Avant que…


“Souviens-toi de ton Créateur dans les jours de ta jeunesse, avant que soient venus les jours mauvais, et avant qu’arrivent les années dont tu diras : Je n’y prends point de plaisir ; avant que s’obscurcissent le soleil, et la lumière, et la lune, et les étoiles, et que les nuages reviennent après la pluie… avant que le câble d’argent se détache, que le vase d’or se rompe, que le seau se brise à la source, et que la roue se casse à la citerne”. Ecclésiaste 12. 1, 2, 6

« Celui qui a créé Orion et les Pléiades, qui transforme en aurore les profondes ténèbres et qui réduit le jour en une nuit obscure, qui fait venir les eaux de l’océan pour les répandre sur la surface de la terre. L’Eternel est son nom. » La Bible, Amos 5:8

Le Prédicateur dit : “Le jeune âge et l’aurore sont vanité” (Ecclésiaste 11. 10). Ce qui ne veut pas dire qu’il faille les mépriser, mais leur durée limitée contraint les jeunes à préparer leur avenir sans perdre de temps. Mais attention ! Prévoir les biens nécessaires pour assurer une vieillesse convenable peut devenir, chez les aînés, une préoccupation exagérée. Une autre maxime de Salomon s’applique alors : “Ne te fatigue pas pour acquérir des richesses, finis-en avec ta prudence. Jetteras-tu tes yeux sur elles ?…. Déjà elles ne sont plus ; car certes elles se font des ailes, et, comme l’aigle, s’envolent vers les cieux” (Proverbes 23. 4, 5).

Il y a un autre domaine où la prudence et la sagesse sont nécessaires, c’est le domaine spirituel. Par les versets du jour, et dans un langage poétique, le Prédicateur nous fait prendre conscience du vieillissement inévitable de chacun. Il nous encourage à nous préparer à ce moment en agissant sagement, avant que la situation décrite dans ces versets ne se concrétise de façon irréversible. Notons bien les quatre “avant que…” :

– Avant que… des difficultés surviennent, car les épreuves de la vie peuvent bouleverser nos existences de façon imprévisible.
– Avant que… nos esprits se ferment aux valeurs spirituelles et que les soucis de la vie et la tromperie des richesses étouffent la Parole de Dieu (Matthieu 13. 22).
– Avant que… les infirmités de l’âge viennent perturber nos facultés physiques et mentales, empêchant ainsi la réception du message divin.
– Avant que… la mort elle-même mette fin à tout espoir de rattraper le temps perdu. Alors l’esprit retourne à Dieu qui l’a donné, mais serons-nous prêts à le rencontrer ?

Il n’est pas encore trop tard, car “voici, c’est maintenant le temps favorable ; voici, c’est maintenant le jour du salut” (2 Corinthiens 6. 2).

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

La tête dans les étoiles


« Je vis alors un grand trône blanc et celui qui y était assis. La terre et le ciel s’enfuirent loin de Lui et l’on ne trouva plus de place pour eux. » La Bible, Apocalypse 20:11

L’année 2009 a été déclarée par l’Assemblée des Nations Unies année mondiale de l’astronomie. Cette année, on a également commémoré Galilée qui, il y a 400 ans, a pointé une lunette vers le ciel. Cela lui a permis de découvrir les quatre principaux satellites de Jupiter, les montagnes et cratères de la Lune et les taches solaires. Actuellement les recherches permettent d’aller toujours plus loin dans la découverte de l’univers. Et cela va continuer, car le ciel n’a pas encore livré tous ses secrets.

La Bible parle beaucoup du ciel parce que Dieu désire que nous y soyons. Mais le ciel dont nous parle Dieu n’est pas un lieu géographique visible au télescope. Il est si différent de ce que nous connaissons sur la terre qu’on pourrait dire qu’il est à des années-lumière de ce que nous pouvons même imaginer. C’est un endroit merveilleux où règne une totale perfection et harmonie : plus d’injustice, plus de larmes, plus de souffrances ; la mort n’existera plus. Aucun souvenir n’assombrira le bonheur de ceux qui seront pour l’éternité avec Dieu. Dieu habitera au milieu des hommes, comme dans le jardin d’Eden au commencement. Tous les hommes pourtant ne seront pas acceptés au ciel ; seuls seront admis ceux dont les noms sont écrits dans le livre de vie, c’est-à-dire ceux qui auront accepté Jésus-Christ comme Sauveur. Il est le seul qui peut nous faire entrer en présence du Dieu saint. Avez-vous mis votre foi en Lui ? Dans la gloire du ciel, les croyants de tous les temps et de tous les peuples se retrouveront ensemble pour adorer et servir Dieu et Jésus-Christ notre Sauveur.

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Apocalypse chapitre 21 : versets 10 à 27

Lire la suite

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Le foyer chrétien


“(Isaac) monta à Beër-Shéba. Et l’Éternel lui apparut cette nuit-là, et dit : Je suis le Dieu d’Abraham ton père ; ne crains pas, car je suis avec toi ; et je te bénirai, et je multiplie­rai ta semence, à cause d’Abraham, mon serviteur. Et il bâtit là un autel, et invoqua le nom de l’Éternel ; et il y dressa sa tente ; et les serviteurs d’Isaac y creusèrent un puits”. Genèse 26. 23-25

« Je ferai de toi une grande nation, et je te bénirai; je rendrai ton nom grand, et tu seras une source de bénédiction. » La Bible, Genèse 12. 2

L’Éternel apparaît à Isaac pour lui confirmer la promesse qu’Il a faite à Abraham. Cette promesse d’une grande descendance n’est soumise à aucune condition, mais elle est accompagnée d’un encouragement : “Ne crains pas, car Je suis avec toi”. C’est un encouragement bienvenu, car Isaac vient d’être renvoyé du pays des Philistins où il habitait depuis quelque temps.

Maintenant qu’il a quitté le monde, il a retrouvé sa relation avec Dieu et son habitation peut être caractérisée par trois images : un autel, une tente, un puits. Ces images nous montrent ce qui devrait aussi caractériser une maison chrétienne :

– L’autel nous parle de relation avec Dieu. Qu’en est-il de notre famille ? Peut-être, d’une manière formelle, proclamons-nous que notre maison est placée sous la seigneurie de Jésus-Christ, qu’on y prie avant les repas. Mais, bien sûr, plus que cela, ce qui compte, c’est la manière pratique dont nous vivons l’amour de Christ et la sincérité de notre reconnaissance envers Dieu.

– La tente nous rappelle que nous ne sommes pas ici chez nous, et que nous devons être prêts à nous en aller pour nous installer définitivement dans notre vraie patrie. Sommes-nous bien certains de tirer toutes les conséquences de cette affirmation volontiers répétée que nous sommes des étrangers et des voyageurs sur cette terre ?

– L’image du puits qu’il faut creuser pour trouver l’eau évoque l’effort à accomplir pour connaître les pensées de Dieu. Pour les saisir, il faut, sous la conduite du Saint-Esprit, s’en enquérir dans la Parole de Dieu, avec diligence et persévérance. Quelle place la Bible a-t-elle dans nos foyers ? Peut-être la lit-on chaque jour, mais un peu superficiellement, en restant en surface, ce qui est très différent de ce qu’évoque le creusement d’un puits ! Jésus nous dit : “Sondez les Écritures… ce sont elles qui rendent témoignage de moi” (Jean 5. 39).

Disons avec détermination comme Josué : “Moi et ma maison, nous servirons l’Éter­nel” (Josué 24. 15).

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , , , , , | 2 commentaires

Absence de Dieu


« Tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu, et ils sont gratuitement déclarés justes par sa grâce, par le moyen de la libération qui se trouve en Jésus-Christ. » La Bible, Romains 3:23-24

Julien Green a écrit : « il n’y a pas d’autre enfer que de n’être pas avec Dieu ». Cette phrase résume assez bien la notion de l’enfer : un lieu où Dieu est absent. Dans le langage populaire, le mot enfer désigne une réalité décrite dans la Bible sous le nom de géhenne. Il s’agit d’une vallée, proche de Jérusalem et tristement célèbre. En effet, en ce lieu, 1500 ans avant Jésus-Christ, des hommes sacrifiaient leurs enfants et les offraient à leurs dieux. C’était aussi un lieu dans lequel des ordures brûlaient en permanence à l’époque. Cette vallée est donc devenue dans la Bible un symbole d’abomination, de mal et de feu. Son nom a fini par désigner le lieu de punition et de tourments éternels que nous appelons enfer. Dieu a choisi cette image effrayante pour nous aider à entrevoir le sort de ceux qui seront dans cet endroit sinistre, lieu de pleurs, de remords, de désespérance. Pour bien des gens, l’enfer et l’amour de Dieu sont totalement incompatibles. Ils oublient que Dieu, s’il est amour et bonté, est aussi un Dieu saint et juste qui ne tolère pas le mal. Vers ce lieu terrible ne s’acheminent que les personnes qui ont refusé le pardon que Dieu leur a offert de leur vivant. Seul celui qui ne veut pas de Dieu va en enfer, et cela n’a rien de choquant, puisque finalement, c’est son choix. Ce n’est pas le choix de Dieu qui nous a envoyé en Jésus un Sauveur pour que nous puissions au contraire vivre éternellement dans sa présence. Mais Dieu ne nous contraint pas à accepter son salut : à chacun donc de décider quelle va être sa destinée éternelle.

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Matthieu chapitre 7 : versets 13 à 27

Lire la suite

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

L’Esprit de Jésus


“Ils traversèrent la Phrygie et le pays de Galatie, ayant été empêchés par le Saint Es­prit d’annoncer la Parole en Asie ; parvenus près de la Mysie, ils essayèrent de se rendre en Bithynie, mais l’Esprit de Jésus ne le leur permit pas”. Actes 16. 6, 7

« Qu’importe? De toute manière, que ce soit pour de mauvaises raisons, que ce soit sincèrement, Christ est annoncé. Je m’en réjouis et je m’en réjouirai encore, car je sais que cela aboutira à mon salut, grâce à vos prières et à l’assistance de l’Esprit de Jésus-Christ. » La Bible, Philippiens 1:18-19

Au cours de son deuxième voyage missionnaire, Paul et ses collaborateurs sont “empêchés par le Saint Esprit” d’évangéliser l’ouest de l’Asie, une province dont Éphèse est la capitale. Ils cherchent alors à se rendre en Bithynie (une région très civilisée au nord de la Turquie actuelle) où ils n’étaient pas encore allés, mais “l’Esprit de Jésus” ne le leur permet pas.

Le Saint Esprit se nomme lui-même “l’Esprit de Jésus”. Cette expression ne se rencontre qu’ici dans le Nouveau Testament. Elle souligne l’attention que Jésus, l’Homme glorifié dans le ciel, porte à la grande mission qu’Il a confiée à Paul, l’apôtre des nations : faire connaître son nom à tous les hommes : “Cet homme est un instrument que je me suis choisi, pour porter mon nom devant les nations, les rois et les fils d’Israël” (Actes 9. 15).

Cette expression, “l’Esprit de Jésus”, rappelle aussi l’obéissance de Jésus quand il accomplissait son service durant sa vie ici-bas. L’Esprit a conduit Jésus dans toute sa vie, cet esprit de soumission pratique absolue vis-à-vis de son Père. En effet, il faisait toujours les choses qui Lui étaient agréables (Jean 8. 29). Paul et ses compagnons sont conduits par l’Esprit à suivre les traces de leur Maître.

 L’Esprit de Jésus ne va pas les laisser sans indications positives. L’enjeu est considérable, car il s’agit de l’entrée de l’Évangile en Europe. Quand ils descendent en Troade, Paul a de nuit une vision : “Un Macédonien se tenait debout, lui faisant cette requête : Passe en Macédoine et aide-nous !” (Actes 16. 9). Dans leur dépendance du Seigneur, Paul et ses compagnons en concluent qu’Il les appelle à évangéliser les Macédoniens. Toutefois Il leur laisse le choix d’un lieu précis. Quand un chemin se ferme, soyons d’autant plus attentifs à discerner, patiemment, la volonté du Seigneur, jusqu’à ce qu’il nous la révèle clairement.

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Face aux lions


« Je suis entouré de lions, couché au milieu de gens qui consument des humains. Leurs dents sont des lances et des flèches, et leur langue est une épée acérée. O Dieu, manifeste ta grandeur au-dessus des cieux et ta gloire sur toute la terre ! » La Bible, Psaume 57:5-6

Lors d’un périple en Afrique, des voyageurs ont vécu la peur de leur vie. Ils se sont trouvés de manière inattendue à 30 mètres d’un groupe de lions. Que faire ? Le guide dit aussitôt : « suivez-moi au pas de course » et il se met à foncer droit sur les fauves. Ceux-ci, pris de panique, s’enfuient. Le guide explique alors : « la fuite est comme un déclencheur pour les lions. Fuir, c’est mourir, c’est la réaction de la gazelle. Dans le règne animal, personne ne charge jamais les lions, et comme ils ne connaissent pas ce comportement, il ne leur reste plus que la fuite. » Dans une telle situation, il n’y a pas le temps de poser des questions, de réfléchir ; il faut agir, il faut faire face, il faut affronter le danger. Le texte biblique suivant rejoint cette idée : « Quant à nous, nous ne sommes pas de ceux qui retournent en arrière pour aller se perdre, mais de ceux qui ont la foi pour être sauvés. » (Hébreux ch. 10 : v. 39). Je ne sais pas jusqu’où vous êtes allés sur le chemin de la foi ni si vous avez reçu le pardon qui vous a été offert par la mort de Jésus sur la croix. Peut-être que vous êtes seulement en route et que votre marche est rendue difficile par des questions sans réponses, des obstacles, des incompréhensions de votre entourage, de votre famille. Que ferez-vous ? Aurez-vous le courage de les affronter ? Le salut n’est pas dans la fuite en arrière, loin de Dieu. Il faut au contraire persévérer, affronter les obstacles qui se dressent sur votre chemin de foi, aller jusqu’au bout de votre démarche, faire partie de « ceux qui ont la foi pour être sauvés ».

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : 2 Timothée chapitre 2 : versets 1 à 7

Lire la suite

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , , | 1 commentaire

La joie de Jésus


“Je vous ai dit cela afin que ma joie soit en vous et que votre joie soit complète”. Jean 15. 11
“Jésus… à cause de la joie qui était devant lui, a enduré la croix, ayant méprisé la honte, et est assis à la droite du trône de Dieu”. Hébreux 12. 2

« Vous êtes maintenant dans la tristesse, mais je vous reverrai et votre cœur se réjouira, et votre joie, personne ne vous l’enlèvera. » La Bible, Jean 16:22

Même si Jésus a connu la tristesse dans son chemin terrestre, la joie l’habitait :

La joie d’être aimé du Père

Par deux fois, Jésus entend la voix du Père proclamer : “Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui j’ai trouvé mon plaisir” (Matthieu 3. 17 ; 17. 5). Être l’objet constant de l’amour du Père sur son chemin d’obéissance a fait la joie de Jésus ici-bas. C’est aussi la même joie que partageront ses disciples, marchant sur la même voie, une joie complète (premier verset du jour).

La joie d’accomplir la volonté du Père

La joie du Seigneur était de faire la volonté de son Père (voir Psaume 16. 8, 9, 11 ; 40. 8). Elle devient celle des croyants, pleine et entière : “Maintenant je viens à toi et je dis cela dans le monde, afin qu’ils aient ma joie accomplie en eux-mêmes” (Jean 17. 13).

La joie de ce que Dieu se révèle aux petits

Jésus se réjouit et loue son Père parce qu’il se révèle aux humbles, aux petits enfants, et non pas à ceux qui sont sages ou intelligents aux yeux du monde (Luc. 10. 21).

La joie de retrouver la brebis perdue

C’est la joie du berger qui revient avec la brebis qui s’est égarée. Sa joie est telle qu’il la partage avec ses amis et ses voisins (Luc 15. 3-7).

Tous ces sujets de joie ont soutenu Jésus durant son ministère, mais il y en avait un, encore devant lui, qui est le secret de sa détermination à endurer la croix (second verset du jour) :

La joie du Fils d’avoir glorifié son Père

Assis en vainqueur à la droite de son Père, le Fils a la joie d’avoir fait sa volonté jusqu’à la croix : “Il y a des plaisirs à ta droite pour toujours” (Psaume 16. 11).

Cette joie-là, nous la partagerons aussi un jour dans les cieux, quand Dieu nous placera, irréprochables, devant sa gloire, dans l’allégresse” (Jude 24) !

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , , | 2 commentaires

Ce sera bien plus facile


« Nous sommes sans crainte quand la terre est bouleversée, quand les montagnes sont ébranlées au cœur des mers » La Bible, Psaumes 46:3

Il y a quelques temps, au mois de décembre, j’ai fait, avec des amis, l’ascension du Piton des Neiges, point culminant de l’Océan Indien à 3070 m d’altitude. Ceux qui atteignent ce sommet sont heureux d’arriver en haut, car ils peuvent enfin souffler un peu. Dans beaucoup de situations de la vie, nous espérons atteindre un état qui nous permettra de ne plus nous fatiguer. Pendant l’enfance, nous ne pouvons plus attendre d’être adulte, car nous croyons que tout sera plus facile. Nous n’aurons plus besoin d’obéir et nous pourrons enfin agir selon notre bon plaisir. Celui qui construit une maison pense que tout sera plus facile quand il sera propriétaire. Tous les humains rêvent de grandeur, de facilité, de ne plus avoir à lutter. En réalité, la vie est un peu comme une excursion dans les Alpes. Lorsqu’un premier sommet est atteint, un autre pointe le bout du nez un peu plus loin et cela peut devenir décourageant. La vie sur cette terre est comme une ascension en montagne où alternent périodes d’effort intense et moments pour souffler un peu. Etre chrétien ne nous garantit pas une vie de tout repos, exempte de difficultés, mais la présence de Dieu qui nous soutiendra. Le chrétien peut dire comme l’apôtre Paul : « […] nous ne perdons pas courage. Et même si notre être extérieur se détériore peu à peu, intérieurement, nous sommes renouvelés de jour en jour. » (2 Corinthiens ch. 4 : v. 16). Dieu a le pouvoir de renouveler jour après jour nos forces pour que nous puissions gravir les sommets qui se dressent face à nous.

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Esaïe chapitre 40 : versets 28 à 31

Lire la suite

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , , , | 1 commentaire

Prépare-toi !


“Je vous ai bouleversés, comme Sodome et Gomorrhe, que Dieu détruisit ; et vous avez été comme un tison arraché de l’incendie. Malgré cela, vous n’êtes pas revenus à moi, dit l’Éternel… C’est pourquoi, je te traiterai de la même manière, Israël ; et puisque je te traiterai de la même manière, prépare-toi à la rencontre de ton Dieu, ô Israël”. Amos 4. 11, 12

Quand on nous avertit d’un événement prochain, c’est dans le but de nous y préparer. Bien sûr, c’est avec empressement que nous nous préparons en vue d’une heureuse circonstance pour en profiter pleinement. Mais, du temps du prophète Amos, Dieu a lancé un avertissement solennel dans le but de réveiller la conscience du peuple d’Israël. Le rappel des jugements antérieurs lui donnait un poids supplémentaire. Israël y a-t-il été attentif ? Ce n’est pas sûr pour le peuple dans son ensemble, même s’il se peut que quelques fidèles se soient repentis, ayant écouté les appels pressants que le prophète a fait entendre : “Cherchez-moi, et vous vivrez… Cherchez l’Éternel, et vous vivrez… Recher­chez le bien, et non le mal… Haïssez le mal, et aimez le bien” (Amos 5. 4, 6, 14, 15).

La période actuelle ressemble à l’époque d’Amos. Elle est caractérisée par un abandon progressif des valeurs morales que le christianisme avait apportées aux nations, une ignorance grandissante des éléments de base de l’Évangile et la désertion des lieux de culte. Tout cela nous montre que l’apostasie est à la porte. Dieu n’a pas manqué d’avertir, en particulier ces dernières années où de nombreux cataclysmes se sont abattus sur le monde. Ce sont autant d’appels répétés qui nous disent, comme à Israël : “Prépare-toi à rencontrer ton Dieu” (Amos 4. 12).

Mais comment se préparer aujourd’hui ? C’est premièrement recevoir la grâce et le salut par la foi en Jésus Christ. C’est aussi pour les croyants (voir 1 Thessaloniciens 1. 9, 10 ; Tite 2. 11-13) :
– Se détourner du péché pour vivre “en nouveauté de vie” (Romains 6. 4), en livrant nos membres à Dieu comme instruments de justice (Romains 6. 13),
– Être fidèles et fervents dans le service envers le Seigneur (Romains 12. 1), parce que le temps est court jusqu’à sa venue,
– Se sanctifier pour cette venue, parce que nous ne savons pas quand elle aura lieu, mais tout montre qu’elle est imminente.

Si ceux qui nous entourent constatent que nous attendons vraiment “Jésus, qui nous délivre de la colère qui vient” (1 Thessaloniciens 1. 10), ils risquent d’être attentifs. Nous pourrons alors nous écrier sans arrière-pensée : “Viens, Seigneur Jésus !” (Apocalypse 22. 20).

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Les astres maîtrisés


« Les cieux racontent la gloire de Dieu, toutes les étoiles annoncent ce qu’Il a fait. » La Bible, Psaume 19:1(2)

En période d’incertitude et de crise, chacun a besoin d’être rassuré. Les premières pages du journal sont alors consacrées aux prévisions économiques et politiques. Mais curieusement, s’y trouvent aussi des prédictions apportées par les astrologues, car plusieurs se demandent : que nous réserve l’avenir ?

Pour connaître ce qui va leur arriver, bon nombre de personnes ont recours à des astrologues ou autres spécialistes des sciences occultes. Ces derniers sont souvent de simples filous assoiffés d’argent qui profitent de la crédulité des gens et des coups du hasard qui leur donnent parfois raison. D’autres, par contre, pensent détenir un pouvoir transmis de quelqu’un, mais ils ignorent qu’ils ne sont que des instruments manipulés par le pouvoir du diable. C’est ce que la Bible enseigne très clairement.

Ce n’est pas parce qu’un astrologue, un médium ou un guérisseur parle de Dieu ou le prie que son pouvoir vient de Dieu ! Placer sa foi dans l’astrologie, la divination ou un sorcier est un premier pas vers la dépendance d’une puissance qui ne vient pas de Dieu. Et il peut en résulter des conséquences mauvaises dans la vie de celui qui consulte ces personnes. Dans le livre de Job, nous lisons : « Est-ce que tu connais les lois qui gouvernent le ciel ? » (ch. 38 v. 33). Personne ne peut répondre à cette question, ni prétendre connaître et mesurer la sagesse de Dieu. Lui seul maîtrise l’univers ; il est capable de changer les temps et les circonstances. Adressons-nous donc à lui, car il tient notre avenir dans ses mains.

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Actes ch. 19 : 18 à 20 & Job ch. 9 : 1 à 13

Lire la suite

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

“Vous me l’avez fait à moi”


“Le roi leur répondra : En vérité, je vous le dis : Dans la mesure où vous l’avez fait à l’un de ces plus petits qui sont mes frères, vous me l’avez fait à moi”. Matthieu 25. 40

« Jésus leur dit: «Celui qui accueille en mon nom ce petit enfant, c’est moi-même qu’il accueille, et celui qui m’accueille accueille Celui qui m’a envoyé. En effet, celui qui est le plus petit parmi vous tous, c’est celui-là qui est grand.» » La Bible, Luc 9:48

Les nations qui comparaissent devant le Roi sont très étonnées d’apprendre que leur juge, si glorieux et si puissant, se place au niveau de ces pauvres et misérables messagers que les unes avaient accueillis et les autres méprisés.

Cela nous fait penser au dialogue du Seigneur avec Saul de Tarse, sur le chemin de Damas (Actes 9. 4, 5) :
Saul ! Saul ! pourquoi me persécutes-tu ?
– Qui es-tu, Seigneur ?
– Je suis Jésus que tu persécutes”.

Oui, le Seigneur aime tellement ceux qu’Il a rachetés au prix de son sang qu’Il est parfaitement sensible à tout ce que l’on fait au plus petit d’entre eux. C’est vrai pour tous les messagers, porteurs de l’Évangile ; c’est vrai pour nous qui faisons partie de son corps et qu’Il n’a pas honte d’appeler ses frères (Hébreux 2. 11).

En avons-nous conscience dans nos rapports les uns avec les autres ? Avons-nous bien remarqué l’accent que met le Seigneur sur “l’un de ces plus petits” ? C’est d’abord envers ceux-là que notre affection fraternelle devrait s’exercer, à l’imitation de notre Maître qui s’intéressait en priorité aux humbles et aux pauvres de cette terre.

N’avons-nous pas davantage l’habitude, au moins intérieurement et sans toujours nous l’avouer, d’admirer et de rechercher nos frères et soeurs qui ont bien réussi leur vie sociale ou professionnelle, ou tout simplement ceux qui, à notre goût, ont une belle apparence extérieure ?

Si notre affectueuse sollicitude doit d’abord s’exercer envers “nos proches dans  la foi”, n’oublions pas que c’est à tous les hommes que nous sommes invités à faire du bien (Galates 6. 10). Souvenons-nous des différentes interventions charitables très concrètes qui sont mentionnées par le Seigneur (v. 38, 39) : nourrir, désaltérer, vêtir, héberger les étrangers, servir les malades, visiter les prisonniers.

Ce large champ d’action est toujours ouvert pour l’affection fraternelle et l’amour chrétien !

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , , | 1 commentaire

Une nouvelle vision


de la détresse à l'espérance

« Nous nous réjouissons même dans nos détresses, sachant que la détresse produit la persévérance, la persévérance la victoire dans l’épreuve, et la victoire dans l’épreuve l’espérance. » La Bible, Romains 5:3-4

Le journaliste Jean-Paul Kaufmann, ancien otage et prisonnier au Liban a dit lors de sa libération : « La Bible a nourri ma foi et l’a raffermie ; elle s’est révélée être le véhicule d’un encouragement spirituel. (…) Elle parle de gens plongés dans l’adversité ; par leur foi en Dieu, ils s’accrochent à l’espérance et surmontent leurs tribulations. »

L’espérance est un des grands thèmes de la Bible. Elle y tient une place importante, car Dieu sait que nous en avons un besoin vital. Ne dit-on pas fréquemment : « tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir » ? Dieu seul peut nous donner une espérance de qualité, bien différente des discours des philosophes et des espoirs fragiles de notre temps. Dès les premiers temps de l’humanité, Dieu s’est manifesté aux hommes afin de se faire connaître. Il ne les a pas abandonnés lorsque leur coeur s’est tourné vers le mal dont les conséquences se voient en tous lieux sur notre planète. Dieu continue à dire aux hommes qui veulent bien l’écouter qu’il a des projets pour leur vie sur terre et leur vie après la mort. Dieu veut renouveler en nous une espérance solide. Dans ce monde si sombre, Jésus-Christ a apporté la lumière de la vie. Il est venu pour sauver, réconforter, consoler et guérir notre psychisme enfermé dans le découragement ou le désespoir. Celui qui fait appel à Jésus recevra une espérance nouvelle. Les difficultés ne s’envoleront pas, mais il aura une autre perception de ce qu’il vit grâce à Dieu qui l’accompagnera de sa bonté et de sa tendresse chaque jour.

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Jérémie chapitre 29 : versets 11 à 13

Lire la suite

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

La femme que Jésus a délivrée


“Il arriva, par la suite, qu’il traversait villes et villages, prêchant et annonçant le royaume de Dieu ; les douze étaient avec lui, et aussi quelques femmes qui avaient été guéries d’esprits malins et d’infirmités : Marie, qu’on appelait Magdeleine, dont étaient sortis sept démons…” Luc 8. 1, 2

Ce que Jésus a fait pour Marie Magdeleine (ou de Magdala) est rappelé avant ce qu’elle a fait pour Lui.

Au début de son ministère, Jésus a délivré Marie de sept démons (Luc 8. 2) Elle suit alors l’humble Galiléen durant tout son ministère, avec fidélité et amour (Matthieu 27. 55, 56), et le sert avec d’autres femmes en l’assistant de leurs biens (Luc 8. 3).

Marie est présente à Golgotha, alors que les disciples ont abandonné leur Maître. Avec d’autres femmes, elle regarde de loin Jésus sur la croix et assiste à la mort de son libérateur. La terre tremble, les rochers se fendent… Marie reste là pour voir “” et comment se fait la mise au tombeau (Marc 15. 47 ; Luc 23. 55). Ensuite, elle s’assied en face du tombeau.

Le troisième jour, un dimanche matin, elle est de nouveau près du sépulcre. Son amour pour Jésus, qu’elle croit avoir perdu, est toujours aussi vif (Jean 20. 11-18). Quand deux anges s’approchent, elle ne s’effraie pas, toute à l’idée de retrouver son Seigneur.

Quand Jésus se présente à elle, Il lui demande : “Qui cherches-tu ?”. Au lieu de répondre Jésus – pour elle, c’est évident – elle dit, en croyant s’adresser au jardinier : “Dis-moi où tu l’as mis”. Alors Jésus se révèle à elle en l’appelant par son nom. Il la charge d’une grande mission : “Va vers mes frères et dis-leur : Je monte vers mon Père et votre Père, et vers mon Dieu et votre Dieu”. Marie remplit aussitôt sa mission, mais les disciples ne la croient pas (Marc 16. 9-11).
Quel chemin parcouru en trois ans !

Quand Jésus m’appelle par mon nom, est-ce que je reconnais sa voix ?

Quel que soit mon passé, l’horreur de mes péchés, tout est effacé, et je m’attache à Jésus mon libérateur, mon Sauveur. Ma mission reste la même que celle de Marie : annoncer le Christ.

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Simplifiez !


Un souvenir très précis me reste des cours de mathématiques que nous suivions au lycée ; un mot revenait tout le temps dans la bouche de notre professeur : « simplifiez ». Lorsque nous devions calculer des fractions, nous entendions à chaque fois ce refrain : simplifiez, simplifiez, simplifiez. C’est toujours au début qu’il faut simplifier, sinon on perd du temps dans de longs calculs pour obtenir un résultat pas toujours correct. Combien de fois ai-je fait des erreurs parce que je n’avais pas assez simplifié ! Notre société prétend nous simplifier la vie ; pourtant, il me semble qu’elle nous la complique souvent.

Dans le Nouveau Testament, Dieu nous propose de bonnes pistes pour nous simplifier la vie et nous aider à vivre des relations vraies. Voyez plutôt : « Faites pour les autres ce que vous voudriez qu’ils fassent pour vous. » (Luc ch. 6 v. 31) « Dites simplement “oui” si c’est oui, “non” si c’est non. » (Matthieu ch. 5 v. 37) « […] que chacun de vous dise la vérité à son prochain. » (Ephésiens ch. 4 v. 25) C’est simple et pourtant nous cherchons parfois des détours. Si Dieu a pris soin de nous laisser ces paroles, c’est pour notre bien. Être honnête et droit avec Dieu et avec mon prochain, voilà une bonne décision qui simplifiera mes relations. Prendre du temps pour écouter Dieu, c’est aussi gagner du temps ! Si j’écoute les conseils qu’Il me donne dans sa Parole et si je marche dans la vérité, de nombreux pièges me seront épargnés ; je vivrai dans la tranquillité d’esprit, car Dieu, comme Il le promet, guide celui qui se confie en Lui.

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Ephésiens chapitre 4 : versets 25 à 32

Lire la suite

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Le jour de Dieu


“Puisque tout notre monde doit être dissous, combien votre conduite et votre piété doivent-elles être saintes! Attendez et hâtez la venue du jour de Dieu, jour où le ciel enflammé se désagrégera et où les éléments embrasés fondront.” 2 Pierre 3. 11, 12

Dans sa bonté, Dieu ne laisse pas les croyants dans l’ignorance de l’avenir. Il leur dévoile son plan de grâce et satisfait ainsi le profond désir de l’homme de savoir où il va. À Adam et à Ève, Dieu indique déjà la victoire finale de la descendance de la femme (Christ) sur le serpent (Satan). À Abraham, Il montre une cité dont Il est Lui-même l’architecte et le constructeur (Hébreux 11. 10).

Devant nous, chrétiens, la Bible déploie un avenir qui aboutit au “jour de Dieu”, aux nouveaux cieux et à la nouvelle terre, à l’état éternel où tout sera immuablement parfait.

Plusieurs étapes jalonnent le chemin vers ce but final :

– la venue du Seigneur pour nous enlever au ciel après la résurrection de tous les croyants décédés depuis Adam, qui partiront avec nous à sa rencontre (1 Thessaloniciens 4. 13-17).

– l’apparition en gloire du Seigneur qui suivra les jugements sur le monde. Sous sa conduite, la bonté et la vérité, la justice et la paix régneront sur une terre d’où Satan, lié et enfermé, sera absent (Apocalypse 19. 11-21 ; 20. 1-6).

– la constitution par Christ d’un ensemble parfait, un royaume qu’Il remettra à Dieu, après la destruction de la création visible, le jugement définitif des incroyants, l’élimina­tion de tous les principes du mal, de la mort et de Satan lui-même. Dieu sera alors tout en tous (1 Corinthiens 15. 24-28) : c’est le “jour de Dieu”.

Ces perspectives ouvertes devant nous jusqu’aux portes de l’éternité ont-elles seulement pour but de nous rassurer ? Non, dit l’apôtre Pierre, elles doivent avoir un impact sur notre vie de tous les jours, dans nos relations avec les hommes et avec Dieu.

Connaissant l’avenir du monde, voudrions-nous nous comporter comme des gens attachés à ce qui va être détruit ? Considérons plutôt et conservons l’espérance placée devant nous pour participer, par une sainte conduite pleine de zèle, à l’accomplisse­ment du plan d’amour de Dieu.

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , , | 1 commentaire