Deux tombeaux


“L’ange s’adressa alors aux femmes : Pour vous, n’ayez pas peur : je sais que vous cherchez Jésus, le crucifié ; Il n’est pas ici, car Il est ressuscité, comme Il l’avait dit. Venez, voyez le lieu où le Seigneur gisait ; et hâtez-vous d’aller dire à ses disciples qu’Il est ressuscité des morts”. Matthieu 28. 5-7

« Saisies de frayeur, elles tenaient le visage baissé vers le sol. Les hommes leur dirent: Pourquoi cherchez-vous parmi les morts celui qui est vivant ? Il n’est pas ici, mais Il est ressuscité. Souvenez-vous de ce qu’Il vous a dit, lorsqu’Il était encore en Galilée » La Bible, Luc 24:5

Après trente ans de recherche et cinq ans de fouilles, le 4 novembre 1922, l’archéologue anglais Howard Carter met au jour le tombeau intact du jeune pharaon Toutankhamon.

Quelle émotion quand il ouvre cette porte murée depuis trente-quatre siècles, quand il pénètre dans les différentes salles remplies d’objets précieux, pour parvenir à la chambre mortuaire et découvrir intacts les cercueils du jeune pharaon, son splendide masque en or et sa momie !

Cette découverte a été très importante dans le monde de l’archéologie pour aider à mieux comprendre l’ancienne civilisation égyptienne. Pourtant cette découverte a-t-elle changé des vies, a-t-elle donné l’espérance à des coeurs troublés et craintifs, a-t-elle fait chanter des milliers d’hommes et de femmes ?

Bien après la mort de Toutankhamon, dans l’aube matinale, quelques femmes courent vers un autre tombeau. Pour l’avoir constaté tant et tant de fois, elles savent que la mort ne renvoie jamais ses prisonniers chez eux (Esaïe 14. 17). Aussi sont-elles sûres que le corps de Jésus sera bien là, inerte, sur la banquette de pierre où elles ont vu Joseph d’Arimathée et Nicodème le déposer. Elles vont pouvoir pieusement l’embaumer avec les aromates coûteux qu’elles ont apportés.

Et puis, à leur arrivée, elles sont consternées : la pierre est roulée, le tombeau est vide (Luc 24. 2). Il leur faut des explications ! Mais un ange est là qui les rassure : Jésus est ressuscité.

Merveilleuse révélation de ce tombeau vide : le Seigneur est vivant ! Elle remplit de joie les premiers disciples. Ils annoncent avec hardiesse, en Judée, en Samarie et plus loin, le glorieux message de l’oeuvre libératrice de Jésus Christ attestée par le tombeau vide, signe de la résurrection de Jésus. Des vies sont transformées, des multitudes de chrétiens chantent de joie car ils ont trouvé le chemin de l’espérance.

Ah ! Quelle glorieuse découverte ! Jésus, notre sauveur, vivant à toujours, est encore aujourd’hui l’objet de la foi, de la joie et de l’espérance de millions de chrétiens sur la terre entière.

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Cet article, publié dans Plaire au Seigneur, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Deux tombeaux

  1. Nous accordons toujours trop d’importance à la mort. A la mort des autres et à notre mort. Le tombeau de Toutankhamon montre que nous préoccupons de ce que nous allons emporter avec nous après notre mort. Je ne suis pas trop pressé de le constater de visu 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.