Médisance et calomnie


“Tu n’iras pas çà et là médisant parmi ton peuple”. Lévitique 19. 16

“Tu ne feras pas courir de faux bruits”. Exode 23. 1

La médisance et la calomnies sont deux comportements condamnables, mais ils ne doivent pas être confondus. Médire, c’est dire du mal de quelqu’un en rapportant des faits que l’on croit exacts. Par contre, calomnier quelqu’un, c’est l’accuser d’une chose que l’on sait fausse, c’est salir sa réputation.

Malheureusement, ceux qui écoutent des paroles de médisance ou de calomnie, le font, bien souvent, avec plaisir, car “les paroles du rapporteur sont comme des friandises, et elles descendent jusqu’au-dedans des entrailles” (Proverbes 18. 8; 26. 22). Et pourtant ces paroles portent atteinte à la personne, à sa réputation, à son honneur. Ne les écoutons pas! Au contraire, essayons toujours de dire quelque chose de bon sur les absents que d’autres accusent. Posons la question à ceux qui accusent: «Le diriez-vous devant celui dont vous parlez?»

La plupart du temps ces paroles méchantes viennent d’un manque d’amour, ou de la jalousie, ou de l’orgueil, ou d’autres choses peu avouables. Il s’agit d’œuvres de la chair en nous quand nous négligeons de la juger. Mais, par la grâce de Dieu, nous avons une nouvelle nature, Christ en nous. Or qu’est-il dit de la façon dont s’exprimait notre Seigneur? “Des paroles de grâce… sortaient de sa bouche” (Luc 4. 22); “la grâce est répandue sur tes lèvres” (Psaume 45. 2). Lui seul peut dire: “Tu as sondé mon cœur, tu m’as visité de nuit; tu m’as éprouvé au creuset, tu n’as rien trouvé; ma pensée ne va pas au-delà de ma parole” (Psaume 17. 3). Quel exemple!

Vivons réellement devant Dieu, dans la conscience de sa présence divine. Nos cœurs seront pénétrés de sa grâce envers nous et les autres. Alors nos paroles seront sûrement bien différentes de celles qu’elles sont, hélas, trop souvent. Rappelons-nous que nos paroles révèlent nos pensées et notre état intérieur, car “de l’abondance du cœur, la bouche parle” (Matthieu 12. 34), et “ce qui sort de la bouche vient du cœur” (Matthieu 15. 18).

Par nos propres forces, nous sommes incapables de dompter notre langue (Jacques 3. 5‑8). Jésus seul peut et veut le faire en nous. Demandons-le lui en faisant monter vers lui la prière du psaume: “Mets, ô Éternel! une garde à ma bouche, veille sur l’entrée de mes lèvres” (Psaume 141. 3).

P.a.S

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.

Contact

Cet article, publié dans Plaire au Seigneur, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Médisance et calomnie

  1. OUEDRAOGO dit :

    Puisse le Seigneur nous aider à contrôler nos paroles !!

  2. chounda samuel dit :

    Que le seigneur Jesus m’aide à contrôler ma bouche

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s