Est-ce spirituel ou culturel ?


“Les pharisiens et les scribes l’interrogent : Pourquoi tes disciples ne suivent-ils pas la tradition des anciens, et mangent-ils le pain avec des mains souillées ? Mais il leur répondit : Ésaïe a bien prophétisé à votre sujet, hypocrites ; comme il est écrit : Ce peuple m’honore des lèvres, mais leur coeur est très éloigné de moi… ils enseignent, comme doctrines, des commandements d’hommes… Et il leur dit : Vous annulez bel et bien le commandement de Dieu, afin de garder votre tradition !” Marc 7. 5-9

Dans notre comportement, il y a souvent confusion entre ce qui relève de notre culture, de notre environnement ou tout simplement de nos habitudes, d’une part, et ce qui est prescrit par la Parole de Dieu, d’autre part. Les habitudes extérieures, quand elles sont liées à la vie chrétienne, collective en particulier, prennent facilement force de loi spiri­tuelle. On retrouve alors le joug que faisait peser la tradition pharisaïque sur les Juifs du temps du Seigneur.

Plus nos pensées seront renouvelées par la Parole, plus nous nous attacherons à la vérité, à ce qui est de Dieu, sans faire de confusion avec ce qui est tradition des hommes ou habitude. Une habitude peut ne pas être mauvaise, mais elle ne doit pas restreindre la liberté de l’Esprit. Si elle ne sert qu’à donner l’impression de la piété, elle ne doit pas être considérée comme de « l’ordre », mais bien comme du « désordre » !

Cette distinction pose des problèmes aux missionnaires qui apportent l’Évangile dans des pays de culture différente. Il s’agit pour eux de discerner, dans leur propre pratique du christianisme, ce qui relève de leurs habitudes occidentales plutôt que des enseignements de la Parole de Dieu, afin de ne pas l’imposer aux nouveaux convertis.

Nous ne sommes pas appelés à nous détacher entièrement de la culture qui est la nôtre ; la pâque juive du temps du Seigneur ne ressemblait guère à celle de l’Exode, mais le Seigneur ne la rejette pas. L’important, c’est de ne pas transformer nos habitudes en lois spirituelles ; le port de la veste et de la cravate, longtemps de règle dans les lieux de culte, n’a rien à voir avec la vérité et la sainteté de Dieu.

La décence, la sobriété, la recherche de la paix, la vigilance à ne pas être une occasion de chute, voilà des prescriptions divines indiscutables. Soyons fermes pour la vérité et compréhensifs pour les habitudes, coutumes ou traditions, sans édicter de commande­ments pour des choses “destinées à périr” (Colossiens 2. 20-22).

Dieu a prévu de bons projets et plans pour Lui, comme pour nous (Ephésiens 2:10)

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.Contact

Cet article, publié dans Plaire au Seigneur, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.