Alléger son fardeau


“Prenez mon joug sur vous et apprenez de moi, car je suis débonnaire et humble de cœur; et vous trouverez le repos de vos âmes. Car mon joug est facile à porter et mon fardeau est léger”. Matthieu 11. 29, 30

“Rejette ton fardeau sur l’Éternel, et il te soutiendra; il ne permettra jamais que le juste soit ébranlé”. Psaume 55. 22

« Déchargez-vous sur Lui de tous vos soucis, car lui-même prend soin de vous. » La Bible, 1 Pierre 5:7

Ces deux versets semblent contradictoires. Dans le premier, le Seigneur invite tous ceux qui sont fatigués et chargés à venir à lui et à prendre son «joug». Un joug est une pièce en bois utilisée pour atteler les bœufs. Jésus emploie ici ce terme dans un sens symbolique, c’est-à-dire se soumettre à son autorité et lui obéir. Ce chemin de soumission est le chemin du repos. C’est d’abord l’appel de l’Évangile: les hommes peuvent porter de lourds fardeaux sur leur conscience, ils peuvent être accablés, abattus, ils peuvent être lassés d’une vie inutile: tous ceux qui viendront à Jésus trouveront le repos de leur âme.

Prendre son joug, c’est aussi apprendre de Jésus, au moyen de sa parole, pour imiter son exemple et vivre de sa vie. Ne craignons pas de nous mettre à son école, entrons dans cette voie sans hésiter: mon joug est facile à porter, nous dit Jésus avec amour, car “je suis débonnaire et humble de cœur”. Répondons de plein gré, car une obéissance forcée reste un lourd fardeau.

Dans le second verset, le Seigneur nous invite à rejeter sur lui notre fardeau. C’est nous décharger de nos soucis, lui remettre nos préoccupations. Garder sur nous nos soucis, nos tensions, nos inquiétudes, c’est ne pas faire totalement confiance à Dieu, c’est douter qu’il s’occupe de nous. C’est aussi ne pas vouloir admettre que nous avons des besoins.

Certains disent trouver les forces en Dieu pour supporter leurs fardeaux. Le Seigneur nous invite au contraire à lâcher notre fardeau (litt. à rouler notre fardeau sur lui), à lui abandonner nos inquiétudes, à rejeter “sur lui tout (notre) souci, car il prend soin de (nous)” (1 Pierre. 5. 7).

Faire confiance à Dieu exige de l’humilité et de la foi: il s’agit d’accepter l’épreuve comme venant de la main de Dieu qui contrôle nos circonstances et qui nous aime. Nous pouvons compter sur son soutien.

P.a.S.

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.

Contact

 

Cet article, publié dans Plaire au Seigneur, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Alléger son fardeau

  1. linda dit :

    Merci seigneur gloire à toi toi ma joie de vivre je t’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.