“Moi, je suis… ta très grande récompense”


“Après ces choses, la parole de l’Éternel fut adressée à Abram dans une vision, disant : Abram, ne crains point ; moi, je suis ton bouclier et ta très grande récompense”. Genèse 15. 1

« Quant à vous, soyez fermes, et ne faiblissez pas, parce que vos efforts auront leur récompense. » La Bible, 2 Chroniques 15. 7

Après son retour, Abram avait refusé l’abondant butin que le roi de Sodome lui offrait en reconnaissance de son intervention victorieuse. Certains témoins de la scène estimaient probablement : « Quelle perte, alors que le courage d’Abram, les risques de l’opération et la fatigue du combat méritent bien une telle récompense ! » Mais Abram ne veut pas de la richesse d’un monde corrompu. Il réagit comme Moïse qui, “par la foi… refusa d’être appelé fils de la fille du Pharaon, choisissant d’être dans l’affliction avec le peuple de Dieu, plutôt que de jouir pour un temps des délices du péché : il estima l’opprobre du Christ un plus grand trésor que les richesses de l’Égypte” (Hébreux 11. 24-26).

Dieu se présente alors à Abram et lui promet : “Moi, je suis… ta très grande récom­pense”. Il ne lui dit pas ce qu’Il veut lui donner, mais ce qu’Il veut être pour lui. Oui, connaître le Seigneur est plus que tout l’or et l’argent que le monde peut offrir ! Les biens de ce monde ne peuvent ajouter un jour à notre vie et nous n’emporterons rien dans l’au-delà. Mais l’amour de Dieu est éternel et notre Seigneur demeure pour toujours le Dieu de ceux qui mettent leur confiance en Lui (Matthieu 22. 32).

Le monde nous propose toutes sortes de joies, pas seulement de l’argent, mais aussi la satisfaction des convoitises terrestres : le pouvoir, la considération d’autrui, les jouissances charnelles diverses du corps et de l’esprit. Si nous les acceptons, nous nous plaçons dans la dépendance du prince de ce monde, pire que le roi de Sodome. Nous perdons alors la récompense de Dieu, la plus précieuse : La communion avec Dieu connu comme un Père et avec son Fils Jésus Christ. Or y a-t-il une richesse plus glorieuse pour nous ? Paul le savait bien quand il annonçait aux Éphésiens “les richesses insondables du Christ” (Ephésiens 3. 8).

Si nous voulons rester dans la communion du Père et du Fils – notre suprême récompense – “marchons dans la lumière comme Lui-même est dans la lumière”, sans faire de concession au monde (1 Jean 1. 7).

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.

Contact

Cet article, publié dans Plaire au Seigneur, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.