Grâce et vérité


“Au commencement était la Parole ; et la Parole était auprès de Dieu ; et la Parole était Dieu… Et la Parole devint chair et habita au milieu de nous… pleine de grâce et de vérité”. Jean 1. 1, 14

« Ceux qui auront été intelligents brilleront comme la splendeur du ciel, et ceux qui auront enseigné la justice, à la multitude brilleront comme les étoiles, à toujours et à perpétuité. » La Bible, Daniel 12:3

La Parole (traduction du mot grec Logos), c’est Jésus Lui-même : le Fils de Dieu, divin dans son essence, éternel dans son existence, distinct dans sa présence, lumière et vie pour l’humanité. Il est venu dans le monde, incompris par lui, mais reçu par ceux qui sont désormais appelés enfants de Dieu.

La loi donnée par Dieu à Moïse faisait connaître à l’homme son péché et son impuis­sance à plaire à Dieu en faisant le bien. Jésus est alors venu et s’est approché de l’homme pécheur pour l’amener à Dieu. Le Dieu saint, “qui habite la lumière inaccessible, Lui qu’aucun homme n’a vu, ni ne peut voir” (1 Tim. 6. 16) a été rendu visible et accessible en Jésus. Jésus est venu révéler le Père : “Celui qui m’a vu a vu le Père” (Jean 14. 9).

Le Dieu éternel voulait se faire connaître dans sa nature qui est Amour, un amour qui cherche le contact, qui reçoit l’être aimé dans sa propre intimité. Ce contact, Dieu ne pouvait pas le réaliser sans tenir compte de sa sainteté, c’est pourquoi Il a envoyé son Fils, Jésus, qui a pris un corps humain, mais sans avoir le péché en Lui. Durant toute sa vie, Jésus est resté en contact avec les hommes et les souffrances que le péché leur inflige. Sa nature sainte faisait de Lui un homme à part, et pourtant Il était l’homme le plus accessible de tous !

La venue de Jésus ici-bas a été caractérisée par la grâce et par la vérité, inséparables l’une de l’autre. Il les a personnifiées, magnifiées, glorifiées, dans sa vie comme dans sa mort. La vérité sans la grâce conduit l’homme au désespoir, car elle le condamne. La grâce, elle, attire le pécheur et produit en lui la repentance. Il peut alors recevoir la vérité quant à son état devant Dieu et se confier à l’immensité de la grâce dont il est l’objet.

Oui, “la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ” (Jean 1. 17). Ce sont les deux traits les plus forts du caractère de notre Sauveur dans toute sa vie, et ils brillent tout particulièrement lors de sa mort sur la croix !

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Cet article, publié dans Plaire au Seigneur, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.