Grâce débordante


“Il a mesuré encore 500 mètres: c’était devenu un torrent que j’étais incapable de traverser, car l’eau était si profonde qu’il fallait y nager. C’était un torrent qu’on ne pouvait pas traverser.”  Ezéchiel 47. 5

"Il me montra un fleuve d'eau de la vie, limpide comme du cristal, qui sortait du trône de Dieu et de l'agneau." La Bible, Apocalypse 22:1

« Il me montra un fleuve d’eau de la vie, limpide comme du cristal, qui sortait du trône de Dieu et de l’agneau. » La Bible, Apocalypse 22:1

Alors qu’il est en exil depuis longtemps, Ézéchiel reçoit la vision de ce que sera le temple de la Jérusalem future, une vision à la fois ample et précise qui occupe six chapitres de son livre.

Du seuil de ce temple extraordinaire sort un ruisseau qui devient rapidement une rivière apportant une immense bénédiction partout où elle passe. Cette prophétie concerne le règne millénaire du Seigneur qui sera richement béni par ces “eaux qui sortent du sanctuaire” (Ezéchiel 47. 12) de l’Éternel habitant dans sa maison au milieu de son peuple.

Cette rivière est en général regardée comme une figure de la grâce de Dieu à notre égard. Nous sommes nous-mêmes encouragés en considérant la manière dont le prophète constate, en avançant de mille coudées en mille coudées dans la rivière, la progression de sa profondeur.

Après les premiers 500 mètres, l’eau arrive aux chevilles des pieds du prophète. Dès que nous sommes convertis, nous nous mettons en route: c’est la marche chrétienne de chaque jour au cours de laquelle nous rencontrons la grâce de Dieu à chaque pas.

500 mètres plus loin, l’eau atteint les genoux. Nous réalisons que Dieu dans sa grâce répond à nos prières et à nos intercessions, et qu’il reçoit nos remerciements et nos louanges.

À l’étape suivante, l’eau arrive aux reins, là où se trouve la force de l’homme. Les épreuves et les combats sont là: où allons-nous trouver l’énergie pour y faire face? La grâce de Dieu est à notre disposition, toujours disponible et suffisante pour mettre l’ennemi en déroute.

Enfin, c’est le verset d’aujourd’hui, l’eau est trop profonde, on perd pied, il faut nager. On se laisse porter par la grâce, la grâce merveilleuse qui submerge et entraîne le croyant dans la jouissance de l’amour de Dieu qui est dans le Christ Jésus.

Oui, certes, vivons dans la conscience de cette grâce immense toujours à notre disposition. C’est la vraie grâce de Dieu dans laquelle nous sommes et dans laquelle nous sommes appelés à grandir (1 Pierre 5. 12 et 2 Pierre 3. 18).

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.

Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

La vraie paix


Dans Jean 14, Jésus termine avec ces mots :

« Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point. » (Jean 14,27)

"Éternel, tu nous donnes la paix; Car tout ce que nous faisons, C'est toi qui l'accomplis pour nous." La Bible, Esaïe 26:12

« Éternel, tu nous donnes la paix; Car tout ce que nous faisons, C’est toi qui l’accomplis pour nous. » La Bible, Esaïe 26:12

Vivre notre filialité (fils et fille du Père) est l’entrée dans une vie de paix. Une paix intérieure qui n’est pas définie par des standards humains ou des conditions précises, mais qui est un cadeau : Cette paix est le fruit du St Esprit vivant en nous. Elle n’est pas quelque chose que nous pouvons susciter ou créer en nous assurant que toutes nos circonstances externes sont bien maîtrisées.

Sa paix restaure notre âme, elle nous donne des forces et nous rafraîchit. Le Psaume 23 est un psaume de paix. Malgré la tourmente autour de nous, le Seigneur pourvoit à une place de paix et de sécurité où nous pouvons nous sentir à la maison. Il y a la sécurité, le refuge, l’approvisionnement et le réconfort pour nous quand nous trouvons notre maison en Lui.

Quand nous sommes en paix, nous sommes heureux et content. Ce n’est pas uniquement un contentement de surface, c’est profondément ancré dans nos cœurs. C’est une satisfaction qui va commencer à gouverner toute notre personnalité et qui deviendra la marque, le sceau de notre vie. Paul écrit que la paix va régner dans nos cœurs (Colossiens 3, 15) et que la paix du Père va garder nos cœurs et nos esprits (Philippiens 4, 7). Même si la paix est douce, c’est une force puissante qui peut vraiment et qui va nous changer.

Le Père désire que nous vivions en paix. Son amour et les soins qu’Il nous apporte sont exprimés au travers de ce cadeau de paix qui nous rend capables de marcher comme Jésus a marché. La paix, comme le réconfort, libère nos cœurs et nous mène plus loin sur un chemin d’amour dans lequel nous savons que nous sommes rentrés à la maison chez notre Papa.

M.G. A Father to you

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.

Publié dans Vie quotidienne | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Les prophéties vous intéressent-elles?


“Bienheureux celui qui lit et ceux qui écoutent les paroles de la prophétie et qui gardent les choses qui y sont écrites, car le temps est proche!”  Apocalypse 1. 3

Je t'aime

Ce verset est, pour chaque chrétien, un encouragement à s’intéresser aux prophéties que contient la Bible.

Celui qui lit: S’intéresser à la prophétie, c’est lire toute la Bible et recevoir tout au long de notre lecture, humblement, les enseignements prophétiques qui y sont contenus. Mais, afin de ne pas laisser libre cours à notre imagination, il est important de consulter les commentaires que des frères pieux et qualifiés ont pu écrire sur les divers sujets abordés.

Ceux qui écoutent: pour être bienheureux nous n’avons pas besoin de comprendre toutes les prophéties, car la compréhension détaillée de certaines d’entre elles est hors de notre portée. Mais il est important d’écouter ce qu’elles nous disent du plan de Dieu et de sa volonté de glorifier son Fils venu sur la terre pour l’honorer dans sa vie et dans sa mort. Le racheté de Jésus n’est-il pas bienheureux quand il s’occupe de la gloire de son Sauveur?

Entendre la prophétie, c’est comprendre aussi que beaucoup de ces prophéties ont eu un accomplissement partiel, mais que leur véritable réalisation est encore à venir. C’est également ne pas oublier “qu’aucune prophétie de l’Écriture ne s’interprète elle-même” (2 Pierre 1. 20). Voilà encore une raison pour lire la Bible tout entière afin d’y trouver les passages qui en interprètent d’autres.

Ceux qui gardent les choses qui y sont écrites: Les prophéties contiennent de très nombreux avertissements qui nous aident à comprendre les principes immuables que Dieu a révélés aux croyants de tous les temps et qui doivent trouver leur application dans notre vie, par exemple:

  • Sa souveraineté conduit tous les événements. Il connaît la fin d’une chose avant son commencement.
  • Sa bonté envers les hommes, révélée par le don de son Fils.
  • Sa fidélité à ses promesses,
  • Sa sainteté qui ne peut supporter la présence du mal.

“Vous faites bien d’être attentifs” (ref. 1 Thessaloniciens 5. 19-21) à la parole prophétique, écrit l’apôtre Pierre en insistant sur l’inspiration divine des écrits prophétiques. Il nous fait comprendre qu’une prophétie selon Dieu a son origine dans la Bible.

Écoutons donc son conseil sage et inspiré!

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.

Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Noël, une fin en soi?


"En effet, un enfant nous est né, un fils nous a été donné, et la souveraineté reposera sur son épaule; on l'appellera merveilleux conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix." La Bible, Esaïe 9:5

« En effet, un enfant nous est né, un fils nous a été donné, et la souveraineté reposera sur son épaule; on l’appellera merveilleux conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix. » La Bible, Esaïe 9:5

Selon la Bible, le Fils de Dieu a quitté la gloire du ciel pour devenir homme. C’est cela que nous fêtons le jour de Noël. Le chant suivant décrit le but de sa venue et sa mission sur terre et pour toute l’éternité:

De son trône de clarté, de son ciel de pureté Jésus-Christ est descendu jusqu’à nous pécheurs perdus. De toujours il était Dieu, Roi de la terre et des cieux; mais se dépouillant de tout, Jésus vint mourir pour nous.

Jésus-Christ est Seigneur! Il est sorti du tombeau, Il est Seigneur. Tout genou fléchira, toute langue confessera, que Jésus est Seigneur!

Il était l’Eternel Roi, mais renonçant à ses droits, en simple homme, en serviteur, Jésus vint vers nous, pécheurs.Bien que Fils, Jésus apprit par les choses qu’il souffrit jusqu’à la mort de la croix l’obéissance et la foi.

Jésus s’est humilié; aussi Dieu l’a couronné, dans le ciel l’a fait asseoir sur son trône en tout pouvoir, afin qu’au nom de Jésus tout genou soit abattu et que dans tout l’univers résonne un puissant concert:

Jésus-Christ est Seigneur! Il est sorti du tombeau, Il est Seigneur. Tout genou fléchira, toute langue confessera que Jésus est Seigneur!

www.dieu-mon-ami.org

Lire la suite

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Choisir


“J’ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta semence”.  Deutéronome 30. 19

“Tout le pays n’est-il pas devant toi? Si tu prends la gauche, j’irai à droite; et si tu prends la droite, j’irai à gauche”. Genèse 13. 9

“Ce que je dois choisir, je n’en sais rien. Je suis pressé des deux côtés: j’ai le désir de partir et d’être avec Christ, car c’est, de beaucoup, meilleur; mais il est plus nécessaire à cause de vous que je demeure dans le corps”.  Philippiens 1:22-24

"Voici ce que dit l’Eternel: 'Je vous donne le choix entre le chemin de la vie et celui de la mort.'" La Bible, Jérémie 21:8

« Voici ce que dit l’Eternel: ‘Je vous donne le choix entre le chemin de la vie et celui de la mort.' » La Bible, Jérémie 21:8

Nous sommes souvent placés, dans nos vies, devant des choix absolument inévitables. Un premier exemple est ce que propose Moïse instamment au peuple d’Israël dans le premier verset du jour. Dieu offre le salut, la vie, la bénédiction. Il ne force personne, mais refuser le chemin de la vie, c’est choisir celui de la mort. Nos premiers parents ont fait un premier choix, choix duquel dépend tout le mal qui s’étale sous nos yeux. Ce mal, qui se trouve déjà en nous, nous l’appelons “la chair”. Mais la grâce divine nous offre le salut éternel, gratuitement. N’est-ce pas insensé de refuser une telle offre?

Dans d’autres circonstances, notre choix peut être d’abandonner nos droits naturels pour laisser le choix à autrui. C’est le cas d’Abraham lors de la querelle entre ses bergers et ceux de son neveu Lot (deuxième verset du jour). L’abondance de leurs troupeaux les oblige à se séparer. Abraham s’attend à Dieu et, quoique le plus âgé est le chef, laisse Lot choisir le premier. Il consent à prendre ce que son neveu lui laissera. Malheureusement Lot fait le mauvais choix et part en direction de Sodome…

À la veille d’un procès incertain, l’apôtre Paul est partagé entre deux sentiments (troisième verset du jour): pour lui, le meilleur choix serait de s’en aller et d’être avec Christ. Mais, d’un autre côté, un lien très fort le rattache aux Philippiens et il a le désir d’être encore utile à l’Église.

Dans notre vie, que ce soit à cause du travail, de la santé ou pour quelque autre motif, des décisions de changement doivent être prises. Certaines sont évidentes, d’autres moins. Dans certaines circonstances, quand plusieurs voies sont possibles, quels critères faut-il prendre en compte pour faire un bon choix? Une décision sereine ne pourra être prise que devant Dieu, par la prière. L’important n’est pas ceci ou cela, mais que Dieu soit glorifié (1 Corinthiens 10. 31).

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.

Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Qui rétablira la paix?


"Comme un père a compassion de ses enfants, l’Eternel a compassion de ceux qui le craignent" La Bible, Psaume 103:13

« Comme un père a compassion de ses enfants, l’Eternel a compassion de ceux qui le craignent » La Bible, Psaume 103:13

Il y a très longtemps, les ancêtres des Sawis, peuple peu connu d’Indonésie, avaient enfermé toute leur culture dans un cycle incessant de guerres. Le moindre faux pas d’un membre d’une tribu voisine pouvait plonger la population d’une région entière dans une guerre violente et meurtrière.

Les Sawis avaient cependant une étrange coutume pour rétablir la paix entre eux. Voici comment cela se passait: Les tribus concernées se rassemblent et se tiennent en face l’une de l’autre. Une appréhension et une tension se manifestent de part et d’autre. Des mères anxieuses serrent leur bébé contre elles.
Tout à coup, un père, au visage déformé par l’émotion, et pourtant résolu à exécuter son plan, court en direction de la tribu opposée, son petit enfant dans les bras. Sa femme, hurlant de douleur, le suit. Des centaines d’yeux inquiets suivent le trio: cet homme tiendra-t-il bon dans sa décision? Ou bien changera-t-il d’avis au dernier moment, comme tant d’autres?
Son enfant dans les bras, le père atteint la foule de la tribu ennemie qui l’attend. Pendant un court instant, il scrute le visage des chefs de cette tribu. Il choisit un homme qu’il juge digne de confiance et lui tend son enfant. Ému, celui-ci le prend doucement des bras du père, conscient de la lourde responsabilité qu’il endosse. Le même scénario se produit ensuite dans la tribu qui vient de recevoir l’enfant. Un des siens offre son enfant à l’autre tribu.

L’unique moyen de rétablir la paix entre tribus ennemies est d’échanger un nourrisson. L’enfant offert à la tribu opposée représente la garantie de la paix et l’homme qui a reçu l’enfant doit faire respecter ce contrat. Tous ceux qui acceptent l’enfant comme gage de paix viendront alors poser les mains sur lui, scellant ainsi leur pacte de paix avec l’autre tribu. Par ce rite public, les griefs du passé sont réglés et, tant que l’enfant est en vie, la trahison, l’agression et la guerre sont impossibles.
Chez les Sawis, il était nécessaire d’échanger un enfant de paix pour que le cycle sans fin de guerres soit rompu. Cet enfant était le seul moyen de faire cesser les batailles interminables et de faire régner la paix. Cependant, cette paix dépendait de la vie fragile de l’enfant.

Afin d’offrir sa paix à l’humanité en révolte contre lui, Dieu a fait une chose semblable à la coutume des Sawis: Dans son grand amour pour nous, il nous a donné un “Enfant de paix” qui garantit parfaitement la paix pour toujours. Dieu a offert cet Enfant une fois pour toutes aux hommes du monde entier et pour tous les temps. Des centaines d’années à l’avance, le prophète Esaïe avait parlé de cet Enfant comme s’il était déjà là. Il avait écrit: “Un Enfant nous est né, un Fils nous est donné…On l’appellera… Prince de la Paix” (Esaïe 9,5).
Cet Enfant de paix, c’est Jésus, le Fils bien-aimé de Dieu! Voici ce que nous lisons dans l’Evangile: “Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle” (Jean 3,16).

Pour rétablir la paix entre lui et les hommes, Dieu a donné son propre Fils. Cependant, personne n’était digne de le recevoir. Les hommes l’ont rejeté, ils l’ont trahi, haï, maltraité… ils l’ont tué en le clouant sur une croix. Dieu savait que tout cela arriverait. Mais il savait également que c’était le seul et unique moyen d’offrir la paix aux hommes.
Le sang de Jésus répandu apportait en même temps l’expiation afin d’apaiser la colère de Dieu contre les hommes pécheurs. Sans cet Enfant de paix, la réconciliation avec Dieu est impossible! Jésus n’est resté ni sur la croix ni dans le tombeau. Il est ressuscité d’entre les morts. Il est vivant pour toujours et, de ce fait, il est la garantie de la paix éternelle pour tous ceux qui croient en lui et l’acceptent.

Vous qui lisez ces lignes, recevez Jésus dans votre vie. Croyez que Jésus a sacrifié sa vie pour vous offrir la paix et la vie éternelles. Regrettez vos péchés, confessez-les lui et, avec son aide, abandonnez-les. Grâce à l’Enfant de paix – Jésus – la paix entre vous et Dieu sera rétablie. Et ainsi, le Seigneur vous aidera à devenir un agent de paix dans votre entourage et peut-être bien au-delà. Ce sera à vous de tendre la main le premier afin de faire la paix avec vos proches. Cette paix de Dieu que vous avez la possibilité de recevoir est une paix qui dure pour toujours. Elle est offerte à tous.

Cette paix vous est offerte, chère lectrice, cher lecteur de ce feuillet! Il serait insensé de refuser cette paix plus longtemps!

www.dieu-mon-ami.org

Lire la suite

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , | 1 commentaire

La croix… pour ôter la colère de Dieu


“Dieu met en évidence son amour à lui envers nous en ceci: lorsque nous étions encore pécheurs, Christ est mort pour nous. À plus forte raison, ayant été maintenant justifiés par son sang, serons-nous sauvés de la colère par lui!” Romains 5. 8, 9

"Par sa mort sur la croix, le Christ les a tous réunis en un seul corps et les a réconciliés avec Dieu ; par la croix, Il a détruit la haine." La Bible, Ephésiens 2:16

« Par sa mort sur la croix, le Christ les a tous réunis en un seul corps et les a réconciliés avec Dieu ; par la croix, Il a détruit la haine. » La Bible, Ephésiens 2:16

Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur et de toute ton âme et de toute ta pensée” (Matthieu 22. 37). Tel est le commandement fondamental donné à l’homme. Mais personne n’a pu, ni voulu, faire de Dieu le centre de sa vie, de sa volonté, de ses aspirations. Le constat divin est sans appel: “Tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu” (Romains 3. 23).

Le péché fondamental est donc de ne pas obéir à ce premier commandement. C’est un outrage à l’autorité du Dieu souverain, une trahison envers le Créateur des cieux et de la terre, envers celui qui est infiniment digne de respect, à qui on doit obéir.

Le plan divin d’admettre des hommes dans sa gloire paraît ainsi impossible à accomplir. En effet, Dieu ne peut pas agir comme si l’homme n’était pas pécheur, pas coupable de péché, comme s’il n’était pas révolté contre lui. Rebelle, l’homme mérite la mort: “Le salaire du péché, c’est la mort” (Romains 6. 23).

Mais Dieu, parfaitement juste, est aussi un Dieu d’amour. C’est pourquoi il envoie son propre Fils, comme un homme, sur cette terre, un homme absolument sans péché, en qui il trouvera son plaisir. Jésus Christ est ainsi qualifié pour devenir le substitut recherché par Dieu pour subir sa juste colère à la place du pécheur.

Sur la croix, l’Homme parfait prend sur lui tous nos péchés. Il reçoit durant les trois heures de ténèbres le châtiment que nous avions mérité. Il ôte le péché de devant Dieu.

La colère divine s’est détournée des hommes. Dieu leur est devenu propice et son plan peut s’accomplir: en Jésus Christ les hommes ont accès à la faveur de Dieu et à sa présence. Bénédiction immense, ils reçoivent le droit d’être appelés enfants de Dieu.

Tous ceux qui croient en la vertu du sacrifice expiatoire de Jésus Christ peuvent alors dire: “Voici ce qu’est l’amour : ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, c’est lui qui nous a aimés et qui a envoyé son Fils en victime d’expiation pour nos péchés.” (1 Jean 4. 10).

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.

Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , | 3 commentaires

Au nom de Jésus-Christ


"Dieu l'a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père." la Bible, Philippiens 2:9-11

« Dieu l’a souverainement élevé, et Lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père. » la Bible, Philippiens 2:9-11

Sans oxygène, l’homme suffoque et meurt. Sans eau, il se déshydrate et expire. Sans la prière, son âme s’atrophie et périt.

Toutes les religions enseignent à leurs adeptes à prier. Mais seule la foi chrétienne promet que Dieu répond à la prière de l’homme.

A l’origine, l’homme avait été créé pour vivre une vie de prière et de communion avec Dieu. Mais, à cause de la désobéissance de l’homme, une barrière s’est mise entre Dieu et lui. Cette barrière a été ôtée pour celui qui revient à Dieu en passant par Jésus-Christ.

Pour le chrétien, la prière est l’élément vital de sa foi. Celui qui croit prie et celui qui prie croit. Pour le croyant, le nom de Jésus-Christ est le point d’ancrage de la foi, le secret de la puissance, la source de toute autorité, l’inspiration de sa louange et de son action: “Dans tout ce que vous pouvez dire ou faire, agissez au nom du Seigneur Jésus, en remerciant Dieu le Père par lui” (Colossiens 3,17).

La confiance du chrétien repose pleinement sur le nom de Jésus. Dieu a élevé Jésus à la plus haute place et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom.

Jésus est celui qui nous représente devant le Père. Sans ce médiateur, personne ne pourrait s’approcher du Dieu saint car nos péchés constituent une barrière infranchissable. Mais Jésus-Christ, qui a offert sa vie en rançon pour tous, est devenu le seul médiateur entre Dieu et les hommes. Ainsi nous avons le privilège de nous présenter devant le Père au nom de son Fils, Jésus.

Mais cela ne peut pas se faire à la légère ou avec l’idée que c’est quelque chose de magique. Prier au nom de Jésus ne consiste pas à ajouter de façon routinière à la fin de la prière la phrase: “… je te le demande au nom de Jésus” comme si ces mots étaient une formule magique qui garantisse un exaucement automatique.

Prier au nom de Jésus prend un sens véritable et efficace lorsque nous nous identifions à Christ, au point que sa volonté devienne la nôtre; lorsque le règne de Dieu devient notre préoccupation première; lorsque nous voyons tout ce qui concerne notre vie à la lumière de la parole de Dieu.

En conclusion, nous relevons quelques points importants des versets ci-dessous :

  1. Le Seigneur est attentif à la prière des justes, c’est à-dire de ceux qui sont déclarés justes en vertu de l’oeuvre de Jésus-Christ.
  2. Le Seigneur s’oppose à ceux qui font le mal. Celui qui ne demande rien ou qui le fait avec de mauvais motifs ne recevra rien.
  3. Se soumettre à Dieu et s’approcher de Lui sont des éléments indispensables en vue d’une prière efficace. Résister au diable en s’approchant de Dieu garantit la fuite du malin.

www.dieu-mon-ami.org

Lire la suite

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , | 1 commentaire

Persévérer dans la foi


“Ils retournèrent à Lystre, Iconium et Antioche: ils fortifiaient l’âme des disciples, les exhortaient à persévérer dans la foi, et les avertissaient que c’est par beaucoup d’afflictions qu’il nous faut entrer dans le royaume de Dieu.”  Actes 14. 21, 22

"Car nous savons que la détresse produit la persévérance, la persévérance conduit à la victoire dans l'épreuve, et la victoire dans l'épreuve nourrit l'espérance." La Bible, Romains 5:3-4

« Car nous savons que la détresse produit la persévérance, la persévérance conduit à la victoire dans l’épreuve, et la victoire dans l’épreuve nourrit l’espérance. » La Bible, Romains 5:3-4

Dans ces trois villes, Paul et Barnabas avaient prêché l’Évangile et fait des disciples. Ils avaient aussi été confrontés à la méchante opposition des Juifs qui soulevaient les foules contre eux. À Lystre, Paul avait même été lapidé et laissé pour mort hors de la ville.

Ils atteignent à Derbe le point extrême de leur premier voyage missionnaire. Vont-ils logiquement et prudemment éviter de repasser par ces villes d’où ils avaient été chassés avec violence? Pas du tout! Il y a dans leur cœur un amour qui brûle pour les saints. Alors, courageusement, ils repassent par chacune d’elles pour exhorter les disciples “à persévérer dans la foi”.

C’est par beaucoup d’afflictions qu’il nous faut entrer dans le royaume de Dieu”. Ne nous méprenons pas sur cet avertissement de Paul! On entre dans le royaume de Dieu par la nouvelle naissance (Jean 3. 5), mais, une fois la porte franchie, il faut aller plus loin.

Sur la terre, le royaume de Dieu, pour le chrétien, c’est vivre dans le monde selon les enseignements de Dieu, ce “n’est pas manger et boire, mais justice, et paix, et joie dans l’Esprit Saint” (Romains. 14. 17), et c’est cela qui lui vaut beaucoup d’opposition. Il y a différentes manières d’entrer dans ce royaume.

La moins bonne manière, c’est de se contenter d’être sauvé, d’être assuré d’aller au ciel et de vivre le plus caché possible pour avoir le minimum de difficultés. On se contente de rester près de la porte!

Paul est un bon exemple de la meilleure manière: il va dans le monde pour annoncer l’Évangile, rassembler les croyants autour de Christ et libérer du judaïsme les chrétiens d’origine juive. Pour cela, il est persécuté toute sa vie, mais “l’entrée dans le royaume éternel de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ (lui) sera richement donnée” (2 Pierre 1. 11).

Suivons le bon exemple de Paul. Persévérons dans la foi, nous fortifiant “dans la grâce qui est dans le Christ Jésus” (2 Timothée 2. 1).

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.

Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Un sûr refuge


"Tu es pour moi un Refuge, une Tour Forte, en face de l'ennemi." la Bible, Psaumes 61:4

« Tu es pour moi un Refuge, une Tour Forte, en face de l’ennemi. » la Bible, Psaumes 61:4

Un refuge est un lieu où l’on se retire pour échapper à un danger, pour se mettre en sûreté.

Par exemple, un alpiniste est toujours heureux de trouver un refuge, c’est-à-dire une petite construction dans la haute montagne, en cas de tempête ou à la tombée de la nuit.

L’auteur du Psaume 25 cherche un sûr refuge en son Dieu. Il décrit sa situation difficile comme un filet duquel il ne voit aucune issue de secours. Son état lui inspire une prière ardente pour être délivré.

Il se trouve isolé de tous ses amis et son coeur est submergé par le souci, l’inquiétude et l’angoisse. Il passe par une sérieuse “déprime”, dirait-on aujourd’hui.

Mais malgré cette situation, il se tourne vers le seul refuge susceptible de lui offrir un secours: l’Eternel. Il le prie pour être pardonné, protégé, délivré, gardé… car c’est en Dieu qu’il met toute son espérance.

Quel magnifique exemple à suivre pour nous aujourd’hui!

www.dieu-mon-ami.org

Lire la suite

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , | Laisser un commentaire