Avoir soin les uns des autres


“Qu’il n’y ait point de division dans le corps, mais que les membres aient un soin égal les uns des autres… Si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui ; si un membre est glorifié, tous les membres se réjouissent avec lui”. 1 Corinthiens 12. 25, 26

« Ayez un même amour, un même cœur, une unité de pensée. » La Bible, Philippiens 2:2

Il est relativement facile de mettre en oeuvre l’enseignement donné par les deux versets du jour dans le groupe chrétien avec lequel nous nous réunissons localement. Mais nous sommes aussi appelés à élargir cette vision limitée, en portant nos regards sur l’ensemble des enfants de Dieu, sur le corps de Christ. Si nous nous tenons près du Seigneur, Il nous mettra en mesure de mieux comprendre la dimension de la famille de Dieu et de mieux saisir ce qui nous lie à tous les enfants de Dieu, connus et inconnus.

Il s’agit fréquemment de personnes que nous côtoyons sans les connaître, que Dieu place occasionnellement en face de nous. Tel marginal, qui a été repoussé par la société, a peut-être été trouvé par Jésus. Tel chrétien réfugié a été chassé de son pays par la persécution et n’arrive pas à s’intégrer dans une société différente de celle où il vivait. Si nous portons attention et témoignons de la sympathie à ces personnes, nous aurons alors l’occasion de découvrir des enfants de Dieu parmi la masse anonyme des déplacés. Ils ne sont rien pour une société humaine organisée sans eux. Mais pensons à ce qu’ils sont pour Dieu qui “a donné son Fils unique afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas” (Jean 3. 16). Pensons à l’amour de Jésus qui est mort aussi pour eux. Que représentent-ils pour moi ? Suis-je sensible à leur souffrance ? Si c’est le cas, mon désir de partager leur peine se concrétisera par un geste d’amour à leur égard. Ils ne seront plus des étrangers, mais des frères que Dieu aime. Si je comprends cela, chacune de ces per­sonnes prend du prix pour moi également. Je pourrai partager ses souffrances et porter ses peines, ne serait-ce qu’en prière devant Dieu.

Portons notre attention, sans préjugés, sur ces frères et soeurs souffrants que Dieu place sur notre chemin, d’autant plus qu’ils ne peuvent pas compter sur la bienveillance du monde : “Tandis que nous en avons l’occasion, faisons du bien à tous, mais surtout à ceux de la maison de la foi” (Galates 6. 10).

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Cet article, publié dans Plaire au Seigneur, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Avoir soin les uns des autres

  1. espoir hamoni kasuzu dit :

    Amen, gloire à Dieu pour cet enseignement, vraiment tout Chrétien devrait être caractérisé par l’amour et l’unité.Soyez béni abodament

    Merci beaucoup

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.