Les racines de la colère


L’injustice

L’injustice peut être définie comme une blessure non méritée qui peut nous arriver sous forme d’un rejet et / ou d’une souffrance. Nous réalisons alors que nous n’avons rien fait qui justifierait ce traitement et que nous manquions d’une protection qui pouvait l’empêcher. Souvent, ces évènements se situent dans le passé et ne peuvent plus être changés.

Normalement, l’injustice se manifeste en nous par une colère cachée, accompagnée par la tristesse. Nous croyons qu’il est justifié de continuer à nous accrocher à ces sentiments, à cause du mal qui nous a été infligé. Nous avons l’impression d’avoir le droit d’être fâché, triste ou amer.
Mais souvent, alors que nous progressons dans notre cheminement vers la liberté, nous  devenons capables de voir une image plus complète de ce qui s’est passé. C’est à ce moment que nous prenons conscience de l‘injustice. Nous entrons dans la liberté, quand notre compréhension partielle est remplacée par une pleine révélation, et quand nous accordons un pardon entier et profond à tous ceux qui nous ont causé du mal. C’est alors que nous pouvons lâcher le passé, ce qui inclut aussi le fait de lâcher le droit d’avoir des réponses aux « pourquoi nous avons traversé telle ou telle situation ». Nous abandonnons le droit d’être en colère, amers et offensés.
L’injustice peut avoir un impact énorme sur notre vie. Sans nous en rendre compte, nous pouvons vivre constamment sous l’ombre d’une injustice (réelle ou perçue comme telle) et de ses conséquences. Pour accéder à la liberté, il est important que nous puissions faire face à toutes les tensions et émotions causées par l’injustice et les exprimer.

Le non-pardon

Il y a souvent un lien direct entre le non-pardon et les injustices dans nos vies. Le non-pardon nous conduit alors à vivre avec des blessures non guéries. Il produit des fruits d’amertume, de colère et de révolte, qui permettent à l’ennemi d’établir des forteresses dans nos vies. C’est une fois libéré de ces liens occasionnés par le non-pardon que nous pouvons recevoir la guérison. L’amour de Dieu pourra alors couler librement au travers de nos vies vers les autres.
Le pardon est nécessaire quand nous avons été blessés, par l’injustice ou une autre cause. Une dette doit être payée avant que la réconciliation et la restauration puissent avoir lieu. Cette dette peut être de nature émotionnelle, relationnelle, financière ou physique. Elle peut concerner notre réputation ou les conséquences d’une trahison ou encore autre chose. De toute manière, quelqu’un a une dette à notre égard.
Pour pardonner, nous devons décider que nous voulons libérer ceux qui nous ont fait du mal (de leur obligation envers nous). Nous n’attendons plus que les personnes concernées s’acquittent de leur dette. C’est exactement ce que Jésus a fait quand il nous a libérés de la dette de nos péchés commis envers lui.

 Reconnaître la colère

Un commentaire pour Les racines de la colère

  1. Ping : La colère: L’identifier et en être libéré(e) | www.la-Bible.info

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s