Marqués au front


“L’Éternel lui dit : Passe au milieu de la ville, au milieu de Jérusalem, et fais une marque (litt : un thau) sur les fronts des hommes qui soupirent et gémissent à cause de toutes les abominations qui se commettent au-dedans d’elle”. Ézéchiel 9. 4

« Je rendrai ton front comme un diamant, plus dur que le roc. Ne les crains pas, quoiqu’ils soient une famille de rebelles. » La Bible, Ezéchiel 3:9

Dans une vision, Ézéchiel voit sept messagers de Dieu ; six d’entre eux vont exercer le jugement décrété sur Jérusalem ; le septième, “l’homme vêtu de lin” (qui nous parle du Seigneur Jésus – voir Ezéchiel 9:2), est là pour marquer au front ceux qui souffrent de voir toutes les pratiques abominables qui se commettent dans la ville, afin de les préserver de la mort.

La lettre « thau », qui signifie « un signe », est la dernière lettre de l’alphabet hébreu ; elle a la forme d’un X. Comme ce signe est le plus simple de tous, il était employé pour servir de marque, en particulier pour remplacer la signature de ceux qui ne savaient pas écrire leur nom.

Par ce signe, Dieu mettait à l’abri du jugement les quelques fidèles qui restaient à Jérusalem. Aujourd’hui, Dieu reconnaît comme siens ceux qui, par la foi, se mettent à l’abri du jugement en vertu du sacrifice de Christ à la croix. Ils portent la signature de Dieu, ils sont scellés de son Esprit. Les personnes qui nous voient distinguent-elles que nous appartenons à Jésus le Crucifié, mort et ressuscité ?

De même que la lettre « thau » est la dernière de l’alphabet hébreu, la croix est la dernière solution que Dieu offre aux hommes pour les épargner du jugement et leur accorder la vie éternelle. Soyons les porteurs du message de salut que le Seigneur lui-même proclame : “À celui qui a soif, je donnerai, moi, gratuitement, de la fontaine de l’eau de la vie” (Apocalypse 21. 6).

C’est encore le temps d’annoncer l’évangile de la grâce. Sur tous ceux qui l’acceptent et croient, Dieu met une marque qui montre qu’ils lui appartiennent : ils reçoivent le sceau de son Esprit (Ephésiens 1. 13). Ils entrent dans la compagnie des vivants, ils seront épargnés de la mort éternelle : “En vérité, en vérité, je vous dis : Celui qui entend ma parole, et qui croit celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient pas en jugement ; mais il est passé de la mort à la vie” (Jean 5. 24).

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Langues en péril


« Le Seigneur, l’Eternel, m’a donné le langage des disciples pour que je sache soutenir par la parole celui qui est abattu. Il réveille, oui, matin après matin Il réveille mon oreille pour que j’écoute comme le font des disciples. » La Bible, Esaïe 50:4

Quand une langue n’est plus parlée, elle meurt et disparaît. Les langues réellement en péril sont celles que les anciens utilisent et qui ne sont plus enseignées aux enfants. La langue eyack parlée en Alaska a disparu en 2008 avec le décès de la dernière Indienne qui la parlait. Si un peuple cesse de transmettre sa langue à ses enfants, aussi répandue soit-elle, celle-ci s’éteindra un jour. L’islandais est parlé par peu de personnes, mais n’est pas en danger, car les enfants l’étudient. Quand une langue meurt, il devient pratiquement impossible de la ressusciter. Des tentatives pour ressusciter des langues régionales ont réussi avec plus ou moins de succès et pour un public limité. La renaissance de l’hébreu en Israël et son utilisation comme langue nationale est une exception, un cas unique à notre époque.

La connaissance de Dieu peut aussi disparaître si elle n’est plus transmise à la génération suivante. Si aujourd’hui vous connaissez Dieu, c’est parce que des personnes vous ont parlé de Lui, vous ont témoigné de leur foi et surtout vous ont fait connaître la Bible, la Parole de Dieu. Lire la Bible et la transmettre à nos enfants, à notre entourage, permet de ne jamais oublier que Dieu est vivant, puissant, fidèle et qu’il veut s’occuper de nous. Lire la Bible nous donne aussi envie de mieux le connaître. La Bible nous fait découvrir l’histoire de l’amour de Dieu pour nous, ce qu’Il a accompli pour pardonner nos péchés, pour nous donner la vie éternelle. Lire la Bible est le meilleur moyen de ne jamais oublier tout ce que Dieu est, tout ce qu’Il fait pour nous.

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Psaume 78 : versets 1 à 8

Lire la suite

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

10 versets clés sur le temps


10

  1. En tout temps, peuples, confiez-vous en Lui, répandez vos cœurs en sa présence ! Dieu est notre refuge. Psaume 62:9
  2. Heureux ceux qui respectent le droit, qui pratiquent la justice en tout temps ! Psaume 106:3
  3. Dieu fait toute chose belle en son temps; même Il a mis dans leur cœur la pensée de l’éternité, bien que l’homme ne puisse pas saisir l’œuvre que Dieu fait, du commencement jusqu’à la fin. Ecclésiaste 3:11
  4. Souvenez-vous de ce qui s’est passé dès les temps anciens; car Je suis Dieu, et il n’y en a point d’autre, Je suis Dieu, et nul n’est semblable à Moi. Esaïe 46:9
  5. Jésus disait : Le temps est accompli, et le royaume de Dieu est proche. Repentez-vous, et croyez à la bonne nouvelle. Marc 1:15
  6. Lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme, né sous la loi, afin qu’Il rachète ceux qui étaient sous la loi, afin que nous devenions enfants de Dieu. Galates 4:4-5
  7. Faites en tout temps par l’Esprit toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance, et priez pour tous les saints. Ephésiens 6:18
  8. Que le Seigneur de la paix vous donne lui-même la paix en tout temps et de toute manière! Que le Seigneur soit avec vous tous ! 2 Thessaloniciens 3:16
  9. Dieu, dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils, qu’Il a établi héritier de toutes choses, par lequel Il a aussi créé le monde. Hébreux 1:2
  10. Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu, afin qu’il vous élève au temps convenable. 1 Pierre 5:6

D’autres suggestions? Propose-les dans les commentaires ci-dessous.

Retrouve les autres « 10 versets clés sur…« 

Publié dans La Bible | Tagué , , , , , , , , , , , , , | 1 commentaire

En êtes-vous sûr ?


« Quant à toi, tiens ferme dans ce que tu as appris et reconnu comme certain, sachant de Qui tu l’as appris. » La Bible, 2 Timothée 3:14

Au milieu de l’incertitude générale de la société moderne, posséder des valeurs sûres et immuables, des certitudes est un grand avantage. Mais où les chercher ? Ce n’est pas dans les biens matériels, dans la philosophie ou dans les affections humaines qu’il est possible de les trouver, mais en Dieu, notre créateur, et dans sa Parole la Bible. Ces certitudes sont une aide pour le chrétien qui peut se confier en Celui qui est « le même hier, aujourd’hui et éternellement » (Hébreux ch. 13 : v. 8).

La Bible mentionne des personnages qui ont expérimenté et affirmé avec force leurs certitudes à toutes les époques. C’est ce qui leur a permis de tenir bon dans la vie, envers et contre tout. Par exemple, Abraham a fait confiance à Dieu, car il avait la certitude que « ce que Dieu a promis, Il a aussi la puissance de l’accomplir » (Romains ch. 4 : v. 21). « J’ai confiance en ta bonté » (Psaume 13 : v. 6), voilà comment s’exprimait le roi David alors qu’il était dans le creux de la vague, rongé de soucis et de chagrin. « Je sais moi que mon Défenseur est vivant » (Job 19 : 25) a dit Job au milieu de l’épreuve. Il savait que Dieu n’abandonne jamais ceux qu’Il aime. « Je sais en qui j’ai mis ma confiance » dira l’apôtre Paul (2 Timothée ch. 1 : v. 12), alors qu’il connaît la persécution. Avez-vous expérimenté la certitude que donne la foi dans le Dieu Tout-Puissant ? Si vous placez votre confiance en Dieu, vous ne le regretterez pas. Vous vérifierez chaque jour, quoi qu’il arrive, que sa présence dans votre vie apporte la sécurité et la paix dont notre coeur a besoin.

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Psaume 91

Lire la suite

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , , , | 2 commentaires

Grâce sur grâce


Après avoir autrefois, à bien des reprises et de bien des manières, parlé aux pères par les prophètes, à la fin de ces jours-là, Dieu nous a parlé dans le Fils”. Hébreux 1. 1, 2

“De sa plénitude en effet, nous tous nous avons reçu et grâce sur grâce. Car la Loi a été donnée par Moïse ; la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. Personne n’a jamais vu Dieu ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, lui, l’a fait connaître”. Jean 1. 16-18

Pour que la manifestation de Dieu sur la terre ne soit pas le jugement et la condamnation de tout être humain, le Fils de Dieu est venu sur la terre comme un homme. Il était lui-même la révélation divine, la Parole éternelle. Ses paroles, ses actions, son Être même, tout était la manifestation de Dieu : “Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec Lui-même” (2 Corinthiens 5. 19).

Cette manifestation de Dieu en Jésus Christ se rapporte à la vie entière de Jésus qui faisait voir Dieu. Non pas le Dieu puissant qui avait fendu les eaux de la mer Rouge, ni le Dieu grand et terrible manifesté au Sinaï, mais le Dieu d’amour qui voulait une famille pour Lui-même, un Père prêt à livrer son propre Fils pour sauver des pécheurs perdus et en faire des enfants bien-aimés. C’est ce Dieu-là que Jésus nous a fait connaître.

Après avoir vécu de la façon parfaite qui seule pouvait honorer Dieu, après avoir dispensé la grâce tout autour de Lui, Il a subi le jugement que nous méritions, nous accordant ainsi une nouvelle grâce qui surpasse tout. C’est bien le sens de cette expression, “Grâce sur grâce” : chaque grâce apporte une grâce nouvelle, la faveur imméritée de Dieu répandue en abondance sur ses enfants bien-aimés. Et ce n’est pas une grâce occasionnelle, temporelle et temporaire, car elle a sa source en Dieu.

Chaque croyant est un objet de cette grâce dont la plénitude est en Christ. La grâce déborde envers tous ; pas de mérite particulier, pas de distinction, et la source en est intarissable ! Quelle faveur de pouvoir puiser à une telle plénitude de bénédictions, toujours à la disposition de chacun !

P.a.S

Pour aller plus loin : 10 versets clés sur la grâce

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , | 1 commentaire

Le message des mésanges


« Interroge donc les bêtes, elles t’instruiront, les oiseaux du ciel, ils t’enseigneront. » La Bible, Job 12:7

Des ornithologues américains ont fait des observations étonnantes sur la sittelle à poitrine rousse. Ces petits oiseaux sont répandus en Amérique du Nord. Ils savent saisir et interpréter les cris d’alarme des mésanges à tête noire dans leurs moindres détails. Pour la sittelle, il est important de savoir d’où vient le danger et de quel ordre il est. La mésange est son informateur. De nombreux animaux sont capables de reconnaître des cris d’alarme émis par d’autres espèces, mais les sittelles ont percé le code des cris des mésanges, apprenant en quelque sorte leur langue, pour en extraire des informations détaillées. Or les mésanges à tête noire comptent parmi les oiseaux capables de vocalisations très complexes. Une très faible variation dans leur sifflement indique par exemple la taille du prédateur, s’il est en train de voler ou s’il est perché, et de quel oiseau prédateur il s’agit. Les êtres humains aussi vivent dans un monde dangereux.

Qui pourra, dans la complexité de la vie, guider l’homme, le prévenir ? Qui prendra soin de lui sinon Celui qui est au-dessus de tout et de tous, qui maîtrise tout, qui contrôle tout et surtout aime l’homme, sa créature. Mais alors que la sittelle comprend le langage de la mésange qui l’avertit, souvent l’homme ne comprend pas bien celui de Dieu. Job nous dit que « Dieu nous parle tantôt d’une manière et tantôt d’une autre, mais l’on n’y prend pas garde. » (Job ch. 33 : v. 14). Apprenons à reconnaître la voix de Dieu en lisant la Bible. C’est une voix qui nous veut du bien.

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Matthieu ch. 7 : versets 24 à 27

Lire la suite

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , , , , , , | 1 commentaire

Grâce et vérité


“Au commencement était la Parole ; et la Parole était auprès de Dieu ; et la Parole était Dieu… Et la Parole devint chair et habita au milieu de nous… pleine de grâce et de vérité”. Jean 1. 1, 14

« Ceux qui auront été intelligents brilleront comme la splendeur du ciel, et ceux qui auront enseigné la justice, à la multitude brilleront comme les étoiles, à toujours et à perpétuité. » La Bible, Daniel 12:3

La Parole (traduction du mot grec Logos), c’est Jésus Lui-même : le Fils de Dieu, divin dans son essence, éternel dans son existence, distinct dans sa présence, lumière et vie pour l’humanité. Il est venu dans le monde, incompris par lui, mais reçu par ceux qui sont désormais appelés enfants de Dieu.

La loi donnée par Dieu à Moïse faisait connaître à l’homme son péché et son impuis­sance à plaire à Dieu en faisant le bien. Jésus est alors venu et s’est approché de l’homme pécheur pour l’amener à Dieu. Le Dieu saint, “qui habite la lumière inaccessible, Lui qu’aucun homme n’a vu, ni ne peut voir” (1 Tim. 6. 16) a été rendu visible et accessible en Jésus. Jésus est venu révéler le Père : “Celui qui m’a vu a vu le Père” (Jean 14. 9).

Le Dieu éternel voulait se faire connaître dans sa nature qui est Amour, un amour qui cherche le contact, qui reçoit l’être aimé dans sa propre intimité. Ce contact, Dieu ne pouvait pas le réaliser sans tenir compte de sa sainteté, c’est pourquoi Il a envoyé son Fils, Jésus, qui a pris un corps humain, mais sans avoir le péché en Lui. Durant toute sa vie, Jésus est resté en contact avec les hommes et les souffrances que le péché leur inflige. Sa nature sainte faisait de Lui un homme à part, et pourtant Il était l’homme le plus accessible de tous !

La venue de Jésus ici-bas a été caractérisée par la grâce et par la vérité, inséparables l’une de l’autre. Il les a personnifiées, magnifiées, glorifiées, dans sa vie comme dans sa mort. La vérité sans la grâce conduit l’homme au désespoir, car elle le condamne. La grâce, elle, attire le pécheur et produit en lui la repentance. Il peut alors recevoir la vérité quant à son état devant Dieu et se confier à l’immensité de la grâce dont il est l’objet.

Oui, “la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ” (Jean 1. 17). Ce sont les deux traits les plus forts du caractère de notre Sauveur dans toute sa vie, et ils brillent tout particulièrement lors de sa mort sur la croix !

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Cultiver un autre champ


Un rappel salutaire

Je suis sûre que cela t’est déjà arrivé ! Un verset que tu lis et qui transforme - réforme - ta vie personnelle. Voilà un verset qui change ma vie quotidienne:

Que toute amertume, toute fureur, toute colère, tout éclat de voix, toute calomnie et toute forme de méchanceté disparaissent du milieu de vous. Ephésiens 4:31

C’était dans ma lecture biblique du jour, je me suis arrêtée sur le verbe “disparaître”. Quelque chose qui disparaît c’est quelque chose que l’on ne retrouve pas, qui a cessé d’être. C’est un verbe hyper fort! Ce n’est pas quelque chose que l’on bannit, car il pourrait alors revenir, c’est quelque chose qui ne doit plus exister.

Un poison

L’amertume, la colère, la jalousie sont des domaines avec lesquels je lutte. Par ce texte, Dieu m’invite à les faire disparaître. Comme on allume la lumière sur les ténèbres je suis appelé à faire cela dans mon coeur. Mais je ne peux pas le faire de moi-même. Je n’ai pas en moi la possibilité de me blinder, de résister, et en plus, ce ne serait pas une bonne stratégie. Car tout ce que je blinde, auquel je résiste va me blesser ailleurs, souvent dans mon corps, mon sommeil…

Alors que faire? J’ai invité Dieu à m’aider à ne pas les cultiver. Oui, je suis parfois blessée, parfois en colère, mais je ne vais pas cultiver ce champ là. Je vais me souvenir de “mon verset” et inviter Dieu à me consoler, me parler, me réconforter, me corriger si nécessaire. C’est Son oeuvre que je désire et je veux vivre les événements avec Son regard.

Cultiver un autre champ

Je choisis donc de cultiver le champ du verset suivant:

Soyez bons et pleins de compassion les uns envers les autres; pardonnez-vous réciproquement comme Dieu nous a pardonné en Christ.” Ephésiens 4:32

Comme Dieu vous a pardonné en Christ”! C’est là que va mon regard, c’est là le champ que je cultive. Le champ de la grâce, le champ du pardon, le champ de la reconnaissance. Et en le cultivant je réalise qu’aimer est moins difficile, pardonner est plus facile et que mon être entier reste donc en bonne santé.

Quel champ es-tu en train de cultiver ces jours? 

M Roggo

En cas de questions, tu peux nous contacter par email : question@la-Bible.info

 

 

Publié dans #BibleVécue, Vie quotidienne | Tagué , , | 1 commentaire

La tentation de la toute-puissance


“À toi, Éternel, est la grandeur, et la force…” 1 Chroniques 29. 11
“Éternel, mon Dieu, tu es merveilleusement grand, tu es revêtu de majesté et de magnificence !” Psaume 104. 1

Le problème de la toute-puissance est abordé dès le début des deux Testaments.

Dieu seul possède la toute-puissance. Il le montre dans la création, et tout au long du Saint Livre, Il est appelé “le Tout-Puissant”. Mais Satan convoite cette toute-puissance de Dieu. Il dit : “Je serai semblable au Très-haut” (Esaïe 14. 14), “Je suis Dieu” (Ezéchiel 28. 2). Satan offre cette toute-puissance à Adam et Ève : “Vous serez comme Dieu” (Genèse 3. 5), c’est-à-dire vous connaîtrez tout et vous pourrez tout. Ils succombent tous deux à son mensonge.

Satan propose aussi la toute-puissance à Jésus, mais Il  la refuse, car Il ne désire rien d’autre que rester à la place où son Père veut qu’Il soit, un homme dépendant.

  • Première tentation : “Dis à cette pierre qu’elle devienne du pain” (Luc 4. 3).
    C’est la toute-puissance en relation avec les besoins quotidiens.
  • Deuxième tentation : “Je te donnerai toute cette autorité, ainsi que la gloire de ces royaumes” (Luc 4. 6).  C’est la toute-puissance en relation avec le pouvoir.
  • Troisième tentation : “Jette-toi d’ici en bas” (Luc 4. 9). C’est la toute-puissance en relation avec les limites de la condition humaine.

Le croyant est-il sensible à la tentation de la toute-puissance ? Certainement. À notre époque où l’homme cherche à tout maîtriser, le croyant peut se laisser influencer par cette pensée.

Mais le chrétien n’a-t-il donc aucune marge d’action ? Certes si, mais il n’est en aucun cas tout-puissant. Jésus a merveilleusement montré ce qui convient à un homme : la dépendance.

Le croyant sait que Dieu est tout-puissant et qu’Il agit souverainement. Nous avons à apprendre tous les jours et en pratique la beauté et la sécurité d’une vie de dépendance, c’est-à-dire la soumission à Dieu et la confiance en Lui. Abraham l’avait oublié (Genèse 16) et Dieu le lui rappelle : “Je suis le Dieu Tout-Puissant, marche devant ma face, et sois parfait” (Genèse 17. 1). Joseph l’a merveilleusement réalisé : “Les bras de ses mains sont souples, par les mains du Puissant de Jacob” (Genèse 49. 24). Anne (1 Samuel 2) et Marie l’ont expérimenté : “Le Tout-Puissant a fait pour moi de grandes choses” (Luc 1. 49) ; Paul également : “Je peux tout par Celui qui me fortifie” (Philippiens 4. 13). Qu’en est-il de moi ?

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , | 3 commentaires

Le chemin qui reste à faire


« L’Eternel secourt ceux qui se comportent équitablement avec les autres. Il veille sur le chemin de Ses amis fidèles. » La Bible, Proverbes 2:8

Dans leur livre Afrika Trek, Alexandre et Sonia Poussin relatent leur périple de 14 000 kilomètres à pied du Cap à Jérusalem. Au cours de leur marche, ils ont rencontré des personnes très différentes de tous milieux sociaux. Dans leurs conversations, ils ont remarqué une réaction commune à tous : « ce qui reste à faire impressionne beaucoup plus les gens que ce qui a été fait ». Ils racontent par exemple qu’en Egypte, les gens étaient bien plus impressionnés par le Sinaï qu’il leur restait à franchir que par les 13 000 kilomètres à pied qu’ils venaient de faire à travers l’Afrique et le Sahara !

Dans notre vie, nous pensons souvent avec anxiété aux difficultés à venir et oublions que beaucoup de passages difficiles ont été franchis. Aujourd’hui, Dieu nous invite à nous souvenir de toutes les fois où Il nous a secourus. Il nous dit qu’Il est un refuge pour qui se confie en Lui. Cette image du refuge me parle. Un refuge, en montagne, c’est un lieu d’où l’on peut contempler la beauté de la nature grandiose créée par Dieu ; c’est aussi un lieu où l’on est en sécurité, à l’abri des intempéries. En tout temps, Jésus- Christ peut être mon refuge. Dans notre société, beaucoup de valeurs refuges nous sont proposées. Mais quelle est leur efficacité réelle ? En méditant la Bible, nous découvrons combien Dieu est le seul refuge offert à chacun, en toutes circonstances. Cette belle promesse est faite par le Dieu fidèle qui accomplit tout ce qu’Il promet.

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Psaume 91

Lire la suite

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Jacob devient adorateur


“Par la foi, Jacob mourant bénit chacun des fils de Joseph et adora, appuyé sur le bout de son bâton”. Hébreux 11. 21

« Souvenez-vous de vos conducteurs qui vous ont annoncé la parole de Dieu. Considérez quel est le bilan de leur vie et imitez leur foi. » La Bible, Hébreux 13:7

En effet, Jacob sait que le séjour en Égypte a représenté un faux pas pour son grand-père Abraham et que Dieu a averti son propre père Isaac de ne pas y aller. Jacob ne veut plus maintenant calculer et décider par lui-même; il s’en remet à Dieu, montrant sa dépendance. Devant Joseph, il témoigne de ce que Dieu a été pour lui. Il déclare: “Dieu… a été mon berger depuis que je suis jusqu’à ce jour, l’Ange… m’a délivré de tout mal” (Genèse 48. 15, 16). C’est dire combien il reconnaît la fidélité de l’Éternel qu’il avait rencontré à Béthel. Il dévoile même une foi profonde en assurant à Joseph que sa descendance retournera dans le pays de ses pères.

Jacob a finalement été attentif à Dieu dans les circonstances contraires qu’il a vécues. Il a laissé Dieu agir en lui et termine sa vie, confiant, humble et digne. Tout à la fin, on voit Jacob s’incliner devant Dieu en signe d’adoration. C’est la leçon qu’il nous laisse dans ce dernier tableau.

P .A. S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Jacob | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Jacob écoute


“Ils (les frères de Joseph) lui rapportèrent (à Jacob) toutes les paroles que Joseph leur avait dites, et lorsqu’il vit les chariots que Joseph avait envoyés pour le transporter, leur père Jacob se ranima.” Genèse 45. 27

« L’Eternel te gardera de tout mal, il gardera ta vie. L’Eternel gardera ton départ et ton arrivée dès maintenant et pour toujours. » La Bible, Psaume 121:7-8

À la mort de son père Isaac, Jacob devient le bénéficiaire des promesses de Dieu à Abraham. C’est ce qu’il avait recherché quand il était jeune. Mais, devenu un patriarche à son tour, il a beaucoup changé spirituellement. En rencontrant le pharaon, il doit faire un constat amer: “Ma vie errante dure depuis 130 ans. Elle a été courte et mauvaise, et elle n’a pas atteint la durée de la vie errante de mes ancêtres.” (Genèse 47. 9). Il sait ce que signifie le deuil d’un enfant après que ses fils lui ont annoncé la mort de Joseph. Il a connu la famine et sa famille a risqué de disparaître. Il a dû faire des choix difficiles: laisser partir ses fils pour ramener du blé, envoyer Benjamin, puis finalement descendre lui-même en Égypte; il y a retrouvé Joseph. Aussi Jacob n’est plus le même.

Dans les choix importants de la vie, comme celui de descendre en Égypte, Jacob éprouve maintenant le besoin de se tourner vers Dieu. C’est à Beër-Shéba, à la frontière du pays, qu’il s’arrête pour entendre la voix de Dieu, et c’est sur ses directives seulement qu’il poursuit sa route. “Israël (Jacob) partit… Et il vint à Beër-Shéba, et offrit des sacrifices au Dieu de son père Isaac. Et Dieu parla à Israël… Jacob ! Jacob !… Ne crains pas de descendre en Égypte… Et Jacob se leva de Beër-Shéba” (Genèse 46. 1-3, 5).

P .A. S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Jacob | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Jacob revient à Béthel


“Jacob dit à sa maison et à tous ceux qui étaient avec lui: Ôtez les dieux étrangers qui sont au milieu de vous, et purifiez-vous… et nous nous lèverons, et nous monterons à Béthel, et je ferai là un autel à Dieu…” Genèse 35. 2, 3

« Vous brûlerez au feu les images taillées de leurs dieux. Tu ne convoiteras point et tu ne prendras point pour toi l’argent et l’or qui sont sur elles, de peur que ces choses ne te deviennent un piège; car elles sont en abomination à l’Éternel, ton Dieu. » La Bible, Deutéronome 7:25

Pour justifier sa détermination, Jacob témoigne de la fidélité miséricordieuse de Dieu à son égard: “Nous monterons à Béthel, et je ferai là un autel à Dieu, qui m’a répondu au jour de ma détresse, et qui a été avec moi dans le chemin où j’ai marché” (v. 3).

Il ordonne à tous de faire disparaître les dieux étrangers qui se trouvaient au milieu d’eux et de se purifier. Il n’est jamais facile d’expliquer aux siens tous les changements qu’il faut opérer quand on a vécu longtemps une vie double !

Jacob récupère tous les objets qui servaient d’idoles, mais il ne va pas jusqu’au bout de son devoir de patriarche: il les cache sous un térébinthe, plutôt que de les détruire! Voulait-il ne pas déplaire à quelque membre de sa famille? Pourtant Dieu veut que nous soyons sans compromis avec l’idolâtrie (Actes 19. 19).

C’est une situation que nous pouvons connaître dans notre vie de famille ou dans notre environnement social. Quand le Seigneur nous oblige à recentrer nos vies sur lui, restons cohérents avec notre résolution. Il nous donnera la force, “le vouloir et le faire” (Philippiens 2. 13).

P .A. S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Jacob | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Jacob en chemin personnel


“Là, il (Jacob-Israël) construisit un autel qu’il appela El-Elohé-Israël (Dieu, le Dieu d’Israël).” Genèse 33. 20

« Je les ferai venir à ma montagne sainte et je les réjouirai au Temple où l’on me prie, et j’agréerai leurs holocaustes et autres sacrifices offerts sur mon autel. Car on appellera mon temple: «La Maison de prière pour tous les peuples.» » La Bible, Esaïe 56:7

À Péniel (face de Dieu), Dieu est venu à la rencontre de Jacob. C’est là que Jacob commence une vraie relation avec Dieu. La confession ouvre la voie d’une vraie communion avec Dieu dans laquelle sa grâce est goûtée. Maintenant Dieu peut dire à Jacob de retourner à Béthel (maison de Dieu). C’est pour lui un lieu de souvenir: il y avait découvert la RÉALITÉ du Dieu de son père, qu’il ne connaissait que de façon bien superficielle. Depuis cette nuit mémorable de Béthel, Jacob a bien changé.

Dieu lui rappelle les circonstances qui entouraient le songe de Béthel: “Lève-toi, monte à Béthel, et habite là. Tu y construiras un autel en l’honneur du Dieu qui t’est apparu lorsque tu fuyais ton frère Esaü.” (Genèse. 35. 1). Jacob, qui a fait des progrès spirituels, réalise que la présence de Dieu nécessite avant tout de mettre de l’ordre dans sa famille.

P .A. S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Jacob | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Jacob libéré


“Jacob appela le nom du lieu Péniel: Car j’ai vu Dieu face à face, et mon âme a été délivrée”. Genèse 32. 30

« Ce n’est pas contre l’homme que nous avons à lutter, mais contre les puissances, contre les autorités, contre les souverains de ce monde de ténèbres, contre les esprits du mal dans les lieux célestes. » La Bible, Ephésiens 6:12

Il fait l’expérience d’un mystérieux combat à Péniel: là, seul durant la nuit, il lutte avec un ange. Il combat pour défendre sa vie, mais prend conscience qu‘il doit aussi être délivré intérieurement.

Il avait prié Dieu pour sa rencontre avec son frère: “Délivre-moi, je te prie, de la main de mon frère” (Genèse 32. 12). Dans cette prière, il rend témoignage à la toute-puissance d’un Dieu de grâce et de promesses qu’il avait un peu appris à connaître au cours de sa vie chez Laban. Mais il lui faut faire un pas de plus. La mystérieuse personne, avec qui il lutte, lui demande son nom. Il répond: Jacob (celui qui supplante). C’est la confession de ce qu’il est au fond de lui.

Après cette confession, la grâce de Dieu peut briller. Alors Jacob éprouve une libération intérieure: “Mon âme a été délivrée”. Il est soulagé de ce poids intérieur qu’il portait depuis longtemps: il peut «regarder» Dieu face à face, ce qui lui était impossible jusque-là.

La puissance de Dieu accompagnait Jacob, non parce que sa vie était droite moralement, mais par grâce. Jacob a éprouvé cette grâce d’un Dieu que l’on peut prier et qui délivre. La confession permet d’être heureux dans sa présence. Dans nos circonstances, nous pouvons aussi faire l’expérience de la libération du péché et avancer dans notre vie spirituelle.

P .A. S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Jacob | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire