«C’est accompli»


“Quand Jésus eut pris le vinaigre, il dit: C’est accompli. Puis, ayant baissé la tête, il remit son esprit”. Jean 19. 30

"Et nous, nous avons connu l'amour que Dieu nous porte et nous y avons cru. Dieu est amour: celui qui demeure dans l'amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en Lui.' La Bible, 1 Jean 4:16

« Et nous, nous avons connu l’amour que Dieu nous porte et nous y avons cru. Dieu est amour: celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en Lui. » La Bible, 1 Jean 4:16

En Éden, le péché est entré dans le monde par la désobéissance du premier homme, “et par le péché la mort
(Romains 5. 12).

Dieu a épargné Noé et sa famille lors du déluge, mais il n’a pas fallu longtemps pour constater que la nature pécheresse de l’homme n’a pas changé: à peine sauvé du déluge, Noé s’enivre et sa descendance ne tarde pas à tomber dans l’orgueil. La tour de Babel en est la démonstration. Le péché est dans la nature de l’homme; punir ses actes n’aurait pas changé cette nature pécheresse. Mais comment réconcilier la justice de Dieu et l’amour de Dieu envers l’humanité, rebelle, pécheresse et coupable?

Quand Jésus a commencé son ministère, Jean-Baptiste s’est écrié: “Voilà l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde!” (Jean 1. 29). Le regard divin se posait avec une entière satisfaction sur Jésus, car lui seul était sans péché. La vie entière de Jésus a démontré sa perfection, aussi bien dans ses paroles que dans ses œuvres. Cette démonstration n’a fait qu’établir le contraste entre l’homme parfait selon le cœur de Dieu et les humains, tous des pécheurs qui ne peuvent pas plaire à Dieu.

Pour ôter le péché du monde, Dieu a envoyé Jésus, son Fils unique, et l’a substitué à nous pour subir le jugement que notre péché réclamait. Jésus, après avoir été abandonné à notre place, s’est écrié: “C’est accompli”. Dorénavant, l’affaire est réglée à jamais, Jésus s’est offert une seule fois pour porter les péchés de ceux qui croient (Hébreux 9. 28).

Depuis la croix, l’Évangile de la grâce de Dieu est proclamé en tous lieux et à tous. Cette bonne nouvelle donne à celui qui croit le statut d’enfant de Dieu. Il est participant d’une nouvelle création (2 Corinthiens 5. 17). Pleinement justifié de ses péchés devant Dieu, le croyant est aussi “affranchi”, libéré de la puissance du péché (Romains 6. 22). Pour autant, même s’il a perdu sa puissance, le péché habite encore en lui (Romains 7. 17, 20) et il peut lui arriver de commettre des actes coupables. Ceux-là aussi sont pardonnés dès leur confession en vertu de l’œuvre accomplie (1 Jean 1. 7-9).

Pour le croyant, tout est accompli pour son “salut qui est prêt à être révélé
(1 Pierre 1. 5), quand le Seigneur Jésus reviendra.

P.a.S.

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.

Contact

Cet article, publié dans Plaire au Seigneur, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.