Philémon


“À Philémon, notre bien-aimé compagnon d’oeuvre… j’entends parler de ton amour et de la foi que tu as envers le Seigneur Jésus et pour tous les saints”. Philémon v. 1, 5

« Que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec votre esprit ! » La Bible, Philémon 25″

Nous ne connaissons Philémon que par la lettre que lui adresse l’apôtre Paul. Les autres destinataires nommés avec lui, comme Archippe au verset 2, ou comme les membres de l’assemblée se réunissant dans sa maison, nous amènent à penser que Philémon habite à Colosses. De plus, les frères qui saluent Philémon sont les mêmes que ceux mentionnés dans l’épître aux Colossiens. On peut donc en déduire que le seul motif de cette lettre est la nécessité de résoudre la situation d’Onésime. Ceci met en évidence plusieurs caractères positifs de Philémon :

– son amour fraternel. Paul n’en doutait pas, c’est pourquoi il a toute liberté de lui écrire sur un sujet délicat : recevoir son esclave Onésime qui s’était enfui.
– sa vie droite, sans zone d’ombre. Rien ne s’oppose à ce que tous connaissent l’action de la grâce divine pour Onésime. Aussi cette lettre est-elle adressée également à l’assemblée, car Paul sait qu’elle se réjouira.
– son attitude juste envers Onésime. Paul se propose de lui renvoyer son esclave devenu un frère en Christ.
– son témoignage qui rayonne parmi ses frères, selon l’expression employée par Paul : “Le coeur des saints est réconforté par toi, frère” (Philémon v. 7).
– sa générosité et son obéissance. Paul est persuadé qu’il fera plus qu’il ne demande (v. 21).
– enfin son hospitalité. Paul demande à Philémon de lui préparer un logement, dans l’espoir que les prières de tous pour sa libération seront exaucées (v. 22).

Tous les compagnons de Paul se joignent à lui pour envoyer leurs salutations et leurs voeux à Philémon, ce qui prouve toute l’estime qu’ils ont pour lui. Lisons donc cette belle lettre et apprenons à imiter les sentiments qui l’ont dictée. Ce n’est pas sans raison que cette épître fait partie des saintes Écritures. Comme plusieurs autres livres de la Bible, l’épître à Philémon s’appuie sur un cas particulier qui semble, au premier abord, n’intéresser que ceux à qui elle s’adresse. Mais, par ce qu’elle nous révèle de l’amour fraternel, nous y trouvons matière à réflexion pour notre plus grande édification.

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Cet article, publié dans Plaire au Seigneur, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.