Himalaya, quatrième sommet


“Il a été opprimé et affligé, et il n’a pas ouvert sa bouche. Il a été amené comme un agneau à la boucherie… Il est ôté de l’angoisse et du jugement… il a été avec le riche dans sa mort, parce qu’il n’avait fait aucune violence, et qu’il n’y avait pas de fraude dans sa bouche”. Ésaïe 53. 7-9

La quatrième strophe d’Ésaïe 5253 que nous lisons aujourd’hui dépeint la mort et l’ensevelissement du Serviteur.

“Il a été amené comme un agneau à la boucherie”: Dans la strophe précédente, c’était nous qui étions des brebis égarées. Maintenant c’est le Serviteur qui est comparé à un agneau ou à une brebis. Cette analogie a au moins deux buts:

– tout d’abord, évoquer la soumission volontaire, humble et obéissante du Serviteur, qui s’est traduite par son silence devant ses bourreaux (1 Pierre 2. 23).
– ensuite rappeler les nombreux sacrifices d’agneaux qui avaient été institués par la loi de Moïse et qui préfiguraient le sacrifice unique de celui qui serait “l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde” (Jean 1. 29).

Une différence majeure subsiste néanmoins: un agneau qui va à l’abattoir ne sait rien du sort qui l’attend; Jésus, lui, s’est laissé conduire, mais en pleine connaissance de cause, “sachant tout ce qui devait lui arriver” (Jean 18. 4). “Il est ôté de l’angoisse et du jugement”: L’angoisse est littéralement «l’oppression»; ce mot, rare en hébreu, se retrouve au psaume 107: “Ils sont accablés par l’oppression” (v. 39). Nous pouvons nous sentir oppressés de différentes manières, jusqu’à l’accablement, jusqu’à une angoisse incontrôlable! Jésus est passé par ce chemin: pensons à l’angoisse de Gethsémané, à l’effroi de l’abandon pendant trois heures, loin de Dieu… Tout cela pour qu’aujourd’hui nos angoisses profondes — en premier lieu face au jugement de Dieu — soient à jamais apaisées.

“Il a été avec le riche dans sa mort”: Dieu ne laisse pas mettre le corps de Jésus supplicié dans la fosse commune. En faisant intervenir Joseph d’Arimathée pour mettre le corps de Jésus dans un tombeau neuf (Matthieu 27. 57-59), Dieu permet que la perfection de son Fils, en actes (pas de violence) et en paroles (pas de fraude), soit démontrée par la grandeur de sa sépulture.

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.

Contact

Cet article, publié dans Plaire au Seigneur, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Himalaya, quatrième sommet

  1. Cynthia dit :

    Oui, il a été seul pour souffrir pour sauver notre vie.
    Mon coeur se brisa lorqu’Il dit: « mon ame est triste jusqu’a la mort ». Oui, Il savait tout ce qui allait lui arrivé mais Il l’accepta alors acceptons de vivre pour lui, juste pour lui.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.