Garder la Parole


« Parce que tu as gardé la parole avec patience, moi aussi je te garderai de l’heure de l’épreuve  qui va venir sur le monde entier pour éprouver les habitants de la terre.” Apocalypse 3. 10

Dans les siècles passés, les croyants ont oublié la promesse du retour du Seigneur pour enlever les siens auprès de lui (1 Thessaloniciens 4. 13-18). Mais, au 19e siècle, elle est redevenue une espérance vivante pour beaucoup. Et voilà que les années et les générations ont passé sans que se fasse entendre le cri de commandement nous appelant à la rencontre du Seigneur!

Du temps des apôtres, certaines personnes estimaient déjà qu’il y avait du retard dans l’accomplissement des promesses du Seigneur. Non, répond l’apôtre Pierre, c’est que Dieu “est patient envers vous, ne voulant pas qu’aucun périsse” (2 Pierre 3. 9).

Quelle patience faut-il à Dieu pour supporter tout le mal qui se développe dans le monde, mais aussi toutes les faiblesses de ses enfants dont l’amour et le zèle ont tendance à diminuer d’année en année! Pourtant, “Il nous a élus en Lui avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irréprochables devant Lui en amour” (Ephésiens 1. 4).

Ne ressentons-nous pas une souffrance quand nous constatons nous aussi, en nous et autour de nous, le déclin de l’amour pour le Seigneur, le peu de consécration, la tiédeur envahissante? Nous pouvons avoir la tentation de nous décourager, ou de nous isoler, ou encore de nous insurger contre ce qui nous paraît être des offenses à Dieu, comme si nous-mêmes n’étions pas impliqués dans la décadence. Souvenons-nous de l’attitude du prophète Élie qui se croyait le seul juste au milieu d’un peuple d’Israël envahi par l’idolâtrie (1 Rois 18. 22). Ne l’imitons pas!

Ne prenons pas non plus notre parti de cet état de chose. Mais, considérant que Dieu est patient, portons-en la souffrance et l’humiliation d’une manière véritable et profonde et, sans attendre le signal de quelqu’un d’autre, réveillons-nous pour prier et agir.

Souvenons-nous que le Seigneur tient toujours une porte ouverte devant nous pour accomplir sa volonté et le servir avec amour, humblement, mais fidèlement, jusqu’à son prochain retour. Oui! Il l’a promis: “Je viens bientôt” (Apocalypse 3. 11; 22. 20). Il veille sur nous, veillons en l’attendant!

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.

Contact

Cet article, publié dans Plaire au Seigneur, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s