13

Si, tu veux annoncer ton assurance du retour de Jésus, clique sur l’enveloppe :
Contact

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ordre ou choix ?


“J’ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives… en aimant l’Éternel, ton Dieu, en écoutant sa voix, et en t’attachant à Lui”. Deutéronome 30. 19

« Je choisis le chemin de la vérité, je me conforme à tes décisions. » la Bible, Psaume 119:130

Le peuple d’Israël termine sa longue traversée du désert et arrive à proximité du pays promis. De la part de l’Éternel, Moïse complète la Loi donnée en Horeb par des com­mandements appropriés à la vie sédentaire qui attend les Israélites en Canaan. Avant de céder la place à Josué, il les place en face de leur responsabilité : “Choisis…”.

En effet, deux chemins s’ouvrent devant eux :

  • celui de l’attachement à l’Éternel qui leur a prouvé son amour et sa puissance pen­dant toute une génération, qui s’est tenu près d’eux, même s’il restait invisible. Cette attitude de confiance et d’obéissance conduit à la vie et à la bénédiction ;
  • celui, très tentant, de l’idolâtrie, celui de l’acceptation facile d’idoles bien visibles que l’on peut toucher, celui de la libre pratique de toutes sortes de coutumes charnelles. Ce chemin mène à la désillusion, au châtiment divin et à la mort.

Devant le choix qui se présente au peuple, Moïse donne un ordre, celui de choisir la seule voie qui ait l’approbation de Dieu et qui leur assure le bonheur.

De même, de nos jours, pour tous les hommes, il y a deux chemins possibles : celui du salut en Jésus Christ et celui de la perdition éternelle. Mais Dieu place les hommes devant une obligation : Il “ordonne maintenant aux hommes que tous, en tous lieux, ils se repentent” (Actes 17. 30).

Pour nous croyants, il y a aussi, tout au long de notre vie, deux chemins devant nous :

  • celui de l’amour pour Dieu, de la confiance en Lui, de la recherche de “ce qui est en haut” (Colossiens 3. 1), de la perspective de l’éternité ;
  • celui de l’égoïsme, de la confiance en soi, de la poursuite des fausses valeurs dans les choses visibles, du laisser-aller.

Un chrétien a-t-il le choix entre les deux ? Bien sûr que non ! Pour que nous ne nous trompions pas, Dieu a placé dans sa Parole des panneaux de signalisation que nous exa­minerons la semaine prochaine.

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Un parent commun


« Ainsi donc, vous n’êtes plus des étrangers ni des résidents temporaires; vous êtes au contraire concitoyens des saints, membres de la famille de Dieu. » La Bible, Ephésiens 2:19

Lors d’une réunion associative il y a trois ans, j’ai rencontré une personne portant le même nom que moi. Comme j’habite loin de ma région d’origine et que notre nom n’est pas commun, cela m’a amusé. Nous nous sommes donc immédiatement posé des questions : — De quel village viens-tu ? — Où es-tu allé à l’école ? — Comment s’appelait ton père, et ton grand-père ? Après quelques minutes de conversation, nous découvrions que nous venions du même village, que nos grands-pères étaient cousins. C’était passionnant de découvrir des racines communes à des milliers de kilomètres de notre lieu d’origine !

La filiation est quelque chose d’important et permet de reconnaître quelqu’un de sa famille. Les croyants ont un Père commun : Dieu, et une famille commune : l’Eglise. L’Eglise est la famille formée de tous ceux qui ont personnellement répondu « oui » à l’offre de salut en Jésus-Christ, révélée par le témoignage de la Bible. Jésus-Christ aime son Eglise, la guide et en prend soin. Localement, les chrétiens se retrouvent régulière-ment avec leur famille spirituelle pour vivre ensemble leur foi : c’est l’église locale, l’assemblée des croyants. La Bible la compare au corps humain formé de membres différents ayant chacun leur utilité pour son bon fonctionnement. Un bras ou une jambe ne peuvent pas fonctionner seuls. De même, un chrétien ne peut pas vivre seul sa foi. Il a besoin des autres et de l’enseignement de la Parole de Dieu pour grandir et persévérer dans la foi.

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Hébreux chapitre 2 : versets 10 à 15

Passages relatifs

  • (Les premiers chrétiens) s’attachaient à écouter assidûment l’enseignement des apôtres, à vivre en communion les uns avec les autres, à rompre le pain et à prier ensemble. Actes 2 : 42
  • […] cherchons toujours ce qui contribue à favoriser la paix et à nous faire grandir les uns les autres dans la foi. Romains 14 : 19
  • Mes chers amis, aimons-nous les uns les autres, car l’amour vient de Dieu. Celui qui aime est né de Dieu et il connaît Dieu.  1 Jean 4 : 7
  • […] Oh ! Quel plaisir c’est, pour des frères, et quel bonheur que d’être ensemble ! Psaume 133 : 1
  • Que chacun de nous recherche la satisfaction de son prochain pour le bien de celui-ci, en vue de l’aider à grandir dans la foi. Romains 15 : 2
  • […] encouragez-vous les uns les autres et aidez-vous mutuellement à grandir dans la foi […]. 1 Thessaloniciens 5 : 11
  • […] unis au Christ, vous avez été intégrés ensemble à cette construction (de Dieu, l’Eglise) pour former une demeure où Dieu habite par l’Esprit. Ephésiens 2 : 22

Si, tu veux proclamer que la communion fortifie ta foi, clique sur l’enveloppe :
Contact

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Le début de l’Église


“(Jésus) leur ouvrit l’intelligence pour comprendre les Écritures. Et il leur dit : Il est ainsi écrit ; et ainsi il fallait que le Christ souffre, qu’il ressuscite d’entre les morts le troisième jour”. Luc 24. 45, 46
(Le Seigneur leur dit) : “Vous recevrez de la puissance, le Saint Esprit venant sur vous ; et vous serez mes témoins… jusqu’au bout de la terre”. Actes 1. 8

La fin des évangiles raconte la mort de Jésus et le mystère de sa résurrection. Les disciples, qui sont juifs, ne comprennent pas que celui qu’ils ont reconnu comme le Messie et le Fils de Dieu puisse mourir. Aussi vivent-ils cet événement dans une profonde détresse et avec de nombreuses interrogations.

Le jour de sa résurrection, le Seigneur rencontre les femmes qui l’avaient suivi durant son ministère, puis ses disciples. À tous, Il se fait connaître comme le ressuscité, ce qui les étonne. Il doit alors leur « ouvrir » l’intelligence pour qu’ils comprennent que sa mort et sa résurrection sont l’accomplissement des Écritures (Luc 24. 44-46). Ils finissent par se ressaisir et ils acceptent cette bonne nouvelle. Mais ils attendent encore l’avènement du “royaume pour Israël” (Actes 1. 6). Le Seigneur leur montre que le royaume sera rétabli pour Israël, mais que ce n’est pas le moment. Par contre, Il leur renouvelle la promesse du Saint Esprit comme une force personnelle et collective : “Vous recevrez de la puissance, le Saint Esprit venant sur vous”. Il leur confie un programme prioritaire : “Vous serez mes témoins à Jérusalem et dans toute la Judée, en Samarie, et jusqu’au bout de la terre” (Actes 1. 8).

Ensuite ils assistent à son ascension et retournent à Jérusalem “avec une grande joie” (Luc 24. 52). La joie de savoir leur Seigneur dans la gloire remplace la profonde tristesse qu’ils éprou­vaient à la pensée d’en être séparés. La certitude que “la promesse du Père” (Luc 24. 49) s’accomplira sans tarder efface leur incrédulité et leurs questions.

La mission paraît immense pour ces hommes bousculés par les événements. En peu de temps, ils ont assisté au procès de Jésus, à sa crucifixion, à sa résurrection et à son ascension dans la gloire. Celui qui était toujours à leur côté pour les former les laisse maintenant sur la terre pour témoigner. On comprend l’importance du baptême de l’Es­prit qui leur donnera la puissance pour prêcher Jésus Christ mort et ressuscité.

Notre mission reste la même.

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Vivre l’esprit tranquille


J’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni le présent ni l’avenir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur. » La Bible, Romains 8:38-39

Dans l’Antiquité, certaines populations croyaient que si, après la mort le corps n’avait pas une sépulture décente, l’âme était condamnée à errer indéfiniment. Cette idée était insupportable pour ceux qui vivaient loin de chez eux. Les ouvriers qui travaillaient sur les chantiers des pharaons se regroupaient et payaient une cotisation à une caisse commune. Ainsi, ils avaient la certitude qu’au moment de leur mort, leurs corps auraient une sépulture ; ils pouvaient dès lors vivre l’esprit tranquille.

Aujourd’hui aussi, les gens cotisent pour que leur enterrement ne pose pas de problèmes à leurs familles. C’est bien de le prévoir, mais pense-t-on aussi à se préparer spirituellement à la mort ? Bien des gens n’aiment pas parler de la mort. Pourtant, elle arrivera un jour, peut-être sans prévenir, et il est préférable de s’y être préparé. Que se passera-t-il alors ? Qu’arrivera-t-il à notre âme ? Pouvons-nous vivre l’esprit tranquille, certains d’être sauvés, de passer l’éternité dans la paix, avec Dieu ? Oui, il est possible d’avoir la certitude d’être sauvé, de ne plus avoir peur de la mort. Dieu l’affirme clairement. Le croyant n’a pas peur, car il sait qu’à sa mort seul son corps retourne à la poussière. Son esprit sera dans la présence du Seigneur. Il sait aussi qu’un jour il ressuscitera avec les croyants de tous les temps. Par contre, dans la présence de Dieu, nous ne reverrons pas tous ceux que nous avons aimés. Nous ne reverrons que ceux qui sont sauvés. Jésus l’a clairement enseigné et cela doit nous faire réfléchir à notre salut comme à celui de ceux que nous aimons.

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Jean chapitre 6 : versets 22 à 40

Passages relatifs

  • Par-dessus tout: veille soigneusement sur ton coeur, car il est à la source de tout ce qui fait ta vie. Proverbes 4 : 23
  • Nous sommes devant toi comme des étrangers, des hôtes, tout comme nos ancêtres. Notre vie sur la terre est aussi éphémère qu’une ombre passagère, qui passe sans espoir. 1 Chroniques 29 : 15
  • […] si notre corps, cette tente que nous habitons sur la terre, vient à être détruit, nous avons au ciel une maison que Dieu nous a préparée, une habitation éternelle qui n’est pas l’oeuvre de l’homme. 2 Corinthiens 5 : 1
  • (Jésus a dit) : Oui, telle est la volonté de mon Père : que tous ceux qui tournent leurs regards vers le Fils et qui croient en Lui, possèdent la vie éternelle, et moi, je les ressusciterai au dernier jour. Jean 6 : 40
  • (L’Eternel a dit) : les cadavres de ceux qui m’appartiennent reviendront à la vie. Oui, vous qui demeurez dans la poussière, réveillez-vous, […] et la terre rendra les trépassés. Esaïe 26 : 19
  • Ici- bas, nous n’avons pas de demeure permanente: c’est la cité à venir que nous recherchons. Hébreux 13 : 14
  • Je suis la résurrection et la vie, dit Jésus. Celui qui place toute sa confiance en moi vivra, même s’il meurt. Et tout homme qui vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? Jean 11 : 25-26

Si, tu veux affirmer autour de toi la certitude de la vie en Dieu, clique sur l’enveloppe :
Contact

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

L’engrenage


Bonne Année 2021

« Tenez-vous prêts, car le Fils de l’homme viendra à l’heure où vous n’y penserez pas. » La Bible, Matthieu 24:44

Nous habitons à 22 000 kilomètres d’une partie de notre famille et devons prendre l’avion pour la visiter. Avant le départ, il y a toujours beaucoup de choses à finir alors que les jours passent si vite. Arrive le dernier jour… celui du départ. Il y a encore des choses en retard à faire. Enfin arrive l’heure de partir à l’aéroport et là, il faut partir. Même ce qui reste d’important à faire attendra. Il faut partir… le billet est payé… l’avion, lui, n’attend pas. C’est l’engrenage irréversible du départ !

Et qu’en sera-t-il du plus grand départ de notre vie, c’est-à-dire du jour de notre mort ? Quand l’heure arrivera, comme pour le départ en avion, l’engrenage sera irréversible. Nous laisserons ce qui est fait et ce que nous n’avons pas eu le temps de faire, car le départ ne sera pas retardé. Cependant, à la différence d’un départ en avion, personne ne connaît le jour de son départ vers l’éternité. Mais le chrétien qui a placé sa confiance dans le salut accompli par Jésus, reste paisible lorsqu’il sent que son départ approche. Même si ce départ arrive de manière soudaine, il n’a aucun problème parce qu’il est prêt à rencontrer Dieu. Lorsqu’il franchira la porte de l’éternité, il entendra la voix de son Seigneur qui lui dira : « Viens te réjouir avec moi. » (Matthieu ch. 25 v. 21). Le chrétien vit en paix parce qu’il a la certitude que tous ses péchés sont pardonnés et qu’il a la vie éternelle. Ce n’est pas parce qu’il est prétentieux qu’il croit cela, mais parce que Dieu l’affirme dans sa Parole, la Bible.

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Romains chapitre 8 : versets 31 à 39

Passages relatifs

  • Je garde constamment les yeux fixés sur l’Eternel. Puisqu’il est près de moi, rien ne peut m’ébranler. Psaume 16 : 8
  • Même si je traverse la sombre vallée de la mort, je n’ai peur de rien, Seigneur, car tu es avec moi. Ton bâton de berger est près de moi, il me rassure. Psaume 23 : 4
  • Oui, Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné son Fils, son unique, pour que tous ceux qui placent leur confiance en Lui échappent à la perdition et qu’ils aient la vie éternelle. Jean 3 : 16
  • (Jésus a dit) : Vraiment, je vous l’assure : celui qui croit a la vie éternelle, car je suis le pain qui donne la vie. Jean 6 : 47
  • Maintenant donc, il n’y a plus de condamnation pour ceux qui sont unis à Jésus-Christ. Romains 8 : 1
  • Car le salaire que verse le péché, c’est la mort, mais le don gratuit que Dieu accorde, c’est la vie éternelle dans l’union avec Jésus-Christ notre Seigneur. Romains 6 : 23
  • […] Dieu nous a donné la vie éternelle et que cette vie est en son Fils. Celui qui a le Fils a la vie. […] Je vous ai écrit cela, pour que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au Fils de Dieu. 1 Jean 5 : 11-13

Si, tu veux, au début de cette nouvelle année, proclamer ton assurance de la vie avec Dieu, clique sur l’enveloppe :
Contact

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Un coeur fidèle


“Tu es le Même, ô Éternel, Dieu, qui as choisi Abram et l’as fait sortir d’Ur des Chaldéens, et lui as donné le nom d’Abraham. Et tu trouvas son coeur fidèle devant toi”. Néhémie 9. 7, 8

Ayant mis un crucifix dans son appartement, le chanteur français Renaud aurait dit : « Je crois en Dieu, mais je ne pense pas que cela soit réciproque ».

Nous ne savons pas dans quel état d’esprit une telle parole a été prononcée, mais elle est significative. C’était dire : « J’ai confiance en Dieu, mais je ne pense pas qu’il puisse avoir confiance en moi ».

Les croyants, qui ont fait le choix de croire en Dieu, de croire Dieu, de se fier à Lui, estiment qu’Il est digne de leur confiance. Ils aiment répéter avec Paul des paroles telles que celles-ci :

  • Nous croyons en celui qui a ressuscité d’entre les morts Jésus notre Seigneur” (Romains 4. 24) ;
  • J’ai confiance en Dieu : il en sera exactement comme il m’a été dit” (Actes 27. 25) ;
  • Je sais qui j’ai cru, et je suis persuadé qu’il a la puissance de garder ce que je Lui ai confié” (2 Timothée 1. 12).

Il en est ainsi quant à notre salut éternel. Nous pouvons appliquer aussi ce principe de foi à notre vie de tous les jours. Mais la deuxième partie de la remarque du chanteur est pertinente. Elle nous entraîne à nous poser la question : « Comment Dieu peut-il me faire confiance ? »

Quand Dieu déclare dans sa Parole qu’un homme Lui est fidèle, cela revient à affirmer : « Je peux me fier à Lui, compter sur Lui ». Il en était ainsi d’Abraham. Il avait cru Dieu et s’était mis en marche pour une vie de foi. Globalement, il avait gardé la foi et Dieu a pu lui rendre ce témoignage magnifique par le gouverneur Néhémie : “Tu trouvas son coeur fidèle”.

Dieu me demande aussi d’être “fidèle dans le Seigneur” (1 Corinthiens 4. 17). Mais, pour que “la vie de Jésus” soit manifestée en moi chaque jour (2 Corinthiens 4. 10), je ne dois pas avoir confiance dans la chair, dans ma nature humaine (Philippiens 3. 3). Il me faut “marcher par l’Esprit” (Galates 5. 16) afin que “le fruit de l’Esprit” soit patiemment porté (Galates 5. 22-23). Dieu pourra alors me dire : “Fidèle esclave … entre dans la joie de ton maître” (Matthieu 25. 21, 23).

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

N’ayez pas peur !


“L’ange leur dit : N’ayez pas peur, car voici, je vous annonce une bonne nouvelle, un grand sujet de joie, qui sera pour tout le peuple : Aujourd’hui, dans la cité de David, vous est né un sauveur, qui est le Christ, le Seigneur”. Luc 2. 10, 11

De la peur à la louange

« La grâce a été manifestée maintenant par l’apparition de notre Sauveur Christ-Jésus, qui a réduit à l’impuissance la mort et mis en lumière la vie et l’immortalité par l’Évangile. » La Bible, 2 Timothée 1:10

Jésus est né ! C’est à des bergers que l’ange apparaît maintenant. Les Juifs orthodoxes méprisaient les bergers. Pour eux, les troupeaux réclamaient trop d’attention pour que ceux qui s’en occupent puissent respecter tous les détails de la Loi, comme se laver soi­gneusement les mains avant un repas. Les bergers étaient souvent considérés comme malhonnêtes et leur témoignage n’était pas recevable devant un tribunal.

La nuit s’illumine : la gloire du Seigneur resplendit autour des bergers. On peut com­prendre que la peur saisisse ces hommes, humbles et méprisés, mais l’ange calme leur frayeur en les invitant à passer de la peur à la joie : “Je vous annonce une bonne nouvelle, un grand sujet de joie, qui sera pour tout le peuple : Aujourd’hui, dans la cité de David, vous est né un sauveur, qui est le Christ, le Seigneur”. Ce grand sujet de joie est pour tous, mais ces bergers, situés en bas de l’échelle sociale, en reçoivent la nouvelle les premiers !

L’ange leur donne un signe bien suffisant pour qu’ils trouvent le petit enfant : “Vous trouverez un petit enfant emmailloté et couché dans une crèche” (v. 12). Jamais ils n’au­raient osé se rendre dans un palais ; du reste ils n’y auraient pas été reçus ! Mais pour eux, le Sauveur se trouvait à leur portée, couché dans une mangeoire.

Les bergers ne doutent pas un instant que le Seigneur leur a parlé par l’ange : “Al­lons donc jusqu’à Bethléem, et voyons ce qui est arrivé, et que le Seigneur nous a fait connaître” (v. 15). Arrivés là, ils discernent par la foi le Christ, le Seigneur, dans le petit enfant qu’ils trouvent couché dans la crèche. Sans tarder, ils répandent les paroles de l’ange. Ils sont ainsi les premiers d’entre les hommes à annoncer ce que Dieu vient de révéler. Puis ils retournent à leur troupeau, “ glorifiant et louant Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu” (v. 20).

La foi chasse la peur et fait place à la louange !

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Noël sans limites


A l’approche des fêtes de fin d’année, toutes sortes de publicités sont affichées pour essayer de vendre des cadeaux. En décembre 2008, une société de téléphonie mobile a fait cette offre : « Profitez d’un Noël sans limites ».

Ces quelques mots m’ont fait sourire, car l’idée n’est pas nouvelle ! Il y a un peu plus de 2000 ans, Dieu a envoyé son fils Jésus sur notre terre avec une mission spéciale : celle de sauver le monde et de le délivrer de ses péchés. Pour venir dans ce monde, Jésus-Christ a accepté de quitter la gloire qu’il connaissait dans le ciel auprès de son Père. Il l’a fait par amour pour les humains que nous sommes. « Oui, Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils, son unique, pour que tous ceux qui placent leur confiance en lui aient la vie éternelle. » (Jean ch. 3 : v. 16) L’amour de Dieu pour le monde est sans limites et le salut qu’il nous offre est aussi sans limites. Le salut est accessible à chacun, il est gratuit et personne n’est exclu. La seule condition, c’est de reconnaître notre état et de recevoir le cadeau que Dieu nous offre. Aujourd’hui encore, en 2020, toute personne qui croit en Jésus-Christ et place en Lui sa foi reçoit la vie éternelle. Connaître Jésus comme Sauveur de ma vie est un bonheur immense. J’ai la certitude d’être sauvé et délivré de tous mes péchés. Ma vie est entre les mains de Dieu et personne ne peut m’arracher à son amour. Noël nous rappelle chaque année le cadeau que Dieu offre au monde. Le recevoir, c’est vivre véritablement un Noël sans limites !

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Matthieu chapitre 1 : versets 18 à 24

Passages relatifs

  • Car pour nous un enfant est né, un fils nous est donné. Et il exercera l’autorité royale, il sera appelé Merveilleux Conseiller, Dieu fort, Père à jamais et Prince de la Paix. Esaïe 9 : 5
  • Gloire à Dieu au plus haut des cieux ! Et paix sur la terre aux hommes qu’il aime. Luc 2 : 14
  • Voici comment Dieu a démontré qu’il nous aime : Il a envoyé son Fils unique dans le monde pour que, par lui, nous ayons la vie. 1 Jean 4 : 9
  • Eternel, ton amour est là depuis toujours et durera toujours pour ceux qui te révèrent. Ta loyauté demeure à l’égard des enfants de leurs enfants. Psaume 103 :17
  • Comme un père est plein d’amour pour ses enfants, l’Eternel est rempli d’amour pour ceux qui le révèrent […]. Psaume 103 : 13
  • Que ton amour est précieux, ô Dieu ! Sous tes ailes, les humains se réfugient. Psaume 36 : 8
  • Que la grâce et la paix vous soient accordées par Dieu notre Père et par le Seigneur Jésus-Christ. 1 Corinthiens 1 : 3

Si, tu veux réaliser ce Noël,  que ‘Dieu est avec nous’, clique sur l’enveloppe :
Contact

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Trois directives pour notre vie


“II t’a déclaré, ô homme, ce qui est bon. Et qu’est-ce que l’Éternel recherche de ta part, sinon que tu fasses ce qui est droit, que tu aimes la bonté, et que tu marches humblement avec ton Dieu ?” Michée 6. 8

L’Israélite fidèle réalise qu’il est pécheur et que ce ne sont pas les formes religieuses, même les plus conformes à la Loi, qui pourront l’approcher du Dieu saint et juste. En effet, Dieu regarde au coeur (1 Samuel 16. 7) et juge d’après les dispositions intérieures de l’homme envers Lui. Alors se pose la question : “Qu’est-ce que l’Éternel recherche de ta part ? ”.  La réponse du prophète s’applique aussi à chacun de nous. Elle s’articule autour de trois points qui constituent autant de directions pour orienter notre vie chrétienne et plaire à notre Dieu.

– 1. Que tu fasses ce qui est droit. Il s’agit d’être droit dans nos paroles, dans nos attitudes, dans la pratique de nos relations avec autrui. C’est le fruit de la crainte de Dieu et du souci que nous avons d’obéir à sa Parole. Celle-ci est en effet le guide du croyant et la lumière qui éclaire sa conscience. Cette droiture se remarque vite dans ce monde imprégné de mensonge et elle donne sa crédibilité à notre témoignage verbal.
– 2. Que tu aimes la bonté. Aimer la bonté, c’est s’appliquer à avoir une attitude de bienveillance envers chacun. Nous sommes naturellement portés à nous méfier des autres et à nous placer, par rapport à eux, dans une position avantageuse. La bonté nous conduit au contraire à chercher, même à notre détriment, le bien de ceux qui nous entourent, et à répondre à leurs besoins spirituels, affectifs ou matériels sans nous laisser rebuter par l’indifférence ou le mépris.
– 3. Que tu marches humblement avec ton Dieu. Les deux premiers points concernent nos relations avec nos semblables ; celui-ci touche à notre attitude envers Dieu. Il est notre Créateur ; Il est notre Dieu sauveur, le Rédempteur qui nous a acquis à grand prix ; c’est Lui qui nous tient debout dans notre vie chrétienne. Si je réalise vraiment que je dois absolument tout à Dieu, je reste humble vis-à-vis de Lui et je compte sur son secours pour faire sa volonté dans le chemin qui me conduit vers Lui.

Un seul a parfaitement répondu à ce que Dieu attendait de l’homme, Jésus notre Seigneur.
Il nous invite à l’imiter.

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , , | 1 commentaire

Une vraie liberté


« Le Seigneur, c’est l’Esprit ; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté » La Bible, 2 Corinthiens 3:17

« Liberté, Egalité, Fraternité », ces trois mots sont inscrits sur le fronton de toutes les mairies de France. J’en ai lu une autre, très inhabituelle, sur la façade de la mairie de St-Amans-Valtoret dans le Tarn : « Dieu, Patrie, Liberté ». Cette devise qui met Dieu en premier est particulièrement juste. Ceux qui ont écrit cela avaient-ils compris que la vraie liberté se trouve d’abord dans une juste relation avec Dieu ?

Nous sommes tous très attachés à la notion de liberté. Il est possible toutefois d’avoir une fausse conception de la liberté. Pour beaucoup de gens, être libre, c’est faire ce qu’ils veulent, quand et comme ils le veulent. C’est ne dépendre de personne dans leurs choix. La réalité est bien différente. Nous sommes en effet des êtres dépendants, car Dieu nous a créés ainsi. Dès la naissance, le petit d’homme est totalement dépendant. De plus, nous sommes des êtres de relation, nous avons besoin des autres pour vivre, grandir et nous épanouir. Etre libre, ce n’est pas être indépendant, mais choisir de qui et de quoi nous voulons dépendre. Il s’agit de faire un bon choix, car il existe des dépendances positives, mais aussi d’autres, négatives. Ceux qui ont fait confiance à certains gourous par exemple se sont retrouvés complètement asservis. Jésus-Christ est venu nous délivrer de tous nos esclavages, de toutes nos dépendances mauvaises. En mourant sur la croix, Il restaure la relation entre l’homme et son créateur pour une dépendance épanouissante avec Dieu qui nous aime et nous respecte.

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Jean chapitre 8 : versets 31 à 36

Passages relatifs

  • Ne savez-vous pas que […] vous êtes effectivement les esclaves du maître à qui vous obéissez : ou bien du péché qui entraîne la mort, ou bien de l’obéissance qui conduit à une vie juste ? Romains 6 : 16
  • […] affranchis du péché et devenus esclaves de Dieu, le fruit que vous portez, c’est une vie sainte, et le résultat auquel vous aboutissez, c’est la vie éternelle. Romains 6 : 22
  • C’est à un grand prix que vous avez été rachetés ! Alors, ne devenez pas esclaves des hommes. 1 Corinthiens 7 : 23
  • Vraiment, je vous l’assure, leur répondit Jésus, tout homme qui commet le péché est esclave du péché. Jean 8 : 34
  • Le Christ nous a rendus libres pour que nous connaissions la vraie liberté. C’est pourquoi tenez bon et ne vous laissez pas réduire à nouveau en esclavage. Galates 5 : 1
  • Que le péché n’exerce donc plus sa domination sur votre corps mortel pour vous soumettre à ses désirs. Romains 6 : 12
  • Nul ne peut être en même temps au service de deux maîtres, car […] il sera dévoué au premier et méprisera le second. Vous ne pouvez pas servir en même temps Dieu et l’Argent. Matthieu 6 : 24

Si, tu veux compter sur la bonté de Dieu pour te rendre libre, clique sur l’enveloppe :
Contact

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Connaître la volonté de Dieu


“Fais-moi connaître le chemin où j’ai à marcher, car c’est à toi que j’élève mon âme… Enseigne-moi à faire ce qui te plaît, car tu es mon Dieu”. Psaume 143. 8, 10

Comment connaître la volonté de Dieu dans une circonstance précise ? Voilà une ques­tion que nous nous posons tous à un moment ou à un autre, et cela tout au long de notre vie. Le motif pour lequel nous nous la posons devrait être le seul désir de plaire au Seigneur. Mais souvent, nous cherchons avant tout à éviter les conséquences fâcheuses d’une mauvaise décision.

Quoi qu’il en soit, Dieu ne nous donne pas de « recette infaillible » qui nous dispense­rait de rechercher soigneusement sa volonté et qui nous permettrait de la connaître indé­pendamment de notre état intérieur. Toutefois le croyant n’est pas laissé à ses propres pensées :

  1. Le Seigneur Jésus, par le moyen de son Esprit, veut nous conduire personnellement comme le fait un bon berger : Il nous prévient des dangers et nous précède sur le chemin des “verts pâturages” (Psaume 23:2). Pour qu’il en soit ainsi, il nous faut vivre dans sa proximité, garder le contact avec Lui pour entendre sa voix et le suivre.
  2. La volonté de Dieu se discerne aussi dans sa Parole qui nous instruit de plusieurs façons :
  • Directement par un verset qui répond, précisément au moment où je le lis, aux ques­tions que je me pose. L’Esprit de Dieu l’impose à mon esprit, car “la Parole de Dieu est vivante et opérante” (Hébreux 4. 12).
  • En me faisant connaître les principes divins sur de multiples aspects de la vie pour conduire mon raisonnement spirituel dans la diversité des situations que je rencontre.
  • Par l’intermédiaire de croyants plus mûrs spirituellement qui, par la présentation de passages auxquels je ne pensais pas, m’aident à y voir plus clair dans mes interrogations et dans les réponses que Dieu veut m’apporter.
  1. Montrons de la droiture, de la confiance et faisons la volonté de Dieu, même si elle ne coïncide pas avec ce que nous attendions, même si le prix à payer pour l’accomplir nous paraît élevé. Au reste, si nous sommes convaincus que cette volonté est toujours de nous bénir, il ne nous sera pas pénible de nous y conformer.

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , , , | 1 commentaire

Une sortie inhabituelle


« Je nourrirais mon peuple de fleur de froment, et je le rassasierais du miel d’abeilles sauvages. » La Bible, Psaume 81:17

Un apiculteur m’a fait visiter ses installations et m’a donné des explications sur le monde fascinant des abeilles. J’ai appris qu’elles butinent le plus près possible de la ruche, car c’est l’efficacité qui les guide. Leur sortie est assez brève et à certains moments de la journée. Quelque temps après, j’ai observé le comportement anormal d’une abeille. C’était la nuit et une abeille volait autour du néon de notre terrasse. Elle était donc de sortie à une heure anormale et elle est restée longtemps à tournoyer, attirée par cette lumière qui n’était pas le soleil. Je ne connais ni la raison de son comportement anormal ni ce qui lui est arrivé, mais il est évident qu’à ce moment de la nuit, elle n’avait rien à faire là.

Parfois, les gens se plaignent de situations difficiles à vivre. Leur foi est déstabilisée et ils se demandent pourquoi Dieu ne les a pas protégés. Pourtant, Dieu assure dans la Bible : « Celui qui m’écoute habitera en sécurité, il vivra tranquille, sans avoir à redouter le malheur. » (Proverbes ch. 1 : v. 33). Mais il dit aussi : « Mes brebis écoutent ma voix, je les connais et elles me suivent » (Jean ch. 10 : v. 27). Dieu ne peut pas me protéger lorsque, conscient de mes mauvais choix, je suis là où je ne dois pas être. De même lorsque je fais ce que je ne dois pas faire, comme l’abeille trompée par le néon. Si je demande pardon à Dieu, il me pardonne, mais il faut que j’assume les conséquences de mes mauvais choix. Oui, c’est une certitude, Dieu protège et aide ceux qui le suivent. Toutefois, même si nos choix de vie sont bons, Dieu n’enlève pas toutes les épreuves de la vie.

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Psaume 33 : versets 18 à 22

Passages relatifs

  • Tu garderas dans une paix parfaite l’esprit qui s’appuie sur Toi, car il se confie en Toi. Esaïe 26 : 3
  • Maintenant donc, mes fils, écoutez-moi : heureux tous ceux qui suivent les voies que je prescris ! Proverbes 8 : 32
  • Si tu vas avec les sages, tu deviendras sage. Si tu fréquentes les sots, tu auras des ennuis. Proverbes 13 : 20
  • Car l’Eternel veille sur la voie des justes ; mais le sentier des méchants les mène à la ruine. Psaume 1 : 6
  • Dans la paix, je me couche et m’endors aussitôt ; grâce à Toi seul, ô Eternel, je demeure en sécurité. Psaume 4 : 9
  • Que tous ceux qui trouvent un refuge en Toi […] poussent de grands cris de joie, car ils sont sous ta protection ; et que tous ceux qui t’aiment se réjouissent grâce à Toi. Psaume 5 : 12
  • Dans mon malheur, j’ai fait appel au Seigneur, j’ai crié vers mon Dieu. De son temple, Il a entendu ma voix, mon cri est arrivé à ses oreilles. Psaume 18 : 7

Si, tu veux vivre en vérité et non en façade, clique sur l’enveloppe :
Contact

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Flatterie ou action de grâces ?


“Quelles actions de grâces pouvons-nous donc rendre à Dieu à votre sujet, pour toute la joie dont nous nous réjouissons à cause de vous devant notre Dieu, priant nuit et jour très instamment”. 1 Thessaloniciens 3. 9, 10

« Encouragez-vous les uns les autres et aidez-vous mutuellement à grandir dans la foi, comme vous le faites déjà. » La Bible, 1 Thessaloniciens 5:11

La flatterie est parfois peu sincère et elle vise souvent à obtenir quelque chose en retour. Ce n’est certainement pas un comportement qu’un chrétien doit avoir vis-à-vis de ses frères et soeurs ! C’est pourquoi nous évitons souvent tout compliment pour ne pas tom­ber dans ce défaut. Nous avons de bons arguments « spirituels » à l’appui : il ne faut pas flatter la chair ; je ne vais pas nourrir son orgueil ; cela pourrait le pousser au-delà du service que le Seigneur lui a confié, etc. Ce peut être vrai, mais la crainte de trop flatter nous fait tomber dans l’excès inverse et nous oublions de relever ce qui est positif, encourageant, louable.

L’apôtre Paul (auquel il faut adjoindre Silvain et Timothée) nous montre le bon équilibre dans la lettre aux Thessaloniciens.

Tout d’abord, il remercie Dieu pour l’oeuvre qu’Il accomplit dans le coeur de ces croyants récemment convertis : leur amour est fervent, leur foi solide ; ils gardent les enseignements que Paul leur a donnés… que de sujets d’actions de grâces ! Faisons comme lui.

Prenons quelques exemples :
– La prédication de ce dimanche m’a particulièrement touché : Merci, Seigneur, pour ce frère que tu as doué pour présenter ta Parole !
– Cette soeur s’occupe avec beaucoup de dévouement d’une vieille tante : Merci, Sei­gneur, pour la joie quelle montre dans ce travail difficile !
– La campagne d’évangélisation a été un succès : Merci, Seigneur, pour tous ceux à qui tu as donné les paroles pour toucher les personnes qui se sont converties, etc.

Mais ce n’est pas tout ! Paul fait savoir aux Thessaloniciens qu’il rend grâces pour eux. Et avec quelles expressions touchantes ! Pourtant, comment ces chrétiens pourraient-ils s’enorgueillir ? Paul ne les loue pas directement : il remercie Dieu pour ce que Lui fait en eux. Il atteint ainsi un double but : d’une part, Il les encourage indirectement, d’autre part, Il les conduit à réaliser que c’est Dieu qui produit tout ce bien en eux.

Ayons la même attitude que Paul et ses compagnons d’oeuvre. Rendons grâces pour le travail de l’Esprit chez nos enfants, nos frères et soeurs et réjouissons-nous avec eux des résultats. Nous les encouragerons ainsi avec amour et sans flatterie.

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Un beau squelette


« Le rire peut masquer la tristesse du cœur, et la gaieté peut finir en chagrin. » La Bible, Proverbes 14:13

Lors d’un voyage sur l’île de Malte, nous avons rencontré un couple qui logeait dans une vieille auberge de style. Nous avons trouvé ce bâtiment magnifique, mais le mari nous fait remarquer que cette auberge est un beau squelette ! En effet, l’extérieur donne envie d’entrer. Mais à l’intérieur, c’est une autre histoire : les sanitaires ont des fuites, les installations électriques sont défectueuses, les peintures écaillées… Les touristes qui ont réservé leur logement sur catalogue sont plutôt déçus.

L’effet de façade ne concerne pas seulement des bâtiments, mais aussi les personnes. Un sourire est-il toujours un signe de joie ou d’approbation ? L’expression « faire bonne mine à mauvais jeu » en dit long. Dans le domaine de la foi, nous pouvons faire la même constatation. Une personne qui se rend régulièrement dans une église et fréquente des amis chrétiens n’est pas forcément chrétienne. Il est possible d’être un très bon chrétien de façade, de faire comme les chrétiens, mais Dieu ne peut être trompé. La Bible nous révèle que « Dieu ne juge pas de la même manière que les hommes. L’homme ne voit que ce qui frappe les yeux, mais l’Eternel regarde au coeur. » (1 Samuel ch.16 v. 7). Etre un véritable chrétien, c’est avoir reconnu que Jésus-Christ est mort à la croix pour pardonner mes péchés et vivre une relation personnelle avec Lui. La pratique religieuse devient alors la conséquence de cette relation entre Dieu et moi, elle est le reflet de l’amour de Dieu dans mon coeur. Par sa présence dans la vie du chrétien, Dieu va produire un comportement vrai qui l’honore.

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Luc chapitre 6 : versets 43 à 49

Passages relatifs

  • Que cessent donc, vos paroles hautaines et les bravades sortant de votre bouche ! Car l’Eternel est un Dieu qui sait tout, c’est Lui qui pèse les actes des humains. 1 Samuel 2 : 3
  • […] qu’attend de toi l’Eternel ton Dieu ? Simplement que tu le révères en suivant toutes les voies qu’Il t’a prescrites, en l’aimant et en le servant de tout ton coeur et de tout ton être. Deutéronome 10 : 12
  • Je le sais, ô mon Dieu, Tu sondes notre coeur et Tu as du plaisir lorsque quelqu’un est droit. […] 1 Chroniques 29 : 17
  • Mieux vaut un pauvre qui se conduit de façon intègre qu’un insensé aux lèvres menteuses. Proverbes 19 : 1
  • […] que notre amour ne se limite pas à des discours et à de belles paroles, mais qu’il se traduise par des actes accomplis dans la vérité. C’est ainsi que nous saurons que nous appartenons à la vérité […]. 1 Jean 3 : 18-19
  • […] dans la période finale de l’histoire, les temps seront difficiles […]. Les hommes […] aimeront le plaisir plutôt que Dieu […]. Ils resteront attachés aux pratiques extérieures de la religion […]. 2 Timothée 3 : 1 & 5
  • Faites donc vous-mêmes votre propre critique, et examinez-vous, pour voir si vous vivez dans la foi. […] 2 Corinthiens 13 : 5

Si, tu veux vivre en vérité et non en façade, clique sur l’enveloppe :
Contact

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire