Jésus, le parfait serviteur de Dieu


“Il m’a dit: Tu es mon serviteur, Israël, en qui je me glorifierai. – Et moi j’ai dit: J’ai travaillé en vain, j’ai consumé ma force pour le néant et en vain; toutefois mon jugement est par-devers l’Éternel, et mon œuvre par-devers mon Dieu”. Ésaïe 49. 3, 4

"Il s'est humilié Lui-même, se rendant obéissant jusqu'à la mort, même jusqu'à la mort de la croix. C'est pourquoi aussi Dieu L'a souverainement élevé, et Lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom,  afin qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre,  et que toute langue confesse que Jésus Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père." La Bible, Philippiens 2:8-11

« Il s’est humilié Lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix. C’est pourquoi aussi Dieu L’a souverainement élevé, et Lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père. » La Bible, Philippiens 2:8-11

Au début de ce chapitre, nous sommes admis à écouter le merveilleux dialogue de l’Éternel Dieu avec “son saint serviteur Jésus” (Actes 4. 27). Il est le véritable Israël (qui signifie «Prince de Dieu») par qui la gloire de Dieu va être rétablie.

La réponse du parfait serviteur (notre verset) nous reporte à la fin de la vie du Seigneur. Il constate que son peuple n’a pas voulu se rassembler autour de lui et il pleure sur Jérusalem (Matthieu 23. 37). Arrêtons-nous sur sa douleur à la pensée qu’il a apparemment consumé sa force “pour le néant et en vain”.

Comme homme au service de son Père, il est allé au bout de ses forces pour annoncer la bonne nouvelle à toutes les couches sociales de son peuple. Il s’est approché des plus humbles et des plus méprisés: les lépreux, les démoniaques, les percepteurs d’impôts, aussi bien que de ceux qui étaient fiers d’appartenir à la classe supérieure: les docteurs de la Loi, les scribes et les pharisiens.

Jamais nous ne le voyons se reposer, à l’exception d’un soir où, probablement exténué de fatigue par sa journée de labeur, il dort dans une barque malmenée par la tempête (Marc 4. 38). Même ses nuits étaient courtes, car il en consacrait une bonne partie à la prière, se levant avant le jour pour cela (Marc 1. 35).

Malgré son service sans la moindre défaillance, il constate que son peuple le rejette: les dirigeants religieux craignent essentiellement la perte de leurs privilèges, les foules recherchent seulement les bénédictions matérielles que les miracles leur apportent. Les uns et les autres vont montrer leur opposition au Père en crucifiant son Fils unique qu’il leur a envoyé pour les servir.

À cette profonde douleur de son serviteur, Dieu répond:

– Tu rétabliras “les tribus de Jacob” (Esaïe 49. 6), c’est-à-dire beaucoup plus que les rescapés de Juda auxquels il s’adressait quand il était sur la terre;

– “Je te donnerai aussi pour être une lumière des nations, pour être mon salut jusqu’au bout de la terre” (v. 6).

P.a.S.

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.

Contact

Cet article, publié dans Plaire au Seigneur, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.