Ananias et Sapphira


“Un homme nommé Ananias, d’accord avec sa femme Sapphira, vendit une possession et, de connivence avec elle, mit de côté une partie du prix ; puis il apporta l’autre partie et la mit aux pieds des apôtres. Mais Pierre dit : Ananias, pourquoi Satan a-t-il rempli ton coeur, que tu aies menti à l’Esprit Saint et que tu aies mis de côté une partie du prix de la terre ?…. Comment t’es-tu proposé cette action dans ton coeur ? Ce n’est pas aux hommes que tu as menti, mais à Dieu. En entendant ces paroles, Ananias tomba et expira”. Actes 5. 1-5

« Là où est ton trésor, là aussi sera ton coeur. » La Bible, Matthieu 6:31

L’Église est aux premiers jours de sa longue histoire sur la terre. Tout semble se dérouler dans l’amour fraternel, le dévouement, la pureté des motivations. Mais déjà le péché se manifeste, un péché lié à l’argent : Ananias et Sapphira, sa femme, vendent un terrain en leur possession et donnent aux apôtres une partie du prix de la vente. Leur péché est d’avoir voulu faire croire qu’ils avaient donné la totalité de l’argent. Pour les hommes, rien de très grave, mais l’appréciation de Dieu est bien différente. Le jugement qui tombe sur eux est terrible : Ananias meurt aussitôt devant l’apôtre et sa femme le suit de près dans la mort.

L’Esprit de Dieu nous présente cette entrée du mal dans l’Église, sans doute parce que la volonté de paraître deviendra un mal qui va ruiner l’Église de Christ durant vingt siècles. Oui, que de disputes parmi ceux qui se réclament de Christ ! Luttes pour être le premier, le plus spirituel, le plus pieux, le plus fidèle, sans compter les luttes pour le pouvoir. C’est pourquoi Dieu dit : “Je hais l’orgueil et la hauteur, et la voie d’iniquité, et la bouche perverse” (Proverbes 8. 13). Et que dire du rôle de l’argent parmi les chrétiens ? L’amour de l’argent est “une racine de toutes sortes de maux” (1 Timothée 6. 10).

C’est vrai pour chaque croyant individuellement, et collectivement dans la famille de Dieu. Retenons donc les exhortations de l’apôtre à fuir tout désir de paraître ou de passer pour supérieur à autrui. Poursuivons au contraire “la justice, la piété, la foi, l’amour, la patience, la douceur d’esprit” (1 Timothée 6. 11).

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Objectifs de saison


“Courons résolument la course qui nous est proposée. Gardons les yeux fixés sur Jésus, dont notre foi dépend du commencement à la fin. Il a accepté de mourir sur la croix, sans tenir compte de la honte attachée à une telle mort, parce qu’il avait en vue la joie qui lui était réservée ; et maintenant il siège à la droite du trône de Dieu. Pensez à lui, à la façon dont il a supporté une telle opposition de la part des pécheurs. Et ainsi, vous ne vous laisserez pas abattre, vous ne vous découragerez pas.” Hébreux 12.1b-3

« Le soleil possède son propre éclat, la lune en a un autre et les étoiles un autre encore ; même parmi les étoiles, l’éclat varie de l’une à l’autre. » La Bible, 1 Corinthiens 15:41

Alors que certains sportifs viennent de terminer une longue saison de compétitions et que d’autres sont au contraire au début d’une nouvelle saison, il est coutume de regarder aux objectifs fixés, soit pour voir s’ils ont été atteints, soit pour planifier la nouvelle saison.

Les objectifs sont parfois très grands, comme une participation à des Jeux Olympiques, à des Championnats du Monde, l’obtention de médailles, etc…, mais alors que nos pensées et regards en tant qu’athlète sont constamment fixés sur les objectifs de saison, je souhaite t’encourager aujourd’hui à fixer tes pensées et tes regards sur Jésus en tant que son disciple.

Cette petite anecdote peut nous aider à garder nos pensées sur l’essentiel :
Le 21 juillet 1969, l’astronaute Neil Armstrong est le premier homme à avoir posé le pied sur la lune. Nous avons tous déjà entendu cette fameuse phrase qu’il a alors prononcée ce jour-là : “Un petit pas pour un homme, mais un pas de géant pour l’humanité”.

James Irwin, quant à lui, est le 8ème astronaute à avoir marché sur la lune. Bien moins connu qu’Armstrong, une fois cet objectif atteint, il a exprimé une vérité qui mérite d’être mieux connue. Il a dit : “Le plus important n’est pas qu’un homme ait marché sur la lune, mais que Dieu ait marché sur la terre en la personne de Jésus Christ”.

Wow, malgré la grandeur d’un tel événement et d’un tel exploit et malgré la réalité d’un objectif atteint, cet homme a gardé ses pensées et regards fixés sur l’essentiel, Jésus-Christ et l’exploit que LUI a réalisé sur terre pour chacun de nous.

Il est important d’avoir des objectifs et la vie de sportif n’existe pas sans, mais ne te laisse pas absorber par tes objectifs au point de perdre de vue l’essentiel.

Alors garde tes yeux fixés sur Jésus et préoccupe-toi d’abord du Royaume de Dieu ! (Matthieu 6.33)

Sandrine Ray
Aumônière Sportive

Si tu veux garder tes yeux sur Jésus dans tes décisions et ta vie, clique sur l’enveloppe !Contact

Publié dans Méditations sportives | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Bon courage !


“Si tu perds courage au jour de la détresse, ta force est mince”. Proverbes 24. 10
“Bon courage, mon enfant, tes péchés sont pardonnés… Bon courage, ma fille ; ta foi t’a guérie”. Matthieu 9. 2, 22

« Soyez vigilants, demeurez fermes dans la foi, faites preuve de courage, soyez forts. » La Bible, 1 Corinthiens 16:13

« Allez, bon courage ! ». C’est une expression que nous employons souvent face à quelqu’un en difficulté. En exprimant ce souhait, nous désirons montrer que nous comprenons un peu les peines, les souffrances ou les soucis de la personne à qui nous nous adressons. Mais, même si nous sommes sincères et pleins d’affection, ces mots n’apportent qu’un réconfort bien passager.

Dans la Bible, nous trouvons souvent cette expression ou d’autres qui lui sont semblables. Dans la bouche du Seigneur, elle est d’un autre niveau et d’une autre portée, car lui seul peut entrer en vraie sympathie avec ceux qui sont éprouvés. En effet, il a connu, comme Fils de l’homme, toutes les circonstances douloureuses qui peuvent nous atteindre.

Et surtout, Jésus va plus loin. Non seulement ses compassions divines apportent la consolation, mais il donne une vraie raison d’avoir “bon courage” en apportant la solution au problème. Le paralysé repart chez lui debout, portant son petit lit, car ses péchés sont pardonnés (Matthieu 9. 2) : c’était là son véritable problème et Jésus seul avait le pouvoir de le guérir, corps et âme (v. 6).

La femme qui avait une perte de sang (Matthieu 9. 22) rentre chez elle soulagée, enfin guérie : le Seigneur, divin médecin, a mis fin au mal qui la tourmentait depuis douze ans et l’empêchait d’avoir une vie sociale normale.

Plus tard, Jésus encourage ses disciples par une parole semblable, pleine de majesté et de beauté dans sa simplicité : “Courage ! C’est moi, n’ayez pas peur” (Matthieu 14. 27). Sa présence seule répond au danger auquel ils étaient confrontés et les délivre.

À la fin de son ministère, il sait aussi encourager ses disciples en leur disant : “Ayez bon courage, moi j’ai vaincu le monde” (Jean 16. 33). Cette parole nous donne la force nécessaire dans nos combats : nous savons que nous sommes avec celui qui a vaincu. Et il nous donne tout ce qu’il faut pour vaincre à notre tour.

Quand nous allons vers quelqu’un découragé par une épreuve ou dans une situation difficile, nous ne pouvons pas lui apporter « notre solution ». Mais parlons de Jésus qui sympathise à toutes les douleurs et apporte une réponse adaptée à chaque difficulté.

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Faire le lièvre


“Les disciples de Jean-Baptiste allèrent le trouver et lui dirent : Maître, tu te souviens de cet homme qui était avec toi de l’autre côté du Jourdain et pour qui tu as témoigné. Eh bien, le voilà qui baptise à son tour, et tout le monde se rend auprès de lui. Jean répondit : Nul ne peut s’attribuer une autre mission que celle qu’il a reçue de Dieu. Vous en êtes vous-mêmes témoins ; j’ai toujours dit : je ne suis pas le Messie, mais j’ai été envoyé comme Précurseur. A qui appartient la mariée ? Au marié. Quant à l’ami du marié, c’est celui qui se tient à côté de lui et qui l’écoute : entendre sa voix le remplit de joie. Telle est ma joie, et, à présent, elle est complète. Lui doit devenir de plus en plus grand, et moi de plus en plus petit.” Jean 3.26-30

« Je cours sur le chemin que Tu m’ordonnes, car Tu m’as ouvert l’esprit. Montre-moi, Seigneur, le chemin que je dois suivre, je m’efforcerai de le suivre jusqu’au bout. » La Bible, Psaume 119:32-33

Il y a quelques temps, je me suis rendue à un meeting d’athlétisme de la ligue de Diamant, Athletissima à Lausanne (Suisse). Là, j’ai rencontré une athlète qui allait participer à une course en tant que lièvre. Étonnant qu’est ce rôle d’amener les coureurs à suivre un rythme bien précis en vue de battre un record, puis de se retirer de la course avant la fin.

J’imagine que ce rôle est principalement accepté en fin de carrière, comme c’était le cas pour cette athlète. Pour accepter d’être lièvre, il faut avoir une bonne dose d’abnégation, afin de pouvoir se donner à fond pour les autres, de permettre à d’autres de se retrouver au sommet et ne jamais se retrouver soi-même sur le classement final ou pire, encore, avoir la mention “DNF” (Did Not Finish), autrement dit “abandon” à côté de son nom.

Être un lièvre demande véritablement une attitude de service et cela m’a fait penser à ce passage du Nouveau Testament, où Jean le Baptiste décrit à merveille son rôle qui s’apparente à celui d’un lièvre : faire le chemin pour Jésus, puis une fois qu’il arrive, se retirer pour lui laisser toute la place. Magnifique de l’entendre dire : “Jésus doit devenir de plus en plus grand, et moi de plus en plus petit”.

Aider d’autres personnes à réaliser des records est tout aussi beau que de réaliser soi-même des records. Dans la Bible aussi, nous découvrons qu’il est tout aussi important d’investir dans la vie des autres que dans sa propre vie.

Et toi alors, es-tu prêt/e à investir de ton temps et faire des efforts (en restant dans l’ombre) pour aider d’autres à aller plus loin et utiliser leur plein potentiel ?

Ou alors une fois arrivé au bout d’un projet, es-tu disposé/e à diminuer pour laisser la place aux plus jeunes, à ceux qui ont plus d’énergie, à ceux qui sont prêts à prendre le relais ?

Et enfin, tout comme Jean nous en donne l’exemple, dans ta vie de foi et de disciple, laisses-tu Jésus prendre toujours plus de place, afin que ta propre nature diminue toujours plus ?

En tant que sportifs, nous ne sommes vraiment pas habitués à jouer les seconds rôles, à rester dans l’ombre ou à servir l’autre. Aujourd’hui, je te propose de faire une prière pour demander à Jésus qu’il grandisse en toi et qu’une attitude de service se développe dans ton cœur.

Sandrine Ray
Aumônière Sportive

Si tu veux rester attentif(ve) au service que Dieu te donnera, clique sur l’enveloppe !Contact

Publié dans Méditations sportives | Tagué , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Le Seigneur, capitaine ou passager ?


“(Jésus) leur dit : Passons à l’autre rive. Après avoir renvoyé la foule, ils le prennent dans la barque, comme il était ; d’autres barques aussi étaient avec lui. Il se lève alors un grand tourbillon de vent, et les vagues se jetaient dans la barque, au point qu’elle se remplissait déjà. Lui, à la poupe, dormait sur un oreiller ; ils le réveillent et lui disent : Maître, ne te soucies-tu pas que nous périssions ?” Marc 4. 35-38

Voie droite

« C’est Dieu qui est ma puissante forteresse et qui me conduit dans une voie droite. » La Bible, 2 Samuel 22:33

Certains des disciples de Jésus sont habitués à pratiquer la pêche de père en fils sur le lac de Génésareth. Ce sont de vrais professionnels et ils connaissent certainement tous les pièges de ce plan d’eau entouré de montagnes. Passer à l’autre rive ne leur pose pas de problèmes : que le Seigneur compte sur eux, sur leur savoir-faire et se repose en paix des fatigues de la journée !

C’est donc comme passager que Jésus s’installe à l’arrière du bateau et non comme capitaine, jusqu’au moment où les éléments déchaînés obligent les disciples à réveiller le Maître.

Ne nous arrive-t-il pas à nous aussi, au moins dans nos pensées, de compter sur notre expérience, notre capacité de raisonnement et même sur notre acquis spirituel pour faire face aux situations dans lesquelles nous nous trouvons ? Quelquefois le Seigneur permet que les choses ne se passent pas comme nous l’avions prévu, et nous voilà contraints de faire appel à sa grâce pour être délivrés !

Cela concerne tous les domaines de notre vie. Pour l’éducation des enfants, par exemple. Quand ils sont encore petits et qu’ils obéissent assez facilement, on se croit bons éducateurs. Mais à l’âge de l’adolescence, c’est souvent la tempête, et on est alors contraints de crier au Seigneur !

C’est vrai aussi dans la vie professionnelle. Après une bonne formation ou quelques années de pratique, on pense disposer d’un savoir-faire suffisant pour aborder les problèmes qui se posent ; on peut même s’estimer être un expert dans son domaine d’acti­vité. On sait que le Seigneur est présent, mais on le laisse dormir comme un passager avec lequel, pour ce qui est du travail, on n’a guère de relation. Il faut que la tempête arrive pour qu’on ait recours à Lui.

Réalisons chaque jour davantage que le Seigneur est le passager dans tous les domaines de notre vie, et bien plus que cela. Que nous sachions le prendre comme capitaine et qu’Il soit celui que, humblement, nous consultons en toutes circonstances !

Et n’oublions pas de Lui exprimer notre reconnaissance !

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , , | 2 commentaires

Louer Dieu en tout temps


“Je bénirai l’Eternel en tout temps et à jamais, mes lèvres le loueront.” Psaume 34.2

« Mon cœur chante tes louanges et ne reste pas muet. Eternel, mon Dieu, je te louerai toujours. » La Bible, Psaume 30:13

Durant les JO de Tokyo une scène intéressante s’est produite après un match de rugby à 7. L’équipe de rugby des Fidji s’est rassemblée en cercle après leur victoire contre la Nouvelle-Zélande et s’est mise à entonner un chant pour glorifier Dieu. Voir l’épisode

C’est un beau geste de se rappeler de Dieu dans la victoire et de partager cette joie avec Lui en Lui rendant gloire.

Mais je me demande si nous arrivons aussi à louer Dieu après des défaites ?

Il est difficile pour un sportif d’imaginer comment nos louanges peuvent glorifier Dieu après un échec… et pourtant.

Dans ce psaume 34, nous voyons que la louange est possible en tout temps. Elle ne dépend pas des circonstances, des victoires ou des défaites dans nos vies, il est toujours possible de louer Dieu et de lui rendre gloire, quelles que soient nos circonstances.

Je pense à cette histoire de la bible, où des personnages ont loué Dieu alors qu’ils se trouvaient dans des circonstances très très difficiles : Alors que Paul et Silas se trouvent à Philippes pour annoncer l’évangile, un événement se produit et la foule se soulève contre eux. Les magistrats les arrêtent, leur enlèvent leur vêtement et les battent à coups de bâton, puis les jettent en prison. Paul et Silas, bien amochés, se retrouvent enfermés dans le cachot le plus reculé avec les pieds attachés dans des blocs de bois. Malgré cette situation dramatique, vers le milieu de la nuit, ils se mettent à prier et à chanter des louanges à Dieu. (histoire dans Actes 16.22-25)

Ces louanges exprimées au plus profond de la détresse ont produit une puissante libération et impacté de nombreuses personnes.

Il est donc effectivement possible de louer Dieu dans les défaites et ces louanges peuvent bel et bien glorifier Dieu !

Et toi, loues-tu Dieu uniquement après les victoires, quand tout va bien dans ta vie ?
Et si tu louais Dieu en tout temps, dans les bons, comme dans les mauvais jours ?

Prends un petit moment aujourd’hui pour simplement louer Dieu, par un chant, par une prière ou par quelque chose qui vient de ton cœur.

Voici une louange particulièrement opportune intitulée “I choose to worship” (Je choisis d’adorer) de Rend Collective.

Sandrine Ray
Aumônière Sportive

Si tu veux louer et remercier Dieu, quelque soit les situations, clique sur l’enveloppe !Contact

Publié dans Méditations sportives | Tagué , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Philémon


“À Philémon, notre bien-aimé compagnon d’oeuvre… j’entends parler de ton amour et de la foi que tu as envers le Seigneur Jésus et pour tous les saints”. Philémon v. 1, 5

« Que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec votre esprit ! » La Bible, Philémon 25″

Nous ne connaissons Philémon que par la lettre que lui adresse l’apôtre Paul. Les autres destinataires nommés avec lui, comme Archippe au verset 2, ou comme les membres de l’assemblée se réunissant dans sa maison, nous amènent à penser que Philémon habite à Colosses. De plus, les frères qui saluent Philémon sont les mêmes que ceux mentionnés dans l’épître aux Colossiens. On peut donc en déduire que le seul motif de cette lettre est la nécessité de résoudre la situation d’Onésime. Ceci met en évidence plusieurs caractères positifs de Philémon :

– son amour fraternel. Paul n’en doutait pas, c’est pourquoi il a toute liberté de lui écrire sur un sujet délicat : recevoir son esclave Onésime qui s’était enfui.
– sa vie droite, sans zone d’ombre. Rien ne s’oppose à ce que tous connaissent l’action de la grâce divine pour Onésime. Aussi cette lettre est-elle adressée également à l’assemblée, car Paul sait qu’elle se réjouira.
– son attitude juste envers Onésime. Paul se propose de lui renvoyer son esclave devenu un frère en Christ.
– son témoignage qui rayonne parmi ses frères, selon l’expression employée par Paul : “Le coeur des saints est réconforté par toi, frère” (Philémon v. 7).
– sa générosité et son obéissance. Paul est persuadé qu’il fera plus qu’il ne demande (v. 21).
– enfin son hospitalité. Paul demande à Philémon de lui préparer un logement, dans l’espoir que les prières de tous pour sa libération seront exaucées (v. 22).

Tous les compagnons de Paul se joignent à lui pour envoyer leurs salutations et leurs voeux à Philémon, ce qui prouve toute l’estime qu’ils ont pour lui. Lisons donc cette belle lettre et apprenons à imiter les sentiments qui l’ont dictée. Ce n’est pas sans raison que cette épître fait partie des saintes Écritures. Comme plusieurs autres livres de la Bible, l’épître à Philémon s’appuie sur un cas particulier qui semble, au premier abord, n’intéresser que ceux à qui elle s’adresse. Mais, par ce qu’elle nous révèle de l’amour fraternel, nous y trouvons matière à réflexion pour notre plus grande édification.

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Pour le bien de tous


« Lorsque la bonté de Dieu notre sauveur et son amour pour l’humanité ont été révélés, Il nous a sauvés, non pas parce que nous aurions accompli des actions justes, mais parce qu’il a eu compassion de nous. Il nous a sauvés par le bain de la nouvelle naissance et le renouvellement opéré par l’Esprit saint.  » La Bible, Tite 3:4-5

Les Jeux Olympiques sont parfois le théâtre de moments historiques et/ou de manœuvres politiques.

Par exemple, lors des derniers JO d’hiver de 2018 à PyeongChang en Corée du Sud, une équipe de hockey-sur-glace unifiée a été constituée pour la Corée. Ainsi, la moitié des joueuses venaient de Corée du Sud, l’autre moitié de Corée du Nord. Cet acte fortement symbolique avait pour but de promouvoir la paix et donner de l’espoir, car ce conflit entre le Nord et le Sud perdure depuis de nombreuses années.

Alors qu’il s’agit d’une noble cause et d’une manœuvre politique faisant la promotion de bonnes valeurs, cette action dénote toutefois d’une grande injustice au niveau sportif.

En effet, quelques semaines seulement avant les JO, la moitié de l’équipe de Corée du Sud a été écartée, afin de laisser la place à des joueuses de Corée du Nord. Ainsi, certaines joueuses qui avaient un meilleur niveau furent exclues du cadre olympique au profit de joueuses venant de cette autre région.

Plusieurs joueuses écartées au dernier moment ont exprimé leur grande déception et tristesse de voir leur rêve et efforts pour participer aux JO brisés à cause de cette décision politique. Leur réaction est bien compréhensible et ce qu’elles ont vécu m’a beaucoup touché.

Voilà donc un exemple de sportives qui ont été “sacrifiées” pour le bien de leur nation.

Dans la bible aussi, nous découvrons une vie sacrifiée pour le bien de tous !

C’est bien la vérité qu’exprima Caïphe, le souverain sacrificateur à l’époque de Jésus. En effet, alors que Jésus venait d’être arrêté et qu’il fut conduit chez Hanne, le beau-père de Caïphe et grand-prêtre en exercice cette année-là, Caïphe a suggéré aux Juifs qu’il valait mieux qu’un seul homme meure pour le peuple. (Jean 18.12-14)

Lorsqu’il prononça ces paroles, cet homme était sans doute bien loin de se douter de la grande et profonde vérité qu’il venait de proclamer et que l’Apôtre Paul expliqua plus en détail dans sa lettre aux Romains : “Mais il y a une différence entre la faute et le don de la grâce ! En effet, si la faute d’un seul (Adam) a eu pour conséquence la mort de beaucoup, à bien plus forte raison la grâce de Dieu, don gratuit qui vient d’un seul homme, Jésus-Christ, a surabondé pour beaucoup. (…) Car si, par la faute commise par un seul homme, la mort a régné à cause de ce seul homme, à bien plus forte raison ceux qui reçoivent l’abondance de la grâce, qu’est le don de la justification régneront ils dans la vie par Jésus-Christ, lui seul. Ainsi donc, comme une seule faute a entraîné la condamnation de tous les hommes, un seul acte satisfaisant à la justice a obtenu pour tous les hommes l’acquittement qui leur assure la vie.Romains 5.15 + 17-18

Cet acte satisfaisant à la justice n’est autre que le sacrifice de Jésus Christ à la croix. Et l’acquittement de toutes nos fautes prend pleinement effet lorsque nous croyons à ce sacrifice qui nous assure la vie.

Quelle profonde injustice que Jésus ait été “sacrifié” pour le bien de tous… mais face à un tel don d’amour, je ne peux qu’être reconnaissante pour ce geste qui me permet d’être acquittée au jour du Jugement et d’obtenir la vie éternelle avec Dieu !

Et toi, que penses-tu du sacrifice de Jésus pour le bien de tous ?

Sandrine Ray
Aumônière Sportive

Si tu veux te contenter de ta vie et te confier en Dieu, clique sur l’enveloppe !Contact

Publié dans Méditations sportives | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Un seul pilote


“D’en haut L’Eternel étendit sa main, il me prit, Il me tira des grandes eaux”. Psaume 18. 17(16)

Grand Turk

« Dieu nous a sauvés et nous a adressé un saint appel. Et il ne l’a pas fait à cause de nos œuvres, mais à cause de son propre plan et de sa grâce, qui nous a été accordée en Jésus-Christ de toute éternité » La Bible, 2 Timothée 1:9

24 mai 1962. La radio annonce que le commandant américain Scott Carpenter, de retour d’un vol spatial de trois orbites autour de la Terre, vient d’amerrir avec sa capsule Aurora 7 dans l’océan Atlantique. Absorbé par ses expériences, il a actionné les rétrofusées un peu trop tard et s’est retrouvé en plein océan, à 400 km du point prévu. C’est la consternation aux États-Unis et dans le monde entier. On le croit perdu. Mais il a pu prendre place, difficilement, dans un canot pneumatique avec la caméra et les films. Puis il a actionné un système radio ultra-perfectionné pour l’époque qui pouvait envoyer des signaux de détresse à plus de 100 km. Deux avions de reconnaissance, partis du porte-avions USS Intrepid, le trouvent 45 minutes plus tard, bien vivant, assis sur son radeau de sauvetage. Il leur a fait signe avec un miroir !

Un hélicoptère du USS Intrepid vient récupérer le commandant et l’amener sur la Grand Turk, une île de la mer des Caraïbes. De là, un avion le conduit à la base de la NASA en Floride. Il est hors de danger. Pour sauver cet astronaute, il a fallu trois appareils : deux avions pour le trouver, un hélicoptère pour le récupérer, avec bien sûr trois pilotes différents, sans compter l’avion qui l’a ramené à sa base !

Nous étions nous aussi perdus, éloignés de Dieu, incapables de nous en sortir par nous-mêmes. Pour nous sauver, un seul pilote a suffi : notre Sauveur Jésus Christ qui nous a cherchés, nous a trouvés et nous a conduits au port désiré (Psaume 107. 28-30). Ce sauvetage, il l’a réalisé en versant son sang pour nous à la croix. Il est allé nous chercher bien loin, nous a trouvés et nous a arrachés des mains de notre pire ennemi (Galates 1. 3‑5).

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Pourquoi moi ?


« Pourquoi être abattue, mon âme, et gémir en moi ? Espère en Dieu, car je le louerai encore ! Il est mon salut et mon Dieu. » la Bible, Psaumes 42:6

Pourquoi moi ?
Certains athlètes se posent certainement cette question lorsqu’ils échouent et se retrouvent à plusieurs reprises à la 4ème place, lorsqu’ils se blessent juste avant ou pendant une compétition importante, lorsque le test du Covid est positif et qu’ils n’ont pas le droit de participer à la compétition ou lors de bien d’autres circonstances…

Pourquoi moi ?
Cette question tu te l’es sûrement déjà posée, lorsque quelque chose ne se déroule pas comme tu l’aurais souhaité.

Voici aujourd’hui un témoignage poignant du légendaire joueur de tennis américain Arthur Ashe :

“Arthur Ashe souffrait du Sida, alors qu’il avait été infecté par une transfusion de sang contaminé lors d’une chirurgie cardiaque en 1983. Quand Arthur était en train de mourir de cette maladie, il a reçu des lettres de ses fans, dont l’un a demandé : “Pourquoi Dieu a-t-il permis que vous souffriez d’une maladie si horrible ?”

Arthur Ashe a répondu : “Il y a plusieurs années, environ 50 millions d’enfants ont commencé à jouer au tennis, et l’un d’eux était moi.

Sur ces 50 millions :

  • 5 millions ont vraiment appris à jouer au tennis,
  • 500’000 sont devenus professionnels de tennis,
  • 50’000 ont joué sur le circuit,
  • 5’000 ont atteint le Grand Chelem,
  • 50 ont été sélectionnés pour Wimbledon,
  • 4 ont atteint la demi-finale du tournoi,
  • 2 sont arrivés en finale et à nouveau l’un d’eux était moi.

Quand je célébrais la victoire avec la coupe en main, je n’ai jamais pensé à demander à Dieu “Pourquoi moi ?” Alors maintenant que je souffre, comment puis-je demander à Dieu : “Pourquoi moi ?”

Le bonheur nous rend doux, les épreuves nous renforcent, la peine nous rend humain, les échecs nous gardent humbles, le succès rend brillant, mais seule la foi nous aide à continuer !

Parfois vous n’êtes pas satisfait de votre vie, alors que beaucoup dans ce monde rêveraient de pouvoir vivre votre vie. Un garçon dans une ferme voit un avion voler au-dessus de lui et rêve de voler. Mais le pilote de cet avion survole la ferme et rêve de rentrer chez lui. C’est la vie, alors profitez de la vôtre !

Si la richesse était le secret du bonheur, les riches devraient danser dans les rues. Mais seuls les enfants pauvres le font. Si le pouvoir garantissait la sécurité, les personnes importantes devraient marcher sans gardes du corps. Mais seuls ceux qui vivent humblement rêvent tranquillement. Si la beauté et la renommée attiraient des relations idéales, les célébrités devraient avoir de meilleurs mariages.

Alors ayez confiance en vous ! Vivez humblement. Marchez humblement et aimez de tout votre coeur !” (Source )

A méditer :
“J’ai en effet appris à me contenter toujours de ce que j’ai. Je sais vivre dans la pauvreté aussi bien que dans l’abondance. J’ai appris à être satisfait partout et en toute circonstance, que j’aie de quoi me nourrir ou que j’aie faim, que je sois dans l’abondance ou dans le besoin. Je peux faire face à toutes les difficultés grâce au Christ qui m’en donne la force.” Philippiens 4.11b‑13

Sandrine Ray
Aumônière Sportive

Si tu veux te contenter de ta vie et te confier en Dieu, clique sur l’enveloppe !Contact

Publié dans Méditations sportives | Tagué , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Faire le bilan


“Mon Dieu, en toi j’ai mis ma confiance”. Psaume 25. 2
“Ô Éternel, je me suis confié en toi ; j’ai dit : Tu es mon Dieu. Mes temps sont en ta main”. Psaume 31. 14, 15

« L’Eternel me redonne des forces, Il me conduit dans les sentiers de la justice à cause de son nom. » La Bible, Psaume 23:3

Pourquoi ne faire le bilan de son existence qu’au terme de sa vie ou même à la fin d’une année ? Il est tout aussi important de faire le point par temps calme que dans la tempête…

Seigneur, quand je fais le bilan de ma vie devant toi, aujourd’hui, paisiblement, quand je regarde en arrière, honnêtement, j’y vois des zones d’ombre et des plages de lumière ; je me souviens des épreuves que tu as permises comme des délivrances que tu as opérées ; je me rappelle les moments de contrainte comme les phases d’épanouissement, les jours de fatigue comme ceux où je te servais rempli d’énergie ; je revis les instants de doute comme les jours où, plein de confiance, je m’appuyais sur Toi ; je repense à cette triste période où chez moi la Loi l’emportait sur la grâce ; je revois les occasions où je cherchais des solutions intelligentes à mes problèmes plutôt qu’un comportement spirituel… Tout cela passe devant mes yeux… Que reste-t-il vraiment ? Le souvenir de ta miséricorde, de ta grâce, de ton amour ! Oui, dans ton amour, Tu m’as protégé, guidé, enseigné, transformé. Tes soins, comme Toi seul sais les prodiguer, m’ont entouré à chaque pas et je sais que Tu ne te lasses pas.

Seigneur, dans ta grâce, Tu m’as confié des services comme à tous les tiens. D’autres auraient pu les accomplir mieux que moi-même, je le sais. Mais quel honneur Tu m’as accordé de te servir, toi un Maître si bon et si fidèle !

Tout ce qui reste à faire, je te le confie. Ce que je t’apporte, je le sais, ne restera pas sans effet. Après tout, c’est ton oeuvre ! Fais-la fructifier, Seigneur, afin que rien ne soit perdu !

La foi chrétienne sera attaquée, le légalisme enchaînera encore des chrétiens, ils seront encore persécutés. Tu seras moqué Seigneur et, sur la terre, l’Église se fragmentera encore. Mais je sais que Tu continueras de bâtir ton Église jusqu’à ta venue et “les portes de l’hadès ne prévaudront pas contre elle” (Matthieu. 16. 18). Tu es le constructeur par excellence! Dans cette espérance, je sais que le chemin qui reste à parcourir est court, car Tu viens bientôt.

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Arriver au sommet


“Or le monde passe avec tous ses attraits, mais celui qui accomplit la volonté de Dieu demeure éternellement.” 1 Jean 2.17

Un athlète avait connu le succès lors des derniers Jeux Olympiques. Il est rentré au pays la médaille d’or au cou et il en était fier.

Un matin, après son entraînement, alors qu’il faisait des étirements dans un jardin, il remarqua une chenille qui montait avec peine le long d’un piquet. Allait-elle vraiment atteindre le sommet ? Fasciné par les efforts de l’insecte, il se dit : – Moi aussi, j’ai galéré pour arriver tout en haut. J’ai dû travailler sans répit pour être champion. Voilà, j’ai réussi. Je suis au “top”.

Plongé dans ses pensées, il observait toujours la chenille qui, après avoir atteint le sommet, se retourna et redescendit : elle n’avait trouvé aucune feuille verte en haut, elle était sur un bâton sec.

Le sportif, soudain ébranlé, se mit à réfléchir. Sa réussite dans le monde lui apportait-elle un vrai bonheur ? Était-il heureux maintenant ? Aussi déçu que la chenille, il n’avait rien trouvé qui puisse réellement satisfaire ses aspirations profondes, rien qui ait une valeur durable et éternelle.

Jésus a demandé à ses disciples : “Quel profit y aura-t-il pour un homme s’il gagne le monde entier, mais qu’il fasse la perte de son âme ?”

L’objectif pour un sportif est souvent d’atteindre le sommet de sa discipline, mais à la recherche du titre, de la médaille, il se peut parfois qu’il se perde durant cette quête.

Aux Jeux Olympiques, certains athlètes peuvent se demander : “tout ce travail, tous ces sacrifices, pour ça… “ 2 semaines de compétition, parfois une seule chance en piste, un instant et si la course ou la compétition se passe mal, c’est l’élimination. Une certaine frustration peut alors émerger. Toutes ces années de travail pour un instant si court et qui passe comme le vent.

 Histoire tirée du feuillet de la Bonne Semence : « La chenille » adaptée au milieu sportif.

Sandrine Ray
Aumônière Sportive

Si tu veux vivre une vie victorieuse avec Jésus, clique sur l’enveloppe !Contact

Publié dans Méditations sportives | Tagué , , , , , , , , | 1 commentaire

Ramener le roi


“Pourquoi êtes-vous les derniers pour ramener le roi dans sa maison ?” 2 Samuel 19. 11

Absalom avait organisé une rébellion contre le roi son père. David était ainsi doulou­reusement contraint de quitter son trône pour se mettre en sûreté. Plus tard, la coalition d’Absalom est brisée par l’armée régulière et lui-même est tué par Joab (2 Samuel 18).

Il s’agissait dès lors de ramener le roi à Jérusalem. C’était un sujet de conversations et même de disputes dans tout Israël : “Tout le peuple était à se disputer dans toutes les tribus d’Israël disant : le roi nous a délivrés de la main de nos ennemis… Absalom, que nous avions oint sur nous est mort dans la bataille, et maintenant, pourquoi gardez-vous le silence pour ce qui est de ramener le roi ?” (2 Samuel 19. 9, 10).

David lui-même était particulièrement désireux d’être invité à revenir par sa tribu, celle de Juda : “Le roi David envoya à Tsadok et à Abiathar les sacrificateurs, disant : Parlez aux anciens de Juda en disant : Pourquoi êtes-vous les derniers à ramener le roi dans sa maison… ?” (v. 11). Sa propre tribu, et spécialement les anciens, aurait dû prendre l’initiative et être les premiers à ramener le roi. David doit le leur rappeler.

Cette scène a certainement une portée prophétique. L’antichrist, dont Absalom est une figure, sera un usurpateur et cherchera à entraîner une partie du peuple juif à sa suite. Il sera brisé par l’avènement de notre Seigneur Jésus Christ (voir 2 Thessaloniciens 2. 3-12). C’est alors qu’un grand travail de coeur se produira dans une partie du peuple à propos de son Messie (Zacharie 12. 10-14). Il s’agira de “ramener le roi”, c’est-à-dire de reconnaître à nouveau son autorité, de l’acclamer loyalement, de dire : “Béni soit le roi qui vient au nom du Seigneur” (Luc 19. 38).

Cette scène peut aussi avoir une application pratique. Dans notre vie chrétienne, nous avons peut-être besoin de “ramener le roi”, c’est-à-dire de reconnaître à nouveau l’autorité du Seigneur Jésus sur tous les compartiments de notre vie. Nous pourrons dire alors avec Paul : “Je suis légitimement soumis à Christ” (1 Corinthiens 9. 21). Veillons à toujours mieux réaliser l’autorité, la grandeur, la puissance de celui que nous appelons NOTRE SEIGNEUR.

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , , | 2 commentaires

La vie est un cadeau


“Eternel, Tu m’as fait ce que je suis, et Tu m’as tissé dans le ventre de ma mère. Je te loue d’avoir fait de moi une créature aussi merveilleuse : Tu fais des merveilles, et je le reconnais bien. Mon corps n’était pas caché à tes yeux quand, dans le secret, je fus façonné et tissé comme dans les profondeurs de la terre. Je n’étais encore qu’une masse informe, mais Tu me voyais et, dans ton registre, se trouvaient déjà inscrits tous les jours que Tu m’avais destinés alors qu’aucun d’eux n’existait encore. ” Psaume 139.13‑16

« Les paroles agréables sont un rayon de miel, douces pour l’âme et salutaires pour le corps. » La Bible, Proverbes 16:24

En repensant ces derniers jeux paralympiques, voici une petite méditation en hommage à tous ces athlètes qui ont fait et font tant d’efforts, non seulement pour réaliser des performances incroyables, mais également pour se réconcilier avec ce corps, qui a été malmené par la vie.

Je souhaite te partager ce court témoignage de Silke Pan. C’est lors d’un accident durant un numéro de cirque que Silke est devenue paraplégique. Depuis, elle semble avoir retrouvé un sens au travers du sport et s’exprime : “Depuis l’accident j’ai des douleurs chroniques, j’ai mal tout le temps, 24h/24. A cause de cela, c’est dur d’aimer ce corps qui me fait mal. En même temps c’est quand même mon corps, il fait partie de moi, de ma vie. Le sport m’a aidé à faire la paix avec ce corps paraplégique.”

Malgré toutes ses difficultés et le handicap qu’elle définit comme “le destin”, Silke arrive à une conclusion aussi magnifique qu’inspirante : “J’aime relever des nouveaux défis, parce que j’ai juste envie de vivre. J’ai pris conscience par rapport à mon passé, à l’accident et d’autres événements difficiles que j’ai eu dans ma vie, de la valeur de la vie. 

La vie, c’est un cadeau ! 

Ce n’est pas normal ou à prendre à la légère, j’ai une responsabilité et j’éprouve une grande gratitude par rapport à tout ce que je peux encore faire aujourd’hui.” Oui la vie est un cadeau ! 

Quel incroyable constat malgré cette vie remplie d’épreuves. Et toi ? peux-tu en dire de même ? 

Es-tu reconnaissant(e) envers ton Créateur pour ce cadeau qu’est la vie ? 

Prends un petit moment cette semaine pour remercier Dieu pour ce magnifique cadeau. 

Pour voir le reportage complet “Silke Pan ou la renaissance d’une femme brisée” : Le reportage

Aumônière Sportive

Si tu veux remercier le Seigneur pour le corps qu’Il t’a donné, clique sur l’enveloppe !Contact

Publié dans Méditations sportives | Tagué , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Reprendre les mesures


“Saul se fortifiait de plus en plus et confondait les Juifs qui demeuraient à Damas, en démontrant que Jésus était le Christ… Arrivé à Jérusalem, (Saul) cherchait à se joindre aux disciples ; mais tous le craignaient, ne pouvant pas croire qu’il était disciple”. Actes 9. 22, 26

« À chacun de nous la grâce a été donnée selon la mesure du don de Christ. » La Bible, Ephésiens 4:7

Quand on confectionne des habits sur mesure, il est impensable que le tailleur ne reprenne pas, chaque fois, les mesures. Et le tailleur a raison ! Il ne peut pas se fier aux mesures précédentes, car elles changent, à cause des variations de poids et de taille. S’il ne prend pas cette précaution, le vêtement, aussi réussi soit-il, ne sera pas ajusté.

À Jérusalem, Saul avait une solide réputation d’ennemi des chrétiens car, avant sa conversion, il “ravageait l’assemblée : il pénétrait dans les maisons, et, traînant hommes et femmes, il les livrait pour être jetés en prison” (Actes 8. 3). Et de nombreux chrétiens vivaient dans la terreur de ce fanatique. Ce même homme frappait maintenant à leur porte pour se joindre à eux. En vain : “tous le craignaient”. On comprend qu’ils aient fait preuve de prudence. Mais la suite montre qu’ils ont manqué de clairvoyance : ils ont négligé « de reprendre ses mesures ». Barnabas, lui, fidèle à sa renommée de fils de consolation, prend les « nouvelles mesures » de Saul. Il l’accueille et constate qu’il a vraiment changé. Il le mène aux apôtres, raconte sa conversion et rapporte le témoignage courageux qu’il a rendu à Damas. Résultat ? “Dès lors (Saul) était avec eux à Jérusalem, il allait et venait et parlait avec assurance au nom du Seigneur” (Actes 9. 28). Et les disciples le sauvent même de nouveaux dangers (v. 29, 30) !

Pour nous le problème est celui-ci : quand nous avons jugé quelqu’un comme méchant, nous avons de grandes difficultés à penser qu’il puisse changer en bien, par mé­connaissance de soi-même et de la grâce de Dieu. En principe, nous savons que le Saint Esprit peut changer le coeur le plus endurci. Mais pour cette personne qui m’a fait un tort considérable, cela me paraît impossible aujourd’hui ! Je la tiens toujours pour ce qu’elle était, même si elle ne l’est plus. Et voici qu’elle s’annonce chez moi pour en parler ! Vais-je refuser l’entrevue ou au contraire « reprendre ses mesures » et… lui pardonner ?

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire