Suis-je digne ou non?


“L’esclave d’un centurion, à qui il était très cher, était malade, sur le point de mourir. Comme il avait entendu parler de Jésus, le centurion envoya vers lui des anciens des Juifs, en le priant de venir sauver son esclave. Venus à Jésus, ils le suppliaient instamment, disant: Il est digne que tu lui accordes cela… Le centurion envoya des amis pour lui dire:… Je ne mérite pas que tu entres sous mon toit; c’est pourquoi je ne me suis pas cru digne d’aller moi-même vers toi; mais dis une parole, et mon serviteur sera guéri”. Luc 7. 2-7

"Jésus fut rempli d'admiration pour cet officier: Il se tourna vers la foule qui le suivait et dit:     - Je vous l'assure, nulle part en Israël, je n'ai trouvé une telle foi!" La Bible, Luc 7:9

« Jésus fut rempli d’admiration pour cet officier: Il se tourna vers la foule qui le suivait et dit:
– Je vous l’assure, nulle part en Israël, je n’ai trouvé une telle foi! » La Bible, Luc 7:9

Les anciens des Juifs viennent demander à Jésus une faveur pour un officier romain dont l’esclave est malade. Ils mettent en avant ce qu’il a fait: il leur a construit une synagogue. Cette action remarquable le rend digne à leurs yeux et sans doute peut-elle être appréciée par le Seigneur.

Jésus, lui, va souligner autre chose chez cet homme: sa foi. Le centurion témoigne publiquement de sa grandeur, de sa puissance et de son amour. Il se sent indigne devant celui qui se nomme le Fils de l’homme, mais qui est aussi Dieu lui-même. Son humilité l’honore. Il reconnaît la toute-puissance du Seigneur qui, par une parole, a créé toutes choses, et il est certain qu’une parole suffit pour guérir son esclave. Enfin, il ne doute pas de l’amour du Seigneur qui s’est déjà mis en route pour venir chez lui.

Cependant, dans son insistance à se trouver indigne d’aller vers Jésus et de le recevoir sous son toit, le centurion se prive d’une bénédiction: une rencontre personnelle avec le Seigneur, dans sa maison. De même, certains croyants manifestent une grande foi et servent le Seigneur avec zèle. Pourtant ils ne se sentent pas dignes de participer au souvenir qu’il a institué avant de mourir. Ils ont, peut-être, l’impression que leur humilité montre leur respect pour Dieu. Or, le Seigneur Jésus ne regarde pas à notre faiblesse. Il regarde à ce qu’il a fait de nous, grâce à son œuvre parfaite accomplie une fois pour toutes et à laquelle il n’y a rien à ajouter. Son sacrifice nous rend “parfaits à perpétuité” (Hébreux 10, 14), son sang nous donne une pleine liberté pour nous approcher (Hébreux 10. 19-22): “Il a fait de nous un royaume, des sacrificateurs pour son Dieu et Père” (Apocalypse 1. 6).

Alors, frères et sœurs, le Seigneur vous a lui-même rendus dignes de manger ce pain et de boire à cette coupe qu’il vous présente si simplement aujourd’hui.

P.a.S

Si un de ces versets t’a touché, raconte ce qu’il a produit dans ta vie, ici.

Si tu veux réagir ou poser une question, clique sur l’enveloppe.

Contact

Cet article, publié dans Plaire au Seigneur, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.