La tentation de la toute-puissance


“À toi, Éternel, est la grandeur, et la force…” 1 Chroniques 29. 11
“Éternel, mon Dieu, tu es merveilleusement grand, tu es revêtu de majesté et de magnificence !” Psaume 104. 1

Le problème de la toute-puissance est abordé dès le début des deux Testaments.

Dieu seul possède la toute-puissance. Il le montre dans la création, et tout au long du Saint Livre, Il est appelé “le Tout-Puissant”. Mais Satan convoite cette toute-puissance de Dieu. Il dit : “Je serai semblable au Très-haut” (Esaïe 14. 14), “Je suis Dieu” (Ezéchiel 28. 2). Satan offre cette toute-puissance à Adam et Ève : “Vous serez comme Dieu” (Genèse 3. 5), c’est-à-dire vous connaîtrez tout et vous pourrez tout. Ils succombent tous deux à son mensonge.

Satan propose aussi la toute-puissance à Jésus, mais Il  la refuse, car Il ne désire rien d’autre que rester à la place où son Père veut qu’Il soit, un homme dépendant.

  • Première tentation : “Dis à cette pierre qu’elle devienne du pain” (Luc 4. 3).
    C’est la toute-puissance en relation avec les besoins quotidiens.
  • Deuxième tentation : “Je te donnerai toute cette autorité, ainsi que la gloire de ces royaumes” (Luc 4. 6).  C’est la toute-puissance en relation avec le pouvoir.
  • Troisième tentation : “Jette-toi d’ici en bas” (Luc 4. 9). C’est la toute-puissance en relation avec les limites de la condition humaine.

Le croyant est-il sensible à la tentation de la toute-puissance ? Certainement. À notre époque où l’homme cherche à tout maîtriser, le croyant peut se laisser influencer par cette pensée.

Mais le chrétien n’a-t-il donc aucune marge d’action ? Certes si, mais il n’est en aucun cas tout-puissant. Jésus a merveilleusement montré ce qui convient à un homme : la dépendance.

Le croyant sait que Dieu est tout-puissant et qu’Il agit souverainement. Nous avons à apprendre tous les jours et en pratique la beauté et la sécurité d’une vie de dépendance, c’est-à-dire la soumission à Dieu et la confiance en Lui. Abraham l’avait oublié (Genèse 16) et Dieu le lui rappelle : “Je suis le Dieu Tout-Puissant, marche devant ma face, et sois parfait” (Genèse 17. 1). Joseph l’a merveilleusement réalisé : “Les bras de ses mains sont souples, par les mains du Puissant de Jacob” (Genèse 49. 24). Anne (1 Samuel 2) et Marie l’ont expérimenté : “Le Tout-Puissant a fait pour moi de grandes choses” (Luc 1. 49) ; Paul également : “Je peux tout par Celui qui me fortifie” (Philippiens 4. 13). Qu’en est-il de moi ?

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Le chemin qui reste à faire


« L’Eternel secourt ceux qui se comportent équitablement avec les autres. Il veille sur le chemin de Ses amis fidèles. » La Bible, Proverbes 2:8

Dans leur livre Afrika Trek, Alexandre et Sonia Poussin relatent leur périple de 14 000 kilomètres à pied du Cap à Jérusalem. Au cours de leur marche, ils ont rencontré des personnes très différentes de tous milieux sociaux. Dans leurs conversations, ils ont remarqué une réaction commune à tous : « ce qui reste à faire impressionne beaucoup plus les gens que ce qui a été fait ». Ils racontent par exemple qu’en Egypte, les gens étaient bien plus impressionnés par le Sinaï qu’il leur restait à franchir que par les 13 000 kilomètres à pied qu’ils venaient de faire à travers l’Afrique et le Sahara !

Dans notre vie, nous pensons souvent avec anxiété aux difficultés à venir et oublions que beaucoup de passages difficiles ont été franchis. Aujourd’hui, Dieu nous invite à nous souvenir de toutes les fois où Il nous a secourus. Il nous dit qu’Il est un refuge pour qui se confie en Lui. Cette image du refuge me parle. Un refuge, en montagne, c’est un lieu d’où l’on peut contempler la beauté de la nature grandiose créée par Dieu ; c’est aussi un lieu où l’on est en sécurité, à l’abri des intempéries. En tout temps, Jésus- Christ peut être mon refuge. Dans notre société, beaucoup de valeurs refuges nous sont proposées. Mais quelle est leur efficacité réelle ? En méditant la Bible, nous découvrons combien Dieu est le seul refuge offert à chacun, en toutes circonstances. Cette belle promesse est faite par le Dieu fidèle qui accomplit tout ce qu’Il promet.

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Psaume 91

Lire la suite

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Jacob devient adorateur


“Par la foi, Jacob mourant bénit chacun des fils de Joseph et adora, appuyé sur le bout de son bâton”. Hébreux 11. 21

« Souvenez-vous de vos conducteurs qui vous ont annoncé la parole de Dieu. Considérez quel est le bilan de leur vie et imitez leur foi. » La Bible, Hébreux 13:7

En effet, Jacob sait que le séjour en Égypte a représenté un faux pas pour son grand-père Abraham et que Dieu a averti son propre père Isaac de ne pas y aller. Jacob ne veut plus maintenant calculer et décider par lui-même; il s’en remet à Dieu, montrant sa dépendance. Devant Joseph, il témoigne de ce que Dieu a été pour lui. Il déclare: “Dieu… a été mon berger depuis que je suis jusqu’à ce jour, l’Ange… m’a délivré de tout mal” (Genèse 48. 15, 16). C’est dire combien il reconnaît la fidélité de l’Éternel qu’il avait rencontré à Béthel. Il dévoile même une foi profonde en assurant à Joseph que sa descendance retournera dans le pays de ses pères.

Jacob a finalement été attentif à Dieu dans les circonstances contraires qu’il a vécues. Il a laissé Dieu agir en lui et termine sa vie, confiant, humble et digne. Tout à la fin, on voit Jacob s’incliner devant Dieu en signe d’adoration. C’est la leçon qu’il nous laisse dans ce dernier tableau.

P .A. S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Jacob | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Jacob écoute


“Ils (les frères de Joseph) lui rapportèrent (à Jacob) toutes les paroles que Joseph leur avait dites, et lorsqu’il vit les chariots que Joseph avait envoyés pour le transporter, leur père Jacob se ranima.” Genèse 45. 27

« L’Eternel te gardera de tout mal, il gardera ta vie. L’Eternel gardera ton départ et ton arrivée dès maintenant et pour toujours. » La Bible, Psaume 121:7-8

À la mort de son père Isaac, Jacob devient le bénéficiaire des promesses de Dieu à Abraham. C’est ce qu’il avait recherché quand il était jeune. Mais, devenu un patriarche à son tour, il a beaucoup changé spirituellement. En rencontrant le pharaon, il doit faire un constat amer: “Ma vie errante dure depuis 130 ans. Elle a été courte et mauvaise, et elle n’a pas atteint la durée de la vie errante de mes ancêtres.” (Genèse 47. 9). Il sait ce que signifie le deuil d’un enfant après que ses fils lui ont annoncé la mort de Joseph. Il a connu la famine et sa famille a risqué de disparaître. Il a dû faire des choix difficiles: laisser partir ses fils pour ramener du blé, envoyer Benjamin, puis finalement descendre lui-même en Égypte; il y a retrouvé Joseph. Aussi Jacob n’est plus le même.

Dans les choix importants de la vie, comme celui de descendre en Égypte, Jacob éprouve maintenant le besoin de se tourner vers Dieu. C’est à Beër-Shéba, à la frontière du pays, qu’il s’arrête pour entendre la voix de Dieu, et c’est sur ses directives seulement qu’il poursuit sa route. “Israël (Jacob) partit… Et il vint à Beër-Shéba, et offrit des sacrifices au Dieu de son père Isaac. Et Dieu parla à Israël… Jacob ! Jacob !… Ne crains pas de descendre en Égypte… Et Jacob se leva de Beër-Shéba” (Genèse 46. 1-3, 5).

P .A. S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Jacob | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Jacob revient à Béthel


“Jacob dit à sa maison et à tous ceux qui étaient avec lui: Ôtez les dieux étrangers qui sont au milieu de vous, et purifiez-vous… et nous nous lèverons, et nous monterons à Béthel, et je ferai là un autel à Dieu…” Genèse 35. 2, 3

« Vous brûlerez au feu les images taillées de leurs dieux. Tu ne convoiteras point et tu ne prendras point pour toi l’argent et l’or qui sont sur elles, de peur que ces choses ne te deviennent un piège; car elles sont en abomination à l’Éternel, ton Dieu. » La Bible, Deutéronome 7:25

Pour justifier sa détermination, Jacob témoigne de la fidélité miséricordieuse de Dieu à son égard: “Nous monterons à Béthel, et je ferai là un autel à Dieu, qui m’a répondu au jour de ma détresse, et qui a été avec moi dans le chemin où j’ai marché” (v. 3).

Il ordonne à tous de faire disparaître les dieux étrangers qui se trouvaient au milieu d’eux et de se purifier. Il n’est jamais facile d’expliquer aux siens tous les changements qu’il faut opérer quand on a vécu longtemps une vie double !

Jacob récupère tous les objets qui servaient d’idoles, mais il ne va pas jusqu’au bout de son devoir de patriarche: il les cache sous un térébinthe, plutôt que de les détruire! Voulait-il ne pas déplaire à quelque membre de sa famille? Pourtant Dieu veut que nous soyons sans compromis avec l’idolâtrie (Actes 19. 19).

C’est une situation que nous pouvons connaître dans notre vie de famille ou dans notre environnement social. Quand le Seigneur nous oblige à recentrer nos vies sur lui, restons cohérents avec notre résolution. Il nous donnera la force, “le vouloir et le faire” (Philippiens 2. 13).

P .A. S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Jacob | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Jacob en chemin personnel


“Là, il (Jacob-Israël) construisit un autel qu’il appela El-Elohé-Israël (Dieu, le Dieu d’Israël).” Genèse 33. 20

« Je les ferai venir à ma montagne sainte et je les réjouirai au Temple où l’on me prie, et j’agréerai leurs holocaustes et autres sacrifices offerts sur mon autel. Car on appellera mon temple: «La Maison de prière pour tous les peuples.» » La Bible, Esaïe 56:7

À Péniel (face de Dieu), Dieu est venu à la rencontre de Jacob. C’est là que Jacob commence une vraie relation avec Dieu. La confession ouvre la voie d’une vraie communion avec Dieu dans laquelle sa grâce est goûtée. Maintenant Dieu peut dire à Jacob de retourner à Béthel (maison de Dieu). C’est pour lui un lieu de souvenir: il y avait découvert la RÉALITÉ du Dieu de son père, qu’il ne connaissait que de façon bien superficielle. Depuis cette nuit mémorable de Béthel, Jacob a bien changé.

Dieu lui rappelle les circonstances qui entouraient le songe de Béthel: “Lève-toi, monte à Béthel, et habite là. Tu y construiras un autel en l’honneur du Dieu qui t’est apparu lorsque tu fuyais ton frère Esaü.” (Genèse. 35. 1). Jacob, qui a fait des progrès spirituels, réalise que la présence de Dieu nécessite avant tout de mettre de l’ordre dans sa famille.

P .A. S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Jacob | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Jacob libéré


“Jacob appela le nom du lieu Péniel: Car j’ai vu Dieu face à face, et mon âme a été délivrée”. Genèse 32. 30

« Ce n’est pas contre l’homme que nous avons à lutter, mais contre les puissances, contre les autorités, contre les souverains de ce monde de ténèbres, contre les esprits du mal dans les lieux célestes. » La Bible, Ephésiens 6:12

Il fait l’expérience d’un mystérieux combat à Péniel: là, seul durant la nuit, il lutte avec un ange. Il combat pour défendre sa vie, mais prend conscience qu‘il doit aussi être délivré intérieurement.

Il avait prié Dieu pour sa rencontre avec son frère: “Délivre-moi, je te prie, de la main de mon frère” (Genèse 32. 12). Dans cette prière, il rend témoignage à la toute-puissance d’un Dieu de grâce et de promesses qu’il avait un peu appris à connaître au cours de sa vie chez Laban. Mais il lui faut faire un pas de plus. La mystérieuse personne, avec qui il lutte, lui demande son nom. Il répond: Jacob (celui qui supplante). C’est la confession de ce qu’il est au fond de lui.

Après cette confession, la grâce de Dieu peut briller. Alors Jacob éprouve une libération intérieure: “Mon âme a été délivrée”. Il est soulagé de ce poids intérieur qu’il portait depuis longtemps: il peut «regarder» Dieu face à face, ce qui lui était impossible jusque-là.

La puissance de Dieu accompagnait Jacob, non parce que sa vie était droite moralement, mais par grâce. Jacob a éprouvé cette grâce d’un Dieu que l’on peut prier et qui délivre. La confession permet d’être heureux dans sa présence. Dans nos circonstances, nous pouvons aussi faire l’expérience de la libération du péché et avancer dans notre vie spirituelle.

P .A. S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Jacob | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Jacob sur le retour


“Laban dit: «Que ce tas serve aujourd’hui de témoignage entre toi et moi !» C’est pourquoi on lui a donné le nom de Galed*.” Genèse 31:48

« Il est notre Dieu et nous sommes le peuple dont Il est le Berger, le troupeau que sa main conduit. » La Bible, Psaumes 95:7

Jacob s’est remis en route. Il a vu la main de Dieu dans sa séparation d’avec son oncle Laban. Ils se sont quittés sur un accord aux torts partagés.

Si les différends avec Laban sont réglés, Jacob n’a pas oublié le problème en suspens avec son frère, bien que vingt ans se soient écoulés. Sa tromperie envers son frère et ses conséquences hantent sa mémoire. Au moment où il retourne dans le pays de sa parenté, il ignore tout des dispositions d’esprit d’Ésaü à son égard. On comprend bien l’inquiétude de Jacob.

Angoissé à la pensée de cette rencontre difficile, il ne s’attend pas à une autre rencontre, celle avec Dieu, à Péniel (face de Dieu). Elle va le prendre au dépourvu. Dieu l’a fidèlement protégé jusque-là et va lui accorder encore son aide, mais Jacob doit reconnaître sa faute.

Dans nos vies, il peut nous arriver d’essayer de tout contrôler par des arrangements humains, comme Jacob. Malgré tout, Dieu nous supporte, s’intéresse à nous et veut nous rapprocher de Lui. Soyons reconnaissants pour la grâce qu’Il nous témoigne si fidèlement !

P .A. S

* Galed : “Tas du témoignage”

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Jacob | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Jacob s’en va


“(Jacob) dit (à Rachel et Léa): Je vois le visage de votre père, qu’il n’est pas envers moi comme auparavant; mais le Dieu de mon père a été avec moi”. Genèse 31. 5

Dieu ne n’a pas oublié Jacob. Il lui ordonne de retourner au pays de ses pères (v. 13). Jacob obéit… mais à sa façon. Son départ est précipité. Il fuit la maison de son oncle, profitant de son absence pour éviter une négociation difficile sur les conditions de son départ.

Avant de s’enfuir, Jacob fait appeler Rachel et Léa en hâte (v. 4). Il leur confie que Dieu, “le Dieu de Béthel”, vient de lui demander de retourner au pays de ses pères en lui faisant cette promesse: “Je serai avec toi” (v. 3). Elle fait écho au vœu que Jacob avait prononcé à Béthel vingt ans auparavant, lors de sa première fuite: “Si Dieu est avec moi… l’Éternel sera mon Dieu” (Genèse 28. 20, 21). Jacob reconnaît que Dieu, dans sa providence, n’a jamais cessé de le protéger: “Le Dieu de mon père a été avec moi”. Mais il ne prétend pas Le connaître pour lui-même, ni l’avoir beaucoup honoré; Il reste le Dieu de son père. Rachel et Léa approuvent le départ, et partent avec lui, sans en informer leur père.

Dans nos vies, il peut nous arriver d’essayer de tout contrôler par des arrangements humains, comme Jacob. Malgré tout, Dieu nous supporte, s’intéresse à nous et veut nous rapprocher de lui. Soyons reconnaissants pour la grâce qu’il nous témoigne si fidèlement !

P .A. S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Jacob | Tagué , , , , , , , , | 1 commentaire

Jacob chez Laban


(Laban dit à Jacob : ) “Achève la semaine avec Léa, et nous te donnerons aussi l’autre (Rachel) pour le service que tu feras encore chez moi pendant sept nouvelles années.” Genèse 29. 27

Jacob s’est réfugié chez son oncle Laban après avoir volé le droit d’aînesse de son frère et trompé son père. Il reste vingt ans à Charan au service de son oncle. Il y fait sa vie, se marie, connaît des temps difficiles.

Les circonstances qu’il rencontre se déroulent dans une atmosphère de tromperies: Laban le trompe lors de son mariage, se moque de lui, change dix fois les conditions de son salaire. De plus, Jacob doit gérer les jalousies entre ses deux femmes. Dieu veut sans doute l’amener à prendre la mesure de ses fautes et le pousser à la repentance.

Dans cette famille, Jacob travaille, lutte comme il peut pour faire sa place. Son caractère de trompeur reprend vite le dessus et son savoir-faire lui permet de prospérer. Il amasse des biens, mais pas toujours de façon très honnête. Il semble que, pendant ce long séjour, Dieu soit absent de ses préoccupations. En particulier, il ne fait aucun autel à l’Éternel…

P .A. S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Jacob | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Jacob réagit


“Jacob se réveilla de son sommeil, et il dit: Certainement, l’Éternel est dans ce lieu, et moi je ne le savais pas. Et il eut peur, et dit: Que ce lieu-ci est terrible! Ce n’est autre chose que la maison de Dieu, et c’est ici la porte des cieux !”  Genèse 28. 16, 17

« Voici ce que dit le Seigneur, l’Eternel: Je mets dans Sion, en guise de fondation, une pierre, une pierre choisie, angulaire, précieuse, solidement posée. Celui qui s’appuie sur elle sera en sécurité. » La Bible, Esaïe 28:16

Sa première réaction à son réveil, c’est la peur. Elle est d’autant plus grande qu’il avait invoqué Dieu bien légèrement auparavant. Désormais il devra le considérer d’une autre façon. Cet endroit prend pour lui un caractère particulier : il en change le nom et l’appelle Béthel, (la maison de Dieu), car là, Dieu s’est révélé à lui. Béthel restera un repère dans sa vie de croyant. Cet épisode peut se comparer à la conversion pour un croyant.

Ce qui est surprenant et encourageant à la fois, c’est que Jacob ne fuit pas ce lieu. Au contraire, il honore Dieu qui s’est révélé, en Lui faisant une offrande. Malheureusement son geste s’accompagne d’un marché avec Dieu (v. 20-22).

Écoutons Dieu quand Il nous interpelle, soyons attentifs à sa voix et notre vie en sera changée. Les réalités spirituelles prendront ainsi du poids et la présence de Dieu qui nous aime deviendra plus réelle chaque jour.

P .A. S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Jacob | Tagué , , , , , , , , | 2 commentaires

Jacob le fugitif


“Maintenant, mon fils (Jacob), écoute ma voix (Rebecca) ! Lève-toi, fuis chez Laban, mon frère, à Charan” Genèse 27:43

Joël 3:1Jacob a trompé son père, avec la complicité de sa mère, pour obtenir la bénédiction que son frère Ésaü attendait. On imagine volontiers la colère d’Ésaü et son désir de tuer son frère quand il s’aperçoit de sa tromperie. Il ne reste plus que la fuite pour Jacob, loin du pays promis à Abraham et à ses descendants. Conseillé par ses parents, il se rend à Charan, chez son oncle Laban (Genèse 28. 1-2).  Dans sa fuite, lors d’une halte dans un lieu désert, il fait un songe et une étonnante rencontre.

Jacob vient de quitter sa famille et une vie protégée dans le confort du foyer familial; il est parti pour l’inconnu. Il a peur de son frère et ressent, sans doute, sa culpabilité. C’est dans ce contexte que Dieu se manifeste. (Genèse 28. 10-15). Le «Dieu théorique» qu’il avait invoqué pour tromper son père devient soudain très présent. Ce n’est plus une formule que l’on emploie en toutes circonstances, mais une réalité qui s’impose. Plus encore, c’est une personne avec laquelle il faut compter: Dieu est là et le suit.

P .A. S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Jacob | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Jacob le trompeur


“Isaac dit à son fils (Jacob): Comment as-tu trouvé si tôt (du gibier), mon fils? Et il dit: Parce que l’Éternel, ton Dieu, me l’a fait rencontrer devant moi”. Genèse 27. 20

« Il prit le chevreau et l’offrande, et il fit un sacrifice à l’Eternel sur le rocher. Il se produisit quelque chose de merveilleux, pendant que Manoach et sa femme regardaient : pendant que la flamme montait de l’autel vers le ciel, l’ange de l’Eternel monta dans cette flamme. A cette vue, ils tombèrent le visage contre terre. » La Bible, Juges 13:19-20

Ésaü part à la chasse et Jacob prend sa place : sa mère le déguise en «Ésaü» et prépare un chevreau pris dans le troupeau.

On comprend l’étonnement d’Isaac d’être si vite servi. Ce qui surprend, c’est la réponse de Jacob : il n’hésite pas à attribuer cette heureuse «chasse» à la faveur de Dieu !

Cette circonstance nous permet «d’évaluer» sa relation avec Dieu. Jacob invente une fausse intervention de Dieu pour se justifier. Il respecte la culture familiale où Dieu est connu, mais son comportement et ses paroles démontrent que son cœur n’est pas engagé: Dieu lui sert de prétexte pour affirmer son mensonge. Cela donne du crédit et un air spirituel à ses calculs. Ce comportement spirituel pervers nous interpelle. Dans nos contextes de vie très différents, ne sommes-nous pas tentés par ce genre de «discours» qui, dans certaines circonstances, peut tromper un interlocuteur?

Cet exemple de la vie de Jacob nous met en garde contre la tentation d’invoquer le nom du Seigneur par pure forme et peut-être pour faire le mal.

En conclusion, méditons Philippiens 4. 8

P .A. S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Jacob | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Jacob dans sa famille


“Isaac aimait Esaü, parce qu’il mangeait du gibier; et Rebecca aimait Jacob.Genèse 25. 28

« Le moment où Rebecca devait accoucher arriva, et voici qu’il y avait des jumeaux dans son ventre. » La Bible, Genèse 25:24

Cette famille a reçu des promesses de Dieu quant à sa descendance (Genèse 22. 18 ; Genèse 26. 4). Jacob sera un des patriarches auquel la Bible fait souvent référence. L’évolution de la relation de Jacob avec Dieu nous intéresse en tant que chrétiens. Ses différentes rencontres avec Dieu peuvent nous servir de jalons.

Jacob nous est présenté comme un homme habile et calculateur. Il est choyé par sa mère, alors que son père préfère Ésaü, chasseur et homme d’action, qui satisfait ses penchants pour la bonne chère. 

On connaît l’intérêt de Jacob pour la bénédiction paternelle et son désir d’être, comme Abraham, le père d’une multitude de nations. Dans ce but, il obtient, en échange d’un plat de lentilles, le droit d’aînesse de son frère. Avec la complicité de sa mère, il prend la bénédiction qu’Isaac destinait, malgré la prophétie de Dieu (Genèse 25. 23), à son fils aîné Ésaü qui sait si bien le régaler avec du gibier. C’est triste de voir dans quelle ambiance se vivent les promesses de Dieu.

P .A. S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Jacob | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Entendre, voir, contempler, toucher


“Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, concernant la Parole de la vie… ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons, afin que vous aussi vous ayez communion avec nous : or notre communion est avec le Père et avec son Fils Jésus Christ. Et cela, nous vous l’écrivons afin que votre joie soit complète”. 1 Jean 1. 1‑4

« Dieu, qui a dit: La lumière brillera du sein des ténèbres ! a fait briller la lumière dans nos cœurs pour faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu sur la face de Christ. La Bible, 2 Corinthiens 4:6

Tout lecteur ou auditeur de la Parole entend le message que Dieu adresse à l’homme. S’il lit les évangiles, il entend les paroles de Jésus ; plus encore, il est mis face à Jésus Christ lui-même. Les récits des évangélistes nous le placent vraiment devant les yeux. C’est aussi ce que fait l’apôtre Paul dans son ministère auprès des Galates. Il ne prêchait pas des abstractions, il mettait ses auditeurs en présence de la personne de Jésus Christ, comme il le leur écrit : “C’est… devant vos yeux que Jésus Christ a été dépeint, crucifié !” (Galates 3. 1).

Mis ainsi en contact avec le Seigneur, nos coeurs de croyants ressentent la puissante action du Saint Esprit. Il nous transporte par la foi au-delà de la réalité historique et nous amène à une véritable contemplation des caractères moraux du Seigneur. On ne voit bien que par la foi.

Quand nous évoquons notre Sauveur durant son ministère, nous comprenons mieux le verset du jour. L’apôtre Jean nous invite à partager avec lui, et avec les autres apôtres, ce qu’ils ont expérimenté durant les trois ans de la présence de Jésus parmi eux. Il était la manifestation de la vie éternelle ; ils l’ont ressentie dans leur être entier, ils l’ont perçue par tous leurs sens. Tout le désir de Jean est d’associer ses frères à cette vie qu’il possède dans la communion du Père et du Fils.

Eux seuls ont vraiment touché la Parole de la vie incarnée dans le temps. En recevant par la foi leur témoignage, nous sommes en communion avec eux et surtout avec le Père et avec son Fils Jésus-Christ qui en sont la source. Notre joie est alors “complète” (1 Jean 1. 4).

Prière : Seigneur, ouvre toujours plus les yeux de mon coeur pour contempler la gloire de ta personne !

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire