Une clé inutilisable


Je suis sorti un soir en ville pour écouter un concert. Nous avons garé la voiture et, comme le temps était incertain, nous avons pris nos parapluies. A la fin du concert, de retour à la voiture, mon fils n’avait pas la clé. Etait-elle tombée d’une poche ? En réfléchissant, nous avons réalisé que la clé était restée à l’intérieur de la voiture, dans le coffre. Elle était là, mais inutile et inutilisable puisque mal placée. Il a fallu appeler une personne qui avait un double afin de pouvoir rentrer.

Parfois dans nos vies, nous avons aussi un problème de clé dans notre relation avec Dieu. Dans sa parole, Dieu nous a donné des clés pour la vie afin de nous équiper pour faire face aux difficultés que nous rencontrons. Mais souvent, nous ne faisons pas attention à ce qu’il nous dit ; nous lisons et puis nous oublions. La Bible est un guide, une véritable boussole pour notre vie, car elle nous apprend à mieux connaître Dieu et sa volonté. Mais si elle reste fermée, comme la clé à l’intérieur du coffre, elle ne sert à rien. Avoir une clé est utile si l’on s’en sert ; si elle est perdue au fond d’un coffre ou laissée dans un coin, elle n’est d’aucun secours. Il vaut la peine de tout faire pour retrouver cette clé. Peut-être est-il nécessaire de faire appel à quelqu’un d’extérieur pour retrouver la relation avec Dieu en lisant la Bible. Une Bible se trouve-t-elle chez vous, abandonnée sur une étagère poussiéreuse ? Il n’est pas trop tard pour ouvrir les pages de ce livre afin de découvrir le projet de Dieu pour vous et la nourriture spirituelle dont vous avez besoin.

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Psaume 119 : versets 129 à 146

Passages relatifs

  • Jésus a dit) : Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et que celui qui croit en moi boive. Jean 7 : 37
  • […] L’homme n’a pas seulement besoin de pain pour vivre, mais aussi de toute parole que Dieu prononce. Matthieu 4 : 4
  • Répète sans cesse les enseignements du livre de la loi (de Dieu) et médite-les jour et nuit de façon à observer tout ce qui y est écrit. Alors tu mèneras à bien tes projets et ils réussiront. Josué 1 : 8
  • […] progressez sans cesse dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus- Christ. 2 Pierre 3 : 18
  • […] les Saintes Ecritures peuvent te donner la vraie sagesse, qui conduit au salut par la foi en Jésus- Christ. 2 Timothée 3 : 15
  • Ta parole (Seigneur) est comme une lampe qui guide tous mes pas, elle est une lumière éclairant mon chemin. Psaume 119 : 105
  • Celui qui appartient à Dieu écoute les paroles de Dieu. Si vous ne les écoutez pas, c’est parce que vous ne lui appartenez pas. Jean 8 : 47

Si tu veux vivre avec Dieu et être guidé(e) par la Bible, clique sur l’enveloppe :
Contact

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Connaître Jésus


“Lorsque Jésus fut venu dans la région de Césarée de Philippe, Il interrogea ses disciples : Qui dit-on que je suis, moi, le Fils de l’homme ? Ils répondirent : Les uns disent : Jean le Baptiseur ; d’autres : Élie ; d’autres encore : Jérémie ou l’un des prophètes. Il leur dit : Et vous, qui dites-vous que je suis ? Simon Pierre répondit : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant”. Matthieu 16. 13-16

« Jésus reprit la parole et lui dit: «Tu es heureux, Simon, fils de Jonas, car ce n’est pas une pensée humaine qui t’a révélé cela, mais c’est mon Père céleste. » La Bible, Matthieu 16:17

Du temps du Seigneur, Césarée de Philippe est une belle ville dédiée à l’empereur César Tibère par Philippe, un fils d’Hérode. L’existence, sur la terre d’Israël, de cette ville por­tant le nom du chef de l’Empire Romain met en relief la domination étrangère qui pèse sur les Juifs et les humilie.

Or c’est précisément dans cette ville que Jésus interroge ses quelques disciples : “Qui dit-on que je suis, moi, le Fils de l’homme ?” (verset 13) Oui, qu’est-il cet homme pauvre et fatigué qui parcourt la Palestine en face de la puissance dominante ? Personne ne pense à Lui comme étant le Christ, le Messie promis, pour délivrer son peuple et s’asseoir sur le trône de David. Tout au plus le considère-t-on comme un prophète.

Puis Jésus demande aux douze : “Et vous, qui dites-vous que je suis ?” (verset 15) Ils n’auraient pas su quoi répondre, si le Père ne l’avait pas révélé à Pierre qui peut alors affirmer avec force : “Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant” (verset 16). Malgré l’humble apparence extérieure de son Maître, Pierre a saisi la grandeur de Jésus.

Plus tard, il faudra une révélation à Paul pour qu’il apprenne que les chrétiens qu’il persécutait sont le corps de Christ (Actes 26. 15-18).

De même encore, une révélation divine faite à l’apôtre Jean lui dévoile comment s’ac­compliront les plans de Dieu. Il peut alors indiquer aux croyants la manière dont Christ recevra enfin la domination sur Israël, son peuple terrestre, et sur le monde entier (Apocalypse 1. 1, 2).

Aujourd’hui, le monde est toujours dans les ténèbres, conduit par son chef le diable, “le meurtrier” et “le père du mensonge” (Jean 8. 44). C’est par le moyen de la Bible et du Saint Esprit que Dieu nous révèle que Jésus est le Christ, le Fils du Dieu vivant, le seul qui peut arracher un homme à la perdition éternelle (Jean 6. 65).

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Ce n’est pas du tout raisonnable


Bien des personnes ont peur de Satan sans très bien savoir ni qui il est, ni quels sont ses pouvoirs réels. Qu’en dit la Bible ? Le nom de Satan vient d’un mot qui veut dire : celui qui s’oppose, l’adversaire, l’accusateur. Son autre nom, le diable, a le même sens. Il est aussi présenté par la Bible comme le tentateur, le malin, l’ennemi et le père du mensonge. Tout au long de l’histoire biblique, il apparaît comme celui qui agit afin que les hommes ne sachent pas à quel point Dieu les aime et ne se tournent pas vers Lui pour être pardonnés et délivrés du mal. Pour cela, Satan s’arrange pour que nous le voyions ailleurs que là où il nous attend de pied ferme. Le récit suivant en donne une illustration. Lorsque Goethe, écrivain et homme d’État allemand, a rencontré Napoléon Bonaparte, il lui a dit : « Les passions des hommes seront un jour maîtrisées par la raison ». Napoléon lui a répondu : « C’est là ce que disent tous nos philosophes, mais cette force de raison, je la cherche et je ne la trouve nulle part. » Voilà le piège où le diable nous attend. Il nous pousse à aller jusqu’au bout de l’idée suivante : je m’en sortirai sans Dieu, j’en ai la force morale ou intellectuelle. Satan n’a pas besoin de faire des choses extraordinaires pour nous empêcher de nous tourner vers Dieu et nous priver ainsi de la bénédiction du Seigneur et Sauveur qui nous aime. Son action serait vite trop évidente. Notre orgueil, la liberté illusoire que nous croyons avoir sans Dieu et la fausse sécurité matérielle sont des leviers qu’il peut actionner sans être vu. Il est alors bien plus dangereux.

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Marc chapitre 2 : versets 1 à 12

Passages relatifs

  • Exposez votre cause, avancez vos raisons […]. Qui a fait savoir depuis longtemps ce qui arrive aujourd’hui ? Qui l’a révélé à l’avance ? N’est-ce pas moi, le Seigneur ? A part Moi il n’y a pas de Dieu. Esaïe 45 : 21
  • (Dieu a dit à son peuple) : Ecoutez-moi et je serai votre Dieu […] Mais eux, ils n’ont pas écouté […]. Ils se sont conduits selon leurs propres raisonnements […] Ils sont devenus pires au lieu de devenir meilleurs. Jérémie 7 : 23-24
  • Bien qu’ils connaissent Dieu, les hommes […] se sont égarés dans des raisonnements absurdes et leur pensée dépourvue d’intelligence s’est trouvée obscurcie. Romains 1 : 32
  • Voilà la seule chose que j’ai trouvée : Dieu a fait les hommes droits mais eux, ils ont cherché beaucoup de complications. Ecclésiaste 7 : 29
  • […] le diable a été meurtrier dès le commencement.[…] il n’y a pas de vérité en lui. Quand il dit des mensonges, il parle de la manière qui lui est naturelle, parce qu’il est menteur et père du mensonge. Jean 8 : 44
  • […] pour les incrédules, le dieu de ce monde a aveuglé leur esprit et les empêche ainsi de voir briller la lumière de la Bonne Nouvelle qui fait resplendir la gloire du Christ, Lui qui est l’image de Dieu. 2 Corinthiens 4 : 4
  • […] Notre Père, délivre-nous du diable. Car à Toi appartiennent le règne et la puissance et la gloire à jamais. Matthieu 6 : 13

Si tu veux affirmer à nouveau que tu places ta foi en Dieu, clique sur l’enveloppe :
Contact

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , , , | 1 commentaire

La reconnaissance


“Rendez toujours grâces pour tout à Dieu le Père, au nom de notre Seigneur Jésus Christ.” Ephésiens 5. 20
“En toutes choses rendez grâces, car telle est la volonté de Dieu dans le Christ Jésus à votre égard.” 1 Thessaloniciens 5. 16-18

« Ne vous inquiétez de rien, mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, dans une attitude de reconnaissance. » la Bible, Philippiens 4:6

Rendre grâces en toutes choses, que nos circonstances nous paraissent favorables ou non, voilà un objectif que Dieu place devant nous, car Il sait que ce n’est pas notre attitude naturelle. Nous oublions souvent de le faire quand Dieu aplanit notre chemin et, combien plus, quand quelque chose se met en travers de nos projets !

La première leçon que nous devons apprendre pour atteindre cet objectif, c’est que Dieu nous aime et qu’Il est tout-puissant. Toutes choses sont donc en sa main et Il les fait travailler en vue de notre bien, de notre formation d’une part et de la réalisation de ses plans d’autre part (voir Romains 8. 28). Ceci est assez facile à admettre d’une manière théorique et ne pose pas de problème doctrinal.

Mais la deuxième leçon consiste à tirer les conséquences pratiques d’une telle certitude, quand les choses ne vont pas comme nous le souhaitons. Il nous faut apprendre à modifier notre perception des contrariétés quotidiennes. Elles doivent devenir des occasions de contacts plus riches avec notre Père, au lieu d’être des fardeaux pénibles à traîner nous-mêmes. Apprenons à Lui apporter ces difficultés, parfois insignifiantes, mais qui modifient, transforment nos journées ; apprenons à Lui dire merci pour les solutions qu’Il a préparées aux problèmes qui se posent à nous.

Dans le moment d’une grande épreuve, pensons à celle qui est survenue à Joseph dans la maison de Potiphar (voir Genèse 39). Le bien-être et la considération dont il jouissait dans cette place étaient des bénédictions de Dieu, après les souffrances endurées à cause de la méchanceté de ses frères. Et voilà que, par fidélité pour Dieu, Joseph se retrouve en prison ! Pourquoi, Seigneur ? Devait-il se demander. Mais la Parole ne rapporte pas le moindre murmure du jeune homme. Probablement s’appuyait-il sur les promesses que Dieu lui avait faites dans ses songes.

Bien sûr, quand le Père jugera bon de nous faire passer par des circonstances difficiles, faisons monter vers Lui des prières d’intercession. Mais aussi, si nous avons appris à nous appuyer sur les promesses de Dieu, sachons rendre grâces. Car nous sommes assurés qu’Il a en vue notre bénédiction.

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Du caillou au diamant


« C’est Toi qui as formé mes reins, qui m’as tissé dans le ventre de ma mère. Je Te loue de ce que je suis une créature si merveilleuse. Tes œuvres sont admirables, et je le reconnais bien. Mon corps n’était pas caché devant Toi lorsque j’ai été fait dans le secret, tissé dans les profondeurs de la terre. Je n’étais encore qu’une masse informe, mais Tes yeux me voyaient, et sur Ton livre étaient inscrits tous les jours qui m’étaient destinés avant qu’un seul d’entre eux n’existe.La Bible, Psaume 139:13-16

Notre corps est formé à 80 % d’eau et le reste ne vaut pas beaucoup d’argent. Mais notre corps est une mécanique extraordinairement bien conçue qui peut fonctionner bien plus longtemps que n’importe quelle machine construite par l’homme. Dieu a mis en nous un cerveau dont les possibilités sont incomparablement supérieures à l’ordinateur le plus sophistiqué.

Mais ce qui en fait la vraie valeur, c’est que par la foi en Jésus- Christ, il devient une habitation de Dieu, comme nous l’avons vu la semaine dernière. Pourtant, des chrétiens souffrent de sentiments d’infériorité et pensent ne pas avoir de valeur. C’est parce que le chrétien peut se tromper et chercher sa valeur en lui au lieu de la chercher en Dieu. Dieu n’estime pas notre valeur à ce que nous sommes, car Il sait que le mal est attaché à nous. C’est peut-être difficile à admettre, mais nous ne pesons pas lourd dans la balance juste de Dieu. Mais par l’action de son Esprit, Dieu nous recrée en quelque sorte, nous façonnant sans relâche. C’est sa présence en nous qui fera notre vraie valeur. Nos incapacités, nos défauts, nos limites, tout ce qui peut contribuer à notre sentiment d’infériorité sera remplacé par le fruit de l’Esprit de Dieu. « Ce que l’Esprit Saint produit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bienveillance, la bonté, la fidélité, la douceur et la maîtrise de soi. » (Galates ch. 5 : v. 22-23) Dieu pourrait, s’Il le voulait, transformer des cailloux en diamants. Lui seul pourrait faire un tel miracle. Son Esprit peut donc faire des miracles dans nos vies.

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Jean chapitre 15 : versets 1 à 5

Passages relatifs

  • Célébrez tous le Seigneur des seigneurs, car son amour dure à toujours. Lui seul a opéré de merveilleux prodiges, car son amour dure à toujours. Psaume 136 : 3-4
  • Qui est comparable à l’Eternel notre Dieu ? Il a sa demeure dans les lieux très-hauts […]. Il arrache à la poussière l’homme misérable, Il relève l’indigent et le tire de la boue […]. Psaume 113 : 5 et 7
  • Dieu accomplit des oeuvres grandioses, insondables, et des prodiges innombrables. Job 9 : 10
  • Ce que Tu fais, Eternel, me remplit de joie et j’acclamerai les ouvrages de tes mains. Que tes oeuvres sont grandioses, Eternel ! Que tes pensées sont profondes ! Psaume 92 : 5-6
  • Moi, je suis l’Eternel et, en dehors de Moi, il n’est pas de Sauveur. Esaïe 43 : 11
  • Guéris-moi, Eternel, et je serai guéri ! Oui, sauve-moi et je serai sauvé ! Car c’est Toi que je loue ! Jérémie 17 : 14
  • […] celui qui est uni au Christ est une nouvelle créature : ce qui est ancien a disparu, voici : ce qui est nouveau est déjà là. Tout cela est l’oeuvre de Dieu […]. 2 Corinthiens 5 : 17-18

Si tu veux contempler l’oeuvre de Dieu pour toi, clique sur l’enveloppe :
Contact

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

L’ombre et la réalité


“La loi, en effet, possède une ombre des biens à venir, et non l’exacte représentation de la réalité; elle ne peut jamais, par l’offrande annuelle et toujours répétée des mêmes sacrifices, conduire à la perfection ceux qui y participent.” Hébreux 10. 1

« Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu une grande lumière, sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre de la mort une lumière a brillé. » La Bible, Esaïe 9:1 #prophétie

Le Nouveau Testament utilise le terme d’ombre pour qualifier les différents rites, sacrifices ou objets du culte institués par la loi de Moïse dans l’Ancien Testament. L’auteur de l’épître aux Hébreux met en contraste ces éléments tangibles avec leur signification spirituelle, la réalité. Il s’attache à démontrer la supériorité de cette dernière sur les premiers. En effet :

– Une ombre propose une image imparfaite : suivant la position du soleil, mon ombre sera plus ou moins grande que moi ; je n’aurai pas une idée très exacte des dimensions ou des proportions.
– Une ombre a des contours qui peuvent rester flous : en fonction de l’éclairage, j’aurai parfois de la peine à distinguer nettement les bords d’une ombre.
– Une ombre est toujours noire, tandis que la réalité est en général colorée !
– Enfin, une ombre est toujours une projection en deux dimensions, alors que l’objet réel est en général un volume.

On comprend donc que le Nouveau Testament insiste sur la faiblesse de l’ombre par rapport à la réalité : même donnés par Dieu, les symboles de l’Ancien Testament restent imparfaits, flous, moins clairs, limités dans leurs dimensions.

Alors, à quoi bon les ombres ? Pourquoi Dieu a-t-il pris la peine de nous donner ces longs livres de l’Exode, du Lévitique, des Nombres ou du Deutéronome qui détaillent toutes ces ombres ? Et pourquoi n’a-t-il pas passé plus de temps à nous parler de la réalité ?

La gloire de Jésus Christ, dans sa personne et dans son oeuvre, est telle que nos esprits limités, nos facultés encore si liées au monde tangible qui nous entoure, ont bien besoin de ces ombres pour en saisir quelque chose. C’est pourquoi il vaut la peine de prendre le temps d’étudier les ombres, non pas pour elles-mêmes, mais pour celui qu’elles annoncent : notre radieux Sauveur. Ainsi nous ne nous attacherons pas à la lettre de ces instructions qui n’ont plus de valeur pratique pour nous aujourd’hui, mais au sens spirituel qu’elles veulent nous transmettre : “Tout cela n’est qu’une ombre des choses à venir ; mais la réalité (le corps) est du Christ” (Colossiens 2. 17).

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Semelles et plante


« Ce n’est pas un Esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un Esprit de force, d’amour et de sagesse. » La Bible, 2 Timothée 1:7

Le facteur de Mafate, à l’île de La Réunion, effectuait chaque semaine à pied une tournée de 120 kilomètres. Par tous les temps, il parcourait dans la montagne des sentiers escarpés pour apporter le courrier jusque dans les maisons les plus retirées. Durant sa carrière, il a parcouru à peu près 180 000 kilomètres, soit environ 4 fois et demi le tour de la Terre. Il a usé énormément de paires de chaussures ! Si nous marchons toujours avec les mêmes chaussures, les semelles s’usent et deviennent inutilisables. Mais si nous marchons pieds nus, la plante de nos pieds ne s’use pas. Elle se renouvelle et se fortifie avec l’exercice répété. Cela s’explique : la plante de nos pieds est quelque chose de vivant, alors que nos semelles sont de la matière sans vie.

Nous pouvons faire la même constatation au sujet de notre esprit. Celui qui n’a pas reçu en lui la vie de Dieu est comme mort spirituellement. Les difficultés et épreuves de la vie vont petit à petit l’user et le détruire. Comment recevoir la vie de Dieu ? Celui qui s’approche de Dieu par la foi et qui reconnaît son besoin d’être pardonné reçoit en lui l’Esprit de Dieu. C’est une promesse faite par Jésus. C’est l’Esprit de Dieu qui nous transmet la vie de Dieu. Le Saint-Esprit vient habiter en nous et nous donne la conviction d’être un enfant de Dieu. Quand quelqu’un est habité par l’Esprit de Dieu, il est en communion avec Dieu et il sait qu’il vivra éternellement avec Dieu. De plus, le Saint-Esprit l’aide à progresser dans la foi et l’encourage chaque jour. Il le soutient dans ses combats contre le mal afin qu’il avance de victoire en victoire.

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Galates chapitre 5, versets 16 à 23

Passages relatifs

  • Ceux qui comptent sur l’Eternel renouvellent leur force : ils prennent leur envol comme de jeunes aigles ; sans se lasser, ils courent, ils marchent en avant, et ne s’épuisent pas. Esaïe 40 : 31
  • Ce qui naît d’une naissance naturelle, c’est la vie humaine naturelle. Ce qui naît de l’Esprit est animé par l’Esprit. Jean 3 : 6
  • Je vous donnerai un coeur nouveau et je mettrai en vous un esprit nouveau, j’enlèverai de votre être votre coeur dur comme la pierre et je vous donnerai un coeur de chair. Ezéchiel 36 : 26
  • Je mettrai en vous mon propre Esprit et je ferai de vous des gens qui vivent selon mes lois et qui obéissent à mes commandements pour les appliquer. Ezéchiel 36 : 27
  • Ce à quoi tend l’homme livré à lui-même mène à la mort, tandis que ce à quoi tend l’Esprit conduit à la vie et à la paix. Romains 8 : 6
  • […] Si quelqu’un n’a pas l’Esprit du Christ, il ne Lui appartient pas. Romains 8 : 9
  • Puisque l’Esprit est la source de notre vie, laissons-le aussi diriger notre conduite. Galates 5 : 25

Si tu veux te tourner vers Dieu et recevoir Son Esprit, clique sur l’enveloppe :
Contact

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Jésus, Le serviteur fidèle


“Quant à moi, je disais: «C’est pour rien que je me suis fatigué, c’est pour le vide, c’est en pure perte que j’ai épuisé mes forces.» Pourtant, mon droit est auprès de l’Eternel et ma récompense auprès de mon Dieu.” Esaïe 49. 4

À partir du début du chapitre 40 d’Esaïe, nous écoutons le merveilleux dialogue de l’Éternel avec celui qu’il appelle “Israël, mon serviteur” (41. 8) ou “mon serviteur que je soutiens, mon élu en qui je trouve mon plaisir” (42. 1). Il s’agit de “son saint serviteur Jésus” (Actes 3. 13), le véritable Israël, le prince de Dieu par qui la gloire de Dieu devait être rétablie (40. 3).

La réponse du parfait serviteur (verset du jour) nous reporte à la fin de la vie de Jésus, quand Il constate que son peuple n’a pas voulu se rassembler autour de Lui et qu’il pleure sur Jérusalem. Nous pouvons bien être émus en considérant cette douleur de Jésus lorsqu’Il déplore d’avoir, apparemment, travaillé en vain.

Comme homme au service de Dieu, Il est allé au bout de ses forces pour annoncer la bonne nouvelle à toutes les couches sociales de son peuple. Il s’est approché des plus humbles et des méprisés : lépreux, démoniaques, percepteurs d’impôts pour le compte de l’occupant romain. Il n’a pas négligé pour autant ceux qui s’enorgueillissaient d’appartenir à la classe supérieure : docteurs de la Loi et pharisiens.

Jamais, dans les évangiles, nous ne le voyons se reposer, à l’exception de cette fois où Il dormait, probablement exténué par sa journée de travail, dans la barque malmenée par la tempête (Marc 4. 38). Même ses nuits étaient courtes car Il se levait avant le jour pour prier.

Malgré ce dévouement sans la moindre défaillance, Jésus constate que le peuple n’est pas revenu à Dieu. Les dirigeants craignent surtout la perte de leurs privilèges et les foules recherchent seulement les bénédictions matérielles que leur apportent ses miracles. Les uns et les autres vont révéler leur opposition méchante à Dieu en crucifiant celui qu’Il leur a envoyé.

Dieu entend la plainte douloureuse de son serviteur et Lui assure : Tu rétabliras “les tribus de Jacob”, c’est-à-dire bien plus que les rescapés de Juda auxquels Jésus s’adressait quand Il était sur la terre. Et même plus, béni soit Dieu : “Je te donnerai aussi pour être une lumière des nations, pour être mon salut jusqu’au bout de la terre” (49. 6).

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Incompatibilité


« Tu n’auras pas d’autres dieux devant moi. » La Bible, Deutéronome 5:7

Chaque jour, la radio communique des horoscopes et propose d’être en ligne avec des voyants. Bien des personnes appellent pour être rassurées pour la recherche d’un emploi, les problèmes de coeur, la réussite à un examen… Pour avoir plus de « chances », certains sont prêts à consulter n’importe qui. La Bible parle de l’occultisme et nous met en garde. l’Astrologie et la foi en Dieu sont incompatibles. Il est impossible d’être en paix avec Dieu et en même temps recourir aux sciences occultes. Car « Dieu est lumière et il n’y a aucune trace de ténèbres en Lui. » (1 Jean ch. 1 v. 5). C’est en Jésus et en Lui seul qu’on trouve la paix véritable et qu’on est rassuré quant à son avenir. Il a dit : « Si vous vous attachez à la Parole que je vous ai annoncée, vous êtes vraiment mes disciples. Vous connaîtrez la vérité et la vérité fera de vous des hommes libres. » (Jean ch. 8 v. 31-32). La Bible rapporte que « Beaucoup de ceux qui étaient devenus croyants sont venus avouer et déclarer publiquement les pratiques auxquelles ils s’étaient livrés. Beaucoup de ceux qui avaient exercé la magie apportèrent leurs livres et les firent brûler. » (Actes ch. 19 v. 18-19).

En découvrant Jésus, en plaçant en Lui toute leur foi, ces gens n’avaient plus besoin des béquilles de l’occultisme pour faire face à l’incertitude de l’avenir. Ils étaient libérés de l’esclavage de la peur. Aujourd’hui encore, confier sa vie à Jésus-Christ, c’est la remettre entre les mains du maître de l’univers. Il n’y a rien de mieux ni de plus sûr ! Le croyez-vous vraiment ?

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Deutéronome ch. 4 v. 19 et ch. 18 v. 9 à 13

Passages relatifs

  • Tu n’auras pas d’autre dieu que moi. Tu ne te feras pas d’idole ni de représentation quelconque de ce qui se trouve en haut dans le ciel, ici-bas sur la terre, ou dans les eaux plus bas que la terre. Exode 20 : 3-4
  • Ne vous adressez ni à des médiums, ni à des devins; ne les consultez pas, vous vous rendriez impurs. Je suis l’Eternel, votre Dieu. Lévitique 19 : 31
  • […] à Dieu appartiennent la sagesse et la force. Il fait changer les temps et modifie les circonstances, il renverse les rois et élève les rois, […] et, à ceux qui savent comprendre, il accorde la connaissance. Daniel 2 : 20-21
  • Dieu dévoile des choses profondes et secrètes, il sait ce qu’il y a dans les ténèbres, et la lumière brille auprès de lui. Daniel 2 : 22
  • […] ne vous détournez pas de l’Eternel […]. Ne vous éloignez pas de lui, sinon vous courrez après des choses de néant qui sont inutiles et incapables de secourir, parce qu’elles ne sont que néant. 1 Samuel 12 : 20-21
  • […] aimez l’Eternel, votre Dieu ! Suivez tous les chemins qu’il a prescrits pour vous, obéissez à ses commandements, attachez-vous à lui et servez-le de tout votre coeur et de tout votre être ! Josué 22 : 5
  • Mais moi, ô Eternel, je me confie en toi. Je dis : C’est toi qui es mon Dieu ! Mes destinées sont dans ta main. […] Psaume 31 : 15-16

Si tu veux t’éloigner de ce qui est occulte et te confier en Dieu, clique sur l’enveloppe :
Contact

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

La souveraineté de Dieu aujourd’hui


À toi, Éternel, est la grandeur, et la force, et la gloire, et la splendeur, et la majesté ; car tout, dans les cieux et sur la terre, est à toi. À toi, Éternel, est le royaume et l’élévation, comme Chef sur toutes choses ; et les richesses et la gloire viennent de toi, et tu domines sur toutes choses ; et la puissance et la force sont en ta main, et il est en ta main d’agrandir et d’affermir toutes choses. Et maintenant, ô notre Dieu, nous te célébrons, et nous louons ton nom glorieux”. 1 Chroniques 29. 11-13

Ces versets donnent une idée de la souveraineté de Dieu. Oui, Dieu est omniscient, om­nipotent, il ne dépend de personne. Et comme il nous aime, nous pouvons mettre en Lui toute notre confiance.

La claire conscience de la souveraineté de Dieu nous apporte ainsi la force et le récon­fort quand nous traversons les épreuves et les afflictions. En effet, nous savons que Dieu les laisse se produire pour notre bien et qu’il ne fait pas d’erreur. Si nous n’avions pas la pleine certitude qu’elles sont permises par Dieu, elles n’auraient aucun sens à nos yeux et la vie ne serait, comme disent certains philosophes, pas autre chose qu’un drame absurde.

Mais alors, si Dieu est souverain, pourquoi évangéliser ? Ceux qu’il veut sauver, ne peut-il pas les conduire sans notre intervention à la repentance et au Sauveur ? La Bible répond à cette objection : “Comment croiront-ils en celui dont ils n’ont pas entendu par­ler ? Et comment entendront-ils parler sans quelqu’un qui prêche ?” (Romains 10. 14).

Nous prêchons donc l’Évangile avec la certitude que notre Dieu souverain est puis­sant pour accompagner sa Parole et l’appliquer au coeur et à la conscience de celui qui l’écoute. Nous le faisons en sachant que la Parole que nous semons peut tomber sur des terrains où elle ne peut pas porter de fruit. Cela n’enlève rien à notre responsabilité qui demeure totale de répandre la bonne parole de notre Dieu.

Le Dieu souverain nous fait donc la grâce de participer à son plan d’amour. Il reste très peu de temps pour cela : annonçons aujourd’hui cette bonne nouvelle aux hommes. Demain, il sera trop tard.

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Un poison dangereux


Dans un pays d’Afrique, un homme très pauvre a un jour sauvé la vie à une fillette qui allait être dévorée par un crocodile. Le père de l’enfant, très riche, lui offrit une grande quantité d’or. Quelle n’a pas été la joie de notre secouriste qui a commencé à rêver ! Pourtant, sa nouvelle vie avec cette fortune ne lui a causé que des problèmes. Cet homme aimait profondément sa femme qui lui était très attachée. Diverses circonstances liées à cet or les empêchèrent d’être ensemble assez longtemps. Des doutes sur la fidélité de l’autre germèrent en chacun d’eux. La femme en est morte de chagrin et le mari, de désespoir, prit sa femme dans ses bras et se jeta à l’eau pour mourir avec elle.

Ce récit nous enseigne au moins deux choses importantes. D’une part à quel point l’espérance placée dans de fausses valeurs nous conduit au désastre ! Il nous montre aussi combien il peut être destructeur de vivre en réfléchissant sans cesse aux échecs du passé. Il y a une grande différence entre les regrets qui nous rongent ou les illusions d’un avenir doré, et l’espérance solide que le Seigneur donne. Dieu console et guérit d’un passé difficile ceux qui l’aiment et s’attachent profondément à lui. A la place des regrets, il ancre au plus profond de leur être l’espérance de sa présence et de son secours, quelles que soient les épreuves que l’avenir leur réserve. Le chrétien ne vit ni dans les regrets du passé ni dans l’illusion d’un avenir doré, mais il vit chaque seconde de son « aujourd’hui » avec l’espérance.

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : 1 Pierre chapitre 1 : versets 3 à 9

Passages relatifs

  • Ta foi en Dieu n’est-elle pas la source de ton assurance ? Job 4 : 6
  • Celui qui révère l’Eternel possède une solide assurance, et il sera un refuge pour ses enfants. Proverbes 14 : 2
  • […] Dans son grand amour, Dieu nous a fait naître à une vie nouvelle, grâce à la résurrection de Jésus- Christ d’entre les morts, pour nous donner une espérance vivante. 1 Pierre 1 : 3
  • A toi, Eternel, appartiennent la grandeur, la puissance […]. Car tout ce qui est dans le ciel et sur la terre est à toi, Eternel. C’est à toi qu’appartient le règne, tu es le souverain au-dessus de tout être. 1 Chroniques 29 : 11
  • Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus- Christ, le Père qui est plein de bonté, le Dieu qui réconforte dans toutes les situations. 2 Corinthiens 1 : 3
  • Toi, Seigneur, tu es bon, prêt à pardonner, et généreux pour tous ceux qui t’appellent. Psaume 86 : 5
  • Eternel ! Fais-moi connaître tes voies, enseigne-moi tes sentiers. Conduis-moi dans ta vérité, et instruis-moi ; car tu es le Dieu de mon salut, tu es toujours mon espérance. Psaume 25 : 4-5

Si tu veux compter sur Dieu, pour une vie de sens, clique sur l’enveloppe :
Contact

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Que faire pour surmonter la jalousie ?


« Cette espérance ne trompe pas, parce que l’amour de Dieu est déversé dans notre cœur par le Saint-Esprit qui nous a été donné. » Romains 5:5

« Eternel, au matin, ma voix se fait entendre, car, dès le point du jour, je me présente à Toi, et puis j’attends … » la Bible, Psaume 5:4

Comment devrions-nous réagir alors que nous sommes tentés par la jalousie ? Rappelons-nous d’abord que la souffrance en soi n’est pas un péché. Mais Dieu nous dit, comme il le dit à Caïn dans ce passage, « si tu agis mal, le péché est tapi à ta porte, et il cherche à te prendre » (Genèse 4.7). C’est précisément là que réside la tentation : la tentation de croire que c’est l’autre personne qui est le problème. La tentation de nous défouler sur elle. Nous devons reconnaître que la jalousie est basée sur un mensonge et sur une illusion. Le mensonge que c’est l’autre qui est le problème, alors qu’il ne fait que déclencher le problème qui est en nous. L’illusion, parce que la jalousie est une voie sans issue.

Nous devons alors relever le défi que Dieu donne à Caïn : « le péché est tapi à ta porte, mais toi, maîtrise-le ! » Nous devons résister et dire : « Non, je ne vais pas aller là ! » Au lieu de cela, nous devons prendre courage pour faire face à la vraie souffrance. Parfois, au moment où nous ressentons la jalousie, nous ne sommes pas encore conscients de quelle est la vraie souffrance. Cela peut commencer par une irritation envers notre prochain, sans que nous en réalisions la raison. Nous pouvons alors prier ainsi : « Seigneur, je suis jaloux. Montre-moi ce qui provoque cette jalousie. » Une fois que nous avons saisi l’enjeu, nous pouvons alors faire face à la souffrance. Nous avons le privilège de pouvoir le faire en nous tournant vers notre Père céleste qui connaît tout et qui a la réponse à nos souffrances. Et c’est là que nous avons la possibilité d’avancer. Au lieu d’entrer dans le chemin sans issue qui va ronger nos os, nous pouvons trouver la consolation, la paix et la réconciliation.

Un autre enjeu est de prier pour la personne qui a suscité notre jalousie. Nous pouvons même prier ainsi : « Merci Seigneur d’avoir donné cette chose à mon frère ou à ma sœur. Cela m’encourage, car si tu peux lui donner cela, tu peux me donner la même chose. » Ainsi, nous choisissons une attitude de foi, et nous pouvons nous attendre à ce que de telles prière soient exaucées. Nous admettons que l’autre personne a reçu l’objet désiré avant nous, mais nous ne nous fermons pas la porte pour recevoir la même chose. La Bible dit que « l’amour n’est point envieux ». (1 Corinthiens 13.4) Ainsi, nous allons surmonter la jalousie en aimant la personne. Nous nous entraînons à cela en priant pour elle et en la bénissant. De cette manière, alors que nous faisons face à notre souffrance, nous allons parvenir à une résolution de la situation, et nous allons retrouver la paix et la confiance. Et c’est ainsi que nous aurons échappé au « monstre aux yeux verts » !

Revenir au préambule

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.  Contact

Publié dans La Jalousie | Tagué , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

La jalousie nous empêche de recevoir ce que nous cherchons


«  Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu… » Matthieu 6:33

La jalousie n’est pas simplement inutile, elle nous dessert aussi en nous créant des problèmes supplémentaires. D’abord, elle détruit des relations. Mais ensuite, et c’est peut-être ce qui est le plus frustrant, c’est que souvent elle nous empêche de recevoir précisément ce que nous cherchons. C’est exactement ce qui s’est passé pour Caïn : il cherchait l’approbation de Dieu. La jalousie l’a conduit à tuer son frère. En ce faisant, il a précisément perdu l’approbation de Dieu. Cet effet paradoxal est très courant. La Bible en donne un autre exemple : « L’homme envieux se hâte de s’enrichir, il ne se rend même pas compte que la pauvreté va fondre sur lui. » (Proverbes 28.22) Une personne qui cherche à s’enrichir par tous les moyens risque de se retrouver dans la misère précisément à cause de son attitude. La jalousie est donc dangereuse ! Elle nous conduit à nous bloquer nous-mêmes l’accès à ce que nous cherchons.
………………………………………………………………………Que faire pour surmonter la jalousie ? →

Revenir au préambule

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.  Contact

Publié dans La Jalousie | Tagué , , , , , , , | 1 commentaire

La jalousie est une réaction à une souffrance


« L’Eternel ne porta pas un regard favorable sur Caïn ni sur son offrande. Caïn fut très irrité, et son visage fut abattu. » Genèse 4.5

Caïn souffrait parce que son offrande avait été rejetée par Dieu. Cette souffrance était légitime, mais c’était sa réaction qui était fausse. Pour nous aussi, si nous sommes jaloux, c’est normalement la conséquence d’une souffrance bien réelle. Mais si nous suivons le chemin qui nous est suggéré par la jalousie, nous allons nous défouler sur l’autre personne qui a ce à quoi nous aspirons. Au fond, cela ne résout rien. La souffrance subsistera toujours. La jalousie est donc une voie sans issue – mais c’est la voie de la facilité. Nous avons tous la tendance à fuir la souffrance. Nous sommes tentés de rediriger notre attention sur l’autre personne qui a ce que nous n’avons pas, alors que la voie qui pourrait nous faire avancer serait de faire face à la souffrance et de l’apporter à Dieu. Dieu a une réponse à nos souffrances. Mais la jalousie nous empêche d’aller au fond des choses et de recevoir la consolation ou la réponse à nos questions dont nous aurions besoin.
………………………………………La jalousie nous empêche de recevoir ce que nous cherchons →

Revenir au préambule
Pour approfondir le sujet de la souffrance, clique ici 

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.  Contact

Publié dans La Jalousie | Tagué , , , , , , , | 1 commentaire

La jalousie provoque des dégâts


« Caïn dit à son frère Abel: «Allons dans les champs» et, alors qu’ils étaient dans les champs, il se jeta sur lui et le tua. » Genèse 4.8

Dans cette histoire, Abel a perdu sa vie. Par la suite, la Bible parle d’Abel en tant que la première personne, dont le sang a été versé de manière innocente. Dans la même lignée, beaucoup plus tard, nous trouvons Jésus. En fait, la mort de Jésus a aussi été une conséquence de la jalousie. « En effet, il [Pilate] s’était bien rendu compte que c’était par jalousie qu’on lui avait livré Jésus. » (Matthieu 27.18) Les chefs religieux de l’époque étaient jaloux de Jésus parce que sa popularité parmi le peuple était tellement plus grande que la leur. Jésus avait cette estime du peuple que les chefs religieux désiraient pour eux-mêmes. Cela était donc l’une des raisons pourquoi Jésus a été livré et tué.

Cela peut nous servir de consolation, si une fois nous sommes la cible de la jalousie d’autrui. Quand nous souffrons des conséquences d’une jalousie à notre égard, nous pouvons nous dire que Jésus a également porté cela. Il a perdu sa vie à cause de la jalousie de certains.

Mais les dégâts ne se limitent pas à cela. La jalousie fait aussi des dégâts dans la vie de la personne qui est jalouse. « L’envie est la carie des os. » (Proverbes 14.30) Comme la carie, la jalousie nous ronge de l’intérieur. Ce proverbe peut nous conduire à supposer que la jalousie, à l’instar des émotions fortes, peut même avoir des conséquences physiques. Cet effet-là est même entré dans la littérature : « Oh ! Attention, monseigneur, à la jalousie ; c’est le monstre aux yeux verts qui tourmente la proie dont il se nourrit. » (Shakespeare, Othello) La jalousie peut effectivement nous tourmenter.
……………………………………………………………..La jalousie est une réaction à une souffrance →

Revenir au préambule

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.  Contact

Publié dans La Jalousie | Tagué , , , , , , , , , , , , , | 1 commentaire