Marchez dans la plénitude du Saint-Esprit


Il nous reste encore un tiroir à ouvrir en ce qui concerne l’étude du verset « Soyez remplis du Saint-Esprit » (Ephésiens 5:18). Ce dernier tiroir est fort intéressant puisqu’il va nous donner de précieux renseignements sur la marche quotidienne dans la plénitude du Saint-Esprit.

Troisième tiroir : UN IMPÉRATIF PRÉSENT PROGRESSIF

« Soyez remplis du l’Esprit-Saint » est écrit à l’impératif présent progressif dans le grec original. La traduction « Soyez remplis du l’Esprit-Saint » que nous trouvons dans la plupart des Bibles contemporaines ne traduit pas exactement l’idée contenue dans le texte original. L’impératif présent progressif traduit en grec l’idée d’une action continue, progressive, sans fin et non d’une action définitive accomplie une fois pour toutes.

Certains traducteurs, conscients de cette importante nuance, ont essayé de la rendre en traduisant le verset d’une façon plus développée comme Alfred Kuen dans sa version du Nouveau Testament, Parole vivante : « Buvez à longs traits à la coupe de l’Esprit, laissez-vous constamment à nouveau remplir par le Saint-Esprit et cherchez en lui votre plénitude. »

La plénitude du Saint-Esprit n’est pas comme la nouvelle naissance, obtenue une fois pour toutes, définitivement. Elle nécessite d’être sans cesse rafraîchie et renouvelée. Marcher quotidiennement dans la plénitude du Saint-Esprit, c’est vivre en étant rempli du Saint-Esprit à chaque instant, dans une dépendance totale de Dieu.

Mais comment cela est-il possible? Devons-nous continuellement demander à Dieu de nous remplir de son Esprit? Que se passe-t-il lorsque nous péchons? Voilà quelques-uns des points clefs que nous aimerions aborder maintenant dans cet article.

LE PÉCHÉ : UNE DURE RÉALITÉ

Lorsque, avec foi, nous avons consacré toute la direction de notre vie à Jésus-Christ conformément à son commandement, nous pouvons avoir l’assurance que nous sommes effectivement « remplis du Saint-Esprit ». Le Seigneur va prendre possession de tous les domaines de notre vie et accomplir son œuvre en nous, selon sa propre souveraineté. Alors que nous vivons ainsi dans la présence de Dieu et selon sa direction, il se peut que nous soyons tout à coup aux prises avec une terrible réalité : nous venons de désobéir à Dieu. Alors même que nous marchions main dans la main avec le Seigneur, que rien ne semblait pouvoir nous arriver, nous avons succombé à la tentation et sommes tombés dans le péché.

Que s’est-il passé? Comment cela est-il possible?

Voilà sans doute, l’une des plus grandes sources de tension de la vie chrétienne, la réalité la plus dure à assumer : aussi longtemps que notre « moi » aura une identité terrestre, nous aurons des conflits et des luttes avec le péché. Même remplis du Saint-Esprit, il peut nous arriver de pécher.

Quelle est alors la différence entre le chrétien rempli du Saint-Esprit et le chrétien charnel?

Le chrétien rempli du Saint-Esprit a une conscience aiguë du mal; il désire de toutes ses forces vivre sans en commettre; il déteste le péché. Si, par hasard, contre son gré, il lui arrive de désobéir à Dieu, il en est aussitôt attristé, il en demande pardon à Dieu et replace à nouveau la direction de sa vie sous le contrôle du Saint-Esprit : il respire spirituellement.

LA RESPIRATION SPIRITUELLE

La respiration spirituelle, tout comme la respiration physique, consiste à expirer ce qui est impur en nous pour inspirer ce qui est pur. Il s’agit d’un exercice pour notre foi qui nous donne la possibilité d’expérimenter quotidiennement l’amour de Dieu, son pardon et sa purification dans notre vie de tous les jours.

Malheureusement, beaucoup de chrétiens ne comprennent pas ce principe de la respiration spirituelle et ne le pratiquent pas. En conséquence, ils vivent dans l’instabilité spirituelle et passent constamment par des hauts et des bas, flottant d’une expérience émotionnelle à une autre; ils se conduisent souvent comme des chrétiens charnels. Comptant sur leurs propres forces pour mener leur vie chrétienne, ils sont souvent dans la frustration.

Si vous aussi, vous vous trouvez dans cette situation, voilà sans doute l’une des clefs les plus précieuses pour sortir de cette instabilité et expérimenter jour après jour la plénitude du Saint-Esprit dans votre vie.

Expirez spirituellement

Toute désobéissance à Dieu et à sa Parole éteint la flamme de l’Esprit en nous. Dès que notre volonté s’oppose à celle de Dieu et que nous reprenons ainsi délibérément la direction de notre vie à Jésus-Christ, nous avons besoin d’expirer spirituellement.

Le remède, le seul, consiste à affronter la lumière, à revenir à Dieu en lui confessant tout péché dont le Saint-Esprit nous rend maintenant conscients.

Expirer spirituellement, c’est précisément confesser ses péchés à Dieu, c’est prendre conscience que cette désobéissance a déjà été portée sur la croix par notre Seigneur Jésus-Christ; c’est la base unique sur laquelle nos péchés peuvent être totalement pardonnés.

Enfin, c’est se repentir, c’est-à-dire changer d’attitude à l’égard de ce péché et demander au Saint-Esprit la force de ne plus retomber dans ce problème à l’avenir.

« Si nous confessons nos péchés à Dieu, nous pouvons avoir confiance en lui, car il agit de façon juste : il pardonnera nos péchés et nous purifiera de tout mal.» (1 Jean 1.9)

Inspirez spirituellement

Maintenant, inspirez spirituellement, c’est-à-dire, appropriez-vous par la foi la plénitude du Saint-Esprit. Le Seigneur est toujours prêt à rétablir une parfaite communion avec vous. Ainsi donc, conformément à son commandement et sa promesse, inspirez spirituellement : soyez rempli du Saint-Esprit.

AUSSI SOUVENT QUE NÉCESSAIRE

Mettez en pratique ce principe de la respiration spirituelle aussi souvent que nécessaire, car il est une des clefs de la marche quotidienne dans la plénitude du Saint-Esprit. Avoir besoin de respirer spirituellement ne dénote pas un état charnel. Au contraire : respirer spirituellement, c’est avouer ses fautes à Dieu dès que son Esprit nous convainc! Il y a une notion de spontanéité, de docilité à l’action du Saint-Esprit indéniable dans ce concept. Il faut être très sensible à l’action du Saint-Esprit en nous pour le faire… seul le chrétien rempli du Saint-Esprit a cette conscience aussi exercée. Confesser notre péché dès que nous en avons conscience, c’est « demeurer » dans la plénitude du Saint-Esprit. Nous ne devenons pas charnels en commettant un péché, mais en refusant de le confesser lorsque le Saint-Esprit nous en fait prendre conscience. Le chrétien qui respire spirituellement, aussi souvent que le Saint-Esprit lui en montrera la nécessité (même si c’est plusieurs dizaines de fois par jour) est celui qui marche dans la plénitude du Saint-Esprit. L’exercice de la respiration spirituelle n’est en aucun cas une preuve de notre état charnel, mais bien plutôt une preuve que nous marchons dans la plénitude du Saint-Esprit.

J’ai eu souvent l’occasion de mettre en pratique personnellement tout ce que nous venons de voir concernant la pratique de la respiration spirituelle.

Un jour, alors que je préparais le contenu d’une rencontre de jeunes couples où nous devions parler, ma femme et moi, de ce que le fait d’être chrétien changeait dans la vie conjugale, nous eûmes soudain une violente altercation. Particulièrement irrité contre mon épouse, je lui dis des choses fort désagréables. J’étais découragé et je lui lançais : « Il fallait vraiment que cela arrive aujourd’hui juste avant cette réunion. Tu m’empêches toujours de préparer correctement mes études bibliques : on ne vit même pas ce qu’on dit.»

Ma communion avec Dieu était interrompue. J’avais arraché la direction de ma vie à Jésus-Christ en m’entêtant dans la colère au lieu de la confesser à Dieu.

J’ai finalement pris conscience de mon attitude et de ce qu’elle n’honorait pas Dieu. J’ai alors confessé ma colère à Dieu et je l’ai remercié de m’avoir déjà pardonné à travers la mort du Christ sur la croix. Puis j’ai inspiré spirituellement en me plaçant à nouveau sous la direction du  Saint-Esprit. Je me suis alors retourné vers ma femme pour lui demander pardon. Quelle joie de voir ma relation avec elle aussi restaurée et notre communion retrouvée!

Dès que Dieu, par son Esprit, nous montre un péché, confessons-le et repentons-nous. N’attendons pas demain. Cédons à l’instant même la direction de notre vie à Jésus-Christ.

Quelle est la différence entre le chrétien charnel et le chrétien spirituel? Les deux sont pécheurs, mais le chrétien charnel résiste à Dieu alors que le chrétien spirituel cède immédiatement la direction de sa vie à Jésus-Christ et respire spirituellement.

UN SACRIFICE PARFAIT

Tout cela ne signifie pas que nous devions pécher. À ce sujet, voyons ce que nous dit Dieu par l’apôtre Jean :
« Mes enfants, je vous écris ceci afin que vous ne péchiez pas. Mais s’il arrive à quelqu’un de pécher, nous avons un avocat auprès du Père : Jésus-Christ, le juste. Car Jésus-Christ s’est offert en sacrifice pour que nos péchés soient pardonnés, et non seulement les nôtres, mais aussi ceux de tous les hommes.
 Si nous obéissons aux commandements de Dieu, alors nous savons que nous connaissons Dieu. Si quelqu’un affirme : “Je le connais”, mais n’obéit pas à ses commandements, c’est un menteur et il n’y a pas de vérité en lui. Par contre, celui qui obéit à sa Parole est un homme dont l’amour pour Dieu est véritablement parfait. Voici comment nous pouvons savoir que nous sommes unis à Dieu : celui qui déclare demeurer uni à Dieu doit vivre comme Jésus a vécu. » (1 Jean 2.1-6)

VERS LA MATURITÉ SPIRITUELLE

Le but ultime du Seigneur est d’œuvrer en nous pour faire de chacun de nous des chrétiens mûrs, adultes spirituellement. Ainsi, la relation du chrétien avec le Saint-Esprit a un caractère à la fois immédiat et progressif.

Immédiatement, car, dès l’instant où nous avons confié la direction de notre vie à Jésus-Christ, nous pouvons être remplis du Saint-Esprit. La plénitude du Saint-Esprit n’est pas un état ultérieur de la vie chrétienne, mais l’état de vie normal du chrétien. Comme celui-ci s’acquiert par la foi, il peut être accordé à tout chrétien, même au plus jeune.

Mais parallèlement, l’action du Saint-Esprit en nous a aussi un caractère progressif : au fur et à mesure que nous marchons par la foi sous la conduite du Saint-Esprit, Dieu agit pour nous faire grandir spirituellement. L’action conjuguée de la plénitude du Saint-Esprit et du temps produit la maturité spirituelle. Le chrétien mûr spirituellement n’est pas plus spirituel que le jeune chrétien rempli du Saint-Esprit. Tous deux marchent de la même façon dans la plénitude du Saint-Esprit. Mais la différence est que le chrétien mûr marche dans la plénitude du  Saint-Esprit depuis plus longtemps que le jeune chrétien. C’est pourquoi, ne vous découragez pas si vous ne voyez pas encore dans votre vie autant de fruits spirituels que vous le souhaiteriez. Le Seigneur les développera alors que vous marcherez jour après jour, année après année, dans la plénitude du Saint-Esprit.

EN RÉSUMÉ

Le chrétien spirituel qui commet un péché et refuse de le reconnaître spontanément devant Dieu, malgré l’action du Saint-Esprit, devient charnel. Il régresse spirituellement. Il se replace sous le contrôle de ses propres forces pour vivre la vie chrétienne et expérimente toutes sortes de frustration : culpabilité, légalisme, doute, inefficacité dans le témoignage, etc.… Par contre, le chrétien spirituel qui, commettant un péché, est prêt à le reconnaître spontanément lorsque le Saint-Esprit lui en donne connaissance reste spirituel. Par la pratique spontanée de la respiration spirituelle, il demeure dans la plénitude du Saint-Esprit. Marchant ainsi main dans la main avec Dieu, il ira de progrès en progrès dans sa vie spirituelle et, avec le temps, il deviendra mûr spirituellement.

Vers la maturité spirituelle

Marcher quotidiennement dans la plénitude du Saint-Esprit par la pratique de la respiration spirituelle n’est pas difficile. Cependant, il existe plusieurs facteurs importants qui contribuent beaucoup à sa compréhension et qui peuvent assurer le chrétien qu’il marche effectivement dans la plénitude du Saint-Esprit :

  1. Soyez sûr que vous êtes rempli du Saint-Esprit à chaque instant.
  2. Préparez-vous au combat spirituel qui vous attend.
  3. Connaissez vos privilèges et vos responsabilités en tant qu’enfant de Dieu.
  4. Vivez par la foi.

 Prêt pour le combat spirituel ? →

Cet article fait partie de la série « La marche quotidienne dans la plénitude du Saint-Esprit« . Une question, une remarque? Ecrivez-nous!

3 commentaires pour Marchez dans la plénitude du Saint-Esprit

  1. Josef Diakiese dit :

    je suis touché de cet enseignement

  2. papykasakasa dit :

    que Dieu vous bénisse pour cette enseignement qui ma vraiment Beni

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s