Job 17


1 Mon souffle est corrompu, mes jours s’éteignent : pour moi sont les sépulcres !
2 Les moqueurs ne sont-ils pas autour de moi, et mes yeux ne demeurent-ils pas au milieu de leurs insultes ?
3 Dépose, je te prie, un gage ; cautionne-moi auprès de toi-même : qui donc frappera dans ma main ?
4 Car tu as fermé leur cœur à l’intelligence ; c’est pourquoi tu ne les élèveras pas.
5 Celui qui trahit ses amis pour qu’ils soient pillés, les yeux de ses fils seront consumés.
6 Et il a fait de moi un proverbe des peuples, et je suis devenu un homme auquel on crache au visage.
7 Mon œil est terni par le chagrin, et mes membres sont tous comme une ombre.
8 Les hommes droits en seront étonnés, et l’innocent s’élèvera contre l’impie ;
9 Mais le juste tiendra ferme dans sa voie, et celui qui a les mains pures croîtra en force.
10 Mais quant à vous tous, revenez encore, je vous prie ; mais je ne trouverai pas un sage parmi vous.
11 Mes jours sont passés, mes desseins sont frustrés, -les plans chéris de mon cœur.
12 Ils font de la nuit le jour, la lumière proche en présence des ténèbres ;
13 Si j’espère, le shéol est ma maison, j’étends mon lit dans les ténèbres ;
14 Je crie à la fosse : Tu es mon père ! aux vers : Ma mère et ma sœur !
15 Où donc est mon espoir ? Et mon espoir, qui le verra ?
16 Il descendra vers les barres du shéol, lorsque ensemble nous aurons du repos dans la poussière.