Libérés


“De même que vous aviez livré vos membres comme esclaves à l’impureté et à l’iniquité, pour l’iniquité, de même livrez maintenant vos membres comme esclaves à la justice pour la sainteté”. Romains 6. 19

Longtemps après la proclamation de l’abolition de l’esclavage aux États-Unis, on rencontrait des Noirs qui se considéraient toujours comme des esclaves. Leurs maîtres avaient veillé à ce qu’ils n’apprennent pas la nouvelle de leur libération, ce qui leur permettait de les garder pour travailler dans leurs plantations.

Ainsi en est-il de nos jours pour beaucoup de chrétiens qui vivent encore sous l’esclavage du péché ou sous celui des commandements. Satan, toujours derrière la scène, se plaît à se servir de telles personnes pour en entraîner d’autres qui perdent ainsi à leur tour la jouissance des résultats de l’œuvre de Christ.

L’esclavage du péché, pour un chrétien, en quoi consiste-t-il? C’est ne pas savoir qu’en vertu de la victoire de Christ, le péché ne domine plus sur lui. Le croyant livre alors, avec ses propres forces, un combat difficile et perdu d’avance. Ces batailles toujours renouvelées l’épuisent et le font douter même de son salut. Il est “prisonnier de la loi du péché” (Romains 7. 23).

Sortir de cet esclavage, c’est apprendre enfin la bonne nouvelle: “la loi de l’Esprit de vie dans le Christ Jésus m’a affranchi de la loi du péché et de la mort” (Romains 8. 2). Je la crois et, au lieu de lutter contre le péché, je laisse l’Esprit de vie qui est en moi me conduire dans la volonté de Dieu et me donner la puissance pour l’accomplir.

L’esclavage des commandements est encore autre chose. Comme la liberté en Christ entraîne un exercice constant de la foi pour connaître et faire la volonté du Seigneur, le croyant est tenté de s’appuyer sur des règles rigides qu’il peut appliquer sans trop se poser de questions. Il y trouve l’avantage d’avoir une bonne opinion de son christianisme quand il les suit assez bien et aussi de se montrer aux autres chrétiens sous un jour favorable. Mais il y a une contrepartie: le chrétien, coincé entre toutes ces règles et préoccupé d’en établir d’autres, ne développe que faiblement des relations vraies avec le Seigneur.

Louons Dieu pour la liberté dans laquelle il nous a placés!

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.

Contact

Cet article, publié dans Plaire au Seigneur, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Libérés

  1. mck dit :

    Soyons clairs: cet article est uniquement valable pour les chrétiens, non?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s