Quand Dieu intervient


"Maintenant, voyez : c'est moi seul qui suis Dieu, il n'existe pas d'autre dieu que moi. C'est moi qui fais mourir et qui fais vivre, qui blesse et qui guéris. Personne ne peut arracher quelqu'un de ma main." La Bible, Deutéronome 32:39

« Maintenant, voyez : c’est moi seul qui suis Dieu, il n’existe pas d’autre dieu que moi. C’est moi qui fais mourir et qui fais vivre, qui blesse et qui guéris. Personne ne peut arracher quelqu’un de Ma main. » La Bible, Deutéronome 32:39

Nous sommes en 1982, c’est le Mundial de foot en Espagne. Je suis à Barcelone avec une centaine d’autres participants et notre but est de faire connaître l’amour de Dieu aux touristes et résidents de cette ville. Lors de ces grands événements, il y a toujours des risques accrus de vols, déprédations et violences et l’on nous met en garde. Donc tout au début de ce temps je confie mon sac et mes affaires à mon Dieu.

« Recommande ton sort à l’Eternel, Mets en Lui ta confiance, et Il agira. » Psaume 37 :5
Oui, je l’ai vu agir !

C’est la pause, avec 2 amies nous mangeons assises sur un banc dans un parc public. Mon sac est entre une amie et moi. Nous voyons arriver deux mendiantes-colporteuses et l’une d’elle se dirige vers nous. Elle nous présente des napperons brodés et nous invite à en acheter. Nous refusons mais elle insiste et propose alors une très grande nappe qu’elle pose sur nos genoux tout en nous montrant les broderies, les couleurs etc. Nous ne parlons pas espagnol et cette femme nous stresse. Après bien quelques minutes elle s’en va et nous sommes heureuses qu’elle s’en est allée.

Mais c’est étrange, elle et sa compagne semblent ne pas savoir que faire. Elle n’a pas replié la nappe et alors qu’il y a 3 chemins qui partent de la place où nous sommes elles paraissent un peu perdues. Elles vont vers un des chemins, reviennent en arrière, vont vers l’autre, reviennent en arrière. Toutes les personnes assises sur cette place les regardent !

Pour nous, c’est le moment de partir. Soudain je réalise que mon sac n’est plus là ! Tout de  suite je regarde ces deux mendiantes et sous la nappe je vois poindre le fond de mon sac. Je me dirige vers elles et leur demande mon sac. Avec un regard complètement effrayé, l’une d’elles me tend mon sac et alors elles s’enfuient en courant dans le premier chemin !

Je ne saurai jamais si elles ont vu « des anges » ou si elles ne voyaient plus les chemins, mais ce que je sais c’est que Dieu a veillé sur mon sac et cela m’a montré tout à nouveau combien Il nous aime. Il est un Dieu présent dans nos circonstances !

« L’Eternel est celui qui te garde, L’Eternel est ton ombre à ta main droite. » Psaume 121 :5

Cet article, publié dans Vie quotidienne, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Quand Dieu intervient

  1. Faustin Muhima dit :

    « L’Eternel N’abandonne Pas Ceux Qui Le Cherchent » (Psaumes 9:10)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s