Le Saint Esprit dans toute notre vie


« Moi, je ferai la demande au Père, et il vous donnera un autre Consolateur, pour être avec vous éternellement, l’Esprit de vérité”. Jean 14. 16

« Vous êtes tous des enfants de la lumière et des enfants du jour… » La Bible, 1 Thessaloniciens 5:5

Depuis la Pentecôte et suivant la promesse du Seigneur, le Saint Esprit est venu habiter dans chaque croyant (Actes 2. 38). C’est Lui qui, agissant avec notre esprit, 29nous assure de notre position d’enfants de Dieu (Romains 8. 16) et nous fait connaître sa volonté.

Quel privilège d’avoir en nous cet hôte divin et quelle responsabilité pour nous d’être attentif à sa voix! Car le Saint Esprit ne nous parle pas d’une manière bruyante ou autoritaire! Il s’adresse à nous avec une voix d’amour. Il a versé en nous l’amour de Dieu (Romains 5. 5) et il nous invite à obéir par amour pour notre Rédempteur.

C’est par l’Esprit que tous ceux qui font partie de la maison de Dieu (c’est-à-dire la grande famille dont Dieu est le chef), tous ces hommes et ces femmes qui sont enfants de Dieu, peuvent connaître ce qui plaît à Dieu et marcher à sa gloire dans le monde. Il est important, pour l’honneur de Dieu, que tous restent par leur vie, dignes de leur Père, comme de leur titre d’enfants de Dieu.

Oui, frères et sœurs, chacun de nous est appelé à marcher par l’Esprit dans toutes les circonstances de sa vie et tout au long de ses journées. C’est seulement ainsi que nous honorerons Dieu et témoignerons, par notre comportement, de sa bonté et de sa sainteté. Si nous agissons par nous-mêmes, nous faisons partie de ceux que la Parole appelle des hommes charnels (1 Corinthiens 3. 1-3). Nous accomplissons des actes qui déplaisent à Dieu, qui ne sont pas en harmonie avec notre qualité de “gens de la maison de Dieu” (Ephésiens 2. 19).

Quand Dieu réunit sa famille pour l’adoration, la prière, l’édification mutuelle, le Saint Esprit agit de la même manière que dans notre vie de tous les jours. Si nous restons à son écoute, nous percevons là encore sa voix “douce, subtile” (1 Rois 19. 12) qui nous conduira, par exemple, dans la louange du Père et du Fils. C’est seulement ainsi que nous qui sommes le temple du Saint Esprit (1 Corinthiens 6. 19), nous pourrons adorer en esprit et en vérité.

P.a.S

Pour approfondire ce sujet, n’hésite pas à cliquer sur cette petite enveloppe 

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.

Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , | 2 commentaires

Une femme dans un cercueil


« C’est notre Sauveur Jésus-Christ qui a réduit la mort à l’impuissance et a mis en lumière la vie et l’immortalité par l’Evangile » La Bible, 2 Timothée 1:10

Soeur Brigitte n’était pas une religieuse, mais on l’appela ainsi à cause de son dévouement. Elle était « hors cadre », assez mystique, pas toujours équilibrée dans sa foi. Mais pour faire ce qu’elle a fait, il fallait le vouloir. C’est dans un livre intitulé « Soeur Brigitte, la femme qui soulève des montagnes », que sa vie nous est racontée. Elle a goûté à tous les excès de la vie. Elle ne voyait dans l’autre, homme ou femme, qu’un corps charnel bon pour la jouissance. Intelligente, professeure brillante, elle préparait son agrégation de lettres modernes, mais sa vie intérieure était un désastre. Elle ne cultivait que des pensées morbides et déprimait, ce qui n’est pas étonnant avec sa vie de débauche. Elle vivait dans une cave, dormait et mangeait dans un cercueil. Aussi étrange que cela puisse paraître, elle était à la recherche de la vérité et avait une soif énorme de pureté. Elle a goûté à toutes les philosophies et essayé bien des pratiques religieuses. Déçue de tout, elle résolut de se suicider. Elle entra dans sa cave avec cette intention bien arrêtée. C’est alors qu’elle vit une Bible posée là par une amie qui priait pour elle et qui connaissait sa décision de s’enlever la vie. Elle l’ouvrit au hasard et y lut une parole de l’Evangile qui la bouleversa. Plus tard, elle dit : « Ce jour-là, Jésus est devenu pour moi l’ami certain des jours incertains. » Depuis, bravant tous les dangers, elle s’est entièrement dévouée à la cause des enfants victimes de la guerre au Liban.

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Marc chapitre 6 : versets 45 à 56

Lire la suite

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , , | 1 commentaire

Deux routes possibles


« Bienheureux l’homme qui ne marche pas dans le conseil des méchants… qui a son plaisir dans la loi de l’Éternel… Il sera comme un arbre planté près des ruisseaux d’eaux, qui rend son fruit en sa saison, et dont la feuille ne se flétrit point…” Psaume 1. 1-3

Ce psaume se range parmi les psaumes d’instruction, de type moral. Il propose un choix de vie radical entre deux caractères, deux conduites et deux destinées. Le psalmiste place le lecteur à un carrefour de deux itinéraires possibles pour sa vie: aimer la Parole de Dieu et la vivre ou bien emprunter la voie facile et attrayante du mal.

Le premier chemin demande une décision personnelle et ferme, suscitée par la Parole de Dieu. C’est celui du « juste ». Ce choix suppose des refus et une recherche de la voie du Seigneur qui seule permet une vie équilibrée, prospère et utile, dans le royaume de Dieu. Voilà un encouragement pour les plus jeunes comme pour les plus âgés dans un monde où il est difficile de se tracer une conduite juste selon la Parole de Dieu. C’est ce que traduit l’image de cet arbre planté au bord de l’eau. Là, il prospère, son feuillage est toujours vert, il porte du fruit quand la saison revient.

L’autre chemin est celui des méchants, de ceux qui méprisent l’autorité de Dieu. Ce chemin n’aboutit à rien de bon pour Dieu. Celui qui le suit est comparé à “la balle (l’enveloppe des graines de céréales) que le vent chasse” (v. 4) Elle est vide, sans valeur. Le vent l’emporte vers le jugement divin.

Chaque être humain qui naît dans ce monde est appelé, d’une manière ou d’une autre, à rechercher son Créateur et son Dieu Sauveur. Le message que fait résonner ce psaume est la nécessité de prendre sa vie en main pour l’orienter dans le chemin de Dieu. Pour cela, il y a un choix fondamental à faire au départ et des choix à faire régulièrement au cours des circonstances de sa vie.

La comparaison radicale faite dans le psaume entre les justes et les méchants est fondée sur le regard de Dieu sur notre vie, non celui des hommes: “L’Éternel connaît la voie des justes; mais la voie des méchants périra” (v. 6). Quel contraste entre ce mot final du psaume (périr) et le premier: “Bienheureux”!

P.a.S

Merci Mamadou de nous avoir suggéré ces  versets pour cet article : Matthieu 7:13-14

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.

Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Manger équilibré


« Ayez des balances justes, des mesures justes. » La Bible, Ézéchiel 45:10

La nourriture est une préoccupation importante pour beaucoup de nos concitoyens. On entend souvent parler des conséquences d’une mauvaise alimentation sur la santé. Les industriels de l’alimentation ont bien compris le message, car beaucoup de nouveaux produits, vantés pour leurs vertus, fleurissent sur les rayons des supermarchés. On parle de modifier ses habitudes, d’adopter de nouveaux comportements pour garder la forme.

De même que notre corps a besoin d’une alimentation équilibrée et variée pour rester en bonne santé, notre âme a aussi besoin d’être nourrie régulièrement de façon variée. Dieu nous invite à réfléchir à la manière dont nous nourrissons notre être intérieur. Là aussi, l’équilibre est important. Chaque jour, régulièrement, consacrons un moment à lire et méditer la parole de Dieu. L’absence de nourriture spirituelle est néfaste tout comme le fait de se sous-alimenter. Il ne faut pas seulement lire les passages de la Bible qui nous plaisent ou lire en ouvrant sa Bible au hasard ou encore ne lire la Bible que de temps en temps. Évitons ces pièges de la sous-alimentation spirituelle ! Prenons la bonne habitude de nous mettre régulièrement à l’écoute de Dieu ; c’est une décision qui aura de bonnes répercussions sur notre vie entière. Dieu nous a donné dans la Bible tout ce qu’il faut pour nourrir notre âme. Quelqu’un a dit : « Un bon repas équilibré est composé du Christ tout entier dans la Bible tout entière ! »

Prenons chaque jour une part de cette bonne nourriture. Et partageons aussi avec d’autres ce que nous avons découvert.

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Psaume 119 versets 97 à 112

Lire la suite

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , , | 1 commentaire

Dieu prépare le chemin de l’Évangile


« Toutes choses te servent”. Psaume 119. 91

« Ceux qui avaient été dispersés allaient de lieu en lieu et annonçaient la bonne nouvelle de la parole. » La Bible, Actes 8:4

Dieu a tout disposé pour que, très rapidement après la résurrection du Seigneur, l’Évangile se répande dans tout le monde civilisé d’alors. Il a permis par exemple:

  • L’unité politique: les Romains assurent l’ordre et établissent un très bon réseau de routes entre les différentes régions de leur empire.
  • La diaspora: dans tout l’Empire romain et même au-delà, les Juifs dispersés depuis très longtemps (la diaspora) ont conservé, sinon leur langue, du moins leur religion. Ils reviennent à Jérusalem pour les grandes fêtes. Des représentants d’une quinzaine de nations sont présents quand l’Esprit Saint vient sur les disciples lors de la Pentecôte. C’est aux Juifs, dans leurs synagogues, que Paul apportera d’abord le message du salut par grâce.
  • Une langue universelle: les Romains dominent politiquement, mais la culture grecque est présente partout et le grec est la langue commerciale officielle.
  • La traduction de l’A.T. en grec (appelée la Septante): terminée en 150 avant Jésus Christ, elle a eu le temps de se répandre et de mettre le Saint Livre à la portée des Juifs qui ne lisaient plus l’hébreu et des païens de tous les pays.
  • L’existence de nombreux prosélytes: païens convertis au judaïsme, comme Corneille et Lydie, certains pratiquent intégralement la Loi et d’autres fréquentent la synagogue, mais sans être totalement engagés. À Thessalonique, on trouve “une grande multitude de Grecs qui servaient Dieu” (Actes 17. 4).
  • Dieu prépare les chrétiens juifs de Jérusalem à l’évangélisation des nations par la persécution qui suit le martyre d’Étienne et qui entraîne leur dispersion en Judée et en Samarie. Il donne à Pierre une révélation spéciale (Actes 10 & 11). La conversion de Corneille conduit l’assemblée de Jérusalem à reconnaître que “Dieu a donc donné aux nations aussi la repentance qui mène à la vie!” (Actes 11. 18).

Enfin Dieu prépare un homme pour être son envoyé auprès des païens: Saul de Tarse qui deviendra l’apôtre Paul. Nous en reparlerons plus tard.

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.

Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Faire face


Au bord de la mer, lorsque nous longeons les falaises sur un sentier, nous demandons toujours aux enfants de bien regarder où ils mettent les pieds. Nous leur demandons de ne jamais tourner le dos à la mer. Pour se protéger du danger, il faut le regarder en face. Certaines règles élémentaires de prudence sont à respecter, dont évidemment celle de ne pas braver le danger.

Notre vie ressemble à une longue excursion dans laquelle il y a des passages dangereux. Dieu, dans sa parole, nous avertit que nous connaîtrons des dangers ; mais en même temps, il nous donne de précieux conseils pour y faire face. Si nous voulons vivre pour Dieu, Satan, appelé aussi le diable, essaiera de nous détourner de Dieu. C’est un menteur et un séducteur de premier ordre nous dit la Bible. Il va nous faire croire que nous n’avons pas besoin de Dieu, qu’il faut profiter de la vie au maximum, que nous aurons bien le temps de penser au salut plus tard. Ou il utilisera d’autres armes comme le doute, le découragement ou l’auto-accusation, nous faisant croire que, de toute façon, nous ne serons jamais capables de suivre Dieu. Ne nous laissons pas détourner du salut et de la paix que Dieu a prévue pour nous. Ne laissons pas le diable détruire ce que Dieu a fait et regardons à Jésus qui est venu pour nous délivrer du mal. Le diable est un ennemi vaincu, car Jésus-Christ a écrasé la puissance du mal à la croix. Sur ce bois de souffrance, « Il a désarmé toute Autorité, tout Pouvoir, les donnant en spectacle à l’univers entier ». (Colossiens ch. 2 v. 15)

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Matthieu chapitre 4, versets 1 à 11

Lire la suite

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , | 1 commentaire

Garder la Parole


« Parce que tu as gardé la parole avec patience, moi aussi je te garderai de l’heure de l’épreuve  qui va venir sur le monde entier pour éprouver les habitants de la terre.” Apocalypse 3. 10

Dans les siècles passés, les croyants ont oublié la promesse du retour du Seigneur pour enlever les siens auprès de lui (1 Thessaloniciens 4. 13-18). Mais, au 19e siècle, elle est redevenue une espérance vivante pour beaucoup. Et voilà que les années et les générations ont passé sans que se fasse entendre le cri de commandement nous appelant à la rencontre du Seigneur!

Du temps des apôtres, certaines personnes estimaient déjà qu’il y avait du retard dans l’accomplissement des promesses du Seigneur. Non, répond l’apôtre Pierre, c’est que Dieu “est patient envers vous, ne voulant pas qu’aucun périsse” (2 Pierre 3. 9).

Quelle patience faut-il à Dieu pour supporter tout le mal qui se développe dans le monde, mais aussi toutes les faiblesses de ses enfants dont l’amour et le zèle ont tendance à diminuer d’année en année! Pourtant, “Il nous a élus en Lui avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irréprochables devant Lui en amour” (Ephésiens 1. 4).

Ne ressentons-nous pas une souffrance quand nous constatons nous aussi, en nous et autour de nous, le déclin de l’amour pour le Seigneur, le peu de consécration, la tiédeur envahissante? Nous pouvons avoir la tentation de nous décourager, ou de nous isoler, ou encore de nous insurger contre ce qui nous paraît être des offenses à Dieu, comme si nous-mêmes n’étions pas impliqués dans la décadence. Souvenons-nous de l’attitude du prophète Élie qui se croyait le seul juste au milieu d’un peuple d’Israël envahi par l’idolâtrie (1 Rois 18. 22). Ne l’imitons pas!

Ne prenons pas non plus notre parti de cet état de chose. Mais, considérant que Dieu est patient, portons-en la souffrance et l’humiliation d’une manière véritable et profonde et, sans attendre le signal de quelqu’un d’autre, réveillons-nous pour prier et agir.

Souvenons-nous que le Seigneur tient toujours une porte ouverte devant nous pour accomplir sa volonté et le servir avec amour, humblement, mais fidèlement, jusqu’à son prochain retour. Oui! Il l’a promis: “Je viens bientôt” (Apocalypse 3. 11; 22. 20). Il veille sur nous, veillons en l’attendant!

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.

Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Ne prends pas, ne touche pas…


« Je prends aujourd’hui le ciel et la terre à témoins: je vous offre le choix entre la vie et la mort, entre la bénédiction et la malédiction. Choisissez donc la vie, afin que vous viviez, vous et vos descendants. » La Bible, Deutéronome 30:19

Lorsque les régimes totalitaires des pays de l’Est sont tombés, beaucoup de gens étaient désemparés, car ils n’avaient pas l’habitude de prendre des décisions par eux-mêmes. Il vous est certainement déjà arrivé de dire : j’aimerais bien recevoir une révélation pour savoir ce que je dois faire. Ce serait parfois tellement plus facile afin de ne pas se tromper. « Que ta volonté soit faite… » (Matthieu ch. 6 v. 10) : ces quelques mots font partie de la prière que Jésus a enseignée à ses disciples. Mais comment faire la volonté de Dieu ? En lisant la Bible, je vais apprendre à connaître Dieu et à l’aimer. Plus je connais Dieu et mieux je comprends ce qui est juste et ce qui ne l’est pas afin de faire sa volonté. Avec les dix commandements, nous avons une feuille de route qui nous indique dans les grandes lignes ce que Dieu veut. Mais pour les décisions de la vie courante, chaque jour, Dieu ne va pas me dire : ne vas pas, ne touche pas, ne prends pas ou fais ceci ou cela… Il désire seulement que je fasse des choix qui ne soient pas en contradiction avec ce qu’il me dit dans Sa Parole. Il m’encourage à progresser et à apprendre à discerner librement ce qui est bon et agréable à ses yeux. Lorsque Dieu voudra que je prenne une direction particulière dans un domaine ou un autre de ma vie, il saura me le montrer si je suis disposé et prêt à faire sa volonté. Lorsque je m’interroge sur des choix, je peux aussi me poser les questions suivantes : est-ce que cela va me faire progresser ou va nuire à mon cheminement dans la foi ? Suis-je en paix en prenant cette décision ?

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Psaume 25 : versets 1 à 15

Lire la suite

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , | 2 commentaires

Mené en triomphe avec Christ


« Grâces soient rendues à Dieu, qui nous fait toujours triompher en Christ, et qui par nous, répand en tout lieu l’odeur de sa connaissance ! Nous sommes, en effet, pour Dieu le parfum de Christ, parmi ceux qui sont sauvés et parmi ceux qui périssent : Aux uns, une odeur de mort, qui mène à la mort ; aux autres, une odeur de vie, qui mène à la vie. Et qui est suffisant pour ces choses ? » 2 Corinthiens 2, 14-16

Dans le verset du jour, l’apôtre Paul fait allusion au cortège triomphal accordé à un général romain victorieux, de retour d’une campagne glorieuse. Il défilait dans les rues de la capitale, accompagné de ses soldats, et suivi de la troupe des prisonniers. De chaque côté du cortège, des hommes faisaient brûler de l’encens dont l’odeur embaumait toute la scène. Dans cette procession triomphale, l’odeur de l’encens accompagnait la victoire éclatante, mais elle était aussi un signe de malédiction pour les vaincus:

– L’odeur de l’encens qui fumait en l’honneur du vainqueur signifiait une vie heureuse pour les soldats; ils se voyaient offrir des terres conquises, une part du butin. Une nouvelle vie commençait pour eux.

– Au contraire, pour les prisonniers traînés dans cette procession, c’était l’odeur de la mort, ou de l’esclavage quand ils n’étaient pas exécutés à la fin du défilé.

Dans les circonstances qu’il traverse, Paul utilise cette image familière aux Romains pour dépeindre le Seigneur comme le roi de gloire qui a été puissant dans les combats (Psaume 24. 8) et qui entraîne l’apôtre dans son triomphe. En faisant connaître Christ dans le monde, Paul développait l’œuvre de son chef, il enrôlait dans ses troupes ceux qui croyaient en lui et il manifestait ainsi la défaite de l’adversaire.

L’odeur de Christ qu’un serviteur de Dieu répand est avant tout pour Dieu. Quant aux hommes, certains la perçoivent comme une odeur de mort qui évoque leur mort. Mais ceux qui ont soif de salut et de vérité la perçoivent comme un parfum vivifiant qui attire à Jésus.

L’apôtre ajoute: “qui est suffisant pour ces choses ?” (v. 16), c’est-à-dire: qui est à la hauteur d’une telle mission? Bien entendu aucun homme ne l’est par ses propres forces ou sa propre sagesse (2 Corinthiens 3. 5). Mais chaque croyant, en annonçant Christ, répand son parfum comme l’apôtre, en toute pureté de conscience et de cœur sous le regard de Dieu, sans dénaturer la Parole de Dieu (v. 17).

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.

Contact

Publié dans Plaire au Seigneur | Tagué , , , , | 1 commentaire

Toujours en ligne


‘L’Eternel écoute la prière des justes.’ La Bible, Proverbes 15:29

En France, au début des années 1970, on ne pouvait pas directement téléphoner hors du département. Il fallait passer par une opératrice qui demandait le numéro du correspondant puis indiquait le prix à payer avant de passer la communication. Il fallait parfois attendre plusieurs heures avant d’obtenir la ligne. Aujourd’hui, c’est une panne informatique, un câble endommagé ou encore des lignes surchargées qui peuvent nous empêcher de joindre un correspondant. Ceux qui ont un téléphone portable ne peuvent pas appeler en cas de problème sur le réseau.

Heureusement, pour parler à Dieu, nous n’avons pas besoin de passer par la technologie et aucune panne n’est à craindre. Dieu est toujours en ligne et jamais trop occupé. Mais, direz-vous, est-ce qu’il m’entend, car moi, je ne l’entends pas et je ne reçois pas toujours de réponse à mes prières ? Nous sommes souvent impatients et aimerions avoir tout, tout de suite. On ne s’adresse pas à Dieu avec une liste de requêtes comme on va faire ses courses. La prière n’est pas faite pour donner des ordres à Dieu ou lui arracher une faveur. Dieu veut développer une relation personnelle avec nous et soyons-en certains, il sait quand il doit nous répondre ou non, selon ce qu’il estime bon pour nous. Sa réponse sera parfois « non » ou bien « attends ». Les parents font de même avec leurs enfants. Parce qu’ils les aiment et pour leur bien, ils ne disent pas toujours oui. C’est avec amour aussi que Dieu agit dans nos vies ; il écoute nos prières avec attention et il répondra pour le mieux. Il l’a promis.

A. P. www.dieu-mon-ami.org

Lecture biblique proposée : Luc chapitre 11 : versets 1 à 13

Lire la suite

Publié dans Pensée du jour | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Carte du Pays des Promesses


  1. Romains 8:16 : « L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu.« 
  2. Matthieu 6:14 : « Si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi« 
  3. 1 Jean 1:9 : « Si nous reconnaissons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner et pour nous purifier de tout mal.« 
  4. Jean 15:16 : « Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, mais c’est moi qui vous ai choisis, et je vous ai établis afin que vous alliez, que vous portiez du fruit et que votre fruit demeure. Alors, ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera.« 
  5. Romains 12:3-8 : « Par la grâce qui m’a été donnée, je dis à chacun de vous de ne pas avoir une trop haute opinion de lui-même, mais de garder des sentiments modestes, chacun selon la mesure de foi que Dieu lui a donnée. En effet, de même que nous avons plusieurs membres dans un seul corps et que tous les membres n’ont pas la même fonction, de même, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps en Christ et nous sommes tous membres les uns des autres, chacun pour sa part. Nous avons des dons différents, selon la grâce qui nous a été accordée. Si quelqu’un a le don de prophétie, qu’il l’exerce en accord avec la foi; si un autre est appelé à servir, qu’il se consacre à son service. Que celui qui enseigne se donne à son enseignement, et celui qui a le don d’encourager à l’encouragement. Que celui qui donne le fasse avec générosité, celui qui préside, avec zèle, et que celui qui exerce la bienveillance le fasse avec joie. »
  6. Psaume 118:6 : « L’Eternel est pour moi, je n’ai peur de rien: Que peuvent me faire des hommes ?« 
  7. Psaume 50:23 : « Celui qui offre en sacrifice sa reconnaissance m’honore, et à celui qui veille sur sa conduite je ferai voir le salut de Dieu.« 

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe. Contact

Publié dans Le pays de promesses | Tagué , , , | 1 commentaire

Conquérir le pays tout entier


Différentes tentations auxquelles les Israélites ont été confrontés lors de la conquête du Pays promis nous sont présentées dans le livre de Josué. L’exemple d’Acan (Josué 7) nous avertit que les choses peuvent mal tourner pour nous-mêmes et nos proches si le but de notre conquête est de nous enrichir personnellement – par exemple en exploitant de manière abusive à notre propre profit les personnes ou les ressources que Dieu nous a confiées. L’exemple des Gabaonites (Josué 9) nous avertit de ne jamais céder à la tentation d’œuvrer indépendamment de Dieu. La négligence ou l’inertie (Josué 18,3) ont été une autre tentation lors de la conquête du Pays promis. Cela peut se produire également dans notre vie spirituelle, si nous nous contentons d’être entrés en possession de quelques petites parcelles du Pays des promesses – que ce soit par fausse modestie, parce que nous sommes peu exigeants envers nous-mêmes, parce que les blessures subies au cours de la conquête nous ont rendus amers ou cyniques, ou parce que certaines peurs nous paralysent et nous immobilisent.

Il est dit dans Hébreux 6,11-12 : « Nous désirons que chacun de vous fasse preuve du même zèle pour conserver jusqu’à la fin une pleine espérance. Ainsi vous ne vous relâcherez pas, mais vous imiterez ceux qui, par la foi et la patience, reçoivent l’héritage promis. » Une promesse que nous pouvons nous approprier est liée à ce désir : pour conquérir notre ‘part d’héritage’, Dieu veut nous donner les yeux et l’esprit ouverts de la foi, la persévérance, le courage et sa grâce. Que cela nous motive à nous plonger régulièrement et plus profondément encore dans la Bible et ses promesses, afin de « bénéficier de sa vie et de sa puissance »[1] et afin que tous les fruits que Jésus nous a appelés à porter croissent, mûrissent et se multiplient dans notre vie.

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe. Contact

[1] Hanna Whitall Smith, dans son livre publié en 1870 et intitulé Le secret d’une vie chrétienne heureuse.
Publié dans Le pays de promesses | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Conquérir des parcelles intermédiaires


Sur la base de promesses de Dieu, nous sommes parfois convaincus presque jusqu’à en être obsédés que certaines choses vont se produire ‘maintenant’ et de ‘cette manière’… Pourtant rien de tel ne se produit. Nous avons alors l’impression d’être dans une impasse.

Dans une telle situation, il est bon de lâcher prise, de tenir ferme, les yeux et l’esprit ouverts à Jésus et lui dire : « Tu es le Seigneur et c’est toi que me dirige. Permets que je reconnaisse quel domaine ou quelle parcelle du Pays des promesses est important pour moi maintenant, afin que je ne reste pas prisonnier de mes propres pensées. »

En ce qui me concerne, j’ai fait l’expérience que dans notre appel, Jésus met parfois l’accent sur d’autres promesses que celles auxquelles nous pensons. Il nous demande peut-être par là de patienter jusqu’à ce que cette promesse se réalise et de conquérir dans l’intervalle une parcelle intermédiaire du Pays des promesses. Dans le passé, les promesses du Psaume 118,6 et du Psaume 16 tout entier ont été pour moi une parcelle intermédiaire à conquérir. Ces promesses-là, je les ai proclamées dans la prière et je les ai revendiquées pour moi-même. Les ‘géants’ tel que ‘douter de moi-même’ et ‘faux idéaux’ ont dû quitter la place ! Alors, dans mon appel, une parcelle nouvelle et vaste s’est ouverte devant moi. De plus, dans nos impasses et notre conquête de parcelles intermédiaires, nous apprenons à connaître Dieu plus profondément. Il nous devient plus proche, nous reconnaissons mieux ses belles pensées pour notre vie et cela nous donne le courage d’avancer avec plus d’assurance sur la voie de notre appel. Tout à coup nous réalisons alors avec étonnement que la ‘part d’héritage’ que le Seigneur nous a attribuée dans le Pays des promesses est pleine de charmes. Nous développons simultanément une intuition des bonnes limites que le Seigneur a fixées et mesurées pour nous avec son cordeau (cf. Psaume 16,5 et Romains 12,3-8).

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe. Contact

Publié dans Le pays de promesses | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Reconnaître les obstacles


Dans le livre de Josué, nous voyons que le peuple d’Israël n’a cessé de rencontrer de nouveaux obstacles au cours de sa conquête du Pays promis, par exemple : Des villes fortifiées, des géants, la ruse de leurs ennemis, mais également : Le mauvais comportement, la négligence ou l’inattention des Israélites eux-mêmes. Pour réussir leur mission, il fallait que les israélites apprennent à se laisser diriger par Dieu et à être attentifs à ses indications concernant les prochains territoires à conquérir et la stratégie à utiliser pour les conquérir. Il en va de même en ce qui concerne notre vie spirituelle.

Nous voyons certaines promesses s’accomplir facilement dans notre vie, alors que l’accomplissement d’autres promesses nécessite de notre part beaucoup de persévérance dans la prière – à l’instar des israélites qui ont dû faire le tour de la ville de Jéricho plusieurs jours d’affilée (Josué 6). Pour d’autres promesses encore, nous devons d’abord clarifier, mettre en ordre et faire certaines choses précises avant de les voir s’accomplir. Des ‘forteresses’ ou des ‘géants’ tels que : La peur, l’apitoiement sur notre propre sort, le sentiment d’infériorité, une hypersensibilité, une irascibilité ou une profonde amertume empêchent parfois que nous progressions dans la conquête du Pays des promesses. Nous avons peut-être besoin de l’assistance de combattants chevronnés[1] pour nous aider à : raser des ‘forteresses’ tenues par nos ennemis intérieurs, expulser des ‘géants’ de notre vie et établir sur cette parcelle la vérité que constituent les promesses de Dieu. Il se peut par exemple que le géant ‘rejet’ occupe une parcelle de notre ‘part d’héritage’ et que nous soyons mis au défi d’en prendre possession en proclamant à haute voix et par la foi la promesse que Dieu nous aime et que nous avons de la valeur à ses yeux, fondée sur 1 Jean 3,1-2 ; Romains 5,5 ; 8,38-39 et d’autres textes bibliques encore.

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe. Contact

[1] Par exemple les responsables du cycle « Vivre libéré ».
Publié dans Le pays de promesses | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

D’une promesse à l’autre


Nous découvrons maintenant qu’il y a, à proximité de cette première parcelle, une autre ‘parcelle de promesses’ qu’il s’agit de nous approprier. Elle concerne le Saint-Esprit et la certitude de la foi que nous donne celui-ci, selon Romains 8,16 : « L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. » Cette confirmation intérieure, qui peut être accompagnée de joie et de paix, nous l’expérimentons souvent après avoir prié spécifiquement pour recevoir le Saint-Esprit – ou avoir demandé à d’autres de prier pour nous à ce sujet. Nous ferons par la suite l’expérience concrète de bien d’autres promesses en relation avec le Saint-Esprit, mais il se peut que Jésus nous dirige d’abord vers une autre ‘parcelle de promesses’ appelée ‘bénédictions découlant du pardon’. Pour nous approprier ces promesses de bénédiction de Dieu, nous avons à nous décharger en pardonnant volontairement à des personnes qui nous ont fait du tort (Matthieu 6,14-15) ou en déposant par la prière, au pied de la croix de Jésus, notre culpabilité et nos fautes (1 Jean 1,9). D’autres ‘parcelles de promesses’ en lien avec la prière (Psaumes 50,23 ; Philippiens 4,6-7 et bien d’autres) sont encore à conquérir. Faisons également l’expérience concrète des effets puissants et bénéfiques qu’ont l’expression de notre reconnaissance envers Dieu, le fait de renoncer à se faire du souci, l’adresse de demandes spécifiques à Dieu, l’intercession en faveur d’autrui et le fait de bénir les autres. Nous apprenons ainsi progressivement à connaître toute l’étendue du Pays des promesses et nous nous approprions une ‘parcelle de promesses’ après l’autre (cf. Jean 1,16).

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe. Contact

Publié dans Le pays de promesses | Tagué , , , , | Laisser un commentaire