Quatre repères


“Ne recule pas l’ancienne borne que tes pères ont faite”. Proverbes 22. 28

Assurément, les premiers chrétiens sont un modèle pour nous. L’Esprit de Dieu nous dit à leur sujet : “Ils persévéraient dans la doctrine et la communion des apôtres, dans la fraction du pain et les prières” (Actes 2. 42).

Ces quatre éléments caractérisaient l’Église dans ses heureux débuts. Ils sont comme quatre repères (bornes) d’un champ, deux d’un côté, deux de l’autre. Dans le verset cité les éléments vont par paires et sont liés par un « et ».

  1. Les premiers chrétiens persévéraient dans la doctrine. Les quatre évangiles et les Actes racontent les grands faits du christianisme : l’incarnation de Jésus Christ, sa crucifixion et sa résurrection, son ascension et le don de l’Esprit Saint. Les épîtres nous apportent la doctrine, c’est-à-dire les enseignements qui découlent de l’interprétation des faits. L’enseignement des apôtres, donné par l’Esprit (Jean 16. 13), est le fondement de la vie collective. Pas d’assemblée chrétienne valable sans la doctrine.
  2. Mais la doctrine seule, mal comprise ou mal appliquée, divise tôt ou tard. Il faut y ajouter la communion des apôtres. Tous ceux qui reçoivent le témoignage des apôtres sont en communion avec le Père et avec son Fils Jésus Christ, et aussi avec les apôtres et tous les autres croyants. L’apôtre Jean nous le dit : “Ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons, afin que vous aussi vous ayez communion avec nous : or notre communion est avec le Père et avec son Fils Jésus Christ” (1 Jean 1. 3). C’est le ciment qui nous unit.
  3. Les premiers chrétiens persévéraient aussi dans la fraction du pain. Les croyants participent individuellement à la Cène, mais aussi tous ensemble. Ainsi, ils proclament qu’ils ont une part commune grâce au sacrifice de Jésus Christ.
  4. La dépendance continuelle de Dieu est nécessaire pour le maintien de la vie et du témoignage d’où l’importance des prières. Par la prière, nous nous plaçons devant Dieu dans la conscience d’une relation vivante avec lui, dans un esprit d’humilité et de droiture. Nous confessons, si nécessaire, ce qui doit l’être. Nous sommes délivrés de ce qui pourrait être sans vie ou sans amour. Nous pouvons alors adorer.

Nous comprenons mieux maintenant l’importance du « et » qui unit ces éléments. Certainement chaque assemblée chrétienne devrait faire attention à ces quatre repères.

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Cet article, publié dans Plaire au Seigneur, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.